Navigation – Plan du site

La pluralisation des pronoms de dialogue : Benveniste face au coréen1

Song-Nim Kwon et Anne Zribi-Hertz
p. 59-82

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Tous nos remerciements à Makoto Kaneko pour sa relecture attentive de deux versions antérieures de (...)

1Depuis Benveniste (1946), cité en [1], il est supposé ici et là (cf. par ex. Lyons 1968 : 277) que les pronoms de dialogue n’ont pas de véritable pluriel :

[1]

 

 

 

 

« La distinction ordinaire de singulier et de pluriel doit être sinon remplacée, au moins interprétée, dans l’ordre de la personne, par une distinction entre personne stricte ( = ‘singulier ’) et personne amplifiée ( = ‘pluriel’). Seule la ‘troisième personne’, étant non-personne, admet un véritable pluriel » (Benveniste 1946/1966 : 236)

2La théorie de Benveniste stipule que les pronoms de dialogue présentant une morphologie plurielle ont une interprétation différente des expressions pluralisées de troisième personne : les pronoms de dialogue ne se prêteraient qu’à ce que Benveniste nomme la lecture amplifiée, couramment appelée aujourd’hui associative (Corbett 2000 : 83), la troisième personne étant seule ouverte à la lecture plurielle. Benveniste ne dit rien sur l’éventuelle amplification de la troisième personne :

[2]

Personne, pluralité et amplification : la thèse de Benveniste (1946)

      Personne

       Pluralité

  Amplification

           1

            -

         +

           2

           -

         +

           3

            +

         ?

3Pluralisation et amplification, telles qu’informellement distinguées par Benveniste, peuvent être respectivement associées aux dénotations Somme et Groupe définies par les sémanticiens :

[3]a

Pluriel : interprétation <Somme>

Une somme est une entité dérivée, formée de deux ou plusieurs éléments qui restent sémantiquement accessibles.

[3]b

Amplification : interprétation <Groupe>

Un groupe est une entité primitive dont les éléments constitutifs son sémantiquement inaccessibles. Autrement dit, un groupe est interprété comme un tout indivisible. (Définitions adaptées de Dobrovie-Sorin et Mari, 2006)

4La distinction tracée en [1]-[2] à propos du pluriel est une manifestation particulière d’une partition plus générale établie par Benveniste entre la « vraie » personne, incarnée par les partenaires de l’énonciation, et la troisième personne, ou « non-personne ».

5La distinction entre pluriel et amplification introduite par Benveniste peut être illustrée par les deux types d’emplois disponibles en français pour les pronoms nous et vous, commandant respectivement l’accord au pluriel [4]a et au non-pluriel [4]b sur leurs dépendants non-fléchis pour le temps :

[4]a

Pluriel : lecture Somme

{Nous/vous} {sommes/êtes} (tous/toutes} devenu(e)s {généraux/générales}.

[4]b

Amplification : effet de (i) ‘majesté’, de ‘modestie’, (iii) d’honorificité

(i)

Nous avons décidé d’être couronné(e) {empereur/impératrice}.

(ii)

Nous sommes conscient(e) du problème posé par cette paire minimale.

(iii)

Vous serez élu(e) président(e).

6Ces exemples posent toutefois immédiatement problème à la généralisation [1] puisqu’ils suggèrent que la pluralisation est disponible à la première personne, comme le soutient aussi Corbett (2000 : 84) à propos d’un exemple comme [5] :

[5]

[Plusieurs locuteurs entonnent en choeur ]

Nous jurons solennellement de soutenir notre président bien-aimé.

7Afin de mieux comprendre la distinction entre pluralisation et amplification, et la relation unissant les deux, nous consacrerons cet article aux traductions de ‘nous’ et ‘vous’ en coréen, une langue dont la morphologie distingue explicitement les deux catégories qui nous intéressent. Après un bref rappel sur le marqueur de pluriel deul, nous nous concentrerons sur l’amplification, dont nous montrerons qu’elle peut, en coréen, être marquée lexicalement (par le choix d’un lexème pronominal intrinsèquement spécifié comme amplifié), ou affixalement (au moyen du suffixe –ne), ces deux stratégies étant mutuellement non exclusives et toutes deux combinables avec le pluriel. Nous décrirons les effets interprétatifs associés à chaque combinaison de traits, et montrerons que la grammaire du coréen invite à construire la partition personnelle non pas selon le schéma benvenistien 1-2 vs. 3, mais plutôt selon le schéma 1 vs. 2-3 opposant la première personne aux deux autres. La principale hypothèse qui se dégagera de notre étude est que contrairement aux personnes 2 et 3, la première n’est pluralisable que si elle est préalablement amplifiée.

2. Le pluriel coréen : rappels

  • 2 Nos exemples coréens sont parfois fabriqués de toutes pièces, mais plus souvent adaptés d’exemples (...)

8Le coréen possède un morphème deul qui se suffixe aux nominaux et marque la pluralité du référent. L’effet de pluralisation est illustré de façon intéressante par la paire minimale en [6], où l’on voit que le nom gajog appelle deux traductions françaises différentes : en l’absence de deul, il dénote en [6]a un Groupe, une entité collective mais singulière — la cellule familiale ; en présence de deul, il dénote en [6]b une Somme, telle que définie en [3]a — l’ensemble des différents membres de la cellule familiale2 :

  • 3 Abréviations utilisées dans les gloses : +A = amplification ; ACC = accusatif ; CAUS = causatif ; C (...)

[6]a

 

Geu-neun bughan

3sg TOP Corée du N

-e salangha-neun

LOC aimer REL

gajog-eul du- go

ACC laisser COM

ø domang-o-ass- da.3

(3sg) fuite venir pas dec

‘Il a fui jusqu’ici en laissant sa famille (cellule familiale) bien-aimée en Corée du Nord.’

[6]b

 

Geu- neun bughan

3SG TOP Corée du N

-e salangha-neun

LOC aimer REL

gajog-deul –eul du-

PL ACC laisser

go ø domang-o-ass- da

COM (3sg) fuite venir PAS DEC

‘Il a fui jusqu’ici en laissant ses parents (les divers membres de sa cellule familiale) bien-aimés en Corée du N.’

9Nous rappelons en [7] une généralisation descriptive concernant le marqueur deul, dégagée de travaux antérieurs (Kwon & Zribi-Hertz 2004, 2005) :

[7]

 

Distribution et interprétation du marqueur de pluralité deul dans le groupe nominal

Le morphème deul s’interprète comme un marqueur de quantité imprécise existentiellement quantifié. Corrélativement, un syntagme nominal pluralisé par deul est fermé à toute interprétation ouverte (intensionnelle) de son référent.

  • 4 Sur ce point deul est, par exemple, analogue à l’espagnol unos (Laca & Tasmowski 1996).

10Cette contrainte interprétative est illustrée ci-dessous par l’inacceptabilité de la lecture indéfinie faible en [8](iii)4, et par celle de la lecture générique en [9](iii) :

[8]

 

 

Minna-neun

Minna TOP

jeonchiin

politicien

 

-deul

PL

 

-eul

ACC

 

manna

rencontrer

ss –

PAS

da.

DEC

(i)

(ii)

(iii)

 

 

‘Minna a rencontré les politiciens.’

‘Minna a rencontré un groupe de quelques politiciens.’

*‘Minna a rencontré {du politicien/une quantité non spécifiée de politiciens}.’

(exemple adapté de Kwon et Zribi-Hertz 2005 :172)

[9]

 

 

Gom-deul-eun

ours PL TOP

julo

principalement

 

daenamu-leul

bambou ACC

 

meog

manger

-neun

PRS

-da.

DEC

(i)

(ii)

 

(iii)

 

‘Les ours (que l’on sait) mangent principalement du bambou.’

‘Les divers membres de l’espèce Ours mangent principalement du bambou.’

*‘Les ours, ça mange principalement du bambou.’ (exemple repris de Kwon & Zribi-Hertz 2005 : 172)

11En résumé : bien que deul n’ait pas les mêmes propriétés que le pluriel flexionnel du type français ou anglais, c’est bien un marqueur de pluralité puisqu’il déclenche l’interprétation du référent de son syntagme nominal comme une Somme, au sens de [3]a.

3. Pronoms de dialogue en coréen

12Comme le suggère plus bas l’inventaire [11], l’ensemble des formes capables de dénoter le locuteur ou l’allocutaire est moins fermé en coréen qu’il ne l’est en anglais ou en français. Certaines formes peuvent en outre dénoter selon les contextes le locuteur, l’allocutaire, ou la « non-personne ». S’agissant d’une langue à morphologie non flexionnelle, nous adopterons une définition sémantique des personnes grammaticales :

[10]

Personne 1 : la dénotation inclut le locuteur.

[10]b

Personne 2 : la dénotation inclut l’allocutaire et exclut le locuteur.

