Navigation – Plan du site

Daniel Bilous : une heureuse rencontre

Anne-Marie Amiot
p. 15-17

Daniel Bilous, jeune étudiant suivant mes cours à la toute nouvelle Faculté de Nice où je venais d’être nommée ? Tout d’abord, j’eus beau tourner et retourner mes souvenirs, quand l’avais-je connu ? je ne voyais pas. Et pour cause. Rien d’étonnant.

Car le temps où Daniel Bilous étudiait, c’était le temps où Nanterre s’insurgeait, où les étudiants défilaient, où ma carrière d’enseignante dans le Supérieur commençait, et où, déjà, le structuralisme naissait.

En ces années révolutionnaires gravitant autour de l’historique année 1968 où se produisit, entre autres, un changement radical de l’enseignement universitaire, les Facultés des Lettres étaient bondées : les étudiants débordaient hors des salles de cours et même des amphis… Bien souvent, comme d’autres collègues, je devais leur céder mon bureau, et non seulement rester debout pour faire cours, mais me poster à l’entrée de la salle afin d’être entendue par ceux qui, faute de place, étaient assis par terre dans le couloir… Difficile de repérer, et surtout de mémoriser noms et visages, dans de telles conditions !

Parfois, des petits groupes, de diverses tendances, interrompaient le cours, pour une « prise de parole », sujette à débats, le plus souvent socio - politiques, sans rapport aucun avec le sujet littéraire que j’étais censée traiter…. À l’enseignant d’être assez habile pour y revenir, par des moyens détournés…. Ce que réussissait d’ailleurs, assez bien, parmi d’autres, l’équipe de jeunes assistants de littérature française ou de philosophie, recrutés un an auparavant, par le Professeur Jean Onimus, certes plus âgé que nous, mais dont la jeunesse d’esprit acceptait, tout en les tempérant, ces bouleversements universitaires jugés, en partie, nécessaires. Si bien qu’à la stupéfaction de tous, la Faculté des Lettres de Nice, fut la seule structure universitaire de toute la France où les examens eurent lieu en juin – juillet 1968, sous des formes rénovées, dont l’aménagement se perfectionna au cours des ans.

Jusque-là, pour moi, en cette Fac, point de Daniel – qui vint peut-être, en curieux, assister à certaines A.G. d’amphis de la Fac. Mais je ne le connaissais pas. Et pour cause.

Déjà bûcheur, il terminait dans la khâgne du Lycée Masséna de Nice une studieuse année d’études classiques, poursuivies dès l’année suivante à l’Université, dans la même filière « classique » (latin – grec - français). Section élitiste où les professeurs de langues anciennes mettaient en garde les étudiants contre les dangers sulfureux d’un enseignement purement « moderne » et, de surcroît, révolutionnaire dans ses méthodes ! Pas question de les laisser s’aventurer dans un cours de licence, comme le mien, où l’on étudiait Boris Vian et Raymond Roussel.

Toutefois, peut-être que Daniel, féru de classicisme, mais esprit curieux, s’y aventura quelquefois pour tester cette perversité moderniste. En tout cas, je n’en sus rien. Sans doute, lors de son année de maîtrise (classique !), apparut-il à mes cours de méthodologie sur le « structuralisme » représenté, à cette époque, par le groupe « Tel Quel », où G. Genette et bien d’autres (J. Ricardou déjà !) dévoilaient de toutes nouvelles méthodes de critique littéraire, fondées sur l’analyse du texte plus que sur son histoire. Mais je n’en sus toujours rien.

L’année suivante, il suivit à coup sûr (toujours sans se manifester), mon cours d’agrégation sur Mallarmé. Mais en ces temps-là, les agrégatifs étaient nombreux et Daniel ne se manifesta toujours pas.

Ce n’est qu’à l’issue du Concours, ou l’année suivante, ou même après, qu’il se présenta et m’annonça sa décision de préparer, sous ma direction, une thèse sur Mallarmé, dont les débuts furent ralentis par l’éloignement territorial. En effet Daniel fut nommé dans le Nord de la France, puis « enseignant de coopération » en Algérie où, paradoxalement, son travail tant méthodologique que mallarméen commença à porter ses fruits.

Lorsqu’il revint à Nice (enseignant de collège !), son travail de recherche s’accéléra, tandis que se développait, à travers notre communauté d’intérêt intellectuel, une estime puis une amitié qui ne cessa de s’approfondir jusqu’à ce jour.

Sur le plan intellectuel, vu sa connaissance approfondie et son expérimentation remarquable, pour l’époque, des théories critiques structuralistes modernes — qui peu à peu secouaient la passivité de la critique des « sources littéraires » —, il fut, sur ma proposition, invité aux groupes de travail sur la « Nouvelle Critique » enfin créés à la Faculté, et animés par quelques jeunes enseignants. L’entreprise connut un grand succès et Daniel, passé maître en la matière, séduisit peu à peu ses anciens « Maîtres », par l’intelligence et la clarté de ses exposés dont la méthodologie radicalement neuve, permettait un renouvellement total de la lecture des œuvres : les plus classiques, comme les Fables de La Fontaine, dépoussiérées, reprenaient une vigueur nouvelle. Les plus modernes, surréalistes ou autres — telle celle de Mallarmé par exemple ! — devenaient non seulement accessibles à « l’ahurie place publique » — mais explicables, car devenues analysables…

Au bout de quelque temps, Daniel fut « chargé de cours » à la Fac de Nice.

Puis, après avoir soutenu, à Nice, une thèse d’État mémorable, devant un jury parisien incontestable et louangeur, composé d’éminents professeurs de littérature, de linguistique et de philosophie, il fut nommé Maître de Conférences à Grenoble.

Devenu mon « pair » dans la recherche universitaire, Daniel n’avait plus besoin de Mentor. Il voltigeait de ses propres ailes. Il obtint un poste à Toulon, plus proche de ses attaches niçoises, sans avoir jamais cessé avec moi des relations intellectuelles qui devinrent de plus en plus amicales, voire quasi « familiales » au cours des ans.

L’âge étant venu, avec son cortège de problèmes et de solitude, je trouve en Daniel un ami constamment présent et attentif qui non seulement m’apporte souvent une aide matérielle, mais qui secoue ma paresse tant physique qu’intellectuelle ! Qu’il en soit, ici, chaleureusement et publiquement remercié.

Nice, octobre 2010.

  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org