Navigation – Plan du site

L'expression de la « réflexivité » en japonais et en français : étude comparative

Hidetake Imoto
p. 11-35

Texte intégral

1. Introduction

1Cet article a pour but de clarifier, sur la base d'une étude comparative, la nature de deux pronoms couramment étiquetés réfléchis : le pronom japonais zibun et le pronom français lui-même. Dans la littérature, beaucoup d'études ont été consacrées au pronom zibun, mais la plupart sont syntaxiques et basées uniquement sur des exemples forgés. Mon approche est plutôt sémantique et basée sur l'observation d'exemples attestés de traductions. Pour saisir la nature d'un signe linguistique, il est indispensable non seulement de tester l'acceptabilité et les contraintes sémantico-syntaxiques, mais aussi d'observer un corpus d'exemples attestés et de calculer la fréquence des emplois. Mes corpus parallèles (japonais, et français) ne sont pas encore systématiques et je ne prétends pas qu'ils représentent tous les registres. Les résultats présentés ne concernent qu'un certain registre littéraire mais ils suffisent à mettre en évidence les principales différences entre les deux pronoms étudiés. L'objectif poursuivi en comparant ces deux pronoms est d'éclairer la notion même de réflexivité.

2Dans ce qui suit, après une présentation générale de la réflexivité, j'analyse des exemples comportant zibun et ses équivalents sous l'angle de la réflexivité. J'aimerais ensuite avancer une hypothèse sur la nature de zibun et enfin cerner le champ sémantique de la réflexivité en me basant sur l'analyse contrastive de deux langues différentes.

2. La notion de réflexivité

3Je prends comme point de départ la définition des termes réfléchi et réflexivité qui est proposée par Givon (1993) et adoptée par Zribi-Hertz (2003) :

[1]

 

Une construction est dite réfléchie si] le même référent participe à la proposition dans deux rôles [sémantiques] différents.

4C'est la réflexivité au sens le plus large du terme. Selon cette définition les phrases suivantes sont identifiées comme des phrases réfléchies :

[2]

Marcz respects himselfz.

'Marc se respecte.'

[3]

Taroz hit himselfz.

'Taro s'est frappé.'

[4]

Paulz gives a present to himselfz.

'Paul s'offre un cadeau (à lui-même).'

[5]

The professor left the studentsz to themselvesz.

'Le professeur a laissé les étudiants à eux-mêmes.'

[6]

John spoke to Maryz about herselfz.

John a parlé à Marie d'elle.'

[7]

 

Jonahz rehearsed the conversation within {him*z/k/himselfz/* k}. [himk = the Whale] (Zribi-Hertz 2004 : 3).

'Jonas a répété la conversation {à l'intérieur d'elle [la baleine]/en lui-même}.'

[8]

The directorz wrote a letter by himselfz.

'Le metteur-en-scène a écrit une lettre tout seul.'

[9]

 

Johnz put the book [{near/behind/above} him(self)z] (Zribi-Hertz 2003 :198)

'John a mis le livre {près de/derrière/au-dessus-de} lui.'

[10]

Johnz heard [some strange gossip about him(self)z(Zribi-Hertz 2003:198)

'John a entendu d'étranges rumeurs sur lui(-même).'

5On doit cependant distinguer plusieurs degrés différents de réflexivité. Il faut d'abord noter que la relation réfléchie a un statut différent selon que son premier actant est le sujet ou un autre terme de la prédication. Alors que le pronom réfléchi anglais himself peut avoir un antécédent non nominatif comme en [5] et en [6], le japonais zibun requiert un antécédent qui a, au moins dans la structure profonde, un statut de sujet :

[11]

 

Kyoju

professeurs

wa

TOP

Gakusei wo étudiants ACC

zibuntachi

zibun (PL)

dake

seul

nishita.

a laissé

'Le professeur a laissé les étudiants tout seuls.'

6En [11], qui est équivalent à [5] on peut utiliser zibun parce qu'on suppose une structure profonde telle que [p1le professeur a laissé [p2les étudiants rester tout seuls p2] p1] dans laquelle les étudiants a le statut de sujet au niveau de P2. Mais zibun est exclu dans la structure [6] :

[12]

 

Johnz wa

John TOP

Maryk

Mary

ni zibunz/*k

DAT zibun

nitsuite

de

hanashita

a parlé

'John a parlé à Marie de lui-même.'

  • 1 Dans ce qui suit, SE sera compris comme désignant l’un quelconque des pronoms de la voix pronominal (...)

7En français le pronom réfléchi SE1 ne peut avoir pour antécédent qu'un sujet syntaxique, il n'est utilisé ni dans la structure [5] ni dans la structure [6]. D'autre part, le degré de la relation réfléchie varie selon la position hiérarchique du cas du pronom. Les cas accusatif et datif sont plus centraux que les autres cas obliques, qui marquent souvent des termes facultatifs, c'est-à-dire des arguments non sélectionnés par le prédicat ou des ajouts. J'appellerai réflexivité directe la relation réfléchie unissant le sujet et le complément d'objet direct ou indirect. Dans cette optique, les réfléchis directs illustrés par les exemples [2], [3] et [4] sont les cas centraux de réflexivité et se distinguent des autres réfléchis que j'appellerai indirects. Le pronom français SE ne s'emploie que dans la structure réfléchie directe.

  • 2 Cette intensification peut se réaliser négativement par le fait que l’action se fait sans recours à (...)

8Les réfléchis indirects forment souvent avec d'autres mots fonctionnels une expression adverbiale plus ou moins figée et qui insiste sur la volonté de leur antécédent plutôt que sur la direction de l'action envers soi-même. Alors que l'interprétation typique de la réflexivité directe est une action ou un mouvement mental envers soi- même, celle de la réflexivité indirecte est une intensification de la volonté. Himself en [8] est un exemple typique de réfléchi indirect idiomatique : le syntagme prépositionnel by himself est une expression adverbiale figée qui veut dire « tout seul, sans l'intermédiaire de quiconque ». Il ne s'agit pas d'une action visant le directeur lui-même. Un tel effet intensif s'observe souvent autour de l'interprétation réfléchie. Les expressions anglaises by himself, in itself les expressions françaises de lui-même, par lui-même et les expressions japonaises zibun de et zibun kara sont des expressions de ce genre d'intensification2.

9En anglais et en français, les pronoms réfléchis s'emploient aussi comme ajouts à un pronom ou à un NP. Dans la mesure où l'adjonction ne sert pas à introduire un référent indépendant, il est très naturel que la première fonction de ces pronoms ajouts soit la focalisation :

[13]a

[John himself] should fix the sink.

'Jean lui-même devrait réparer l'évier.'

[13]b

Lady L. likes the ambassador more than [the king himself]

'Lady L. aime l'ambassadeur plus que le roi lui-même.'

[13]c

[He himself] should fix the sink (not his father).

Lit. 'Lui lui-même devrait réparer l'évier (pas son père).'

[13]d

 

The kingi suspects [that Lady L. likes the ambassador more than [(φi)

himself] (Zribi-Hertz 2003 :195)

'Le roi soupçonne que Lady L. aime l'ambassadeur plus que lui-même.'

  • 3 Dans ce qui suit, lui-même sera compris comme désignant l’un quelconque des pronoms de la série moi (...)

10Il en va de même pour le pronom complexe français lui-même3. Ce pronom français est employé comme himself intensif :

[14]

 

Pierre est allé ce matin au bureau des thèses ; il n'a pas vu Martine, il a vu

Mme Dupont elle-même. (Zribi-Hertz 1990 :385)

[15]

 

Alain Resnais est bien obligé de constater que L'année dernière à Marienbad est un film qui l'ennuie lui-même. (Zribi-Hertz 1990 :377)

[16]

Il a lui-même accordé ce piano. (Zribi-Hertz 1990 :377)

11Ces 'réfléchis adjoints' violent la définition [1] : alors que [1] dit que les deux termes coréférents ont chacun un rôle différent, les réfléchis adjoints forment une chaîne thématique avec leur antécédent, ils n'assument pas un rôle distinct, parce qu'ils lui sont adjoints. Tous les himself dans [13] et les lui- même en [14] - [16] sont des ajouts à un SN et ne sont pas des arguments. A la surface, himself en [13]d semble être un argument mais s'il en était un, il violerait la définition [1], puisque son antécédent ne se trouve pas dans la même phrase. En français aussi lui-même peut s'employer de cette façon :

[17]

 

 

 

 

 

Or, comme au moment où d'Artagnan fixait son regard sur le gentilhomme au pourpoint violet, le gentilhomme faisait à l'endroit du bidet béarnais une de ses plus savantes et de ses plus profondes démonstrations, ses deux auditeurs éclatèrent de rire, et lui-même laissa visiblement, contre son habitude, errer, si l'on peut parler ainsi, un pâle sourire sur son visage. (Dumas, Les trois mousquetaires)

12Si lui-même en [17] était un argument, étant donné que son antécédent, le gentilhomme au pourpoint violet, se trouve dans une phrase précédente, l'occurrence de ce pronom violerait la définition [1]. Lui-même signale ici un contraste entre son antécédent le gentilhomme et ses deux auditeurs. On peut analyser cet argument lui-même comme un ajout intensif à un pronom vide ([(φi) lui-mêmei]) de la même manière qu'en [13]d. En effet un traducteur de Dumas en anglais adopte he himself dans la traduction suivante :

[18]

 

 

 

 

 

Now, as at the moment in which d'Artagnan fixed his eyes upon the gentleman in the violet doublet, the gentleman made one of his most knowing and profound remarks respecting the Bearnese pony, his two auditors laughed even louder than before, and he himself, though contrary to his custom, allowed a pale smile (if I may be allowed to use such an expression) to stray over his countenance.

  • 4 Parmi les 40 occurrences de zisin dans mon corpus, il n’y a qu’un seul emploi comme argument indépe (...)

