Navigation – Plan du site

Récritures et variation : pour une génétique linguistique et textuelle

Jean-Michel Adam
p. 23-50

Texte intégral

1. L’analyse des variations textuelles : une génétique texuelle ?

1Dans le Cahier n° 1 de la revue Critique génétique, S. Bourjea, J. Jallat et J. Levaillant ont décidé « d’abandonner l’expression de génétique textuelle parce qu’elle restait entachée par son adjectif à la textualité » (1991 : 73). Introducteur du terme, avec les Essais de critique génétique et sa postface de 1979, Louis Hay est revenu sur ce qu’il appelle la « controverse sur le texte », dans le n° 6 d’Enjeux critiques (1994). De fait, dans les travaux actuels, comme le prouvent les articles mis en ligne fin 2008 sur le site de l’ITEM, malgré quelques flottements, « critique génétique » l’emporte largement.

2Ce triomphe du syntagme critique génétique libère du coup celui de génétique textuelle que je propose de réserver à une génétique des transitions entre états stabilisés de textes, en incluant dans cette stabilisation les récritures auctoriales entre la première mise en circulation d’un texte (première édition ou manuscrits autographes ou allographes) et la dernière édition autorisée (phase 4 du modèle dessiné par Jean-Louis Lebrave ici-même, et dans Ganascia & Lebrave 2004), d’une part, mais aussi les éditions successives assurées par d’autres que l’auteur et les traductions (phase 5). Il paraît nécessaire et raisonnable de nuancer la position de Pierre-Marc de Biasi :

La notion de texte coïncide avec celle du texte imprimé publié : d’un point de vue génétique, le texte n’existe pas comme tel avant cette mutation qui fait passer l’écrit d’un statut autographe à un statut allographique. Sous la forme d’un manuscrit, même définitif, l’écrit est, du vivant de l’auteur, toujours susceptible de transformations avant-textuelles (de Biasi 1998 : 40).

3Jean-Louis Lebrave a montré, dans l’article précédent, qu’on ne peut pas dire que le bon à tirer et l’édition interrompent le processus d’élaboration et transforment le texte en genèse (avant-texte) en texte stabilisé. La critique génétique ne s’arrête pas tout à coup sur cette ligne frontière. Le fait que la première mise en circulation d’un texte soit suivie de transformations auctoriales parfois conséquentes suffit à prouver que cette première stabilisation n’est qu’un état provisoire de la genèse. Entre la stabilisation manuscrite ou imprimée d’un texte et l’interruption définitive de ses transformations auctoriales – dont la mort de l’écrivain est le terme ultime –, il reste une zone floue.

4L’œuvre de Charles Ferdinand Ramuz, rendue aujourd’hui accessible par la superbe édition de la Pléiade coordonnée par Doris Jakubec (Gallimard 2005), montre à quel point les états stabilisés éditorialement d’un roman ou d’une nouvelle peuvent ne pas être définitifs. Les romans de Ramuz sont autant d’états textuels d’un texte en variation dont seule la mort de l’écrivain, en 1947, a pu interrompre le cours. Rudolf Mahrer a montré qu’un roman comme Les Signes parmi nous, publié en 1919 à Lausanne, dans les Cahiers Vaudois, puis chez Grasset en 1931, avec de profondes modifications locales et globales, subit encore, chez Mermod en 1941, près de trois cents modifications (2003 : 266). Bien qu’il ne s’agisse pas de brouillons, ces variations font partie du mouvement de genèse d’une œuvre, de sa dynamique d’écriture. L’écrivain suisse allemand Friedrich Dürrenmatt, qui a laissé coexister plusieurs versions publiées de certaines de ses pièces de théâtre, présente un cas de figure comparable aux exemples que cite Almuth Grésillon, dans son dernier livre : les versions 1905, 1948 et 1949 de Partage de midi de Paul Claudel (2008 : 260-264) et de Galilée de Berthold Brecht (2008 : 257-260). Dans le même ordre d’idée, les éditions quarto de 1608 et folio de 1623 du King Lear de Shakespeare ne sont pas, comme le dit bien Bernard Cerquiglini, « deux états corrompus d’un original parfait (et malheureusement perdu), mais deux versions d’une même pièce, chacune faisant autorité » (1989 : 63). De ce fait : « Il y a donc deux King Lear (qu’il convient d’éditer de façon parallèle). […] L’écriture shakespearienne n’est plus déposée en un énoncé clos, originel et séminal ; elle est production constante et plurielle » (1989 : 63-64).

5Il est possible d’éditer un texte resté dans les tiroirs d’un écrivain. Ainsi La Mort heureuse, roman écrit entre 1936 et 1938 et abandonné par Albert Camus, mais d’où est sorti L’Etranger, a été publié dans le volume I des « Cahiers Albert Camus » (Gallimard). Ce texte stabilisé et abandonné peut être génétiquement considéré comme l’avant-texte de L’Etranger (comme le confirment correspondance et notes de Camus). La publication de cette ébauche avancée a rendu rétroactivement possible l’analyse comparée des transformations énonciatives du genre romanesque qui débouche sur les inventions linguistiques de L’Etranger. Dans le chapitre 7 du Style dans la langue (Adam 1997 : 147-183), je travaille en ce sens sur les variations des incipits des deux romans ainsi que sur des fragments de différents passages repris et récrits.

6À côté du domaine de la génétique des manuscrits, qui a pour objet les brouillons, plans, scénarios, esquisses, épreuves corrigées, versions abandonnées et partiellement reprises, en d’autres termes la dynamique de la genèse comme production, il y a donc place pour une génétique textuelle qui a pour objet l’analyse des variations des textes stabilisés (imprimés ou avant impression). La différence rassurante entre texte produit ou stabilisé et avant-texte inachevé ou en (cours de) production est fondée sur l’immobilité apparente des objets scripturaux textuellement stabilisés. Cette impression de fixité du texte achevé est pourtant mise à mal par la réalité de l’édition (Adam 2005b) et par les écrivains eux- mêmes. Jacques Neefs le dit très bien :

Quand les œuvres, et leur texte, sont livrés à l’imprimé, surtout quand cela est fait avec « privilège », autorisation, « imprimatur », bon à tirer, il semble qu’elles accèdent à une existence stable. Pourtant, les éditions vont varier, souvent considérablement, dans le temps – et pas seulement par modifications voulues par les auteurs ou par variation de la qualité typographique. Par adjonctions de textes annexes, restitution de textes « retrouvés », par nouvelle disposition typographique (voir le Sonnet), par l’appareil complet du « paratexte », les textes ont une mobilité relative […] qui est la forme de leur permanente actualisation dans le temps de leur réapparition. (1990 : 7-8).

7Je propose de repartir de cette idée de permanente actualisation des textes dans le temps de leur réapparition. Les variations des états stabilisés d’un texte en dessinent une genèse, certes, matériellement et sémiotiquement, différente de celle de l’« ensemble hybride de verbal textuel, de signes graphiques divers, de semiosis complexe » (Fenoglio 2007 : 9) qu’est un brouillon. Mais, comme le précise Jean-Louis Lebrave, nous n’avons accès qu’à des traces d’opérations et la génétique des manuscrits ne peut elle-même comparer que des états textuels successifs. La génétique est une « génétique des transitions entre états » (Lebrave) et il n’y a pas de différence radicale entre des états textuels variants (phases 4 & 5) et les variations observables dans les brouillons (phases 1 à 3). Cette différence est, comme il le rappelle dans l’article précédent, une différence de degré : l’ordonnancement temporel des variations des phases 4 et 5 est matériellement observable, alors que le temps des variations avant- textuelles doit être reconstruit au milieu des traces hétérogènes et souvent foisonnantes des brouillons.

2. Le texte comme variation : un objet interdisciplinaire

8Maintenant que la génétique des manuscrits s’est constituée en discipline autonome, « transversale et comparative » (Lebrave 1992 : 72), et qu’elle n’a plus à redouter l’assimilation avec la philologie (Lebrave 1992, Hay 2008b), nous avons tout à gagner à tenir compte de quelques avancées épistémologiques majeures, à commencer par celles qui sont intervenues dans le champ de la philologie.

2.1. Le(s) texte(s) et l’œuvre

  • 1 O pour le manuscrit d’Oxford, V4 et V7 pour ceux de Venise, Ch pour celui de Châteauroux, P pour ce (...)