[10]c

Personne 3 : la dénotation n’inclut ni le locuteur, ni l’allocutaire.

3.1. Amplification et pluralisation : morphologie

13Ramstedt (1939) (cité par Benveniste 1946), et plus récemment Go & Nam (2003), signalent que ‘nous’ et ‘vous’ peuvent se traduire de différentes façons en coréen. Ils énumèrent une série de formes qui sont tantôt nues (ex. uli, neohi), et tantôt porteuses du suffixe pluriel (uli-deul, neohi-deul), mais sans préciser les conditions d’emploi de chaque type, ni les effets sémantiques associés.

  • 5 Nous nous autorisons par commodité à employer le terme pronom, mais un système comme celui du corée (...)

14Une complication connue de la grammaire du coréen est son système honorifique très riche, qui se manifeste typiquement — mais pas seulement — dans le choix des formes utilisées pour désigner le locuteur et l’allocutaire. Toute description des pronoms5 de dialogue se doit donc de spécifier l’honorificité, et de l’articuler avec la distinction amplification/pluralisation qui nous intéresse plus précisément ici. L’inventaire présenté ci-dessous en [11] est non exhaustif, du fait de la possibilité évoquée en [11]b d’employer divers lexèmes nominaux en référence aux personnes 1 et 2 :

  • 6 Dans ce tableau comme dans les gloses d’exemples, +A = amplification et PL = pluriel. Pour la spéci (...)

[11]

Expressions de 1ère et 2ème personne en coréen

a. paradigme central6

Personne

Honorificité

base lexicale (L)

L+PL

L+A

L+A+PL

 

 

1

neutre

-A : na

*na-deul

*na-ne

*na-ne-deul

+A : uli

uli-deul

uli-ne

uli-ne-deul

-H

-A : jeo

*jeo-deul

*jeo-ne

*jeo-ne-deul

+A : jeohi

jeohi-deul

jeohi-ne

jeohi-ne-deul

 

 

2

neutre

-A : neo

neo-deul

neo-ne

neo-ne-deul

+A : neohi

neohi-deul

neohi-ne

neohi-ne-deul

H+1

jane

jane-deul

jane-ne

jane-ne-deul

H+2

geudae

geudae-deul

geudae-ne

#geudae-ne-deul

b. autres expressions

1ère personne

  • bonin , sino-coréen, lit. bon = ‘en personne’, in = ‘humain’ ; honorificité neutre (style administratif) ;

  • swen, sino-coréen, lit. so = ‘petit’, in ‘personne’ ; archaïque et fortement déshonorifiant ;

  • sosaeng, sino-coréen, lit. so = ‘petit’, saeng = ‘naissance’ ; archaïque et aristocratique ; honorificité négative ;

  • jim, gwain : deux formes employées exclusivement par le Roi pour se désigner.

2ème personne

  • bonin (terme d’adresse pour l’accusé, dans un procès) ;

  • eoleusin, lit. ‘adulte’, honorificité +2 (employé pour s’adresser à la génération des parents) ;

  • dangsin (désigne le partenaire, au sein d’un couple moderne bien élevé) ;

  • daeg, lit. ‘maison’ (peut s’employer entre femmes) ;

  • nohyeong, archaïque, honorificité +1 (employé pour s’adresser à la génération des grands frères) ;

  • yeoleobun, lit. yeoleo ‘plusieurs’+ bun ‘personne’, composition aujourd’hui démotivée (peut s’employer pour désigner un auditoire)

  • guihyeong et guiha : honorificité +2 (entre hommes de la même génération)

15Dans ce qui suit, nous limiterons notre description aux formes du tableau [11]a, que nous traiterons comme central. Toutes les formes acceptables figurant dans les cases grisées de ce tableau se laissent traduire en français par ‘nous’ ou ‘vous’. Les éléments de ce sous-ensemble se distinguent les uns des autres d’une part par l’honorificité, mais aussi par diverses combinaisons possibles de pluralisation et/ou d’amplification.

16Deux stratégies de marquage de l’amplification sont distinguées au sein du tableau [11]a : (i) l’amplification lexicale, inhérente à la base lexicale (formes +A, troisième colonne du tableau) ; (ii) l’amplification affixale, signalée par le suffixe ne (colonnes 5 et 6). Les formes à amplification lexicale — uli, jeohi, neohi — sont morphologiquement opaques — jeohi et neohi ont perdu leur compositionnalité en coréen moderne. Les colonnes 5 et 6 du tableau montrent que les deux stratégies d’amplification peuvent se combiner l’une avec l’autre, ainsi qu’avec le marqueur de pluriel (colonne 6). On constate qu’à la première personne, seules les formes amplifiées lexicalement (uli et jeohi) sont compatibles avec l’amplification affixale et avec l’affixe de pluralité deul. A la deuxième personne, en revanche, l’amplification affixale et le pluriel peuvent s’appliquer directement à des bases non amplifiées :

  • amplification : neo-ne, jane-ne, geudae-ne ;

  • pluriel : jane-deul, geudae-deul ;

    • 7 La forme geudae-ne-deul semble pragmatiquement indisponible, sans doute du fait du conflit entre l’ (...)

    amplification et pluriel : neo-ne-deul, jane-ne-deul.7

17Nous examinerons maintenant plus en détail la distribution de l’amplification et de la pluralisation, et les effets interprétatifs associés.

3.2. L’amplification lexicale

18Les formes amplifiées lexicales sont au nombre de trois : uli, jeohi, neohi. Elles dénotent des groupes incluant au moins deux membres dont l’allocutaire (neohi) et/ou le locuteur (uli, jeohi).

3.2.1. Les pronoms lexicalement amplifiés dénotent des Groupes

19Les pronoms lexicalement amplifiés présentent non pas la dénotation de type Somme définie en [3]a, mais la dénotation de type Groupe définie en [3]b. Corrélativement, les pronoms lexicalement amplifiés sont, crucialement, non pluriels. Cette propriété est révélée par l’inacceptabilité de ces pronoms dans des contextes requérant le pluriel, et à l’inverse, leur acceptabilité dans des contextes appelant le non-pluriel.

20La paire d’exemples en [12] illustre l’acceptabilité de uli dans un contexte fermé au pluriel :

[12]a

 

Uli

1+A

ingan –eun

humain TOP

taeeona-neun

naître REL

sungan-buteo

moment depuis

mal –eul

parole ACC

ha –neun

faire REL

geos-eun

ND TOP

an -i -da.

NEG COP DEC

‘Il n’est pas vrai que nous l’espèce humaine parlons dès la naissance.’

[12]b

 

*Uli-deul

1+A PL

ingan –eun

humain TOP

taeeona-neun

naître REL

sungan-buteo

moment depuis

mal –eul

parole ACC

ha-neun

faire REL

geos-eun

ND TOP

an

NEG

-i

COP

-da.

DEC

21En [12]b, le pluriel deul est en conflit avec l’apposition du nom d’espèce ingan (‘espèce humaine’), crucialement indénombrable ; le pronom amplifié uli est toutefois acceptable en [12]a dans le même contexte. La paire d’exemples [13] illustre semblablement l’occurrence du pronom amplifié de 2ème personne neohi dans un contexte fermé au pluriel :

[13]a

 

Neohi-neun

2+A TOP

cham chagha-n

très poli REL

eolini i

enfant COP

-guna.

CONST

Lit. ‘Je vois que vous êtes de la jeunesse très bien élevée.’

(‘Je vois que vous êtes un groupe d’enfants très bien élevé.’)

[13]b

 

*Neohi-deul-eun

2+A PL TOP

cham chagha-n

très poli REL

eolini i

enfant COP

guna

CO

22En [13]b, la pluralisation du pronom sujet topical est en conflit avec l’occurrence dans le prédicat du nom d’espèce indénombrable eolini ‘jeunesse’ (‘catégorie des jeunes’) ; le pronom amplifié neohi est acceptable en [13]a dans le même contexte.

23Les pronoms uli, jeohi, neohi invitent à interpréter le référent comme une entité singulière. Les éléménts constituant le groupe ne deviennent accessibles qu’en présence de matériel morphologique supplémentaire, notamment le marqueur de pluralité deul [14]b ou un cardinal [15]b :

[14]a

 

 

Uli –neun

1+A TOP

geogi

là-bas

 

iss-eun

EX REL

 

modeun

tout

 

chaeg-deul-eul

livre PL ACC

ilg-eoss-da.

lire PAS DEC

 

Notre {groupe/couple} a lu tous les livres qui se trouvent là-bas.’

[14]b

 

 

Uli-deul-eun

1+A PL TOP

geogi

là-bas

 

iss-neun

EX REL

 

modeun

tout

 

chaeg-deul-eul

livre PL ACC

ilg-eoss-da.

ire PAS DEC

 

‘Les (divers) membres de notre groupe ont (chacun) lu l’ensemble des livres qui se trouvent là-bas.’