13Les pronoms himself et lui-même dans les exemples [13] à [18] ne sont donc pas réfléchis selon [1]. Mais le fait que les pronoms employés pour signaler la réflexivité aient par ailleurs un emploi intensif montre la proximité sémantique entre la réflexivité et l'intensification. On peut même dire avec Zribi-Hertz (2003, 2004) que la nature première de lui-même est d’être un 'pronom intensif' et que la réflexivité n'est qu'un effet dérivé. Le japonais zibun n'a pas développé l'emploi d'ajout à un NP et zibun, à lui tout seul, n'a pas de valeur intensive. En revanche, le pronom zisin, à l'origine un synonyme de zibun, s'emploie aujourd'hui surtout comme un ajout intensif4. Il peut intensifier zibun aussi :

[19]

 

Taro

Taro

wa

NOM

zibun

zibun

zisin

zisin

wo

ACC

semeta.

a accusé

Taro s'est accusé lui-même'.

14Une contrepartie bien connue de la réflexivité est la propriété nommée disjonction référentielle. Cette propriété sémantique, découverte par les linguistes générativistes, se manifeste comme une contrainte négative interdisant d'interpréter, dans une construction donnée, une paire d'expressions SN-pronom comme coréférentes. En regard des constructions réfléchies directes, on observe en effet — en anglais, français et japonais — que le pronom non réfléchi est référentiellement disjoint du sujet :

[20]a

Marcz respects him*z/k.

[20]b

Marcz le*z/k respecte.

[20]c

Marcz wa kare* z/k wo sonkeishiteiru.

[21]a

Taroz hit him*z/k.

[21]b

Taroz l' *z/k a frappé.

[21]c

Taroz wa kare*z/k wo tataita.

[22]a

Paulz gives a present to him*z/k.

[22]b

Paulz lui*z/k donne un cadeau.

[22]c

Paulz wa kare*z/k ni purezento wo ataeru.

Paul TOP lui DAT cadeau ACC donner

15En regard des constructions réfléchies indirectes, cette propriété n'est pas aussi strictement observée que pour les constructions réfléchies directes. Ainsi, alors que him manifeste la disjonction en [7], tel n'est pas le cas en [9] et en [10]. Zribi-Hertz (2003) indique qu'il y a ici une différence entre le français et l'anglais :

[23]a

Johnz is proud of him* z/k.

[23]b

Johnz is proud of himselfz/* k. (Zribi-Hertz 2003:190)

[24]a

Jeanz est fier de luiz/k.

[24]b

Jeanz est fier de lui-mêmez/*k. (Zribi-Hertz 2003 :191)

16En anglais, le pronom de [23]a est associé à l'effet de disjonction référentielle représenté par l'inacceptabilité de l'indice 'z', et l'interprétation réfléchie n'est corrélativement possible qu'en [23]b. Les deux phrases françaises [24] sont par contre ouvertes à l'interprétation 'z' — réfléchie. Le réfléchi intensif a un statut particulier à cet égard puisque dans sa lecture idiomatique, il n'alterne pas avec un pronom non réfléchi, même sous lecture disjointe : by himself 'tout seul, sans aide' ≠ by him ('à côté de lui') ; de lui-même ('spontanément') ≠ de lui ; zibun de ('sans l'intermédiaire de quiconque') ≠ *kare de ('en utilisant lui'). Les pronoms 'non-réfléchi' et 'réfléchi' ne sont donc pas en compétition ici pour une même interprétation du prédicat.

  • 5 Les exemples sont adaptés de Zribi-Hertz (1990 :389).

17Le pronom français lui-même sert de pronom réfléchi en position d'argument5 :

[25]a

Pierre est imbu de lui-même.

[25]b

Pierre compte sur lui-même.

  • 6 Les exemples sont adaptés de Zribi-Hertz (2004 :5).

18Cette construction réfléchie a un caractère moitié direct et moitié indirect. Le caractère direct réside dans le fait que la position de lui-même est celle d'un argument obligatoire. L'effet de disjonction référentielle6 associé au pronom simple dépend dans cette classe de cas de la sémantique du prédicat. Ainsi, alors que lui est ouvert à la lecture réfléchie en [24]a il ne l'est pas en [26]a :

[26]a

Jonasz est jaloux de lui*z/k.

[26]b

Jonasz est jaloux de lui-mêmez/* k.

19Mais ce type de structure réfléchie a aussi un caractère indirect : le pronom lui-même est toujours précédé d'une préposition et n'est donc pas un argument direct du prédicat, et il ne s'oppose pas au pronom clitique lui mais au pronom fort lui. La construction avec lui-même occupe donc une position moins centrale que la voix pronominale en ce qui concerne l'expression de la réflexivité. Ce point est confirmé par le fait, illustré par [24]a, que le pronom simple ne manifeste pas systématiquement la disjonction référentielle dans cette classe de cas.

  • 7 Le terme logophorique est proposé par Hagège pour désigner « une catégorie particulière de substitu (...)

20L'intensification et la logophoricité sont à considérer avec la réflexivité : les pronoms qui sont utilisés pour marquer la réflexivité sont souvent associés à des effets intensifs ou logophoriques7. Des exemples d'intensification sans réflexivité sont fournis dans les exemples [13] à [18]. Comme nous l'avons vu plus haut, l'intensification est étroitement liée à la réflexivité. La logophoricité implique une relation coréférentielle entre un sujet de conscience et une expression participant du contenu de conscience. Cette relation est caractéristique de situations de réflexivité directe telles que penser à soi- même ou se regarder soi-même. Il est donc naturel que l'on rencontre les mêmes pronoms dans les emplois réfléchis et logophoriques :

[27]

Johni said that there was a picture of himselfi in the post office.

'John a dit qu'il y avait un portrait de lui(-même) au bureau de poste.' (Kuno 1987 :127)

21Mais le sujet de conscience (John en [27]) apparaît souvent en dehors de la phrase représentant le contenu de conscience. La relation antécédent-pronom franchit alors une frontière de proposition et une construction logophorique comme [27] viole donc la définition [1]. Elle n'est donc pas à proprement parler réfléchie. Il arrive ici que le sujet de conscience n'occupe pas la position sujet dans sa proposition :

[28]

 

 

Hez [Zapp] sat down at the desk and opened the drawers. In the top right- hand one was an envelope addressed to himselfz. (adapté de D. Lodge, Changing places, cité par Zribi-Hertz 1989 :716)

Il [Zapp] s'assit au bureau et ouvrit les tiroirs. Dans celui du haut à droite se trouvait une enveloppe adressée à lui-même.'

3. Quatre emplois du pronom réfléchi zibun

22Dans l'optique de la classification qui précède, je distinguerai dans ma description quatre emplois du pronom réfléchi zibun. Hirose (2002) en distingue trois de la façon suivante :

[29]

 

 

Yasuo wa

Yasuo TOP

 

[[zibun

[[zibun

 

wa

TOP

 

tereya da] to]

timide COP]

 

{itte-iru/omotte-iru}.

que] dit/pense

 

Yasuo {dit/pense} qu'il est timide.' (Hirose 2002 :357)

[30]

 

 

Yasuo wa

Yasuo TOP

 

[[zibun

[[zibun

 

ga to'modati

NOM ami

 

kara karita]

de emprunta]

 

hon] wo

livre] ACC

 

nakusita.

perdit

 

'Yasuo a perdu le livre qu'il avait emprunté à son ami.' (Hirose 2002 :357)

[31]

 

Yasuo wa

Yasuo TOP

zibun

zibun

wo

ACC

semeta.

accusa

'Yasuo s'est accusé lui-même.' (Hirose 2002 :358)

231°. L’emploi logophorique (logophoric use) : ce serait l'emploi le plus fondamental de ce pronom. Comme l'illustre l'exemple [29], cet emploi de zibun participe du discours indirect, et réfère au sujet du verbe introducteur. Zibun correspond ainsi au pronom personnel 1sg (« je ») du discours direct. L'exemple [29] peut se transposer en discours direct comme en [32] :

[32]

Yasuo dit/pense : « Je suis timide ».

  • 8 Il est à noter qu’ici l’énoncé original est “There is a picture of me in the post office” plutôt qu (...)

24Le sens logophorique peut être exprimé par himself ou lui-même : A picture of himself en [27] peut se transposer au discours direct en a picture of me8, et inversement, himself en [27] et [28] se traduit en japonais par zibun logophorique. Mais tandis que le sens logophorique de himself ou de lui-même n'est qu'un effet dérivé par le sens intensif, celui de zibun vient de la fonction principale de ce pronom et il n'est pas associé à l'intensification.

252°. L'emploi perspectif (viewpoint use) : ce cas est illustré par [30], où zibun ne participe pas du discours indirect. En [30] le locuteur décrit le livre tel que le perçoit Yasuo plutôt que de son propre point de vue. A la différence de l'emploi logophorique, dans cet emploi de zibun, il n'est pas toujours nécessaire que le référent de zibun ait conscience du fait décrit de son point de vue : en [30], par exemple, Yasuo peut ignorer que le livre en question est celui qu'il a lui-même emprunté. Alors que Hirose distingue cet emploi de l'emploi logophorique, je considèrerai l'emploi logophorique comme un cas particulier de l'emploi perspectif : en effet, le référent de zibun dans l'emploi perspectif peut avoir conscience du fait décrit, et inversement, le référent de zibun dans l'emploi logophorique décrit toujours le contenu du discours rapporté de son propre point de vue, puisqu'il est le locuteur à l'origine de ce discours. L'emploi perspectif correspond souvent à une construction réfléchie indirecte en anglais. L'exemple anglais [9] se traduit souvent en japonais par zibun perspectif mais avec une nuance superflue du point de vue interne :

[33]

 

John wa

John TOP

hon wo

livre acc

zibun

zibun

no

GEN

{chikaku/ushiro/ue} ni

{près/derrière/au-dessus} LOC

oita

a mis

'Jean a mis le livre {près de/derrière/au-dessus de} lui(-même).'

263°. L'emploi réfléchi : comme en [31], zibun s'emploie dans une structure réfléchie directe. Comme je l'ai dit plus haut, cet emploi de zibun correspond à SE en français et à l'emploi réfléchi direct de himself en anglais.