9Dans un chapitre de son Essai de poétique médiévale (1972) intitulé « Le poète et le texte », Paul Zumthor mettait en cause les concepts d’auteur et de texte unique auxquels il proposait de préférer ceux d’anonymat et de mouvance. En prenant l’exemple des sept manuscrits complets de la Chanson de Roland, il proposait de distinguer l’œuvre et les textes. Chaque manuscrit médiéval est une réalisation textuelle d’une œuvre qui n’a, en fait, pas d’autre existence. Il ne sert à rien de considérer ces manuscrits comme des versions dégradées par des copistes d’un texte original d’auteur, d’un « manuscrit archétypique » (Bédier 1937 : iv). C’est ce que résume le schéma 1, ci-dessous, inspiré et adapté de celui de Paul Zumthor (1972 : 73) et qui reprend la codification des manuscrits proposée par Bédier (1927 : 65-73)1 . Si on inversait les flèches en les faisant descendre de l’œuvre vers les manuscrits, on aurait une représentation du modèle textualiste et fétichiste qui a encore la faveur de certains commentateurs.

10Dans Eloge de la variante. Histoire critique de la philologie (1989), Bernard Cerquiglini, rompant radicalement avec les idéologies de l’auteur et du texte origine, rappelle que le texte médiéval n’existe que sous forme de variations manuscrites de copistes, en donnant parfois lieu à des continuations :

L’œuvre littéraire, au Moyen Âge, est une variable. […] Qu’une main fut première, parfois, sans doute, importe moins que cette incessante récriture d’une œuvre qui appartient à celui qui, de nouveau, la dispose et lui donne forme. Cette activité perpétuelle et multiple fait de la littérature médiévale un atelier d’écriture. Le sens y est partout, l’origine nulle part. (1989 : 57)

11Le concept de texte, attaché au participe passé du verbe texere (textus ce qui est tissé, tressé), possède « une connotation de fixité, de complétude structurelle » (1989 : 59) qui ne correspond ni à la réalité de l’écriture médiévale, ni à celle des œuvres de la Renaissance, comme le démontre Michel Jeanneret (1994 & 1998, chapitres 9 et 10). Si l’écriture médiévale « raboute, tisse à nouveau et perpétuellement des œuvres, œuvre sans cesse » (Cerquiglini 1989 : 59), l’écriture de la Renaissance se caractérise par un recyclage intertextuel incessant et elle a tendance à contester et à « ruser avec les effets stabilisateurs de l’imprimerie et [à] préserver, dans une large mesure, la mobilité de l’ère du manuscrit » (Jeanneret 1994 : 25).

12Michel Jeanneret démontre magistralement que, de Montaigne et Ronsard à Erasme, certes « la gestation manuscrite nous échappe, mais la mobilité existe au sein des versions imprimées ; si les premières étapes de la genèse [phases 1 à 3] sont perdues, celle-ci continue au fur et à mesure des éditions. Loin d’immobiliser le texte, l’impression le propulse d’un état à l’autre, elle épouse l’histoire de ses métamorphoses » (1994 : 25). Michel Jeanneret explique la vogue du genre des mélanges, compilations et florilèges par sa structure modulaire souple et cumulative. Il met en cohérence la théorie dynamique de la connaissance de Montaigne et son refus de la forme close et rigide. Ce que résume bien cette réponse d’Erasme à un correspondant qui se plaignait de devoir acheter des éditions en variation perpétuelle et se demandait pourquoi publier un ouvrage avant qu’il ne soit réellement achevé :

De même que, tant que nous vivons, nous ne cessons de travailler à nous rendre meilleurs, de même nous ne cessons de corriger et de compléter les œuvres de notre esprit qu’en cessant aussi de vivre. (Lettre d’Erasme à John Botzheim, 1552 ; citée par Jeanneret 1994 : 35)

13Pour le XVIIe siècle, à propos des éditions 1623, 1626 et 1633 du Francion de Charles Sorel et des trois éditions successives de l’Adonis de La Fontaine (manuscrit d’apparat offert à Fouquet en 1658 et éditions de 1669 et 1671), Patrick Dandrey aboutit à cette même idée qui nous guide : chacune des éditions antérieures peut être rétrospectivement considérée comme une sorte de « brouillon » avant-textuel de la suivante.

14La philologie médiévale a d’abord été une quête du texte disparu et une reconstruction d’un hypothétique Urtext archétypique. Les analystes des contes ont été tentés de faire de même en constituant les contes-types en archétypes dont ils cherch(ai)ent le meilleur représentant ou le plus ancien. La philologie médiévale a progressivement cessé de considérer les manuscrits comme des dégradations d’un texte auctorial d’origine. En définissant l’écriture médiévale comme « variance intrinsèque » (Cerquiglini 1989 : 101 & 111) et l’œuvre de la Renaissance comme « perpetuum mobile » (Jeanneret 1998), les concepts même d’œuvre et de texte changent et le paradigme philologique est profondément modifié.

15Dans un autre cadre disciplinaire, dans la lignée des travaux de Roger Chartier, Catherine Velay-Vallentin (1987, 1992), qui a étudié l’histoire éditoriale des contes, arrive à une conclusion épistémologiquement proche : les changements intervenus dans le temps éditorial « déplacent la destination et le statut des œuvres dont la signification n’est jamais donnée une fois pour toutes, dans la stabilité supposée de leur texte » (1987 : 54). Depuis les contrefaçons hollandaises du début du XVIIIe siècle et les éditions de la Bibliothèque bleue, jusqu’aux éditions que nous connaissons aujourd’hui, nous assistons à des variations éditoriales des contes de Perrault qui sont autant de nouveaux états textuels de chaque conte. Ces opérations éditoriales modifient et recontextualisent chacun des contes. Ainsi, l’édition Hetzel de 1862 transforme le péritexte du recueil en changeant le titre et en introduisant un nom d’auteur : Les contes de Perrault. Elle remplace les vignettes initiales par l’ajout des célèbres illustrations de Gustave Doré. Elle modifie la structure du recueil en changeant l’ordre des textes et en ajoutant le Peau d’âne en prose apocryphe. La matière verbale est touchée depuis l’orthographe modernisée, la typographie (suppression des majuscules intempestives) et la ponctuation (le discours direct est signalé et typographiquement isolé), le nombre de paragraphes augmente considérablement. On assiste même à la célèbre opération de remplacement-substitution lexicale du titre : « Cendrillon ou la petite pantoufle de verre » en « Cendrillon ou la petite pantoufle de vair », sous l’influence rationaliste de Littré. Enfin, les « Moralités » qui, comme le titre du recueil de 1697 l’indique (Avec des Moralitez) font partie du texte de chaque conte et du genre conte-de- Perrault sont supprimées et remplacées par des commentaires de Pierre- Jules Stahl, pseudonyme de plume de Pierre-Jules Hetzel.

16L’analyse de ces variations éditoriales qui portent sur des changements socio-historiques des conditions de circulation et de lecture des textes, nous permettent de comprendre qu’un texte n’est pas seulement un objet spatial ayant la stabilité de ses trois dimensions (gauche-droite de la ligne, haut-bas de la page, et épaisseur du volume d’édition) ; il possède également une quatrième dimension, qui fait de lui un objet temporellement changeant dans le temps de son écriture (du vivant de l’auteur) et un objet qui parcourt éditorialement le temps et l’espace socioculturel avant de parvenir à ses lecteurs ou analystes.

2. 2. Redéfinition du concept de texte

  • 2 Sur ces conditions, voir Adam 2008.

17À ce stade de la réflexion épistémologique, le concept de texte dont nous avons besoin ne peut être limité aux conditions de cohésion et de cohérence internes. Pour le dire plus précisément, la textualité est plus complexe que le texte, au sens étroit du terme. La textualité peut être définie comme la conjonction de deux types de facteurs : des facteurs centripètes qui assurent l’unité tant matérielle que sémantico-pragmatique du texte2 et des facteurs centrifuges qui l’ouvrent dynamiquement sur ses seuils péritextuel, métatextuel, co-textuel, intertextuel et (inter)discursif. Un article récent de Sabine Pétillon (2009), sur un des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes, en fait la magistrale démonstration. La genèse d’un court fragment est étudiée autant à partir de faits de texture micro-textuelle et de structuration séquentielle centripètes qu’en considérant le rôle péritextuel et métatextuel du prologue (« Comment est fait ce livre ») et celui de l’intertextualité balzacienne et baudelairienne qui traversent et structurent la production textuelle. Le schéma 2, qui place le concept de texte au centre d’un système ouvert de relations entre cinq composantes, tente de dessiner la complexité d’une textualité qui est tout le contraire de la clôture structurale.

  • 3 Voir sur la question large du paratexte Gérard Genette 1987 et Philippe Lane 1992.