[15]a

 

 

Uli –neun

1+A TOP

gag

différente

 

bang

chambre

 

-eul

ACC

 

sseu

utiliser

 

-n-da.

PRS DEC

 

Lit. ‘Nous ( = notre couple/groupe} utilisons une chambre différente.’

[15]b

 

 

Uli -dul-

1+A deux

-eun

TOP

gag

différente

 

bang

chambre

 

-eul

ACC

 

sseu

utiliser

 

-n

PRS

 

-da.

DEC

 

‘Nous deux nous faisons (chacun) chambre à part.’

24En l’absence du marqueur de pluriel deul ou d’un cardinal, la dénotation de uli est construite comme une entité singulière et compacte — un Groupe, et non une Somme, selon les définitions [3]. C’est le pluriel deul ou le cardinal qui permet de dériver une dénotation de type Somme. Dans un contexte requérant une lecture de type Somme, le simple pronom amplifié est donc exclu :

[16]a

 

 

*Uli gaunde

1+A parmi

mahn –eun

beaucoup REL

 

salam –i

personne NOM

 

geuleo-ha

cela faire

 

-yeoss-deusi

PAS comme

 

Lit. ‘Comme l’ont fait beaucoup d’entre notre groupe...’

[16]b

 

 

Uli-deul

1+A PL

gaunde

parmi

 

 

mahn-eun

beaucoup REL

 

 

salam-i

personne NOM

 

 

geuleo-ha

cela faire

 

 

-yeoss-deusi....

PAS comme

Lit. ‘Comme l’ont fait beaucoup de gens parmi nous....’

(‘Comme l’ont fait beaucoup d’entre nous...’)

25La postposition gaunde ‘parmi, entre’ sélectionne un complément sémantiquement pluriel — à dénotation de type Somme : l’inacceptabilité de (16a) confirme donc la non-pluralité sémantique de uli.

26Un emploi remarquable et très fréquent des pronoms amplifiés s’observe au génitif signalant la relation d’appartenance. En coréen comme dans certaines autres langues (le tamoul, par exemple), la forme du génitif à dénotation humaine est sensible à la distinction entre appartenance individuelle et appartenance collective : pour les parties du corps et les objets manufacturés à usage personnel, l’appartenance se comprend naturellement comme individuelle (ma tête, ma bague, n’appartiennent qu’à moi), alors que pour la parenté, les objets ou lieux partagés (voiture, maison, village), les institutions et services collectifs (société, banque, école), l’appartenance est, dans le cas non marqué, comprise comme collective (« mon » pays et « mon » oncle ne m’appartiennent pas en propre). Cette distinction est signalée morphologiquement en coréen : l’occurrence du pronom génitif singulier n’est légitime que pour l’appartenance individuelle, tandis que l’appartenance collective appelle l’emploi du pronom génitif amplifié :

[17]a

 

{nae

1SG

/ne }

2SG

{banji/chaeg/os}

bague/livre/vêtement

‘ma/mon/mes ta/ton/tes {bague(s)/livre(s)/vêtement(s)}’

[17]b

 

{uli

1+A

/neohi }

2+A

{banji/chaeg/os}

bague/livre/vêtement

‘notre/nos votre/vos {bague(s)/livre(s)/vêtement(s)

(celle/celui/ceux de mon/ton groupe)’

[18]a

 

#{nae

1SG

/ne}

2SG

{appa/nala/haggyo}

père/pays/école

[18]b

 

{uli

1+A

/neohi}

2+A

{appa/nala/haggyo}

père/pays/école

‘mon/notre ton/votre {père/pays/école}’

27Dans le cas illustré en [17] (appartenance individuelle), le génitif singulier [17]a et le génitif amplifié [17]b, tous deux disponibles et non marqués, sont associés à des lectures différentes, par exemple : ‘ma bague’ vs. ‘notre bague’.

28En revanche, dans le cas illustré en [18] (appartenance collective), sauf contexte particulier (contrastif, par exemple) appelant un effet marqué de singularisation du possesseur, c’est le génitif amplifié qui est de rigueur, même si le groupe ainsi dénoté n’est pas immédiatement inférable du contexte pragmatique : par exemple, même celui qui n’a ni frère ni soeur doit dire ‘notre père’, plutôt que ‘mon père’, forme perçue comme pragmatiquement déviante. Cet emploi des pronoms amplifiés confirme leur dénotation de type Groupe, définie plus haut en [3]b. Notons que le recours à un possessif amplifié à lecture collective est également disponible en français, comme l’illustrent les exemples [19] et [20] : le coréen diffère du français par la sélection plus obligatoire du génitif amplifié pour l’appartenance collective ; en français la sélection du possessif singulier est également acceptable et pragmatiquement bienvenue :

[19]

(Un enfant donne à sa mère des nouvelles de son école)

FRANCAIS

COREEN

[19]a

 

Mon école va organiser une fête en juin.

 

#nae haggyo]

lit. ‘mon école’

[19]b

 

Notre école va organiser une fête en juin.

 

[uli haggyo]

‘notre école’

[20]

(Un étudiant français dialogue sur internet avec un étudiant coréen)

FRANCAIS

COREEN

[20]a

 

Viens donc visiter mon pays.

 

[#nae nala]

lit. ‘mon pays’

[20]b

 

Viens donc visiter notre pays.

 

[uli nala]

‘notre pays’

3.2.2. Quantification universelle

29Les pronoms amplifiés peuvent se combiner avec le quantificateur universel modu, comme on le voit plus bas en [21]a. Cette propriété n’est pas en conflit avec l’hypothèse de la non-pluralité de ces pronoms, puisque le quantificateur modu, et sa variante prénominale non flottante modeun, sont a priori compatibles en coréen avec un nominal non pluralisé dénotant un groupe, comme l’atteste [21]b :

[21]a

 

 

 

Uli

1+A

 

 

modu –ga

tout NOM

han dal –e

un mois LOC

 

 

500 dalleo-lo

500 dollar INSTR

 

 

sal

vivre

 

su

POSSIB.

 

iss-neun

EX REL

 

bangbeob-eul

moyen ACC

 

chaja

chercher

 

yaha

OBLIG

 

-n-da.

PRS DEC

‘Il faut trouver un moyen d’arriver à faire vivre tout notre groupe avec $ 500 par mois.’

[21]b

 

Jeongchiin-eun

politicien TOP

modeun

tout

gungmin

peuple

-eul

ACC

manjog

satisfaction

siki –

faire

l

REL.FUT

 

-su –

POSSIB.

 

eobs

EXNEG

 

-da.

DEC

 

‘Les politiciens ne peuvent pas satisfaire tout le peuple.’

3.2.3. Contrainte de pré-identification

30En l’absence du pluriel deul ou d’un cardinal, les pronoms uli, jeohi, neohi dénotent un Groupe identifié en amont de l’énonciation. Ainsi dans l’exemple [22], uli se comprend comme dénotant le couple, la famille, le groupe auquel le locuteur est présupposé appartenir :

[22]

 

Uli

1+A

-ga

NOM

isaha

déménager

deon

REL.PAS

nal

jour

Hangugjeon

Corée guerre

i

NOM

teoji

déclarer

-eoss

PAS

-da.

DEC

‘La guerre de Corée a été déclarée le jour où nous (notre couple/notre famille...) avons déménagé.’

31La contrainte de pré-identification du groupe dénoté par uli, neohi, jeohi, est confirmée par la paire minimale [23], qui montre un contraste interprétatif entre le pronom amplifié non pluralisé uli et sa contrepartie plurielle uli-deul :

[23]a

 

Minna –wa

Minna et

Minsu –wa

Minsu et

na,

1SG

uli-neun

1+A TOP

sagwa-leul

pomme ACC

johaha-n-da.

aimer PRS DEC

‘Minna, Minsu et moi ( = la famille Kim), nous aimons les pommes.’

[23]b

 

Minna-wa

Minna et

Minsu

Minsu

-wa

et

na,

1SG

uli-deul-eun

1+A PL TOP

sagwa-leul

pomme ACC

johaha-n-da.

aimer PRS DEC

‘Minna, Minsu et moi (ici présents), nous aimons les pommes.’

32La contrainte de préidentification est neutralisée en [23]b par l’occurrence du pluriel deul, dont la force existentielle est solidaire d’un ancrage spatio- temporel (cf. Kwon et Zribi-Hertz 2004, 2005). Le même contraste s’observe en [24] à la deuxième personne :

[24]a

(Jésus s’adresse au peuple chrétien dans un Evangile)

Na-neun

1SG TOP

neohi-leul

2+A ACC

salang

amour

ha

faire

-n

PRS

-da.