27Ce qui distingue l'emploi direct des autres, c'est l'effet de disjonction référentielle associé à un pronom 'non réfléchi' occupant la même position : en japonais, zibun réfléchi n'alterne pas avec le pronom kare sous un même indice, alors que cette alternance est possible pour zibun perspectif :

[34]a

 

*Yasuoi

Yasuo

wa

TOP

karei

kare

wo

ACC

semeta.

accusa

'Yasuo l'a accusé.'

[34]b

 

 

Yasuoi

Yasuo

 

wa

TOP

 

karei ga

kare NOM

 

tomodati

ami

 

kara

de

 

karita

emprunta

 

hon wo

livre ACC

nakusita.

perdit

 

'Yasuo a perdu le livre qu'il avait emprunté à son ami.' (Hirose 2002 :358)

284°. L'emploi intensif : outre les trois emplois distingués par Hirose (2002), j'aimerais ajouter l'emploi intensif comme quatrième emploi de zibun. C'est un réfléchi indirect que j'ai discuté plus haut (voir ex. [8]). Cet emploi de zibun se trouve toujours en japonais dans le syntagme postpositionnel zibun de. La postposition de est un marqueur de cas instrumental, mais l'expression adverbiale zibun de est une expression figée qui signifie que le sujet fait quelque chose sans l'intermédiaire de quelqu'un d'autre :

[35]

 

Shacho wa zibun de kuruma wo untenshita.

le PDG TOP zibun de voiture ACC conduisit

'Le PDG a conduit la voiture lui-même.'

29Selon les critères de Hirose (2002), cet emploi doit être identifié comme réfléchi puisque zibun n'alterne avec aucun autre pronom (*{kare / watashi / kimi} de), et qu'il est obligatoirement lié par le sujet de sa proposition :

[36]

 

Pauli wa

Paul TOP

Marcj ga

Marc NOM

zibun*i/j de

zibun

kaita

écrivit

hon wo

livre ACC

moratta.

reçut

'Paul a reçu le livre que Marc avait écrit lui-même.'

30Cet emploi est donc réfléchi pour Hirose, mais selon le critère que j'ai proposé plus haut, ce réfléchi est indirect : le cas instrumental ne spécifie pas un argument sélectionné par le prédicat. Son homologue anglais (himself) ou français (lui-même) apparaît comme ajout à un SN ou à un pronom et viole la définition [1] de la réflexivité. La disjonction référentielle que présente le pronom substitué au réfléchi intensif n'est pas du même ordre que dans les autres cas : comme kare de ne forme pas d'expression adverbiale figée, il n'y a pas d'opposition minimale entre kare et zibun dans kare de ('avec lui') et zibun de ('de lui-même'). J'en conclus qu'il vaut mieux considérer l'emploi intensif à part.

  • 9 Le terme est de Kuno (1977).

31La différence entre kare et zibun dans l'emploi perspectif (et logophorique) est que zibun requiert un certain degré d'empathie9 avec le sujet de conscience, tandis que kare est neutre sur ce point.

[37]a

 

 

 

Masaoi wa

Masao TOP

hon wo

livre ACC

Yasuo ga

Yasuo NOM

nakusite

perdre

zibuni ni

zibun DAT

simatta.

finit par

kasite

prêter

 

 

{kureta/*yatta}

donna /donna

 

 

'Masao a finalement perdu le livre que Yasuo lui avait prêté.'

[37]b

 

 

 

Masaoi wa

Masao TOP

hon

livre

Yasuo ga

Yasuo NOM

wo

ACC

karei ni

kare DAT

nakusite

perdre

kasite

prêter

simatta.

finit par

{kureta/yatta}

donna/donna

 

 

'Masao a finalement perdu le livre que Yasuo lui avait prêté.'

                                          (Hirose 2002 :383)

32En [37]a les verbes kureta et yatta sont spécifiés pour l'empathie : kureta exige qu'on donne plus d'empathie au bénéficiaire (argument datif, ici zibun = Masao) qu'au donateur (sujet, ici Yasuo).

  • 10 Kuno (1977 : 631) formule la hiérarchie empathique des actes de paroles (‘speech- act empathy hiera (...)

33Cette relation est en phase avec la hiérarchie personnelle10 et la phrase est bien formée. A l'inverse, yatta exige que l'empathie porte sur le donateur, ce qui entre en conflit avec la hiérarchie personnelle et rend donc la phrase mal formée. Quand on remplace zibun et son antécédent par watashi (1sg), on observe la même contrainte :

[38]

 

 

Watashii

1sg

 

wa

TOP

 

Yasuo

Yasuo

 

ga

NOM

 

watashii

1sg

 

ni

DAT

 

kasite

prêter

 

{kureta/*yatta }

donna/donna

hon

livre

wo

ACC

nakusite

perdre

simatta.

finit par

'J'ai finalement perdu le livre que Yasuo m'avait prêté.'

34Cela montre que la contrainte d'empathie sur zibun est la même que celle concernant la première personne. On a d'ailleurs l'intuition que [38] est une paraphrase de l'état mental de Masao en [37]a. Autrement dit, le lecteur transformant son ego en Masao interprète [37]a comme un équivalent de [38]. Quant à kare, comme le montre [37]b, il n'a pas de contrainte d'empathie. Dans l'emploi logophorique de zibun, comme on donne normalement une empathie plus ou moins forte au logophorique, on préfère zibun à kare. Kare n'est, malgré tout, pas exclu, et cette préférence n'est pas suffisante pour distinguer l'emploi logophorique de l'emploi perspectif :

[39]

 

Masaoi

Masao

wa

TOP

{zibuni / karei}

{zibun / kare}

ga

NOM

iku.

aller

to

que

iihatta

prétendit

'Masao a prétendu y aller lui-même.'

35On peut observer une contrainte similaire en anglais et en français. Comparer par exemple [40] à [27]:

[40]

 

*Mary said {about/of} Johni that there was a picture of himselfi in the post office. (Kuno 1987 :127)

Lit. 'Mary a dit de John qu'il y avait une photo de lui-même au bureau de poste.'

[41]

(= [27]) Johni said that there was a picture of himselfi in the post office.

'John a dit qu'il y avait un portrait de lui (-même) au bureau deposte.'

                                                 (Kuno 1987 :127)

36Kuno (1987) suppose que l'antécédent de himself logophorique doit recevoir un certain degré d'empathie. En [40] on donne plus d'empathie à Mary qu'à John, et himself avec 'i' est donc exclu. Zribi-Hertz (1990) relève la même contrainte pour la suite le…lui-même en français :

[42]a

 

Mon esclave a pour m'observer des facilités différentes de celles que j'ai pour ti'observer toii(#-même) (Van Belle 1988)

[42]b

 

Tui prétends que mon esclave a pour m'observer des facilités différentes de celles que j'ai pour ti'observer toii(-même) (Zribi-Hertz 1990 :380)

  • 11 L’exemple [42] est adapté de Soga (2005).

37En [42]a le référent de te…toi-même n'est pas un foyer de point de vue et la phrase est donc exclue. En revanche, en [42]b, où l'antécédent de cette suite est un sujet de conscience et a donc un certain degré d'empathie, la phrase devient acceptable. Cette contrainte est exactement la même que celle qui est associée à zibun logophorique. D'une manière générale, il existe une certaine affinité entre un pronom réfléchi et un foyer de point de vue. En japonais, cette affinité vient de la fonction fondamentale du pronom zibun. En français la propriété d'être un foyer de point de vue n'est pas associée directement au pronom lui-même, mais cette propriété favorise un liage réflexif comme en [42]b. La voix pronominale, apparemment neutre sur ce point, a pourtant un rapport avec le point de vue11.

[43]a

Marie imaginait que tous les garçons du quartier étaient amoureux d'elle.

[43]b

Marie s'imaginait que tous les garçons du quartier étaient amoureux d'elle.

  • 12 Cette distinction est valable pour le verbe (se) figurer.

38Alors qu'en [43]a le locuteur prend un point de vue objectif ne suggérant pas son attitude vis-à-vis de la validité du contenu, [43]b prend le point de vue subjectif du sujet ( =Marie) : la voix pronominale suggère que la réalité n’est pas ce que Marie s'imaginait12.

4. Le corpus

  • 13 Le français de CorJF contient 47.000 mots.

39J'aimerais maintenant développer une étude contrastive des pronoms 'réfléchis' japonais et français, sur la base d'un corpus de traductions. Il se compose de deux ensembles de traductions : traductions du japonais vers le français (désormais en abrégé CorJF), et traductions du français vers le japonais (désormais en abrégé CorFJ). CorJF est le texte intégral d'Asunaro et sa traduction. C'est un roman d'Inoue Yasushi (1907-1991) publié en 1956, qui contient environ 96.000 signes et 164 occurrences de zibun13. CorFJ est composé d'extraits de trois romans de langue française et de leurs traductions : chap. 1 d'Une vie de G. de Maupassant (5.000 mots), L'arrestation d'Arsène Lupin de M. Leblanc (4.500 mots) et chaps. 1-5, 9, 12-17 des Trois mousquetaires d'Alexandre Dumas (39.000 mots). Le japonais de Cor FJ contient environ 134.800 signes et 142 occurrences de zibun. En français, il existe trois façons d'exprimer la réflexivité : la voix pronominale, le pronom simple fort lui, et le pronom complexe lui-même.

[44]a

Jeanz sez respecte (luiz-même)

[44]b

Jeanz est content de luiz

[44]c

 

(En regardant ce vieux film) Chiracz est jaloux de luiz-même.(Zribi-Hertz 2003 : 190)

40En japonais, la réflexivité est surtout exprimée par zibun ou zibun zisin, et parfois par kare zisin. Il existe d'autres pronoms réfléchis comme ware ou wagami, mais ils sont archaïques et presque limités à des expressions figées. Comme la plupart des occurrences de zibun correspondent en français à des pronoms clitiques non réflexifs qui sont, à leur tour, des équivalents du pronom non réfléchi kare, la comparaison porte sur un ensemble de pronoms français — {il, lui- même, se} — et un ensemble de pronoms japonais — {kare, zibun, zisin}. Voici les chiffres de leur distribution dans le corpus.