18La textualité est définissable comme la relation d’un texte aux énoncés péritextuels qui en délimitent les frontières. Elle est également inséparable des commentaires métatextuels intégrés au corps matériel du texte (« Moralités » des contes de Perrault) ou placés dans le péritexte (préface, postface) ou ailleurs (commentaires dans d’autres publications, des entretiens ou une correspondance)3. La composition d’un recueil conditionne par ailleurs ce que nous proposons d’appeler la co-textualité, entendant par là l’ensemble des relations qu’un conte ou un poème (Adam & Heidmann 2007) entretient avec les textes co-présents dans un même volume, c’est-à-dire dans une même aire scripturale. Le Manuscrit d’apparat de 1695, intitulé Contes de ma mère Loye, puis le recueil des Histoires ou Contes du temps passé. Avec des Moralitez de 1697 fixent les relations co-textuelles de La belle au bois dormant aux quatre autres contes de 1695 et aux sept autres textes de 1697. Le système de genres et la langue d’une époque donnée sont les deux composantes de base de l’interdiscursivité. Ni le système de genre ni la langue ne sont stables ; leur variation perpétuelle fait varier les mises en textes successives. On peut définir l’interdiscursivité comme possibilité de formes discursives disponibles tant à la production qu’à l’interprétation dans une communauté socio- discursive d’auteurs, d’éditeurs et de lecteurs. En tant que réservoir paradigmatique de formes langagières, les systèmes de la langue et des genres d’une communauté discursive donnée contiennent, à l’état virtuel, les textes comme possibilités infinies de syntagmatisations ordonnées. La génétique textuelle nous intéresse parce qu’elle donne accès à des manifestations de cette infinie variation des syntagmatisations ordonnées.

19Il est nécessaire de distinguer l’interdiscursivité comme ensemble de genres et répertoire de formes langagières partagés et l’intertextualité comme ensemble de textes ou de fragments de textes disponibles dans la mémoire d’une communauté discursive et d’individus donnés. Le préfixe inter- signale l’idée d’un partage : l’intertextualité est un partage de textes ou de segments de textes précis, identifiables et citables, alors que l’interdiscours est un partage de formes et de normes langagières, constituées d’énoncés et même de textes emblématiques de ces normes et formes. L’intertexte peut, en ce sens, être considéré comme un sous- ensemble de l’interdiscours. Par ailleurs, les intertextes peuvent faire partie de la genèse d’un texte et être intégrés dans l’analyse génétique et textuelle, comme nous le verrons en fin d’article et comme le montre Sabine Pétillon à la lumière du détournement du « A nous deux ! » de Rastignac (2009).

20En tant que textes identifiables, les co-textes, les intertextes et les états textuels éditoriaux successifs peuvent être regroupés au sein d’un corpus de travail. C’est un point méthodologique essentiel : l’extension de notre analyse est limitée par le corpus que nous constituons à des fins d’étude. Sur ce point, construction du dossier de genèse et constitution d’un corpus d’analyse textuelle et discursive ne diffèrent méthodologiquement pas.

2.3. Le texte comme variance

  • 4 Sur la méthodologie de la démarche comparative, voir Ute Heidmann 2005 & 2006.

21Almuth Grésillon (2008 : 302-303) reprend fort justement deux remarques de Michel Jeanneret qui prolongent notre schéma 1 (p. 26) appuyé également sur les propositions de Paul Zumthor : « […] l’œuvre ne coïncide pas avec un texte mais plusieurs, elle tient à ses variantes autant qu’à ses constantes, elle se donne à saisir comme un objet muable, dont l’histoire fait partie intégrante. […] Une œuvre ne se réduit pas à l’une de ses manifestations ; elle réside aussi dans la somme – et la différence – de ses divers états ; la production signifie autant que le produit fini » (1994 : 27). Dans la mesure où ces observations s’appliquent aussi bien à l’œuvre poétique de Francis Ponge qu’aux contes de Perrault, nous pouvons parler d’un changement de paradigme de la théorie du texte. Comme le dit Cerquiglini : « L’analyse doit être comparative, et non pas archéologique. Et ceci d’autant plus que l’archéologie réduit à l’unique ce qui prend sens de sa différence » (1989 : 68)4.

22Admettre que l’écriture ne produit pas des variantes, mais qu’elle est variance remet en cause le « rôle d’appendice » (Grésillon 1994 : 17) que la critique littéraire fait jouer aux « variantes » rejetées dans les appareils de notes. Une attention comparative aux états stabilisés de textes entiers ou de segments textuels identifiables comme unités textuelles est tout le contraire de la réduction des différents états textuels à l’unicité d’un texte possédant des variantes qui sont autant de segments isolés. La liste des variantes ne permet jamais de reconstituer avec précision le (ou les) texte(s) dont elles sont tirées.

23À la différence de la philologie classique, notre objectif n’est pas du tout d’établir un état stable et supposé vrai d’un texte, avec pour visée ultime l’exégèse herméneutique. Nous cherchons à rompre autant avec le positivisme de la philologie classique qu’avec l’idéalisme subjectiviste de l’herméneutique. Comme l’a dit de façon utilement polémique Pierre-Marc de Biasi, la critique génétique présente l’intérêt de mettre en cause les fondements de l’herméneutique littéraire, philosophique et religieuse. Au modèle implicite de l’herméneutique et d’une certaine philologie, qui reste celui du Livre et du texte sacré étayé sur la glose et le commentaire, P.-M. de Biasi a utilement opposé l’épistémologie d’une critique génétique « résolument médiologique, laïque et anti-fondamentaliste » :

Les manuscrits lui ont enseigné que le texte est l’effet d’un travail, qu’il ne vit que par la mémoire vive de sa propre écriture, que le sens est instable et la vérité problématique. En cherchant à construire une épistémologie historique et peut-être matérialiste de l’écriture littéraire, la génétique littéraire arrache la relation critique à la fiction de sa souveraineté et réinsère l’œuvre dans la logique profane de sa genèse. Mais ce geste, loin de rendre caduque la relation critique, enrichit le texte d’une dimension qui lui faisait cruellement défaut : la quatrième dimension, celle du temps, où le sens reprend possession de sa propre histoire. (P.-M. de Biasi, Le Monde des livres du 14 février 1997)

24Il est en effet illusoire de penser qu’il existe, dans le monde des bibliothèques, un objet-texte naturel nommé La belle au Bois dormant ou La Chanson de Roland. Il n’y a que des états génétiques, manuscrits et éditoriaux de ces textes. Les textes ne sont pas des objets naturels, mais des constructions modifiées au gré de procédures médiatrices qui vont de la récriture par les auteurs eux-mêmes jusqu’aux variations éditoriales, sans oublier les traductions responsables, on le sait, du Kafka français de Vialatte différent du Kafka espagnol de Borges ou du Heidegger en langage de la philosophie française, si différent du Heidegger allemand.

25Nous sommes, de ce fait, bien obligés de considérer qu’il existe des contes dénommés « Belle au bois dormant », « Petit Chaperon rouge », etc., qui connaissent des récritures auctoriales et éditoriales ainsi que des traductions. Ces états de textes sont mis en circulation dans des formations sociodiscursives données. Comme essaie de le représenter le schéma 3, paraître dans Le Mercure galant pour La belle au bois dormant (T2), c’est apparaître dans un contexte discursif (D2) très différent de celui du manuscrit d’apparat (T1-D1) envoyé à « Mademoiselle » d’Orléans, fille du frère de Louis XIV et de la Princesse Palatine, ou du recueil publié chez l’éditeur Barbin (T3-D3) :

  • 5 Respectivement dans Syntagmes 4 (1992) et dans Syntagmes 5 (2001).

26Cette attention à la circulation matérielle des textes fait bouger le concept trop statique de texte. Au concept de texte conçu comme version définitive stabilisée, nous substituons un concept d’états de textes en variation regroupables en corpus. Les variations observables doivent être traitées de façon méthodiquement comparative et il convient de remplacer l’idée de progrès et d’amélioration esthétique qui tend à valoriser le dernier état du texte, par celle de variation ou d’altération, c’est-à-dire de modification d’un texte T1 par un texte T2 qui transforme T2 non pas en simple variante, mais en un autre texte, un texte radicalement autre comme la langue est elle-même rendue autre (altérée en ce sens) dans tout acte d’énonciation. Nous sommes ainsi proches de la « sémiotique de l’altération » (au sens de fait de dire autrement) ou « sémiotique différentielle » de Jean Peytard5. L’hypothèse de fond que nous partageons est la suivante :

Il n’est de version définitive d’un texte que celle sur laquelle on s’arrête, comme ne varietur, pour en montrer la constante stabilité acquise certes après quelques variations. N’est-ce pas dans le cours de cette mouvance, de ces variations, qu’il convient de se situer pour apercevoir le sens, qui n’est jamais, semble-t-il, une fois pour toutes donné, mais constamment effet et source d’altérations ? (1993 : 176)

27Comme le dit programmatiquement Jean Peytard, en étant manifestement très proche des récentes prises de position d’Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave (2008) :

C’est « là où ça varie », là « où ça se différencie » que se construit le sens (variable et variant) à inter-échanger ; que ce n’est pas une analyse du « cohésif/cohérent » qui permet de fonder une sémantique. Mais peut-être, plutôt, la prise en compte du « différentiel » en variance, où s’enracinerait une « sémiotique de l’altération », une « sémiotique différentielle ». À élaborer. (1993 : 147)

28Les états différentiels ou altérations successives auxquelles le corpus constitué donne accès matériellement confèrent au texte cette épaisseur temporelle et matérielle qui est à proprement parler son historicité comme fait de discours.