DEC

‘Je vous aime.’

[24]b

(Même contexte)

?#Na-neun

1SG TOP

neohi-deul-eul

2+A PL ACC

salang

amour

ha

faire

-n

PRS

-da.

DEC

Lit. ‘Je vous aime (tous autant que vous êtes, ici présents).’

33Dans les exemples [25] ci-dessous, la relative qui restreint la dénotation du pronom s’oppose à la préidentification du référent ; le simple pronom amplifié est donc exclu en [25]a comme le serait en français un nom propre supportant une relative restrictive. La pluralisation du pronom rétablit l’acceptabilité en [25]b, en appelant un ancrage du référent (‘vous’) à l’événement (‘m’avez aidée’) :

[25]a

 

*[na –ege

1SG DAT

him-i

aide NOM

dweeo –ju

devenir donner

-eoss

PAS

-deon

REL.PAS

neohi-ga]

2+A NOM

geulib

manquer

-da.

DEC

Lit. ‘Ton groupe qui m’a aidé(e), vous me manquez.’

[25]b

 

[na -ege him-i

1SG DAT aide NOM

dweeo –ju

devenir donner

-eoss

PAS

-deon

REL.PAS

neohi-deul- i]

2+A PL NOM

geulib

manquer

-da.

DEC

Lit. ‘Vous (tous) qui m’avez aidé(e), vous manquez.’

34Nous supposons que la contrainte de préidentification du référent associée aux pronoms uli, neohi et jeohi, prend sa source dans la nature lexicale du trait d’amplification porté par ces trois formes. Ce trait est inhérent à la base lexicale du pronom et précède donc sa combinaison en syntaxe. Cette analyse sera confirmée dans la prochaine section par la comparaison des effets sémantiques de l’amplification affixale et de l’amplification lexicale.

3.3. L’amplification affixale

3.3.1. L’affixe ne : distribution et interprétation

35Ne est étymologiquement un nom signifiant ‘petit groupe’. En coréen moderne, il s’attache à un désignateur rigide. Il peut s’agir d’un nom propre, comme en [26], ou bien par exemple d’un nom de fonction identifiant un référent pragmatiquement accessible et présupposé unique — ‘le professeur ’, ‘le pasteur ’, ‘le maire’, etc. — comme en [27] :

[26]a

 

Minsu-neun

Minsu TOP

isa-ga

déménager

-ss-da.

PAS DEC

‘Minsu (,il) a déménagé.’

[26]b

 

Minsu

Minsu

ne-neun isa-ga

+A TOP déménager

-ss-da.

PAS DEC

‘Les Minsu ont déménagé.’

(‘{La famille/le groupe}(de) Minsu a déménagé.’)

[27]a

 

Daejangjangi-neun

forgeronTOP

isa-ga

déménager

-ss-da.

PAS DEC

‘Le forgeron (, il) a déménagé.’

[27]b

 

Daejangjangi -ne-neun

forgeron        +A TOP

isa-ga

déménager

-ss-da.

PAS DEC

Lit. ‘Les Forgeron ont déménagé.’

(‘{La famille/le groupe}(du) forgeron a déménagé.’)

36Sans contexte enrichi, Minsu-ne et daejangjangi-ne se comprennent en [26]b et [27]b comme dénotant la famille de Minsu ou du forgeron (comme les Dupont en français). Moyennant un contexte pragmatique enrichi, [N+ne] peut aussi dénoter un autre type de groupe identifié par le biais de son composant désigné (‘Minsu’, ‘le forgeron’) — par exemple l’équipe ou la chorale à laquelle Minsu appartient, le syndicat d’artisans auquel adhère le forgeron, etc. Le marqueur d’amplification ne s’attache également aux pronoms, comme le montre plus haut le tableau [11]a.

37Bien qu’on ait pu le traiter comme un marqueur de « pluralité » (Ramstedt 1939 : 35), on peut montrer que le morphème ne épelle non pas le trait [pluriel] mais le trait [+A] (amplification), le même que celui qui est incorporé à la racine lexicale des pronoms uli, jeohi et neohi examinés plus haut. Ne confère à son syntagme nominal une dénotation de type Groupe.

38Ce point est d’abord révélé directement par l’interprétation : comme les pronoms uli, jeohi, neohi, les suites de la forme [N+ne] dénotent des groupes (cf. [26]b, [27]b).

39D’autre part, les suites [N+ne] sont essentiellement distribuées comme les pronoms amplifiés uli, jeohi, neohi en position génitive :

[28]

 

génitif

appartenance individuelle :

N2 = banji ‘bague’

appartenance collective :

N2 = haggyo ’école’

 

Personne 1

nae banji ‘ma bague’

uli banji ‘notre bague’

#nae haggyo

uli haggyo ‘mon/notre école’

 

Personne 2

ne banji ‘ta bague’

neohi banji ‘votre bague’

#ne haggyo

neohi haggyo ‘ton/votre école’

 

Personne 3

(nom propre)

Minsu banji

‘la bague de Minsu’

Minsu-ne banji

‘la bague des Minsu’

(Minsu et son groupe)’

•?Minsu haggyo

Minsu-ne haggyo

‘l’école de Minsu

(de Minsu et ses condisciples)’

40La déviance du génitif singulier avec un Possessum du type ‘école’ est légèrement moins forte avec un génitif de troisième personne comme Minsu, qu’avec un génitif de première ou deuxième personne, puisque nous avons trouvé sur Google trois exemples du type Minsu haggyo (à génitif non amplifié), alors que nous n’en avons trouvé aucun du type nae haggyo ou ne haggyo. En présence d’un Possessum de type collectif, c’est malgré tout le génitif amplifié de troisième personne [N+ne] qui apparaît dans une écrasante majorité de cas.

41La non-pluralité sémantique des suites [N+ne] est confirmée par leur fermeture aux lectures distributives et partitives, contrainte qu’ils partagent avec les pronoms amplifiés uli, jeohi, neohi. Dans l’exemple [29]a ci-dessous, où le contexte requiert un SN dénotant une Somme, la forme affixalement amplifiée Minsu-ne est exclue, comme l’était le pronom lexicalement amplifié uli en [16]a ; dans l’exemple [29]b on constate en outre que la suite affixalement amplifiée [N-ne] ne peut pas servir de support au marqueur de pluriel deul, et se démarque donc sur ce point des pronoms lexicalement amplifiés (cf. [14]b, [16]b, etc.). Nous laisserons ici cette contrainte en attente d’explication :

[29]a

 

* Minsu-ne

Minsu +A

gaunde

parmi

mahn     eun

beaucoup REL

salam     i

personne NOM

geuleo-ha

cela faire

-yeoss-deusi....

PAS comme

Lit. ‘Comme l’ont fait beaucoup d’entre {le groupe/la famille} de Minsu...’

[29]b

 

*Minsu-ne –deul

Minsu +A PL

gaunde

parmi

mahn    -eun

beaucoup REL

salam     -i

personne NOM

geuleo-ha

cela faire

-yeoss-deusi....

PAS comme

Lit. ‘Comme l’ont fait beaucoup d’entre les membres {du groupe/de la famille} de Minsu...’

42L’exemple [30] illustre un contexte appelant (du fait du prédicat relationnel ‘(être) frères’) un sujet dénotant une Somme, à l’exclusion d’un Groupe. Le pronom sujet topical de 2sg doit donc être combiné soit avec le marqueur de pluralité deul [30]a, soit avec un cardinal [30]b,c. L’amplification du pronom est par ailleurs licite [30]b,c mais non obligatoire [30]a, et produit une interprétation complexe où la Somme est dérivée d’un Groupe.

[30]

 

Seolo

RECIP

ssauji

disputerNEG

ma-la !

IMP

‘Ne vous disputez pas !’

[30]a

 

Neo-deul

2     PL

-dul –eun

deux TOP

hyeongje

frère

i

COP

-da.

DEC

‘Vous deux êtes frères !’

[30]b

 

Neo-ne-dul -eun

2 +A deux TOP

hyeongje

frère

i

COP

-da.

DEC

Lit. ‘Vous deux (formant le groupe ici présent) êtes frères !’

[30]c

 

Neohi -dul -eun

2A     deux TOP

hyeongje

frère

i

COP

-da.

DEC

Lit. ‘Vous deux (formant un couple préidentifié) êtes frères !

[30]d

 

*Neo-ne -neun

2 +A TOP

hyeongje

frère

i

COP

-da.

DEC

Lit. ‘Votre groupe (ici présent) êtes frères !’

[30]e

 

*Neohi -neun

2A      TOP

hyeongje

frère

i

COP

-da.

DEC

Lit. ‘Votre groupe (préidentifié) êtes frères !’

43Ces exemples confirment la distinction entre pluralisation et amplification, et la combinabilité de ces deux catégories.