Table 1

CorJF

CorJF

il

lui-même

se

3119

50

830

3578

59

721

Kare

Zibun

zisin

475

164

20

1087

142

22

41Les pourcentages sont calculés automatiquement par des logiciels et ne sont pas très exacts, mais on peut dégager les premières généralisations suivantes14 :

[45]a

Les pronoms non réfléchis de la série il sont plus nombreux que kare.

[45]b

 

Les occurrences de zibun sont plus nombreuses que les pronoms de la série lui-même.

[45]c

 

Les occurrences de la voix pronominale sont plus nombreuses que celles de zibun.

  • 15 La classification est faite par moi-même.

42La distribution des quatre emplois de zibun et celle des quatre emplois de lui- même est la suivante15 :

Table 2 zibun

emploi

CorJF

CorFJ

Total

réfléchi

6 (4 %)

7 (5 %)

13 (4 %)

logophorique

75 (46 %)

41 (29 %)

116 (38) %

perspectif

72 (44 %)

74 (52 %)

146 (48 %)

intensif

11 (7 %)

20 (14 %)

31 (10 %)

Table 3 lui-même

  • 16 La contruction réfléchie à proprement parler direct est exprimée par la voix pronominale. Il s’agit (...)
  • 17 L’emploi que j’ai classé comme direct (voir note 16) est à part.

emploi

CorJF

CorFJ

Total

réfléchi direct16

5 (10 %)

8 (14 %)

15 (12 %)

réfléchi indirect17

3 (6 %)

11 (19 %)

14 (13 %)

logophorique

3 (6 %)

11 (19 %)

14 (13) %

ajout intensif

35 (70 %)

39 (66 %)

72 (66 %)

43Un fait remarquable est que les emplois réfléchis sont des emplois marginaux pour ces deux pronoms.

5. Les équivalents français de zibun

5.1. L'emploi réfléchi

44L'emploi réfléchi de zibun correspond à la voix pronominale Cependant, comme le montre le tableau 1, la majorité des constructions réfléchies directes ne se traduisent pas en japonais par zibun. La principale raison en est que la construction réfléchie directe est crucialement sensible à l'organisation du lexique, et qu'il existe à cet égard une grande variation d'une langue à l'autre. Il faut d'abord distinguer le mouvement mental ou verbal comme, aimer, respecter, accuser, etc. de l'activité physique comme coucher, lever, habiller, etc. Dans le premier, il n'y a pas de grande différence entre le mouvement en direction d'autrui et le mouvement envers soi-même. En japonais aussi bien qu'en français, on emploie des constructions réfléchies pour exprimer ces mouvements : les verbes pronominaux s'aimer, se respecter, s'accuser correspondent à zibun wo {aisuru/sonkeisuru/hinansuru}. Cependant, pour les verbes dénotant des activités ou déplacements physiques, la nature de l'action n'est pas exactement la même quand il s'effectue en direction d'autrui ou quand il s'applique à soi-même. En japonais beaucoup d'actions envers soi- même sont lexicalisées comme des actions indépendantes qui ne sont pas réfléchies. L'action dénotée en français par le verbe se coucher, par exemple, est épelée par la voix pronominale du verbe coucher, mais en japonais 'coucher' et 'se coucher' sont lexicalisés par deux verbes différents : le verbe simple intransitif neru signifie 'se coucher', et le verbe transitif 'coucher' est rendu par la forme factitive de neru nekasu. Les paires de verbes transitifs vs. pronominaux français comme lever /se lever, réveiller/se réveiller, habiller/s'habiller, sont en japonais des paires de verbes non pronominaux transitifs ou intransitifs. En japonais, ce sont, crucialement, les formes intransitives qui sont les formes de base de ces paires.

45La même remarque peut être partiellement étendue à l'anglais. Les actions exprimées par des formes pronominales en français sont rendues par des verbes intransitifs (c'est-à-dire non réfléchis) en anglais : lie down ('s'allonger), go to bed, ('se coucher'), get up ('se lever'), wake up ('se réveiller'), dress ('s'habiller'). En anglais, toutefois, certains verbes ont parallèlement une forme réfléchie et une forme intransitive ; sit oneself down on the chair / sit down on the chair ('s'asseoir sur la chaise') ; stretch oneself out / stretch out ('s'étirer'), hide oneself in the closet / hide in the closet ('se cacher dans l'armoire'). Les verbes amuse ('amuser, distraire'), conceal ('cacher, dissimuler'), sont transitifs comme en français, et leur construction réfléchie directe n'est pas lexicalisée en verbe intransitif : amuse oneself by reading ('se distraire en lisant'), conceal oneself from people's gaze ('se dissimuler du regard des gens'). Mais toutes ces constructions réfléchies directes de ces verbes sont exprimées en japonais par des verbes intransitifs, tanoshimu ('s'amuser ), kakureru ('se dissimuler') et leurs formes simples sont exprimées soit par des formes factitives tanoshim-asu ('faire s'amuser = amuser') soit par des verbes transitifs kakusu ('dissimuler').

  • 18 PR : pronom réfléchi, PC : partie du corps. Le français son (sa) n’est pas un pronom proprement réf (...)

46En ce qui concerne les actions affectant une partie du corps du sujet, chaque langue dispose de constructions plus ou moins variées. En français on peut énumérer les quatre constructions suivantes18 :

[46]a

Réfléchi direct : PR au datif, PC en accusatif

(Il s'est frappé la tête.)

[46]b

Réfléchi direct : PR à l’accusatif, PC en oblique

(Il s'est frappé sur la tête.)

[46]c

Réfléchi indirect : PR au génitif, PC à l’accusatif

(Il a frappé sa tête.)

[46]d

Non réfléchi : PC à l’accusatif

(Il a levé la main.)

47L'anglais n'utilise que les constructions des types [46]b et [46]c :

[47]a

*He hit himself the head.

[47]b

He hit himself on the head.

[47]c

He hit his head.

[47]d

#He raised the hand.

  • 19 L'absence d'article défini en [48]d est due au fait que le japonais ne dispose pas d’article et te (...)

48Le japonais ne dispose que de l'analogue de [46]c avec zibun et du type [46]d19 :

[48]a

 

*Kare

il

wa

TOP

zibun n

zibun DAT

atama wo

tête ACC

tataita

a frappé

[48]b

 

*Kare

il

wa

TOP

zibun wo

zibun ACC

atama de

tête LOC

tataita

a frappé

[48]c

 

Kare

il

wa

TOP

zibun no

zibun GEN

atama wo

tête ACC

tataita

a frappé

Lit. 'Il a frappé sa tête.'

[48]d

 

Kare

il

wa

TOP

te

main

wo

ACC

ageta

a levé

*Lit. 'Il a levé (la) main.'

49Les constructions réfléchies directes en français [46]a,b et en anglais [47]b ne correspondent ainsi qu’à la construction réfléchie indirecte [48]c ou à la construction non réfléchie [48]d. Le choix entre les constructions [48]c et [48]d dépend de la conventionnalité des actions : les formes qui décrivent un mouvement conventionnel ou très fréquent, comme lever les yeux/la main, redresser la tête, etc. sont exprimés par la construction [48]d tandis que les actes normalement orientés vers autrui et exceptionnellement vers soi-même sont exprimés par zibun + génitif :

[49]a

 

Kare

il

wa

TOP

( ? ?zibun no

(zibun GEN)

me

yeux

wo

ACC

sorashita

a détourné

'Il a détourné {les yeux/ ? ?ses yeux}.'

[49]b

 

Kare

il

wa

TOP

( ? ?zibun no)

(zibun GEN)

te

main

wo

ACC

aratta

a lavé

Lit. 'Il a lavé {(les) mains/ ? ?ses mains}.'

50De plus, en japonais, on préfère préciser la partie du corps comme en [48]c,d par l'expression directe zibun wo (zibun+ACC). On emploie aussi parfois zibun no + suivi d'un mot signifiant 'corps' : zibun no {karada/sugata/mi} lorsqu'il s'agit du corps tout entier. J'ai trouvé deux traductions présentant cette forme analytique en structure pronominale directe :

[50]a

 

Kanojo no mae he zibun nosugata wo arawasu no wa chuchosareta

elle GEN devant vers zibun GEN corps ACC montrer de TOP hésita

(lit.) '(Il) hésita à exposer son corps devant elle.' (CorJF)

[50]b

Il hésita pourtant à se montrer.

51Enfin la construction réfléchie directe dépend de la lexicalisation de chaque langue. En japonais, les actions physiques exprimées par des verbes pronominaux en français sont souvent lexicalisées sous forme de verbes intransitifs. Les constructions à partie du corps se forment au moyen de constructions réfléchies indirectes ou de constructions non réfléchies. Les prédicats qui permettent la construction réfléchie directe sont très limités. Ils doivent exprimer une action qui est en principe orientée vers autrui mais s'applique en l'occurrence à soi-même. Le pronom français SE en tant qu'homologue de zibun est souvent intensifié par lui-même.

[51]a

 

 

Kokki

maîtrise de soi

 

to wa

que TOP

 

nandarou ?

qu'est-ce que

 

zibun ni

soi même DAT

 

katsu

vaincre (CorJF)

[51]b

 

Qu'est-ce que la « maîtrise de soi » ? Que veut dire : « se vaincre soi-même »

52Parmi les neuf exemples de constructions directes (3 pronoms accusatifs, 6 pronoms datifs), quatre prédicats ont la signification de ‘se parler à soi- même’ :

[52]a

 

 

 

([…]) sono kotoba

cette parole

wa

TOP

 

 

zibun

soi

 

 

zisin

lui-même

 

ni

DAT

 

 

itteiru

dire

 

 

youna

comme si

 

choushi

ton

 

 

datta.

était

 

 

 

                                                                        (CorJF) (lit)

'Ce discours a un ton comme s'il s'adressait à lui-même.'

[52]b

 

Après un instant de silence, elle ajouta : « Mais ça n'a pas marché, je ne suis qu'un asunaro ! » comme pour elle-même.

[53]a

 

-- Ah çà, mais..., continua Athos parlant moitié à lui-même, (moitié à d'Artagnan […]) (CorFJ)

[53]b

 

 

« sore wa doumo »

ah ça

to

que

 

Athos

Athos

 

wa

TOP

 

nakaba

moitié

 

zibun

zibun

 

ni

DAT

 

mo

aussi

 

iikikaseru

parler

 

younishite

comme si

iitsuzuketa

continua

(lit.) 'Ah çà,..., Athos continua moitié comme s'il se parlait à lui-même.'