29Chaque nouvel état de texte (T) prend place dans des systèmes de genres eux-mêmes en perpétuelle reconfiguration. Le schéma 3 (p. 31) signale qu’en D1 ou D3, accompagnant les récritures T1-1695 ou T3-1697, dans la mémoire des lecteurs du XVIIe siècle, circulent les (inter)textes latins et les contes de La Fontaine, les contes et fables éducatives de Fénelon, la nouvelle V. 5 du Cunto de li cunti, « Sole, Luna e Talia », de Basile ou même le texte catalan en vers de Frayre de Joy et Sor de Plaser. Ceux-ci ont cessé d’être identifiables comme parties de la mémoire (inter)discursive d’une communauté culturelle aussi bien par les lecteurs du XIXe siècle (D4) que par ceux du XXe siècle (D5). En revanche, les contes des Grimm font partie, en 1862, de la mémoire (inter)discursive constitutive de D4 et les dessins animés de Walt Disney font partie, en 2009, de la mémoire (inter)discursive de D5. De la même manière, la présence d’un genre conte-de-Perrault dans la mémoire (inter)discursive des traducteurs français d’Andersen et des Grimm a longtemps eu pour conséquence une perraultisation des contes danois et allemands.

30Si tout texte écrit se prête à des lectures renouvelées, superficielles ou profondes, c’est que les états de textes (T) successifs sont autant de re(con)textualisations (D) historiquement situées. Cette temporalité des œuvres d’art littéraires a été très bien décrite par Jacques Neefs :

[…] Les textes ont une mobilité relative (même quand leur lettre ne bouge pas), qui est la forme de leur permanente actualisation dans le temps de leur réapparition, temps qui bien vite n’est plus celui de leur apparition. Si l’appartenance des œuvres à un moment singulier (la manière dont elles se profilent dans une culture faite de tout le passé qu’elle se donnent) est le mode même de leur surgissement, leur appartenance tout aussi forte aux temps indéfinis et illimités que ces œuvres traversent (la manière dont elles sont activées, reformées par les lectures, agissantes dans les nouvelles littératures qui sont leur avenir) est le mode de leur existence en tant qu’œuvres d’art ou de pensée, c’est-à-dire irréductibles à ce qu’elles ont pu dire un temps, à ce qu’elles peuvent sembler dire dans une époque (1990 : 8).

31Par rapport au schéma de synthèse Lebrave-Ganascia 2004, qui sépare « critique génétique » globalement centrée sur les modifications auctoriales et « philologie de la transmission-réception » centrée, elle, sur les modifications éditoriales, le schéma 4 propose de redessiner le champ des disciplines de la variation textuelle :

32Les procédures d’analyse linguistique des variations de l’avant-texte peuvent être transférées non seulement aux variations éditoriales qui sont un aspect de l’existence historique des textes comme objets d’art circulant dans le temps et dans une langue et culture donnée (phase 5), mais également à la circulation internationale des textes portées par leurs traductions, dans le temps historique des langues et des cultures (phase 5bis à ajouter au dispositif Lebrave-Ganascia 2004). Faute de place et en renvoyant à la Poétique du traduire d’Henri Meschonnic et à mes études d’un petit texte en prose de Borges (Adam 2008 : 209-223) ou de Kafka (Adam & Heidmann 2003 : 187-212), je ne parlerai pas ici de cette phase 5bis.

3. L’exemple des trois états auctoriaux de La belle au bois dormant

33Les contes dits « de Perrault » nous sont accessibles à partir de l’édition Barbin de 1697 des Histoires ou Contes du temps passé. Avec des Moralitez. Le privilège royal a été accordé, en fait, au « Sieur P. Darmancour », fils de Perrault, en octobre 1696. Un premier état des cinq premiers contes est accessible directement dans le fac-similé du manuscrit d’apparat intitulé : Contes De ma Mère L’Oye. Ce manuscrit allographe, qui a été l’objet d’une circulation très restreinte, n’a été découvert qu’en 1953. Ayant la forme d’un recueil achevé, le manuscrit d’apparat des Contes De ma Mère L’Oye peut être considéré comme un texte susceptible d’une analyse textuelle au même titre que l’édition Barbin de 1697.

  • 6 Nous citons les passages du Mercure galant tels qu’ils ont été transcrits, de façon divergente sur (...)

34Les choses se compliquent dans le cas de La belle au bois dormant car ce conte a connu trois textualisations auctoriales successives. Par rapport au Petit chaperon rouge, à La Barbe bleue, au Chat botté et aux Fées, La belle au bois dormant connaît une récriture auctoriale de plus : un premier état, en 1695, dans le recueil du manuscrit d’apparat des Contes de ma mère Loye, puis une première parution isolée dans le numéro de février 1696 (pages 75-117) du Mercure Galant6 et enfin une seconde parution, en recueil cette fois, en 1697, chez l’éditeur Barbin, dans les Histoires ou Contes du temps passé. Avec des Moralitez (pages 1-46).

35Trois longues modifications traversent ces récritures : un dialogue entre le prince et la princesse, au réveil de cette dernière – segments textuels (1) à (3) – et un monologue de la princesse lorsque, à la toute fin du conte, elle risque d’être mise à mort par son ogresse de belle mère – segments textuels (4) à (6). L’épisode plus complexe que nous traiterons ensuite est intéressant en raison des déplacements qu’il comporte et de leurs effets sur la structure de l’intrigue – segments textuels (7) à (9). Nous examinerons encore quelques unes des nombreuses micro- transformations – segments textuels (10) à (18).

36L’analyse de ces opérations de récriture peut être faite à partir du répertoire d’opérations identifiées par Almuth Grésillon (1988) et rappelées ici-même par Jean-Louis Lebrave que nous reprenons presque mot à mot. Quel que soit le volume du segment textuel considéré, on est en présence d’une opération qui intervient au sein d’un cotexte stable : la variation n'est perceptible et n'a de sens qu'au sein de ce fond invariant noté ci-après [xxx]. On distingue donc une opération de remplacement : un segment B est substitué à un segment A (xxAxx > xxBxx) ; une opération de suppression : un segment A est effacé (xAxx > xxx) ; une opération d’ajout : amplification par insertion, addition d’un segment A (xxx > xxAx) ; une opération de déplacement : un segment A change de place (xAxxx > xxxAx). Ainsi dans ce premier segment textuel du conte de Perrault :

[1] (1695) Enfin il y avoit quatre heures qu’ils se parlaient et ils ne s’estoient pas encore dit la moitié de ce qu’ils avoient a se dire.
Cependant tout le Palais s’estoit reveillé en mesme temps que la Princesse […].