3.3.2. Amplification affixale vs. lexicale : comparaison sémantique

44Contrairement aux groupes dénotés par les pronoms lexicaux uli, jeohi, neohi, les groupes dénotés par [N+ne] ne sont pas nécessairement identifiés en amont de la syntaxe. Le contraste entre neohi et neo-ne en [31] confirme cette différence :

[31]

(L’ allocutaire est totalement inconnu du locuteur)

[31]a

 

Neo-ne dul

2 +A deux

eun geogi-eseo

TOP là-bas LOC

mweol

quoi

ha

faire

- go iss

PROG

-ni ?

Q

‘Qu’est-ce que vous faites là-bas, vous deux ?’

[31]b

 

#Neohi

2+a

dul – eun

deux TOP

geogi-eseo

là-bas loc

mweol

quoi

ha-go iss

faire PROG

-ni ?

Q

45Dans la situation pragmatique envisagée, le locuteur identifie le référent comme un groupe (un couple, une paire), mais la constitution du groupe n’est pas supposée antérieure à la situation présente : l’identification du groupe se fait concomitamment à l’énonciation ; corrélativement, c’est la forme affixalement amplifiée, neo-ne, qui est sélectionnée aux dépens de la forme lexicalement amplifiée neohi. La phrase [31]b est syntaxiquement bien formée mais pragmatiquement mal venue car elle suppose que le groupe dénoté par neohi est connu du locuteur antérieurement à la phrase émise.

46Le contraste sémantique évoqué ci-dessus se laisse directement dériver de la nature lexicale ou affixale de l’amplification : le groupe dénoté par la base lexicale amplifiée est enregistré dans l’encyclopédie mentale des locuteurs, en amont de toute combinaison morphosyntaxique. L’amplification affixale par ne permet l’identification du groupe au moment de l’énonciation. Quand les deux stratégies d’amplification sont en concurrence pour une même racine (comme c’est le cas à la deuxième personne pour neohi vs. neo-ne), elles se distribuent donc de façon complémentaire.

  • 8 Cette contrainte n’est pas a priori nécessaire, puisqu’un groupe incluant le locuteur peut être con (...)

47Un contraste intéressant concernant l’amplification affixale s’observe entre les première et deuxième personnes dans le tableau (11a) : aucun des deux pronoms [-A] de première personne, na et jeo, ne fournit un support licite à l’affixe ne, contrairement aux pronoms [-A] de deuxième personne neo et jane. Ce contraste pourrait être solidaire du fait que le locuteur, contrairement à l’allocutaire, est nécessairement connu de lui-même en amont de l’énonciation. Le coréen semble présenter par extension tout groupe incluant le locuteur comme étant identifié en amont de l’énonciation.8

3.4. Amplification et pluriel

48Divers exemples cités plus haut ([14]b, [15]b, [22]b, [24]a) montrent que l’amplification, tant lexicale qu’affixale, peut se combiner avec le marqueur de pluriel deul. Appliqué à une base amplifiée, l’affixe deul a pour effet sémantique de dériver une dénotation de type Somme d’une dénotation de type Groupe. Le pluriel n’annule donc pas l’effet caractéristique de la base amplifiée : il s’y superpose.

[32]a

 

Neohi

2+A

-deul

PL

-eun

TOP

jamsi

un moment

naga

sortir

iss

EX

-eola !

IMP

‘Vous autres (le groupe des candidats), allez attendre dehors un moment !’

[32]b

 

 

Ya ! Neo

Hé 2

-ne –deul

+A PL

juso

adresse

 

ttogbalo

correctement

 

sseonae

écrire

 

-ya

oblig

 

dw-ae !

DECfam

 

‘Hé ! Vous autres, vous devez écrire vos adresses correctement !’

49Dans ces deux cas l’amplification signale une dénotation de Groupe, que le pluriel convertit ensuite en la somme de ses membres. Avec l’amplification lexicale en [32]a, le groupe de départ est identifié en amont de l’énonciation (groupe des candidats à l’oral d’examen, par exemple) ; en [32]b, l’amplification affixale signale l’identification du groupe dans l’énonciation même (le groupe des destinataires de [32]b).

3.5. Double amplification

50Bien que chacune des deux stratégies d’amplification soit non-récursive, il est possible, comme l’indique le tableau [11]a, de les combiner entre elles en appliquant l’amplification affixale à une base lexicale amplifiée. Dans ce cas, chaque trait d’amplification doit être indépendamment motivé dans son contexte.

51Dans l’exemple [33]b, l’ancrage à l’énonciation produit par l’amplification affixale semble avoir pour effet sémantique d’estomper les limites du groupe dénoté par la base amplifiée de départ :

[33]a

 

Geu soseol

DM roman

sog

intérieur

-e

LOC

damgi

contenir

-n

REL

iyagi

histoire

-do

aussi

palanmanjangha-n

mouvementé REL

uli

1+A

insaeng-cheoleom

vie comme

gagyanggagsaeg

varié

i

COP

-da.

DEC

Lit. ‘L’histoire qui est contenue dans ce roman est aussi mouvementée que notre vie ( = celle de notre groupe) est variée.’

[33]b

 

Geu soseol

DM roman

sog

intérieur

-e

LOC c

damgi –n

contenir REL

iyagi

histoire

-do

aussi

palanmanjangha-n

mouvementé REL

uli

1+A

ne

+A

insaeng

vie

-cheoleom

comme

gagyanggagsaeg

varié

i

COP

da.

DEC

‘L’histoire de ce roman est aussi mouvementée que notre vie (à nous tous, tous autant que nous sommes) est variée.’

52Avec la double amplification en [33]b, les contours du groupe incluant le locuteur sont moins précis qu’en [33]a. Aucun marqueur de pluralité ou de cardinalité n’apparaissant ici, les membres du groupe sont inaccessibles à l’interprétation en [33]b comme en [33]a.

53Dans la série d’exemples [34], c’est la forme doublement amplifiée qui est, pragmatiquement, optimale :

[34]

 

(La cheminée s’adresse à l’oiseau-cheminée qui la questionne sur l’origine du nom qu’il porte)

[34]a

 

ajig

encore

neohi

2+A

-ne –neun

+A TOP

mattangha-n

approprié REL

ileum-do

nom même

eobs

NEGEX

-eul ttae

ACC moment

i

COP

-eoss

PAS

-da.

DEC

‘A cette époque votre espèce n’avait même pas encore de nom approprié.’

[34]b

 

#ajig

encore

neo – ne

2+A

-neun

+A TOP

mattangha- n

approprié REL

ileum-do

nom même

 

eobs

NEGEX

 

-eul ttae

ACC moment COP

 

i-

PAS

 

eoss-da.

DEC

Lit. ‘A cette époque toi et ta famille n’aviez même pas encore de nom approprié.’

[34]c

 

?? ajig

encore

neohi

2+A

-neun

TOP

mattangha- n

approprié REL

ileum-do

nom même

eobs

NEGEX

-eul

ACC

ttae

moment

i

COP

-eoss

PAS

-da

DEC

54Dans le contexte considéré ici, le pronom de deuxième personne doit dénoter non pas l’allocutaire singulier, mais l’espèce des ‘oiseaux-cheminées’, groupe préidentifié dans l’encyclopédie et dont l’allocutaire est un représentant. Ceci justifie le choix du pronom de deuxième personne amplifié, neohi ( = ‘ton groupe’). L’amplification affixale est indépendamment motivée par l’ancrage temporel au passé : en l’absence du morphème ne en [34]c, le groupe dénoté par neohi en [34]c serait construit comme atemporel. L’amplification affixale par ne permet l’ancrage du référent du groupe au temps de la phrase, donc au passé. Mais comme le suggère la traduction littérale de [34]b, la simple amplification affixale est mal venue ici, car elle inciterait à construire le groupe non pas dans l’encyclopédie, mais à partir de l’énonciation, et donc comme incluant l’allocutaire et (par défaut) sa famille. C’est donc la double amplification illustrée en [34]a qui conduit ici optimalement à l’interprétation recherchée, chaque morphologie d’amplification ayant sa propre motivation.

55Dans l’exemple [35]b contrastant avec [35]a, l’effet sémantique de la double amplification est l’élargissement du petit groupe initialement dénoté par uli. En [35]a comme en [35]b, le pluriel dérive une lecture de type Somme, et implique un ancrage existentiel à l’énonciation, effet en phase avec l’occurrence de la relative :

[35]a

 

nolae-leul

chant ACC

salangha-neun

aimer     REL

uli –deul

1A   PL

‘Nous (ici présents) qui aimons chanter...’

[35]b

 

nolae-leul

chant ACC

salangha

aimer

-neun

REL

uli –

1A

ne –

+A

deul

PL

‘Nous (notre petit groupe <uli> +l’ensemble de nos concitoyens <ne>) qui aimons chanter...’