53Parmi les trois exemples à l'accusatif, deux zibun sont intensifiés par zisin :

[54]a

[…] il lui eût été impossible de se lier de cette façon, […] (CorFJ)

[54]b

 

Daga konnafuuni  zibun zisin wo shibariageru koto wa fukanou deattanoda.

Mais de cette façon zibun zisin ACC lier le fait TOP impossible était

(lit.) 'Mais le fait de se lier lui-même de cette façon était impossible'

54Notons pour conclure que l'emploi réfléchi de zibun est marginal, et qu'il est parfois intensifié par zisin. Cette intensification est tout à fait facultative, mais dans la mesure où les verbes employés dans la construction réfléchie directe sont des verbes orientés normalement vers autrui, il est naturel que le sens marqué du réfléchi direct s'accorde bien avec l'intensification par zisin. Si l'on veut dégager des correspondances prototypiques avec le français, on peut dire schématiquement que zibun à l'accusatif a pour contrepartie la voix pronominale, tandis que zibun au datif a pour contrepartie la voix pronominale intensifiée par à lui-même. Le pronom réfléchi SE, dépourvu d'accent, est par nature peu intensif.

5.2. L'emploi logophorique

55L'emploi logophorique de zibun correspond en français à l'emploi analogue de lui-même. Mais comme le montrent les tableaux 2 et 3, les occurrences de lui-même logophorique sont beaucoup moins nombreuses que celles de zibun logophorique. Le corpus ne contient en effet que deux exemples attestés de cette correspondance :

[55]a

 

[…] sonotoki

alors

wa

TOP

zibun

zibun

ga

NOM

ikiteita

était vivant

toiukoto

le fait que

dake.

seulement

no

de

grand

ookii

kangeki

émotions

de ippai

de plein

datta

était (CorJF)

(lit.) 'A cet instant, il était seulement rempli de la grande émotion que lui-même était vivant.'

[55]b

 

 

 

 

(Cette bataille fut horrible : jamais Ayuta n'en avait vu de semblable sur le continent. Le lendemain, pendant que l'on faisait brûler les corps de ses camarades tués sur la grève, il se sentit complètement différent de l'homme qu'il avait été jusqu'à ce jour. […]) Lui-même était encore vivant, et cela suffisait à l'émouvoir profondément.

[56]a

 

Ryota

Ryoto

wa

TOP

zibun

zibun

momata

aussi

Itoyama

Itoyama

to

et

Eiko

Eiko

no

de

kekkon

mariage

no

de

dokokani

quelque part

chiisainagaramo

même petit

hitoyak

un rôle 

katteiru

jouer

nodewanaika

si

to

que

omotta

pensa (CorJF)

[56]b

 

mais il se demandait si lui-même n'avait pas joué un rôle, même mineur, dans cette affaire.

56La principale raison de ce décalage est que le référent de lui-même doit être intensifié alors que celui de zibun est neutre sur ce point. L'exemple [55] est une description de la pensée intérieure du héros qui met l'accent sur lui-même contrastant avec ses camarades tués au combat. En [56]a dans l'expression zibun momata, le morphème momata ('aussi') signale la focalité du référent. Un seul exemple de lui-même logophorique est, de même, traduit par un pronom intensif dans le corpus CorFJ :

[57]a

 

 

 

(Plus d'une fois le roi avait été humilié que) le cardinal, […] fût mieux instruit que lui-même de ce qui se passait dans son propre ménage

                                                               (CorFJ)

[57]b

 

Saish

cardinal

ga

NOM

Oo

roi

no

GEN

fufuseikatsu

ménage conjugal

nokoto

à propos

de

de

Oo

roi

zisin

zisin

yorimo

que

yoku

mieux

zijo

 

ni tujiteiru

instruit

(lit.) 'le cardinal est mieux instruit que le roi lui-même des affaires conjugales du roi'

57En [57] aussi on voit bien le contraste entre le roi et le cardinal. En japonais, zibun logophorique n'est pas un élément focalisé.

[58]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

Jirok

Jiro

ga

NOM

zibunz/k

zibun

wo

ACC

kiratteiru

detester

to

que

omotteiru

pense

'Taro pense que Jiro {le/se} déteste.'

58En [58] l'indice 'k' est aussi possible que l'indice 'z', mais la première interprétation hors contexte est celle de l'indice 'z' (logophorique). L'intensification de zibun par l'ajout de zisin force cependant l'interprétation 'k' (réfléchie) :

[59]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

Jirok

Jiro

ga

NOM

zibun

zibun

zisin*z/k

zisin

wo

ACC

kiratteiru

détester

to

que

omotteiru

pense

'Taro pense que Jiro {*le/se} déteste lui-même.'

59Cela montre que zibun ne peut pas être caractérisé lexicalement comme un « pronom réfléchi » (un marqueur de réflexivité), et que sa lecture réfléchie est une interprétation marquée, impliquant sa focalisation. En effet parmi les cinq exemples de zibun zisin trouvés dans le corpus, un exemple est un emploi intensif et les quatre autres sont réfléchis. Il n'y a aucun exemple logophorique ou perspectif.

60Hirose (2000) distingue deux aspects du locuteur qu'il appelle moi public (public self) et moi privé (private self). Le moi public est un sujet de communication qui présuppose un interlocuteur, tandis que le moi privé est un sujet de conscience qui ne présuppose pas d'interlocuteur. Hirose décrit zibun comme un pronom représentant le moi privé. Je ne suis pas sûr d'adhérer à la distinction entre forme publique et forme privée sur laquelle Hirose fonde la distinction de ces deux « moi », mais je pense qu'il a raison de poser que la fonction fondamentale de zibun est la transposition du pronom « je » au discours indirect. Les pronoms de la première personne watashi, boku, ore, etc. se transforment en zibun au discours indirect :

[60]a

 

 

 

Yasuo

Yasuo

 

 

wa

TOP

 

 

« {Watashi/Boku/Ore}

1sg

 

 

wa

TOP

 

 

tereya da »

timide suis

to

que

 

 

{itte- iru/omotte-iru}

{dit/pense}

 

'Yasuo {dit/pense} : « Je suis timide. »'

[60]b

 

 

 

Yasuo

Yasuo

 

 

wa

TOP

 

 

zibun

zibun

 

 

wa

TOP

 

 

tereya da

timide suis

to

que

 

 

{itte-iru/omotte-iru}. ( =[29])

{dit/pense}

 

'Yasuo {dit/pense} qu'il est timide.'

61J'adopte donc la définition de l'emploi logophorique comme étant la transposition de je au discours indirect. Il faut noter que cette transposition automatique est non marquée. Comme je l'ai dit à propos de l'exemple [39], kare alterne avec zibun dans ce type de contexte, mais zibun est très nettement préféré. Dans l'exemple attesté suivant, le choix de kare au lieu de zibun donne à l'énoncé une nuance particulière :

[61]a

 

yuta

Ayuta

wa

TOP

[kare

kare

ga

NOM

Kiyoka

Kiyoka

bakaridenaku

non seulement

tano

autre

ikanaru

aucune

josei

femme

wo

ACC

mo

aussi

 

aijo

affection

 

no

GEN

 

taisho

objet

 

toshite

comme

 

kangaeru

penser

 

koto

le fait

 

no

GEN

 

dekinai

ne pas

 

koto]

le fait

wo

ACC

 

Harusan

Harusan

ni

DAT

mo

aussi

Kiyoka

Kiyoka

ni

DAT

mo

aussi

tsutaerukotoga

dire

dekinai

ne pas pouvoir

no

que

ga

NOM

zannen

regretter

datta.

était

(lit.) 'Ayuta regrettait de ne pouvoir dire ni à Harusan ni à Kiyoka le fait qu'il ne puisse penser ni à Kiyoka ni à n'importe quelle autre femme en tant qu'objet de son affection.' (CorJF)

[61]b

 

Il regrettait de ne pouvoir faire comprendre à ses amis qu'il était incapable d'aimer, non seulement Kiyoka, mais aucune autre femme.

62L'utilisation de kare en [61] rend objectif le fait qu'il ( = Ayuta) soit incapable d'aimer non seulement Kiyoka mais aucune autre femme. Autrement dit, cette phrase est comprise comme énonçant une vérité non seulement pour Ayuta (le sujet) mais aussi pour l'énonciateur. Dans un contexte neutre, zibun logophorique est donc normalement traduit par un pronom de troisième personne. Toutefois, si le traducteur choisit le style rapporté direct, zibun correspondra au pronom de première personne.

[62]a

 

Ayuta

Ayuta

wa

TOP

motteiku

apporter

no

de

wa

top

nandemonai

simple

ga

mais

soushita

telle

fukuzatsuna

compliqué

torihiki

negociation

wa

TOP

chotto

un peu

zibun

zibun

niwa

pour

Muzukashi

difficile

na

MOD

to

que

omotta.

pensait

(lit.) 'Ayuta pensait qu'apporter (une lettre à quelqu'un) est simple mais qu'une telle négociation compliquée est un peu difficile pour lui(-même).' (CorJF)

[62]b

 

« Porter une lettre à quelqu'un, se dit Ayuta, c'est très simple, mais ce que

me demande Saéko est un peu difficile pour moi. »

5.3. Emploi perspectif et réfléchi indirect

63L'emploi perspectif de zibun correspond à la structure réfléchie indirecte de lui-même. Mais dans mon corpus il n'y a qu'un seul exemple de cette correspondance :

[63]a

 

M. de Tréville avait usé de ce levier puissant, pour le roi d'abord et les amis du roi, — puis pour lui-même et pour ses amis. (CorFJ)

[63]b

 

Tréville

Tréville

dono

M.

wa

TOP

konoyouna

ce

kyoudaina

puissant

chikara

levier

wo,

ACC

mazu

d'abord

oo

roi

to

et

sono

ses

yuujin

amis

notameni,

pour

tsuginiwa

puis

zibun

zibun

to

et

zibun

zibun

no

GEN

yuujin

amis

notameni

pour

yakudateta

avait usé (lit.) = (a)

64La plupart des emplois perspectifs de zibun sont traduits par des pronoms simples en français. La raison en est la même que pour le cas logophorique : le référent de lui-même doit être focalisé alors que celui de zibun est neutre sur ce point. En [63] aussi, le référent de lui-même contraste d'une part avec celui du roi et de l'autre avec celui de ses amis. Du côté du français, la plupart des emplois réfléchis indirects sont des expressions adverbiales qui modifient le prédicat et sont intensifs. Certains sont traduits librement dans des phrases sans zibun :

[64]a

« Bon, dit en lui-même d'Artagnan, […] »

[64]b

 

 

Yoroshi

bon

to

que

d'Artagnan

d'Artagnan

wa

TOP

kokoro

coeur

no

GEN

naka

milieu

de

au

tsubuyaita

dit

(lit) 'Bon, dit d'Artagnan dans le cœur.'