[2] (1696) Enfin il y avoit quatre heures qu’ils se parloient, et ils ne s’estoient pas encore dit la moitié de ce qu’ils avoient à se dire. {A} Quoy, belle Princesse, luy disoit le Prince, en la regardant avec des yeux qui en disoient mille fois plus que ses paroles, quoy, les destins favorables m’ont fait naître pour vous servir ? Ces beaux yeux ne se sont ouverts que pour moy, et tous les Rois de la terre, avec toute leur puissance, n’auroient pû faire ce que j’ay fait avec mon amour ? Ouy, mon cher Prince, luy répondit la Princesse, je sens bien à vostre vue que nous sommes faits l’un pour l’autre. C’est vous que je voyois, que j’entretenois, que j’aimois pendant mon sommeil. La fée m’avoit rempli l’imagination de vostre image. Je savois bien que celuy qui devoit me désenchanter, seroit plus beau que l’amour, et qu’il m’aimeroit plus que luy-mesme, et des que vous avez paru, je n’ay pas eu de peine à vous reconnaistre.
Cependant tout le palais s’estoit réveillé en mesme temps que la Princesse. […]

[3] (1697) Enfin il y avoit quatre heures qu’ils se parloient, & ils ne s’étoient pas encore dit la moitié {R1} des choses qu’ils avoient à se dire. {S}
Cependant tout le Palais s’estoit réveillé {R2} avec la Princesse […]. (27-28)

37On observe d’abord, en 1697, deux micro-opérations de remplacement ou substitution : la locution « de ce que » (1695 et 1696) devient « des choses que » (1697). On peut parler ici d’une substitution orientée (R1) dans le sens d’une lexicalisation vague (« choses ») et d’une pluralisation (« des ») qui remplacent l’anaphorique opaque et elliptique « ce ». Cette lexicalisation s’accompagne d’une seconde substitution orientée (R2) : la locution temporelle « en mesme temps que », présente en 1695 et en 1696, est remplacée par « avec » en 1697. Soit une atténuation du caractère chronologique déjà présent dans le « cependant » placé en ouverture de paragraphe et de phrase au profit de l’insistance sur le fait que le réveil de la princesse conditionne le réveil magiquement synchronisé de tous les occupants endormis du château. Cette substitution évite la redondance entre le sens temporel (manifeste au XVIIe siècle) commun à « cependant » et « en mesme temps ». On pourrait considérer ce remplacement comme une correction réparant un pléonasme.

38L’amplification intervenue entre 1695 (1) et 1696 (2), amplification qui se traduit par l’ajout d’une séquence dialogale minimale au discours direct. Ces deux répliques sont introduites par « luy disoit le Prince » (accompagné d’une longue didascalie) et « luy répondit la Princesse ». Cet ajout-amplification vient remplir l’ellipse du « ce que » les deux personnages « avoient à se dire ». La syntaxe émotive de la réplique du prince (répétition de « quoy », interro-exclamations) est en accord avec ce que le texte dit un peu plus haut : « Ses discours furent mal rangez, ils en pleurent davantage, peu d’Eloquence beaucoup d’amour. Il estoit plus embarassé qu’elle […] ». L’appui sur un énoncé proverbial motive la forme de l’intervention du prince.

39L’éloquence de la réplique de la princesse, en revanche, confirme la suite de ce que dit le co-texte antérieur : « […] et l’on ne doit pas s’en étonner. Elle avoit eu le temps de songer a ce qu’elle avoit a luy dire ». Un tel dialogue peut être qualifié de conversation galante, en accord avec l’esthétique défendue dans le bien nommé Mercure galant. Le fait surprenant du point de vue de l’orientation des corrections est que cette modification intervenue en 1696 n’est pas conservée en 1697. On assiste alors à une opération de suppression. L’effacement du dialogue galant a pour conséquence un retour à la structure elliptique de 1695, à une certaine économie du texte. On peut ainsi résumer les enchaînements des trois grandes opérations chronologiquement observables dans ces trois premiers segments textuels :

40Il est toutefois moins complexe que le précédent, dont il confirme la conjonction d’une opération d’ajout en 1696 (notée A, ci-dessus) suivie d’une opération de suppression (notée S). Il s’agit d’un long monologue de la princesse, devenue reine, souligné ci-dessous en gras et dont le discours direct est en italiques dans le Mercure :

[4] (1695) elle [l’Ogresse] avoit donné ordre de les amener les mains lieés derriere le dos. Ils estoient là et les boureaux se preparoient a les jetter dans la cuve lors que /#/ le Roy qu’on n’attendoit po[int] si tost entra dans la cour a cheval.

[5] (1696) Elle avoit donné l’ordre de les amener les mains liées derrière le dos. Ils estoient là, et les boureaux se préparoient à les jeter dans la cuve, lorsque {A} la jeune Reine demanda qu’au moins on luy laissast faire ses doléances, et l’ogresse, toute méchante qu’elle estoit, le voulut bien. Helas ! Helas ! s’écria la pauvre Princesse, faut-il mourir si jeune ? Il est vray qu’il y a assez longtemps que je suis au monde, mais j’ay dormi cent ans, et cela me devroit-il estre compté ? Que diras-tu, que feras-tu, pauvre aimable, que ta petite Aurore, qui est si jolie, n’y seront plus pour t’embrasser, quand je n’y seroy plus moy-mesme ? Si je pleure, ce sont tes larmes que je verse, tu nous vengeras, peut être, hélas ! sur toy-mesme. Ouy, misérables, qui obeissez à une ogresse, le Roy vous fera tous mourir à petit feu. L’ogresse, qui entendit ces paroles, qui passoient les doléances, transportée de rage s’ecria Bourreaux, qu’on m’obéisse, et qu’on jette dans la cuve cette causeuse. Ils s’approchèrent aussitost de la Reine, et la prirent par ses robes ; mais dans ce moment le Roy qu’on n’attendoit {R} pas si tost, entra dans la cour à cheval.

[6] (1697) elle avoit donné ordre de les amener les mains liées derriere le dos. Ils estoient là, & les bourreaux se preparoient à les jetter dans la cuve, lorsque {S} le Roi, qu’on n’attendoit pas si tost, entra dans la cour à cheval […]. (43-44)

41Cette grosse modification est syntaxiquement très intéressante car elle se glisse dans une phrase, entre l’organisateur temporel « lorsque » et sa suite : « les bourreaux se preparoient à les jetter dans la cuve, lorsque [Ajout/Suppression] le Roi, qu’on n’attendoit pas si tost, entra dans la cour ». Le texte de 1696 insère un segment qui commence au discours direct. La mobilité du segment ajouté puis supprimé est totale, sa présence ou son absence n’affectent pas la syntaxe phrastique d’accueil. Le retour au texte de 1695 n’est pas total car le remplacement de « point » (4) par « pas » (5) est conservé en (6) :

42Les états publiés du conte (1696 et 1697) correspondent indéniablement à deux options d’écriture différentes. Les ajouts/ suppression du dialogue galant (2) et du monologue pathétique (5) dans le Mercure apparaissent comme des variations de circonstance, probablement trop mondaines et galantes pour les recueils de 1695 et 1697, dont La belle au bois dormant est le conte d’ouverture. Le contexte socio-discursif du Mercure et la publication autonome du conte expliquent ces variations qui sont les traces d’un flottement du genre.

43La troisième grande modification va dans le même sens, mais elle est plus complexe à décrire car elle présente une importante opération de déplacement (D). Je note en lettres minuscules, en (7), les opérations qui ne se réalisent qu’en (8). Les majuscules codent les opérations identifiables dans la comparaison rétrospective : de (8) vers (7) et de (9) vers (8). Les remplacements sont indiqués en gras :

[7] (1695) [la Reyne] ne douta plus qu'il n'eust quelque amourette {d} car il vecut avec la Princesse [{d} pendant plus de deux ans] entiers, et en eut deux enfans, dont le premier qui fut une fille, fut nommée l’Aurore et le second un fils qu’on nomma le jour ; parce qu’il paroissoit encore un peu plus beau que sa sœur. La Reyne dit plusieurs fois au Prince pour le faire expliquer qu’il falloit se contenter dans la vie, mais il n’ôsa jamais se fier a elle de son secret. Il la cragnoit quoy qu’il l’aimast. Elle estoit de race Ogresse, et le Roy ne l’avoit épousée qu’a cause de son grand bien : on disoit mesme tout bas a la Cour qu’elle avoit toutes les inclinations des Ogres et qu’en voyant de petits enfans elle avoit toutes les peines du monde a se retenir de se jetter sur eux.Ainsi le Prince ne lui voulut jamais rien dire. {a} Mais quand le Roi fut mort ce qui arriva au bout de deux ans et qu’il se vit le Maistre, il declara publiquement son mariage et alla querir en grande pompe sa femme qui fit son entrée magnifique dans la ville capitale au milieu de ses deux enfans {s}.
Quelque temps aprez, le Roy alla faire la guerre a l’Empereur Cantalabutte son voisin. Il laissa la Regence du Royaume à la Reyne sa mere et luy recommanda fort sa Femme et ses enfans {d} […].