56Dans les exemples [36]b et [37]b, contrastant avec [36]a et [37]a, l’amplification affixale a pour effet de bloquer l’analyse du pronom comme un génitif, et conduit, corrélativement, à analyser la séquence eobu-deul-eun comme un SN apposé :

[36]a

 

Uli

1+A

eobu

pêcheur

deul-eun

PL TOP

geuleom

faim

jug

mourir

-eola

IMP

-neun

REL

mal

parole

-i

COP

nya ?

Qrh=h

‘Voulez-vous dire que nos pêcheurs n’ont qu’à mourir de faim ?’

[36]b

 

Uli

1+A

-ne

+A

eobu

pêcheur

deul-eun

PL TOP

geuleom

faim

jug

mourir

eola

IMP

-neun

REL

mal

parole

-i

COP

-nya ?

Qrh=h

‘Voulez-vous dire que nous autres les pêcheurs n’avons qu’à mourir de faim ?’

[37]a

 

Neohi

2+A

eobu

pêcheur

-deul

PL

-eun

TOP

jug -

mourir

dolog

au point

il

travail

eul

ACC

ha

faire

-yeodo

même si

neul

toujours

bae –

ventre

ga

NOM

gopeuji

avoir faim

anh-ni ?

NEG Q

‘N’est-ce pas que vos pêcheurs ont toujours faim, même s’ils travaillent

jusqu’à la mort ?’

[37]b

 

Neohi

2+A

-ne

+A

eobu

pêcheur

-deul

PL

-eun

TOP

jug -

mourir

-dolog

au point

il

travail

eul

ACC

ha

faire

yeodo

même si

neul

toujours

bae -

ventre

-ga

NOM

gopeuji

avoir faim

anh-ni ?

NEG Q

‘N’est-ce pas que vous autres les pêcheurs vous avez toujours faim, même si vous travaillez jusqu’à la mort ?’

57La nature de la contrainte qui empêche d’analyser uli-ne et neohi-ne comme des génitifs en [36]b et [37]b n’est pas claire pour nous à ce stade, et nous laissons ici cette question en suspens.

58La double amplification d’un pronom peut être corrélée à des effets honorifiques :

[38]

(Le cadre salarié répond à son vénérable patron qui l’a invité à la campagne)

Jeohi

1+A

ne

+A

gajog

famille

-eun

TOP

mos

NEG aller

ga –l

REL.FUT

geos

ND

gat-seubni

sembler+H

a-da.

DEC

‘Je crois que notre famille ne pourra pas venir.’

59L’allocutaire (vénérable patron) appelle un marquage honorifique fortement positif et, corrélativement, la sélection d’une forme à honorificité négative — une forme de ‘modestie’ — pour le locuteur (jeo, plutôt que na : voir tableau (11)). La sélection de la forme lexicalement amplifiée jeohi est motivée par le caractère collectif de la relation d’appartenance (‘notre famille’ : cf. (27)). L’amplification affixale (ne) produit un effet de désingularisation, et donc de modestie, supplémentaire, ici pragmatiquement bienvenu.

3.6. Pronoms de dialogue à lecture intensionnelle

  • 9 Merci à Makoto Kaneko, pour avoir porté à notre attention ce texte de Nunberg.

60En s’appuyant sur des exemples anglais dont nous transposerons ci- dessous un échantillon en français, Nunberg (1998)9 met en question l’idée que les expressions « indexicales » (pronoms de dialogue, démonstratifs) dénotent des (ensembles d’)individus, plutôt que des propriétés. En ce qui concerne les pronoms de dialogue qui nous intéressent ici, on constate en effet que dans des exemples comme [39], nous ne dénote pas nécessairement un groupe d’individus spécifique, mais peut également avoir ce que Nunberg nomme une « référence indirecte » :

[39]a

Chaque fois qu’un pianiste nous rend visite, nous jouons à quatre mains.

[39]b

 

(Locuteur = un blond aux yeux bleus)

Nous sommes en voie d’extinction.

[39]c

 

(Locuteur = une femme)

En Union Soviétique, nous travaillons à la mine.

[39]d

 

 

(Locuteur : un magistrat de la Cour Suprême des Etats-Unis)

A Cuba, nous serions communistes et cette proposition serait donc acceptée.

61Les exemples [39]a et [39]d suggèrent que nous peut voir une connotation variable : on peut comprendre en [39]a que le pianiste-visiteur et, corrélativement, l’ensemble dénoté par nous, est différent à chaque visite ; et en [39]b, que nous peut dénoter une espèce intensionnelle (nous = ‘les membres de l’espèce <blond-aux-yeux-bleus>’) . En [39]c, le pronom présente selon Nunberg la même ambiguïté qu’un pluriel nu comme women en anglais : lecture générique (nous = ‘les membres de l’espèce Femme’), ou existentielle (‘il existe des membres de l’espèce Femme qui...’). Selon Nunberg, l’aptitude des pronoms indexicaux à la référence indirecte n’est pas propre au pluriel, mais s’observe également au singulier :

[40]

 

 

(Locuteur = condamné à mort)

Je suis traditionnellement autorisé à commander ce qui me plaît pour mon dernier repas.

62Nunberg soutient que dans une phrase telle que [40], les marqueurs de 1SG peuvent dénoter soit directement le locuteur en tant qu’individu spécifique, soit indirectement la catégorie <condamné-à-mort> dont il n’est qu’un représentant (token) particulier. Tous ces exemples montrent, selon l’auteur, que le comportement sémantique des pronoms de dialogue (et plus généralement, des indexicaux) n’est, contrairement à ce que d’autres ont pu soutenir (cf. par ex. Kaplan 1989, Perry 1977, Perry & Barwise 1983, Recanati 1988, Wettstein 1981), pas radicalement différent de celui des noms nus (anglais) et des descriptions définies :

[41]a

 

Chaque fois qu’un pianiste rend visite à Jean, les deux musiciens jouent à quatre mains.

[41]b

Les blonds aux yeux bleus sont en voie d’extinction.

[41]c

En Union Soviétique, les femmes travaillent à la mine.

[41]d.

 

A Cuba, les magistrats de la Haute Cour seraient communistes et cette proposition serait donc acceptée.

[41]e

 

Le condamné à mort est traditionnellement autorisé à commander ce qui lui plait pour son dernier repas.

  • 10 Nos objections valent aussi pour l’anglais.

63Avant d’examiner le coréen, nous devons exprimer notre désaccord avec les hypothèses descriptives de Nunberg concernant les exemples [39]d et [40] en français.10 En ce qui concerne l’exemple [39]d, on constate que l’effet de « référence indirecte » associé au pronom nous est crucialement solidaire de la modalité irréelle de sa phrase ; en l’absence de la modalité irréelle, le pronom nous n’a pas de lecture variable en [42]a, contrairement à la description définie de [42]b :

[42]

(Locuteur : un magistrat de la Cour Suprême des Etats Unis)

[42]a

 

#A Cuba nous sommes communistes et cette proposition serait donc acceptée.

[42]b

 

A Cuba les juges de la Haute Cour sont communistes et cette proposition serait donc acceptée.

64En ce qui concerne l’exemple [42], on constate qu’en présence d’un topique spatial ancrant la phrase en un lieu disjoint de celui de l’énonciation, la référence indirecte du pronom indexical est bloquée ; l’impropriété du pronom indexical contraste donc nettement en [43]a avec la félicité de la description définie de [43]b :

[43]

(Locuteur : condamné à mort au Texas)

[43]a

 

#A Cuba, je suis traditionnellement autorisé à commander ce qui me plaît pour mon dernier repas.

[43]b

 

A Cuba, le condamné à mort est traditionnellement autorisé à commander ce qui lui plait pour son dernier repas.

65Les paires [42] et [43] pointent donc plutôt vers une divergence entre la sémantique des pronoms indexicaux et celle des descriptions définies dans des langues comme le français ou l’anglais. La même divergence s’observe en coréen dans les équivalents de [42] et [43] ; nous ne nous y attarderons pas ici, et nous tournerons vers les exemples français [39] pour voir si les propriétés de référence indirecte des pronoms de dialogue pluriels trouvent un écho en coréen.

66Notons pour commencer que s’il devait exister une expression signifiant ‘nous’ et présentant une référence indirecte, il s’agirait de la forme lexicalement amplifiée à honorificité neutre uli, sans amplification affixale (ne) et sans pluriel (deul) : en effet, toute spécification honorifique impliquant le locuteur aurait un effet d’ancrage à l’énonciation (cf. Kwon 2003) ; et nous avons vu que, pour des raisons indépendantes, ne et deul ont l’un et l’autre un effet d’ancrage du référent au temps de l’énonciation.