65Kokoro no nakade est une expression figée qui veut dire en lui-même

[65]a

 

Ah ! puisque les dangers que je cours pour moi-même ne vous arrêtent pas, (songez à ceux que vous pouvez courir, vous !)

[65]

 

Ikura

combien

kono

cette

watashi

1sg

no

GEN

mi

corps

ga

NOM

kiken

danger

to

que

moushite

dire

mo

encore

oyameninaranai

n'arrête pas

nodesne

MOD

(lit.) 'Je vous avais dit tant du danger de ce mon corps (mon propre corps), mais vous ne vous arrêtez pas.'

66L'ajout du démonstratif kono produit un effet d'intensification sur watashi no mi (mon (propre) corps).

5.4. L'emploi intensif

  • 20 Par rapport à zibun de, zibun kara n’est pas encore une expression complètement figée. Dans zibun k (...)

67L'emploi intensif de zibun est un emploi indirect qui ne se trouve que dans les syntagmes postpositionnels figés zibun de et zibun kara20. Mon corpus contient 27 occurrence de zibun de (CorJF :8 +CorFJ : 19) contre 2 occurrences de zibun kara (CorJF :1 +CorFJ1). Comme je l'ai souligné, le pronom zibun à lui tout seul n'a pas de valeur intensive. Corrélativement, il ne s'est pas beaucoup développé dans des syntagmes intensifs non plus. Alors qu'en français le pronom lui-même se combine avec des prépositions assez variées (de, par, pour, en, etc.) pour former des syntagmes qui signalent, d'une manière ou d'une autre, l'intensification du sujet lu comme intentionnel, en japonais, les emplois intensifs sont presque limités aux deux expressions sus-mentionnées. La signification de base de zibun de est « sans l’intermédiaire d'autrui », et un équivalent français est fourni par lui-même adjoint. L'exemple suivant est un exemple typique de traduction :

[66]a

 

[…] Jeanne acheta une barbue qu'elle voulait rapporter elle-même aux Peuples. (CorFJ)

[66]b

 

Jeanne

Jeanne

wa

TOP

shitabirame

barbue

wo

ACC

1 hiki

un

katte

acheter

zibun de

elle-même

les Peuples

les Peuples

(lit.) = (a)

ni

à

 

mottekaeru

apporte

 

to

que

 

itta.

dit

 

68Dans certains contextes, l'expression zibun de veut dire « même lui », mais peut également se traduire par lui-même :

[67]a

 

Zibun

lui-même

de mo

aussi

fushiginahodo

mystérieusement

gakugyou

étude

heno

pour

kyoumi

intérêt

wa

TOP

usureteita

s'était évanoui

(CorJF)

[67]b

 

Son goût pour les études s'était mystérieusement évanoui, d'une manière qu'il ne comprenait pas lui-même.

69En effet, dans mon corpus de traduction, sur 8 occurrences de zibun de dans CorJF, 4 sont traduites par lui-même adjoint et 4 ne sont pas traduites du tout. Dans CorFJ, il y a 19 occurrences de zibun de dont 6 sont des traductions de lui-même adjoint et 11 n'ont pas de contreparties dans le texte français original. Il n'y a que deux expressions distinctes de lui-même adjoint qui sont traduites par zibun de. Enfin, tout le champ sémantique de zibun de est couvert par celui de lui-même adjoint.

70L'autre expression adverbiale idiomatique, zibun kara, veut dire « spontanément ». La postposition kara correspond en français aux prépositions de ou par. Une occurrence de zibun kara dans CorJF est traduite en français par de lui-même :

[68]a

 

Donna

quel

daijiken

événement important

ga

NOM

okottemo

arriver

zibun

de lui-

kara

même

koshi

hanches

wa

TOP (ACC)

age

lever

nakatta

ne pas

(lit.) 'Même si quelque important événement arrivait, il ne se levait pas de son siège de lui-même'

[68]b

 

Quelle que fût l'importance de l'événement, jamais il ne se levait de son siège de lui-même.

71Une occurrence de zibun no hou kara (une variante de zibun kara) apparaît comme traduction du français de lui-même.

[69]a

 

 

(Il ne put donc s'empêcher de sourire avec une visible satisfaction, mais ce sourire s'effaça bientôt,) et revenant de lui-même à l'aventure de Meung : « […] »

[69]b

 

[…] zibun

zibun

no

GEN

 

houkara

de son coté

Meung

Meung

 

no

GEN

 

dekigoto

aventure

 

ni

DAT

 

hanashi

histoire

 

wo

ACC

 

modosita

revint

 

 

(lit.) 'De coté de lui-même, (il) retourna l'histoire à l'aventure de Meung.'

72Soulignons enfin que les expressions avec zibun en japonais sont très faiblement intensives par rapport à celles avec lui-même en français. Les premières sont presque toutes traduisibles par les secondes, mais l'inverse n'est pas du tout vrai. Cela vient du fait que le français lui-même contraste explicitement avec lui par sa morphologie intensifiée, alors que le japonais zibun n'est pas intensif du tout. L'opposition entre zibun et kare n'est pas du tout une opposition entre une forme intensifiée et une forme non intensifiée, mais une opposition entre une forme véhiculant le point de vue du sujet et une forme véhiculant le point de vue de l'énonciateur. Aucune de ces deux formes n'est marquée par rapport à l'autre, mais dans beaucoup de cas, comme par exemple pour indiquer la logophoricité du sujet, zibun semble plus naturel que kare.

6. La fonction fondamental de zibun

73Hirose (2002) pense que l'emploi perspectif de zibun est une extension de son emploi logophorique, et il considère cette extension comme une sorte d'objectification du Soi (‘objectification of Self’). Je suis d'accord avec lui lorsqu'il soutient que l'emploi logophorique est un emploi typique de zibun, mais je ne pense pas que l'emploi perspectif en soit une extension. Je pense plutôt que tous les emplois de zibun sont également dérivés de la même fonction fondamentale de ce pronom, dont je suppose qu'elle est de dénoter le premier participant de l'événement au niveau de la forme logique. En japonais, il existe une corrélation assez étroite entre le statut actanciel et le statut de centre de la deixis : d'une part, l'énonciateur ou le personnage qui a l'empathie de l'énonciateur peuvent être le premier actant de l'événement ; d'autre part, le premier actant attire l'empathie de l'énonciateur et fonctionne comme point de référence. Dans l'emploi perspectif, zibun incarne le premier actant qui sert de point référentiel.

74L'existence de ce pronom a quelque rapport avec le statut relativement faible, en japonais, de la position de l'énonciateur représentée par moi, ici, maintenant. Dans le cadre de la théorie des espaces mentaux de Fauconnier (1997) et de Cutrer (1994), j'ai développé dans Imoto (2006, 2007) l'hypothèse que le premier axe temporel, en japonais, se trouve dans la position de l'événement plutôt que dans celle du locuteur. De même que la position de l'axe temporel glisse sur la position de l'événement dans une subordonnée, l'axe personnel glisse, au discours indirect, sur le référent de zibun.

75En ce qui concerne le rôle de premier actant, il faut d'abord dire qu'il est donné au niveau de la forme logique :

[70]a

 

zibun

zibun

wa

TOP

tensai

génie

da

suis

to

que

iu

dire

isiki

conscience

'la conscience que l'on est un génie'

[70]b

 

 ? ?{boku/watasi}

        1sg

wa

TOP

tensai

génie

da

suis

to

que

iu

dire

isiki

conscience

‘la conscience que je suis un génie' (Hirose 2000 :371)

76Hirose (2002) présente le contraste [70] comme une illustration de la différence entre le moi privé (zibun) et le moi public (boku, watashi) : dans l'exemple [70], qui décrit la conscience intérieure du locuteur que lui-même est un génie, seule la forme privée est possible. Mais selon moi, la faible acceptabilité de [70]b provient de ce qu'il n'y a pas de relation directe entre le locuteur et le sujet de conscience. La conscience que décrit [70] n'est pas la conscience spécifique d'un certain locuteur mais la conscience en général que n'importe quelle personne peut avoir. Zibun est donc construit sémantiquement comme une variable assumant le rôle de premier actant dans la proposition [e est un génie]. La valeur de ce rôle n'est fixée que lorsqu'un sujet quelconque possède réellement cette conscience et que ce SN se trouve dans une structure comme [71] :

[71]

 

Xi

X

wa

TOP

[zibuni wa tensai da to iu isiki]

[ =(70a)]

wo

ACC

motteiru

avoir

'X a conscience que X est un génie.'

77La nature du premier actant est donc essentiellement indépendante de l'identité du locuteur. Mais c'est un actant sur lequel chacun projette sa propre identité. Pour se faire une image mentale d'une prédication générale comme [70], on s'identifie assez naturellement au premier actant comme s'il était soi- même. Le premier actant est ainsi un foyer d'empathie. La relation entre la vraie identité du locuteur et l'identité projetée du premier actant est analogue à celle entre la position temporelle du locuteur et la position temporelle du passé dans l'expression du plus-que-parfait.

[72]

Quand Paul est venu, Marie avait fini ses devoirs.