[8] (1696) […] elle ne douta plus qu’il n’eût quelque amourette. {D} Elle luy dit plusieurs fois pour le faire expliquer, qu’il falloit se contenter dans la vie, mais il n’osa jamais se fier à elle de son secret : il la cragnoit quoy qu’il l’aimast. Elle estoit de race Ogresse et le Roy ne l’avait épousée qu’à cause de son grand bien. On disoit même tout bas à la Cour qu’elle avoit toutes les inclinations des ogres, et qu’en voyant de petits enfans, elle avoit beaucoup de peine à se retenir de se jetter dessus. Ainsi le Prince ne luy voulut jamais rien dire. {A} Il continua [{D} pendant deux ans] à voir en secret sa chère Princesse, et l'aima toujours de plus en plus. L'air de mystère liy conserva le goust d'une première passion, et toutes les douceurs de l'himen ne diminuèrent point les empressements de l'amour. Mais quand le Roy son père fut mort et qu’il se vit le maître, il déclara publiquement son mariage, et alla en grande cérémonie querir la Reine sa femme dans son château. On lui fit une entrée magnifique dans la ville capitale. {S} Quelque temps après, le Roy alla faire la guerre à l’empereur Cantalabute son voisin. Il laissa la régence du royaume à la Reine sa mère et lui recommanda fort {D} la jeune Reine qu’il aimoit plus que jamais, depuis qu’elle lui avoit donné de beaux enfans, une fille qu’on nommoit l’Aurore, et un garçon qu’on appeloit le Jour, à cause de leur extrème beauté.

9] (1697) [la Reine] ne douta plus qu’il n’eut quelque amourette : {D} car il vêcut avec la Princesse [{D} plus de deux ans entiers], & en eut deux enfans, dont le premier qui fut une fille, fut nommée l’Aurore, & le second un fils, qu’on nomma le Jour, parce qu’il paroissoit encore plus beau que sa sœur. La Reine dit plusieurs fois à son fils, pour le faire expliquer, qu’il falloit se contenter dans la vie, mais il n’osa jamais se fier à elle de son secret ; il la cragnoit quoy qu’il l’aimast, car elle estoit de race Ogresse, & le Roi ne l’avoit épousée qu’a cause de ses grands biens ; on disoit même tout bas a la Cour qu’elle avoit les inclinations des Ogres, & qu’en voyant passer de petits enfans, elle avoit toutes les peines du monde à se retenir de se jetter sur eux ; ainsi le Prince ne voulut jamais rien dire. {S} Mais quand le Roy fut mort, ce qui arriva au bout de deux ans, & qu’il se vit le maistre, il declara publiquement son Mariage, & alla en grande cérémonie querir la Reine sa femme dans son Chasteau. On lui fit une entrée magnifique dans la Ville Capitale, {A} où elle entra au milieu de ses deux enfans. Quelque temps aprés le Roi alla faire la guerre a l’Empereur Cantalabutte son voisin. Il laissa la Regence du Royaume à la Reine sa mere, & luy recommanda fort sa Femme & ses enfans {D} […]. (31-34)

44Sans entrer dans le détail de toutes les transformations, on peut observer tous les cas de variations temporellement orientées.

  1. La première textualisation (1695) diffère des suivantes (1696-97) :
    — 1695 […] alla querir en grande pompe sa femme qui fit son entrée magnifique dans la ville capitale […]
    — 1696 […] alla en grande cérémonie {R} querir {D} la Reine {A} sa femme dans son château. On lui fit une {R} entrée magnifique dans la ville capitale […]
    — 1697 […] alla en grande cérémonie querir la Reine sa femme dans son Chasteau. On lui fit une entrée magnifique dans la Ville Capitale […]
    Soit une série d’opérations successives : déplacement de « quérir », remplacement de « pompe » par « cérémonie », ajout de « la reine » et de « dans son château » et enfin remplacement de la relative par une nouvelle phrase qui affecte la structure casuelle : le sujet du verbe faire (« qui fit son ») devient patient après introduction d’un « on » (« On lui fit une »). Nous ne détaillons pas les deux autres cas.

  2. La deuxième textualisation (1696) diffère des deux autres (1695-97) :
    — 1695 […] elle avoit toutes les peines du monde a se retenir de se jetter sur eux >
    — 1696 […] elle avoit
    beaucoup de peine {R} à se retenir de se jetter dessus {R} >
    — 1697 […] elle avoit
    toutes les peines du monde {R} à se retenir de se jetter sur eux {R}.

  3. La dernière textualisation (1697) diffère des deux premières (1695-96) :
    — 1695 […] il la croignoit quoy qu’il l’aimast. Elle estoit de race Ogresse… >
    — 1696 […] il la croignoit quoy qu’il l’aimast. Elle estoit de race Ogresse… >
    — 1697 […] il la croignoit quoy qu’il l’aimast, car {A} elle estoit de race Ogresse.

45L’opération d’ajout de 1696 {A}, suivie d’une opération de suppression en 1697 (S), concerne un segment pris en charge par la voix narrative, mais relevant du code de la galanterie, comme dans les ajouts de discours direct précédemment observés – segment {A} grisé et souligné de (8) : « Il continua pendant deux ans à voir en secret sa chère Princesse, et l’aima toujours de plus en plus. L’air de mystère luy conserva le goust d’une première passion, et toutes les douceurs de l’himen ne diminuèrent point les empressements de l’amour ». Les syntagmes soulignés sont très représentatifs du discours galant. Ce type de réflexion sur la psychologie de la passion amoureuse dans le couple est une de ces « questions galantes » à la mode et débattues aussi bien dans les romans que dans le Mercure.

  • 7 J.-P. Collinet parle à ce propos d’une probable volonté de ne pas « choquer les lectrices de la rev (...)

46Une opération de déplacement (D) vient s’ajouter aux trois autres opérations : les deux enfants ne naissent qu’après le mariage dans le texte de 1696, alors que dans les deux autres, le couple, certes marié « sans perdre de temps » par le Grand Aumônier dans la Chapelle du Château, a ses deux enfants en secret, avant l’officialisation de l’union qui suit la mort du roi. Le texte édité en 1696 renonce à cette inconvenance relative, au nom d’une normalisation concédée au lectorat du Mercure 7.

47Le texte du Mercure présente un intéressant cas de discours indirect libre (DIL) absent des états 1695 et 1697 du texte et qui fait suite à une pensée représentée (PR) du personnage.

[10] mais comme elle étoit grandement prévoyante, elle pensa que [PR] quand la Princesse viendroit à se reveiller, elle seroit bien embarassée toute seule dans ce vieux chateau. VOICY CE QU’ELLE FIT elle toucha de sa baguette tout ce qui étoit dans le chasteau (hors le Roy et la Reyne) […].

48Le texte de 1695 est beaucoup plus simple que celui de 1696 :

[11] mais comme elle estoit grandement prévoyante, elle pensa que [PR] quand la Princesse viendroit à se réveiller, elle seroit bien embarassée toute seule dans ce vieux château. QU’Y AVOIT-IL À FAIRE ? QUEL EXPÉDIENT ? [DIL] Elle en eut bientost trouvé. Elle toucha de sa baguette tout ce qui estoit dans le château hors le Roy et la Reine […].

49Selon le mécanisme que nous avons déjà observé plus haut, le texte de 1697 revient (sans parler ici des modifications de ponctuation) à celui du manuscrit d’apparat. Les deux interrogations introduites en 1696 sont supprimées ; seule la pensée représentée (PR) est conservée :

[12] mais comme elle estoit grandement prévoyante, elle pensa que [PR] quand la Princesse viendroit à se réveiller, elle seroit bien embarassée toute seule dans ce vieux Château : VOICY CE QU’ELLE FIT. Elle toucha de sa baguette tout ce qui estoit dans ce Chasteau, (hors le Roi & la Reine) […]. (15)

50Dans un passage où pointe l’ironie du narrateur, on trouve une occurrence d’un énoncé au DIL conservé dans les trois états textuels :

[13] mais il se garda bien de luy dire qu’elle estoit habillée comme ma mere grand, et que son collet estoit monté, ELLE N’EN ESTOIT PAS MOINS BELLE. (1695)

[14] Il se garda bien de luy dire qu’elle estoit habillée comme ma mere-grand, & que son collet estoit monté, ELLE N’EN ESTOIT PAS MOINS BELLE. (1696)

[15] Il se garda bien de luy dire qu’elle estoit habillée comme ma mere grand, & qu’elle avoit un collet monté, ELLE N’EN ESTOIT PAS MOINS BELLE. (1697)

51Le remplacement en 1697 de que son collet estoit monté en qu’elle avoit un collet monté prouve que la récriture est possible et, ici, que la présence rares surgissements du narrateur : MA mère-grand.

52Le manuscrit d’apparat de 1695 présente un autre énoncé marqué par le contraste du verbe modal devoir à l’imparfait en co-texte de passés simples. Ce segment est proche du DIL en (16) et en (18) où il est repris et introduit par les deux points d’ouverture de parole :

[16] Quelque temps aprez, le Roy alla faire la guerre a l’Empereur Cantalabutte son voisin. Il laissa la Regence du Royaume à la Reyne sa mere et luy recommanda fort sa Femme et ses enfans IL DEVOIT ESTRE A LA GUERRE TOUT L’ESTÉ, et des qu’il fut party […].(1695)

[17] Quelque temps après, le Roy alla faire la guerre à l’empereur Cantalabute son voisin. Il laissa la régence du royaume à la Reine sa mère et lui recommanda fort la jeune Reine qu’il aimoit plus que jamais, depuis qu’elle lui avoit donné de beaux enfans, une fille qu’on nommoit l’Aurore, et un garçon qu’on appeloit le Jour, à cause de leur extrème beauté. (1696)
Le Roy {R} devoit être à la guerre tout l’été, et dés qu’il fut parti […].