67Cette remarque préalable étant posée, on constate que contrairement à celle des pronoms anglais we/us et français nous, la référence du pronom coréen uli ne peut pas se construire de façon indirecte.

68Dans l’exemple [44], le pronom uli, sujet d’un prédicat d’espèce, dénote l’espèce [blond-aux-yeux-bleus], dont le locuteur est un membre :

[44]

(Locuteur = Texan blond aux yeux bleus)

( Seukandinabia-eseo jocha)

Scandinavie LOC     même

uli

1+A

-neun

TOP

myeoljong

extinction

dwe – i

devenir REL FUT

wigi   -e

danger LOC

cheoha

au milieu e

iss-da.

EX DEC

Lit. ‘Même en Scandinavie, nous sommes en plein danger de disparaître.’ (‘Même en Scandinavie, nous sommes menacés d’extinction.’)

69Cette interprétation est en phase avec l’hypothèse que les formes amplifiées ont une dénotation de type Groupe. Avec un autre prédicat, cependant, on constate que la référence à l’espèce est bloquée :

[45]

(Locuteur = femme)

Seukandinabia-eseo

Scandinavie LOC

jocha

même

uli

1+A.

-neun

TOP

gwangsan

mine

eseo

LOC

ilha-n-da.

travailler.PRS.DEC

‘Même en Scandinavie, nous travaillons à la mine.’

70En [45] comme en [39], le pronom peut dénoter soit un groupe élargi représentant une catégorie d’individus (‘moi et les autres travailleuses des mines’, ‘moi et les autres femmes de Corée’, etc.). Toutefois, contrairement à la phrase française [39]c, la phrase coréenne [45] n’est pas vraie si la locutrice n’a jamais elle-même mis les pieds en Scandinavie ni travaillé à la mine : uli ne peut pas dénoter l’ensemble intensionnel des membres de l’espèce <femme>.

71L’indisponibilité de la référence indirecte pour uli est confirmée par l’inacceptabilité de la lecture variable en (46), contrastant avec [39]a en français :

[46]

 

Pianiseuteu –ga

pianiste NOM

jib

maison

-eul

ACC

bangmunha

visiter

-l

REL.FUT

ttae mada,

fois chaque

uli

1+A

- neun

TOP

aggi

instrument

-leul

ACC

yeonjuha-n-da.

jouer PRS.DEC

‘Chaque fois qu’un/des pianiste(s) vien(nen)t à la maison, nous jouons de la musique.’

72Contrairement au sujet de la phrase française [39]a qui contient le déterminant singulier un, le sujet de la phrase coréenne [46] est un nom nu non spécifié pour le nombre. La phrase est donc vraie quel que soit le nombre de visiteurs-pianistes, et par conséquent, quel que soit le nombre total de participants à chaque séance de musique. Mais si l’on interprète [46] en supposant que le nombre total de musiciens est égal à deux (comme nous invite à le faire [39]a en français), le pianiste-visiteur ne peut pas faire partie des musiciens : la paire de musiciens dénotée par uli doit être identifiée en amont de l’énonciation (‘moi et mon colocataire’, ‘moi et mon frère’, ‘moi et mon collègue musicien’, etc.). L’interprétation de uli n’est donc pas variable, mais constante.

73Ces contrastes entre le français nous et le coréen uli peuvent être dérivés des propriétés différentes de ces deux pronoms. Uli est, nous l’avons vu, une expression NON plurielle à dénotation de type Groupe, tandis que nous est une expression dont nous supposons qu’elle est, dans tous les exemples considérés dans cette section, spécifiée pour le pluriel — trait transmissible par accord. Cette hypothèse trouve une confirmation dans le fait que les lectures indirectes de nous observées en ([39]a-c) disparaissent dès qu’on supprime la spécification plurielle en interprétant le pronom comme un nous de « majesté » ou de « modestie ». Nous supposons donc que les lectures variables ou intensionnelles de nous relevées par Nunberg sont crucialement légitimées par le pluriel flexionnel, qui n’a pas de contrepartie en coréen (cf. Kwon & Zribi-Hertz 2004, 2005). Dans cette hypothèse, le pronom uli du coréen présente dans les exemples coréens en discussion le comportement sémantique attendu d’un nom de groupe incluant le locuteur dans sa dénotation — comportement illustré en français par les syntagmes nominaux en gras des exemples [47] :

[47]a

 

Chaque fois qu’un violoncelliste vient à Paris, notre groupe joue Place des Vosges.

[47]b

Même en Scandinavie, notre groupe est menacé d’extinction.

[47]c

En URSS, notre groupe travaille à la mine.

[47]d

A Cuba, notre groupe serait communiste et la proposition serait acceptée.

[47]e

A Cuba, notre groupe est communiste et la proposition serait acceptée.

5. Conclusions : personne, pluriel, et amplification

74La morphologie du coréen distingue la pluralisation de l’amplification, qui produisent respectivement des interprétation de type Somme et de type Groupe. Dans cette langue, le trait d’amplification peut par ailleurs être épelé morphologiquement de deux façons : lexicalement (au sein même d’une base lexicale perçue comme non compositionnelle), ou affixalement (par ne). Comme l’a noté Corbett (2000) à propos d’autres langues, l’amplification en tant que telle n’est pas propre aux pronoms de dialogue, mais concerne aussi les expressions de troisième personne. Toutefois, l’amplification lexicale se révèle caractéristique, en coréen, des personnes 1 et 2, la troisième personne se prêtant seulement à l’amplification affixale. Le coréen nous montre que les deux morphologies d’amplification, lexicale et affixale, peuvent se combiner entre elles, ainsi qu’avec le pluriel.

75Un contraste se dégage entre les première et deuxième personnes : à la première personne, l’amplification affixale et le pluriel ou la cardinalité s’appliquent toujours à des bases lexicalement amplifiées ; à la deuxième personne en revanche, le pluriel et la cardinalité, ainsi que l’amplification affixale, s’appliquent tantôt à des bases non-amplifiées (neo-ne, neo-deul, geudae-ne, geudae-deul), tantôt à des bases lexicalement amplifiées (neohi-ne, neohi-deul)). En autorisant l’amplification et la pluralisation/cardinalisation de bases non-amplifiées, la deuxième personne est analogue à la troisième. Ce résultat est en conflit avec la partition personnelle benvenistienne, qui oppose les personnes 1 et 2 à la troisième.

76L’impossibilité de pluraliser/cardinaliser directement une base non amplifiée de première personne est confirmée par l’exemple suivant, où apparaît une forme de première personne désuète et recherchée à honorificité fortement négative : swen (cf. [11]b. Cette forme n’a pas de contrepartie lexicalement amplifiée. On constate pourtant que sa pluralisation requiert préalablement son amplification par ne :

[48]

(L’esclave se prosterne devant son Maître car une assiette a été cassée)

[48]a

 

 

swen -ne –ga

1h-2 +A NOM

jug

mourir

 

 

-eul

REL.FUT

 

 

jwe leul

crime ACC

 

ji

commettre

 

 

-eoss-eubni-da.

PAS +H DEC

‘Notre misérable personne a commis un crime à mourir.’

‘Le misérable que nous sommes a commis un crime qui mérite la mort.’

[48]b.

 

 

swen -ne –deul

1h-2 +A PL

-i

NOM

 

jug

mourir

 

-eul

REL.FUT

 

jwe

crime

 

-leul

ACC

 

ji

commettre

-eoss-eubni-da.

PAS +H DEC

‘Les misérables que nous sommes avons commis un crime qui mérite la mort.’

[48]c.

 

*swen

1h-2

deul

PL

-i

NOM

jug

mourir

-eul

REL.FUT

jwe

crime

-leul

ACC

ji

commettre

-eoss-eubni-da.

PAS +H DEC

77Un dernier exemple illustratif est la traduction coréenne d'un extrait de la « Ballade des pendus » de François Villon, présentée plus loin en annexe. On y voit que ‘nous’ est rendu en coréen soit par le pronom lexicalement amplifié uli, dénotant le groupe préidentifié des condamnés, soit par sa variante pluralisée uli-deul, dénotant la somme des membres de ce groupe ; en revanche, la forme honorifique geudae traduisant ‘vous’ est pluralisée, mais pas amplifiée — le poème est dédié à une somme de lecteurs-destinataires épars dans l’espace et le temps et non à un groupe singulier.