78En [72] alors que la position temporelle de l'action de Paul 'venir' (t1) est calculée à partir de la position temporelle du locuteur (t0), celle de l'action de Marie (t2) est calculée à partir du moment de la première action (t1). La position de (t1) est la position à partir de laquelle on a directement accès à l'événement ('Marie finit ses devoirs'). Tout en gardant la position centrale de la deixis, la position de l'énonciateur (t0) glisse provisoirement à la position de

79Le premier actant correspond à (t1) au niveau du personnel.

80En ce qui concerne une phrase simple qui ne contient qu'un seul prédicat, le premier actant est marqué syntaxiquement comme le sujet de la phrase.

[73]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

Yasuok

Yasuo

kara

ABL

zibunz/ *k/*i

zibun

no

GEN

shouzou

portait

wo

ACC

kau

acheter

'Taro achète à Yasuo un portrait de lui(-même)'

81La forme logique de [73] est la suivante :

[74]

SN1 acheter à SN2 un portrait de SN1

82A la surface, les rôles de SN1 et de SN 2 sont remplis respectivement par Taro et Yasuo. Cette relation coréférentielle entre le sujet et le référent de zibun est la relation de base dans l'emploi perspectif. Le sujet, qui est par nature le premier actant, n'a pas forcément conscience de cette relation, bien qu'il ait normalement cette conscience ; dans le cas de [73], il se peut que Taro ne sache pas que le tableau qu'il achète est son propre portrait.

83Quand on remplace kare par zibun on obtient [75] :

[75]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

Yasuok

Yasuo

kara

ABL

karez/k/i

kare

no

GEN

shouzou

portrait

wo

ACC

kau

acheter

'Taro achète à Yasuo un portrait de lui.'

84La forme logique de [75] est la suivante :

[76]

NP1 acheter à NP2 un portrait de NP3

85A la différence de [74], il n'y a ici aucun relation référentielle entre les trois SN à ce niveau. Au niveau de surface on distribue Taro, Yasuo et kare comme valeurs de chaque SN. C'est seulement à ce niveau qu'on attribue à kare un indice référentiel suivant le degré de saillance des protagonistes, la naturalité de l'interprétation, la cohérence du texte, en un mot, selon le contexte. Qui plus est, il n'y a pas de projection d'identité sur kare. Ce pronom incarne la troisième personne calculée directement par la première personne, c'est-à-dire l'énonciateur. Dans le cas de [75], il me semble que l'indice 'z' est moins naturel que les indices 'k' ou 'i'. Pour obtenir l'interprétation 'z', il semble très naturel de focaliser kare en ajoutant zisin (kare zisin) ; toutefois, même en l'absence de zisin, l'indice 'z' n'est pas toujours exclu. De toutes façons, [75] reste toujours ambigu et les locuteurs japonais préfèrent [73] — zibun — s'il s'agit d'un portrait de Taro (sujet).

86Dans un circonstant locatif, il n'y a pas de préférence entre kare et zibun si la localisation échappe au contrôle de la volonté du sujet :

[77]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

{zibunz/karez}

{zibun/kare}

no

GEN

mae

devant

ni

LOC

atta

était

hon

livre

wo

ACC

totta

prit.

'Taro a pris le livre qui était devant lui.'

  • 21 En [78], kare est aussi possible, si le locuteur veut décrire la scène tout à fait objectivement in (...)

87Mais zibun est optimal si la localisation est contrôlée par la volonté du sujet21 :

[78]

 

Taroz

Taro

wa

TOP

hon

livre

wo

ACC

{zibunz /karez}

{zibun/kare}

no

GEN

mae

devant

ni

LOC

oita

mit

'Taro a mis le livre devant lui.'

88En [78], on construit au niveau de la forme logique le prédicat 'mettre quelque chose devant soi', et c'est Taro qui décide de la position du livre, alors qu'en [77] il n'en est pas responsable.

89Le statut du premier actant est compliqué lorsqu'il s'agit d'un événement complexe contenant plus d'un prédicat. Il arrive que le premier actant de la principale puisse rester le premier actant même au niveau de la subordonnée et qu'il soit alors désigné par zibun dans la subordonnée :

[79]

 

Yujii

Yuji

wa

TOP

Taroz

Taro

ga

NOM

Yasuok

Yasuo

kara

ABL

zibuni/*z/*k

zibun

no

GEN

shouzou

portrait

wo

ACC

katte

acheter

kureta

donner benéfice

to

que

omotteiru

penser

'Yujii pense que Taroz a eu la gentillesse d'acheter à Yasuok si-on portrait.'

  • 22 Le prédicat p1 n’est pas toujours exprimé en surface. Dans un contexte comme [28], un prédicat p1 d (...)

90En [79] on construit en forme logique le prédicat suivant22 :

[80]

[p1(SN 1) penser que [p2 SN 2 a acheté à SN 3 le portrait de zibun SN 1]]

  • 23 L’interprétation de zibun = Yasuo n’est pas naturelle non plus : tout en ayant le même degré d’empa (...)

91Je considère ainsi qu'une phrase complexe comporte un seul prédicat complexe et que tous les actants présents se réanalysent comme des actants de ce prédicat. L'antécédent de zibun NP1 est le premier actant du prédicat complexe, mais cela veut dire que le NP1 est également le premier actant du prédicat enchâssé (p2) au détriment du NP2 (sujet de p2). Pour qu'un NP non- nominatif soit le premier actant, ce NP doit être un sujet de conscience qui est un foyer d'empathie. L'exemple [81] ( = [37]a avec yatta est exclu parce que yatta exige que le sujet de p2 (Yasuo) ait plus d'empathie que zibun ( =Masao)23.

[81]

 

Masaoi

Masao

wa

TOP

[Yasuo

Yasuo

ga

NOM

zibuni

zibun

ni

DAT

kasite

prêter

{kureta/*yatta}]

donna/donna

hon

livre

o

ACC

nakusite

perdre

simatta.

finit par

'Masao a finalement perdu le livre que Yasuo lui avait prêté.'

92En [79], en revanche, l'auxiliaire kureta exige que le sujet de p2 (Yasuo) ne soit pas un foyer d'empathie, c'est-à-dire le premier actant de p2. Il est donc impossible d'attacher à zibun l'indice 'z' en [77]. Toutefois, si le verbe katte kureta, est remplacé par le verbe neutre katta, on obtient [82] :

[82]

 

[Yujii

Yuji

wa

TOP

Taroz

Taro

ga

NOM

Yasuok

Yasuo

kara

ABL

zibuni/z/*k

zibun

no

GEN

shouzou

portrait

wo

ACC

kata

acheter

to

que

omotteiru

penser

'Yujii pense que Taroz a acheté à Yasuo si /z-on portrait.'

93En [82] on peut interpréter zibun no shouzou wo katta soit comme le prédicat [74] (interprétation 'z') soit comme une partie du prédicat [80] (interprétation 'i'). L'ambiguïté de l'interprétation de zibun se trouve entre le sujet de p1 et le sujet de p2. La question d'empathie et de conscience ne se pose pas s'il n'y a pas d'ambiguïté. Si zibun occupe la position sujet dans le prédicat p2, sa coréférence avec le sujet de p1 ne pose pas de problème.

[83]

 

 

Johni

John

 

wa,

TOP

 

zibuni

zibun

 

ga

NOM

 

osiete-iru

enseigner

 

gakuse

étudiant

 

to

avec

 

kekkonsi

se marier

-tagatte-iru

veut

 

yo.

MOD

 

'John veut se marier avec une de ses étudiantes.' (Kuroda 1973 : 138)

94En [83], il n'est pas du tout nécessaire que John sache que la fille avec qui il veut se marier était une de ses étudiantes (comme il enseigne à un groupe nombreux, il ne connaît pas toutes ses étudiantes, par exemple). En revanche :

[84]a

 

Kawada-

Kawada

gahaku

peintre

wa,

TOP

desitati

disciples

ga

NOM

zibun

zibun

no tame ni

pour

tatete

construire

kureta

donna

atelier de,

atelier à

saigo no

dernier

iki

soupir

wo

ACC

hikitotta.

rendit

'Le peintre Kawada a rendu son dernier soupir dans l'atelier que ses disciples avaient construit pour lui.'

[84]b

 

*Kawada-

Kawada

gahaku

peintre

wa,

TOP

desitati

disciples

ga

NOM

zibun

zibun

no tame ni

pour

setti sita

préparèrent

soogizyoo

salle funèbre

ni

à

hakobareta.

fut transporté

'Le peintre Kawada a été transporté dans la salle funéraire que ses disciples avaient préparée pour lui.' (Kuno 1987 :256)

95Selon Kuno (1987), [84]a est acceptable parce que le peintre Kawada savait que ses disciples avaient construit un atelier pour lui, alors que [84]b est inacceptable parce qu'il ne pouvait pas reconnaître la salle funéraire que ses disciples n'ont pu préparer qu'après sa mort. A la différence de ce qu'on a en [83], zibun se trouve en [84] à l'intérieur du prédicat enchâssé p2, et il existe un autre candidat, desitati (les disciples) au statut de premier actant dans p2. Dans ces conditions, pour que le peintre Kawada soit identifié comme le premier actant de p2, il faut qu'il ait conscience du contenu de p2 dans lequel il joue un rôle de moi projeté. L'emploi logophorique a, en ce sens, un statut privilégié puisqu'il implique par définition la projection d'un Moi dans un p2. En tant que foyer d'empathie, le logophorique joue un rôle de premier actant indépendamment de la position syntaxique et de la signification du prédicat.

  • 24 Un prédicat dit logophorique exprime la pensée du sujet tel que penser, croire, constater, voir, di (...)

96L'interprétation logophorique est très souvent disponible pour zibun, comme en [84]a, même si le prédicat n'est pas à proprement parler logophorique24. Quand on interprète l'emploi perspectif logophoriquement, comme par exemple dans une lecture naturelle de [83] selon laquelle Taro sait effectivement que sa femme est son ancienne étudiante, il est très difficile de tracer la ligne de démarcation entre l'emploi logophorique et l'emploi perspectif.