[18] Quelque temps aprés le Roi alla faire la guerre a l’Empereur Cantalabutte son voisin. Il laissa la Regence du Royaume à la Reine sa mere, & luy recommanda fort sa femme & ses enfans : IL DEVOIT ESTRE À LA GUERRE TOUT L’ESTÉ, et dés qu’il fut parti […]. (1697)

53L’alinéa introduit dans le Mercure de 1696 et le retour de la tête nominale (Le Roy) effacent toute possibilité d’interprétation par le DIL.

54La comparaison de ces trois Belle au bois dormant montre que, même si l’édition de 1697 intègre quelques modifications de 1696, elle est globalement plus proche du manuscrit de 1695 que du texte du Mercure galant. Le texte du Mercure galant n’est donc pas un état intermédiaire dans une élaboration scripturale progressant vers une forme idéalement aboutie, terme d’un processus de stylisation esthétique. La différence est profondément générique.

4. Variations éditoriales et intertextuelles

55Faute de place, nous étudierons brièvement deux cas où se croisent génétique et intertextualité.

4.1. Variations en phase 5

56L’analyse des variations textuelles peut être étendue aux variations éditoriales postérieures à la disparition d’un auteur. Dans nombre d’éditions modernes, sous l’influence de la diffusion des Dornröschen et Rothkappchen des Grimm (1812), La belle au bois dormant et Le Petit Chaperon rouge voient, pour le premier, sa deuxième partie entièrement supprimée et, pour l’autre, sa fin modifiée en dénouement heureux.

57Pour ne prendre qu’un exemple de récriture éditoriale intertextuellement déterminée, examinons l’extraordinaire fin d’une édition de la Nouvelle Bibliothèque Rose, du milieu du XXe siècle. Les éditeurs anonymes, sous l’influence de Dornröschen, amputent La belle au bois dormant de toute sa deuxième partie. Cette opération massive de suppression-réduction s’accompagne d’un remplacement de la fin de l’histoire par une étonnante réflexivité métadiscursive. On peut parler d’une opération de substitution-remplacement combinée à une opération de suppression- réduction :

Après souper, sans perdre de temps, le grand aumônier les maria dans la chapelle du château, et ils retournèrent dans leur appartement.
L’histoire dit qu’ils dormirent peu, et cela est fort possible, car la princesse n’en avait plus grand besoin. Quant au prince, l’excès de son bonheur devait le tenir éveillé, à moins que ce ne fût la crainte des ennuis qui l’attendaient à la suite de ce mariage bien hâtif.
Mais à quoi bon parler de ces ennuis ? Personne ne sait plus au juste ce qu’ils furent.
Les uns vous diront que le roi son père entra dans une grande fureur, ne voulant point d’une bru plus avancée en âge que son arrière-grand-mère qu’il possédait encore.
D’autres vous assureront que le prince n’avoua jamais à ses parents la raison pour laquelle il retournait si souvent chasser dans les bois, et qu’il attendit la mort de son père, survenant après celle de sa mère, pour s’en aller en grande cérémonie quérir sa femme en son château, d’où elle fit une entrée magnifique en sa ville capitale, au milieu de ses deux enfants.
Enfin d’autres vous affirmeront peut-être que la mère de ce prince était de race ogresse et que, profitant d’une guerre contre l’empereur Cantabutte où son fils combattait vaillamment à la tête de ses troupes, cette horrible femme résolut de manger, à la sauce Robert, sa belle-fille et ses deux petits-enfants. Ces mêmes gens, qui vous auront dit cela, chercheront à vous rassurer en vous disant aussi que ce funeste projet échoua, grâce au dévouement d’un cuisinier et au retour impromptu du prince victorieux.
Mais pourquoi prêter l’oreille à ceux qui veulent à toutes fins assombrir les plus belles histoires ? Celle-ci s’achève au lendemain du mariage de la princesse, lorsqu’au-dessus des bois impénétrables, elle vit le soleil se lever pour elle comme pour les autres.

(Contes par Charles Perrault, Hachette, Nouvelle bibliothèque rose, 1959 : 50-52).

58La quatrième de couverture justifie ainsi les variations éditoriales introduites : « Dans cette édition, spécialement établie pour la Nouvelle Bibliothèque Rose, quelques légères simplifications ont suffi pour faire du texte initial un livre neuf, facile à lire, répondant aux tendances actuelles ». Ces « légères simplifications » touchent l’orthographe, la ponctuation, le lexique et surtout des pans entiers des histoires.

59Si le dialogue intertextuel entre Dornröschen et La belle au bois dormant nourrit la dynamique génétique du segment considéré, il faut ajouter une détermination co-textuelle également active. En effet, Riquet à la houppe et Le Petit poucet ont des fins particulièrement ouvertes et métadiscursives. La technique adoptée par Perrault dans les deux derniers contes de son recueil de 1697 est ici prise comme modèle intertextuel de récriture du dénouement du tout premier conte.

4.2. Une indécidable genèse intertextuelle en phases 1 à 3

60L’incipit de La belle au bois dormant et le début de l’Histoire d’une jeune princesse de François de Fénelon se ressemblent tellement qu’on ne peut pas parler de hasard :

FÉNELON : Histoire d’une jeune princesse
[P1] Il était une fois un roi et une reine, qui n’avoient point d’enfants. [P2] Ils en étaient si fâchés, si fâchés, que personne n’a été plus fâché. [P3] Enfin la reine devint grosse, et accoucha d’une fille, la plus belle qu’on ait jamais vue. [P4] Les fées vinrent à sa naissance. […]

PERRAULT : La belle au bois dormant [1697]
[P1] Il estoit une fois un Roi & une Reine, qui estoient si faschez de n’avoir point d’enfans, si faschez qu’on ne sçauroit dire. [P2] Ils allerent à toutes les eaux du monde, vœux, pelerinages, menuës devotions ; tout fut mis en œuvre, & rien n’y faisoit : [P3] Enfin pourtant la Reine devint grosse, & accoucha d’une fille : on fit un beau Baptesme ; on donna pour Maraines à la petite Princesse toutes les fées qu’on pust trouver dans le Pays […].

  • 8 C’est l’édition que nous citons malgré l’orthographe normalisée.
  • 9 Roger Zuber voit même dans le texte et le projet éducatif du précepteur de l’aînée des petits-fils (...)

61L’étrange ressemblance de ces deux débuts de contes a suscité des commentaires divergents en raison du fait que le conte du précepteur du duc de Bourgogne est difficile à dater. Pour Jacques Le Brun et Alain Lanavère, éditeurs des Fables et opuscules dans La Pléiade8, Fénelon a vraisemblablement écrit ce conte en 1692. Si c’est également la position de Roger Zuber9 , ce n’est en revanche pas du tout l’avis de Tony Gheeraert, qui considère que Fénelon pastiche Perrault (2005 : 364) et parodie une forme discursive à laquelle il n’adhère pas (2005 : 366). Cette position obligerait à dater le conte de Fénelon des années 1695 ou 1696 ; l’Histoire d’une jeune princesse serait alors contemporaine du Télémaque. Le dauphin était âgé de sept ans lorsque Fénelon fut nommé précepteur, en août 1689, il aurait donc eu, en 1692, une dizaine d’années, mais aurait été, en 1695, un peu âgé pour ce conte plus simple que le Télémaque.

62Si nous focalisons notre attention sur les différences résultant d’une indéniable intertextualité, sans préjuger d’un ordre chronologique et donc génétique indécidables, on observe un certain nombre de faits évidents. La répétition, à trois reprises, dans le texte de Fénelon, de l’adjectif « fâchés » donne à la phrase P2 les traits d’une parodie. Rien ne dit toutefois que La belle au bois dormant et Tony Gheeraert me semble parler un peu hâtivement d’une « satire des contes de Perrault » (2005 : 377) et d’un « pastiche du début de La belle au bois dormant » (2005 : 389). Qu’il y ait parodie, c’est probable, mais cette parodie porte plus vraisemblablement sur le style hyperbolique des nouvelles galantes et des débuts de contes de l’époque. Lorsqu’on compare la consécutive de P2-Fénelon et P1-Perrault, on voit que là où Fénelon se contente d’une hyperbole qui semble parodique, la consécutive de Perrault est une hyperbole métadiscursive : la conséquence de l’intensif redoublé (SI faschez) est un silence devant l’indicible douleur du couple royal. Soit un renoncement à l’hyperbole explicite de Fénelon.