78De la grammaire du coréen semble ainsi se dégager une contrainte stipulant que contrairement aux bases lexicales dénotant les personnes 2 et 3, les bases lexicales dénotant le locuteur ne peuvent pas être sélectionnées par le morphème Pluriel et les cardinaux — morphèmes produisant une interprétation de type Somme. Cette généralisation n’est pas conforme à la thèse de Benveniste rappelée en [1], qui traite les première et deuxième personnes comme deux faces d’une même médaille (la « vraie personne »). La généralisation livrée par le coréen est par ailleurs en conflit avec ce que soutient Corbett (2000 : 84) en s’appuyant sur des exemples comme [5] ci- dessus. La version coréenne de la « Ballade des pendus », présentée en annexe, montre que dans cette langue, même dans les conditions pragmatiques illustrées en [5], la pluralisation du pronom de première personne passe nécessairement par son amplification. Comme dans le cas illustré en [5], le « locuteur pluriel » incarne en effet non pas une somme aléatoire d’individus, mais obligatoirement un groupe préexistant à l’énonciation et engagé de façon orchestrée dans la récitation d’un discours pré-composé. Un « locuteur pluriel » est donc nécessairement construit comme un groupe, optionnellement décomposé ensuite en la somme de ses membres. Un « allocutaire pluriel » peut en revanche être construit sémantiquement comme une somme aléatoire d’individus disjoints. En coréen, un groupe incluant le locuteur est par ailleurs toujours dénoté par une forme lexicalement amplifiée, invitant à construire la dénotation en amont de l’énonciation, alors qu’un groupe incluant l’allocutaire peut être dénoté par une forme amplifiée affixale, invitant à ancrer la dénotation au temps de l’énoncé ou de l’événement. Cette distinction entre les personnes 1 et 2-3, que l’on peut corréler au caractère essentiellement singulier et présupposé du locuteur engagé dans l’acte énonciatif, est indépendante du problème discuté par Nunberg — la légitimation des lectures « indirectes » des pronoms de dialogue, qui dans plusieurs cas est crucialement dépendante du pluriel flexionnel, indisponible en coréen. Ces conclusions dégagées de la description de trois langues (le coréen, l’anglais et le français) demandent à être confrontées à celle d’autres langues avant d’être proposées comme candidats- universaux.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste, E. (1946), ‘Structure des relations de personne dans le verbe’, Bulletin de la Société de Linguistique XLIII, fasc. 1, n° 126. Repris dans Problèmes de linguistique générale, vol. 1, 225-236, Paris : Gallimard, 1966.

Corbett, G, (2000), Number, Cambridge:Cambridge University Press.

Dobrovie-Sorin, C. & Mari, A. (2006), ‘Generic plural indefinites : sums or groups ?’, exposé à la Journée d’étude sur la pluralité verbale et nominale, Université Paris-8

Go, Y.-G. & Nam, G.-S. (2003), Pyojun gugeo munbeoblon (Grammaire standard du coréen), 13ème édit, Seoul :Tabchulpansa.

Kang, O.-K. (1999), Anaphore et honorificité en coréen, thèse de doctorat, Université de Paris-8.

Kaplan, D. (1977), ‘Demonstratives’, in J. Almog, J. Perry, & H. Wettstein (sld.), Themes From Kaplan: 481-563. New York/Oxford:Oxford University Press, New York, 1989.

Kwon, S.-N. (2003), A propos du "tu indéfini" en français. Contribution au colloque Cervantès sur les pronoms de la deuxième personne dans les langues européennes, Paris, mars 2003

http://cvc.cervantes.es/obref/coloquio_paris/ponencias/pdf/cvc_kwon.pdf

Kwon, S.-N. & Zribi-Hertz, A. (2004), ‘Number from a syntactic perspective: why plural marking looks ‘truer ’ in French than in Korean’, in P. Cabredo Hoffherr & O. Bonami (sld.) Empirical issues in formal syntax and semantics 5

Kwon, S.-N. & Zribi-Hertz, A. (2005), ‘Pluriel et généricité nominale : les enseignements du coréen’, in C. Dobrovie-Sorin (sld.) Noms nus et généricité : 159-195, Saint- Denis : PUV

Laca, B. & Tasmowski, L. (1996), ‘Indéfini et quantification’, Recherches Linguistiques de Vincennes 25: 107-128.

Nunberg, G. (1998), ’Indexicality and deixis’, in A. Kasher (sld.) Pragmatics: critical concepts, vol. 3 Indexicals and reference: 145-184, Londres/New York: Routledge. [article antérieurement publié dans Linguistic and Philosophy, 1993]

Perry, J. (1977), ‘Frege on demonstratives’, Philosophical Review 86:474-497.

Pyojun gugeo daesajeon (Grand dictionnaire du coréen standard), Guglib gugeo yeonguwon, Dusan Donga, 1999

Ramstedt, G. (1939), A Korean grammar, Helsinki: Suomalats-Ugrilainen Seura. Recanati, F. (1988), ‘Rigidity and direct reference’, Philosophical Studies 53:103-117.

Wettstein, H. (1981), ‘Demonstrative reference and definite descriptions’, Philosophical Studies 40 : 241-257.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Tous nos remerciements à Makoto Kaneko pour sa relecture attentive de deux versions antérieures de ce texte, et à Brenda Laca, Patricia Cabredo, et tous les membres du projet Pluralité verbale et nominale, pour leurs remarques et suggestions très stimulantes à divers stades de la gestation.

2 Nos exemples coréens sont parfois fabriqués de toutes pièces, mais plus souvent adaptés d’exemples attestés relevés dans la base de données de l’Institut KAIST (Korean Advanced Institute of Science and Technology), qui représente le style « formel », ou grâce au moteur de recherche Google (juxtaposant les styles formel et informel ). Les exemples de la base KAIST, qui ne sont pas individuellement référencés, proviennent du dépouillement d’un vaste corpus de textes écrits modernes incluant des traductions récentes de la Bible, des œuvres littéraires, des articles et ouvrages documentaires portant sur des sujets variés : religion, philosophie, sciences exactes, naturelles et sociales, arts, linguistique, histoire, analyse littéraire.
Notre transcription du coréen se conforme au système de Romanisation Révisée du Coréen mis au point en 2000 par l’Académie Nationale de la Langue Coréenne, Ministère de la Culture et du Tourisme.

3 Abréviations utilisées dans les gloses : +A = amplification ; ACC = accusatif ; CAUS = causatif ; COM = comitatif ; CONST = constatif (modalité constative : ‘je vois que...’) ; CONT = continuatif ; COP = copule ; DAt = datif ; DEC = déclaratif ; EX = existentiel ; EXNEG = existentiel négatif ; FUT = futur ; GEN = génitif ; +H = honorificité positive ; -H = honorificité négative ; IMP = impératif ; LOC = locatif ; ND = nom dépendant (introduit une phrase subordonnée) ; NEG = négation : NOM = nominatif ; OBLIG = obligatif (modalité obligative : ‘il faut que...’) ; PAS = passé ; PL = pluriel ; POSSIB = nom modal marquant la possibilité ; PRS = présent ; RECIP = marqueur de réciprocité ; REL = relateur (marqueur de subordination) ; RES = résultatif ; SG = singulier ; SIM = simultanéité ; TOP = topique ; VOC = vocatif.

4 Sur ce point deul est, par exemple, analogue à l’espagnol unos (Laca & Tasmowski 1996).

5 Nous nous autorisons par commodité à employer le terme pronom, mais un système comme celui du coréen nous invite à nous interroger sur la définition même de cette catégorie : la spécification des « pronoms » coréens ne se réduit clairement pas à des traits fonctionnels comme la personne et le nombre, mais inclut en outre des traits d’honorificité que leur diversité invite à considérer comme lexicaux.

6 Dans ce tableau comme dans les gloses d’exemples, +A = amplification et PL = pluriel. Pour la spécification honorifique nous adoptons une version simplifiée du système utilisé par Kang (1999), distinguant au moins deux degrés d’honorificité positive (+1, +2) et deux degrés d’honorificité négative (-1, -2).

7 La forme geudae-ne-deul semble pragmatiquement indisponible, sans doute du fait du conflit entre l’honorificité positive de la racine geudae et l’effet déshonorifiant de la combinaison de l’amplification et du pluriel. Ce point mériterait d’être approfondi.

8 Cette contrainte n’est pas a priori nécessaire, puisqu’un groupe incluant le locuteur peut être constitué de façon aléatoire au moment de l’énonciation (groupe des personnes faisant la queue devant le guichet, par exemple).

9 Merci à Makoto Kaneko, pour avoir porté à notre attention ce texte de Nunberg.

10 Nos objections valent aussi pour l’anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Song-Nim Kwon et Anne Zribi-Hertz, « La pluralisation des pronoms de dialogue : Benveniste face au coréen », Modèles linguistiques, 56 | 2007, 59-82.

Référence électronique

Song-Nim Kwon et Anne Zribi-Hertz, « La pluralisation des pronoms de dialogue : Benveniste face au coréen », Modèles linguistiques [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ml.revues.org/481 ; DOI : 10.4000/ml.481

Haut de page

Auteurs

Song-Nim Kwon

Université : Paris-8 (UMR SFL)

Anne Zribi-Hertz

Université : Paris-8 (UMR SFL)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org