97Dans un circonstant temporel spécifiant le moment de l'action du sujet, l'option préférentielle est souvent la catégorie vide plutôt que zibun :

[85]

 

Taroi

Taroi

wa

TOP

 {φi/ ?zibuni ga/karei ga}

{φi/ ?zibuni NOM/karei NOM}

Hanako

Hanako

ni

DAT

atta

rencontra

yokutoshi

l'année suivante

kanojo

elle

to

avec

kekkonshita.

se marier

'Taro s'est marié avec Hanako un an après qu'il l'a eu rencontrée.'

98Dans le contexte [85], comme la description objective avec kare est toujours possible, kare semble préféré à zibun, mais cela n'est que le résultat d'un glissement de l'opposition <zibun/kare> vers l'opposition <catégorie vide/kare>. La preuve en est que si le contexte appelle à identifier le sujet en opposition avec un autre référent, il n'existe plus de préférence :

[86]

 

Taroi

Taro

wa

TOP

{zibuni/karei}

{zibun/kare}

ga

NOM

hayaku

plus tôt

kaetta

rentrer

toki

quand

wa

TOP

yushoku

diner

no

GEN

shitaku

préparation

wo

ACC

suru.

faire

'Taro prépare le dîner lorsque lui rentre plus tôt (que sa femme).'

99En [86] il existe un contraste sous-entendu avec sa femme, et le sujet de la phrase subordonnée doit donc être explicite. Enfin, dans n'importe quelle position, pour signaler la coréférence d'un actant avec le sujet, kare n'est jamais préféré à zibun : autrement dit, zibun est le pronom de premier choix.

7. En guise de conclusion

100Les pronoms pouvant être associés à une interprétation réfléchie en japonais (zibun), en français (lui-même) et en l'anglais (himself) peuvent tous être associés à d'autres interprétations, et semblent avoir en commun un réseau d'effets interprétatifs. Cela suggère qu'il existe un champ sémantique cognitif indépendant des langues particulières. La réflexivité est ainsi liée à la logophoricité, aux effets d'intensification et de point de vue. L'étude des langues doit traiter ce champ sémantique ensemble. Le domaine central de la réflexivité, que j'appelle réflexivité directe, présente le plus grand taux de variation, du fait qu'il est solidaire de la structure du lexique. D'autre part, on constate que la fonction première de chaque pronom 'réfléchi' varie d'un cas à l'autre. A travers la comparaison des traductions attestées, j'ai montré que la fonction première de zibun est de pointer vers le premier actant, et que cette fonction est étroitement liée à la logophoricité. En français, en revanche, comme le défend Zribi-Hertz (2003) la nature fondamentale de lui-même est l'intensification et tous les emplois de lui-même sont dérivés de cette propriété. Il n'y a pourtant pas de relation directe entre la logophoricité et l'intensification. Ni le pronom japonais zibun, ni le pronom français SE de la voix pronominale n'ont de sens d'intensification. Le schéma sémantique de la réflexivité se compose de plus d'un cercle dont le centre n'est pas l’interprétation réfléchie.

Haut de page

Bibliographie

Cutrer, M. (1994), Time and tense in narrative and in everyday language. Ph.D.thesis, University of California San Diego.

Fauconnier, G. (1997), Mappings in thought and language, Cambridge University Press.

Hagège, C. (1974), "Les pronoms logophoriques", Bulletin de la Société de linguistique de Paris 69, 287-310.

Hirose, Y. (2000), "Public and private self as two aspects of the speaker: A contrastive study of Japanese and English", Journal of Pragmatics 32, 1623-1656.

Hirose, Y. (2002), "Viewpoint and the nature of the Japanese reflexive zibun", Cognitive linguistics 13-4, 357-401.

Ikegami, Y. (1981), SURU to NARU no gengokaku—gengo to bunka no typology heno shiron (Linguistique de SURU et de NARU—Essai sur une typologie des langues et des civilisations), Taishukan, Tokyo.

Imoto, H. (2006), "Eifutunihongo niokeru zisei no kijunten (L'axe temporel en anglais en français et en japonais)", Le projet coopératif des langues et des civilisations 2005— Autour de l'espace spatial et temporel dans les langues IV, Université d'Osaka, 1-10.

Imoto, H. (2007) "Nihongo no shiten, eifutsugo no shiten (Le point de vue en japonais et en anglais et français)", Suiseitsushin 19, 88-97.

Kuno, S. (1977), "Empathy and Syntax", Linguistic Inquiry 8-7, 627-672. Kuno, S. (1987), Functional Syntax, The University of Chicago Press.

Kuroda, S.-Y. (1973), "On Kuno's Direct Discourse Analysis of the Japanese Reflexive zibun", Papers in Japanese Linguistics 2:1, 136-147.

Soga, Y. (2005), “Tasha no shiko naiyo no genjitsusei nitsuite no hyouka (factivité des contenues des pensées d'autrui) », France go wo Saguru (les recherches sur la langue françase), Sanshusha, Tokyo, 132-142.

Zribi-Hertz, A. (1989), "Anaphor binding and narrative point of view: English reflexive pronouns in sentence and discouse", Langages 65-4, 695-727.

Zribi-Hertz, A. (1990), "NP lui-même", L'anaphore et ses domaines, Recherches linguistiques 14, Klincksieck, 377-402.

Zribi-Hertz, A. (2003), "Réflexivité et disjonction référentielle en français et en anglais", Miller, P & A. Zribi-Hertz (eds.) Essais sur la grammaire comparée du français et de l'anglais, Presses Universitaires de Vincennes, 189-227.

Zribi-Hertz, A. (2004), "On the nonexistence of reflexive anaphors: some implications for linguistic theory", Reflexivity-Reciprocity Workshop, Frei Universität, Berlin, Oct. 2, 2004.

Haut de page

Notes

1 Dans ce qui suit, SE sera compris comme désignant l’un quelconque des pronoms de la voix pronominale, me, te, se, nous, vous.

2 Cette intensification peut se réaliser négativement par le fait que l’action se fait sans recours à un autre agent. Par exemple, La dent est tombée d'elle-même (c'est-à- dire sans qu'on l'arrache) ; ici la dent n'est pas agentif.

3 Dans ce qui suit, lui-même sera compris comme désignant l’un quelconque des pronoms de la série moi-même, toi-même, lui-même, etc.

4 Parmi les 40 occurrences de zisin dans mon corpus, il n’y a qu’un seul emploi comme argument indépendant contre 39 emplois comme ajout.

5 Les exemples sont adaptés de Zribi-Hertz (1990 :389).

6 Les exemples sont adaptés de Zribi-Hertz (2004 :5).

7 Le terme logophorique est proposé par Hagège pour désigner « une catégorie particulière de substituts, personnels et possessifs, qui réfèrent à l’auteur d’un discours ou à un participant dont sont rapportées les pensées » (Hagège 1974 : 287)

8 Il est à noter qu’ici l’énoncé original est “There is a picture of me in the post office” plutôt que “There is a picture of myself in the post office”. Le locuteur final transforme le pronom “me” en “himself” en y ajoutant un accent contrastif. C’est cet accent contrastif qui permet à ce pronom une interprétation logophorique.

9 Le terme est de Kuno (1977).

10 Kuno (1977 : 631) formule la hiérarchie empathique des actes de paroles (‘speech- act empathy hierarchy’) de la façon suivante : il n’est pas possible pour le locuteur de donner plus d’empathie à quelqu’un d’autre qu’à lui-même : E (le locuteur) > E (les autres). Je suppose à peu près la même hiérarchie : E (zibun) > E (les autres).

11 L’exemple [42] est adapté de Soga (2005).

12 Cette distinction est valable pour le verbe (se) figurer.

13 Le français de CorJF contient 47.000 mots.

14 L’analyse des textes français est fait par le Tree Tagger. (http://www.ims.uni-stuttgart.de/projekte/corplex/TreeTagger/DecisionTreeTagger.html) et celle des textes japonais par Mecab (http://mecab.sourceforge.net/)

15 La classification est faite par moi-même.

16 La contruction réfléchie à proprement parler direct est exprimée par la voix pronominale. Il s’agit ici de lui-même tel qu’il apparaît dans se parler à lui-même.

17 L’emploi que j’ai classé comme direct (voir note 16) est à part.

18 PR : pronom réfléchi, PC : partie du corps. Le français son (sa) n’est pas un pronom proprement réfléchi, mais en (c) il marque la réflexivité.

19 L'absence d'article défini en [48]d est due au fait que le japonais ne dispose pas d’article et te qui signifie nécessairement la main du sujet est défini. Si la main était celle de quelqu'un d'autre, il faudrait préciser le possesseur en utilisant la structure [48]c. Ex. Kare wa Taro no te o ageta. (Il a levé la main de Taro). Je considère donc [48]d comme homologue de [46]d. En tout cas, ce qui est important ici, c’est que [48]d n’est pas une construction réfléchie.

20 Par rapport à zibun de, zibun kara n’est pas encore une expression complètement figée. Dans zibun kara, zibun de peut être remplacé par un autre pronom ou par un SN, mais la position syntaxique de zibun kara et celle de kare kara sont légèrement différentes.

21 En [78], kare est aussi possible, si le locuteur veut décrire la scène tout à fait objectivement indépendamment de la volonté de Taro.

22 Le prédicat p1 n’est pas toujours exprimé en surface. Dans un contexte comme [28], un prédicat p1 du type Il voyait que est sous-entendu : […] (‘He saw that) In the top right-hand one was an envelope addressed to himself’.

23 L’interprétation de zibun = Yasuo n’est pas naturelle non plus : tout en ayant le même degré d’empathie, yatta exige que Yasuo ait plus d’empathie que zibun.

24 Un prédicat dit logophorique exprime la pensée du sujet tel que penser, croire, constater, voir, dire, etc.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ml.revues.org/docannexe/image/477/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hidetake Imoto, « L'expression de la « réflexivité » en japonais et en français : étude comparative », Modèles linguistiques, 56 | 2007, 11-35.

Référence électronique

Hidetake Imoto, « L'expression de la « réflexivité » en japonais et en français : étude comparative », Modèles linguistiques [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://ml.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/ml.477

Haut de page

Auteur

Hidetake Imoto

Université d'Okayama

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org