63La phrase complexe P1 de Perrault réunit les deux premières phrases courtes de Fénelon et intègre la consécutive intensive dans la relative. Cette différence de complexité syntaxique pourrait fort bien avoir trait à la lisibilité de l’énoncé par des destinataires d’âge différent : lecteur plus jeune pour Fénelon, qui procède en phrases courtes, et lecteurs plus expérimentés, capables de traiter des phrases périodiques syntaxiquement complexes, pour Perrault. Ainsi, même la phrase périodique P3 de Fénelon est soigneusement constituée de trois segments syntaxiquement brefs et bien délimités : P3 [a] Enfin la reine devint grosse, [b] et accoucha d’une fille, [c] la plus belle qu’on ait jamais vue. La coordination des actions-événements (a ET b) est suivie d’une apposition (c) qui décrit hyperboliquement la beauté de l’héroïne. Là où le texte de Fénelon est elliptique, Perrault développe, entre les deuxième et troisième phrases de Fénelon, une description détaillée des actions qui mènent au connecteur « Enfin ». Celui-ci est purement temporel chez Fénelon, alors qu’il se colore, chez Perrault, d’une valeur énonciative de soulagement, au terme des multiples démarches du couple royal relatées dans P3.

64Perrault procède exactement à la même réécriture explicitante au début de Riquet à la houppe, conte qui réécrit un récit enchâssé dans la « nouvelle espagnole » Ines de Cordoue de Catherine Bernard (1696). Ces deux faits : métadiscursivité et explicitation d’une ellipse narrative semblent plaider génétiquement en faveur d’une réécriture intertextuelle de l’incipit de La belle au bois dormant à partir du conte de Fénelon.

5. Remarques conclusives

65Trois conclusions méthodologiques et théoriques peuvent être tirées des pages qui précèdent et de l’étude proposée.

66On aura relevé que les outils d’analyse mis en œuvre dans cet article sont en partie les mêmes que ceux qui sont utilisés par la génétique des manuscrits. En ce sens, analyse des variations textuelles et génétique des manuscrits ont plus de points de convergence technique que de divergence. Nous n’avons certes pas étudié des ratures manuscrites, ni des brouillons, mais notre analyse comparative a mis l’accent sur des variations proches du processus de la rature. Textes en variation (états stabilisés) et (avant-)textes en production (brouillons) sont, sur certains points, proches. La constitution du dossier d’observables obéit aux mêmes règles que celles qui régissent l’établissement d’un dossier de genèse.

67À la lumière des trois états de sa Belle au bois dormant, on ne peut pas classer les variations de Perrault dans un style génétique d’écriture catalytique/ajouteuse ou dans un style d’écriture elliptique (distinction établie par Bikialo & Pétillon 2007 : 185 & 186). Les variations massives de ces trois états textuels sont des options génériques qui portent Perrault soit dans le sens de l’expansion, soit dans celui de la réduction elliptique. On peut dire que ces opérations sont discursivement orientées.

68Ces variations ne sont pas des variantes stylistiques du même ; elles affectent le sens ; elles changent la signifiance du segment textuel modifié. Même les remplacements mineurs R1 et R2 ou (a), (b) et (c) observés plus haut affectent le sens du segment considéré. Il me paraît difficile de parler, comme Stéphane Bikialo et Sabine Pétillon, de « différentes formulations pour un contenu identique » (2007 : 181) ou de dire que :

L’élasticité du discours ainsi que les procédés opposés d’expansion et de condensation (autorisés par cette élasticité) permettent qu’un contenu de sens équivalent puisse être exprimé par des unités discursives de taille et de complexité variables. (2007 : 181).

  • 10 « Même en dehors de la langue, toutes les valeurs semblent régies par ce principe paradoxal. Elles (...)

69Il semble, tout au contraire, que la mise en comparaison d’états textuels et le relevé systématique des transformations réalisées mettent en évidence de profonds mouvements du sens. Les modifications qui surviennent sur un premier texte rendent ce texte, « non pas second, mais autre » (Peytard 1982 : 12). Les modifications ne sont pas les variantes stylistiques du même sens et du même texte, mais un système de différences identifiables et analysables selon le principe comparatiste qui découle de la définition saussurienne de la valeur (Saussure 1972 : 15910 & 166). Bien qu’ils présentent le défaut de parler de « variantes », ces mots de Peytard résument bien les changements impliqués par l’approche de la variation génétique et textuelle :

On est situé dans une large et essentielle problématique, dans laquelle la construction et l’appréhension du sens se constitue dans la différence avérée. De là l’intérêt montré pour les variantes […]. L’analyse des variantes nous situe, en effet, aux points de changement, c’est-à-dire d’émergence des « valeurs » (au sens saussurien). Il se fait sens, là où ça varie. […] Quand un écrivain biffe, substitue, allège ou complexifie mots et syntagmes, quand il c’est faire différence. (2001 : 94)

70Cette visée est cohérente par rapport à la génétique textuelle : elle se résume dans une formule : « saisir l’écriture dans sa différence, c’est-à-dire dans sa variance, dans son altération, quand elle devient “autre” » (Peytard 2001 : 94). Ou encore :

Le Texte (littéraire) est à lire, particulièrement, dans sa variance. Car il me paraît, comme trait fondamental, que l’écriture dit son essence quand elle a changé, dans une tournure syntaxique ou dans le choix d’un mot en tel point de la phrase. (Peytard 1992 : 99)

71Un des meilleurs prolongements linguistiques de cette réflexion sur la variation se trouve dans ces lignes du rapport rédigé par Maurice Merleau-Ponty à l’occasion de sa candidature au Collège de France (1952), citées par Claude Lefort dans l’« avertissement » de son édition de La prose du monde :

Le sens d’un livre est premièrement donné non tant par les idées, que par une variation systématique et insolite des modes du langage et du récit ou des formes littéraires existantes. […] Chez l’écrivain la pensée ne dirige pas le langage du dehors : l’écrivain est lui-même comme un nouvel idiome qui se construit, s’invente des moyens d’expression et se diversifie selon son propre sens. Ce qu’on appelle poésie n’est peut-être que la partie de la littérature où cette autonomie s’affirme avec ostentation. Toute grande prose est aussi une recréation de l’instrument signifiant, désormais manié selon une syntaxe neuve. Le prosaïque se borne à toucher par des signes convenus des significations déjà installées dans la culture. La grande prose est l’art de capter un sens qui n’avait jamais été objectivé jusque-là et de le rendre accessible à tous ceux qui parlent la même langue. (1969 : III-IV)

72Le travail d’élaboration de ce « nouvel idiome qui se construit », de cette « syntaxe neuve », de cette captation d’« un sens qui n’avait jamais été objectivé jusque-là » est l’objet du linguiste et du généticien. Il faut, ici encore, revenir à Emile Benveniste et à ce qu’Irène Fenoglio montre ici- même, dans son analyse d’un manuscrit de l’auteur des Problèmes de linguistique générale :

Tout homme invente sa langue et l’invente toute sa vie. Et tous les hommes inventent leur propre langue sur l’instant et chacun d’une façon distinctive, et chaque fois d’une façon nouvelle. Dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une réinvention. À plus forte raison quand il s’agit de phrases, ce ne sont plus les éléments constitutifs qui comptent, c’est l’organisation d’ensemble complète, l’arrangement original, dont le modèle ne peut avoir été donné directement, donc que l’individu fabrique. Chaque locuteur fabrique sa langue. (1974 : 18-19)

73La formule de Benveniste peut être prolongée par cette affirmation : chaque texte fabrique sa langue. Les variations formelles de « l’organisation d’ensemble complète » affectent en profondeur à la fois la langue et le sens de chacun des textes considérés. C’est l’idée que je défendais dans Le Style dans la langue, en me référant au « devenir-autre de la langue » et à la « variation ramifiée de la langue » dont parle Gilles Deleuze (1993 : 15 & 140). Anne Herschberg Pierrot s’appuie sur les mêmes références, en plusieurs points du Style en mouvement (2005 : 15-16). Sa « conception du texte en mouvance » est très proche de celle que nous venons d’affirmer : « On peut considérer que tout “état”, même le dernier, dit “arrêté”, relève d’une immobilité apparente, qui couvre un jeu de forces et de formes en transformation » (2005 : 135). Toutefois, à la différence de son positionnement dans la théorie de l’art et la critique littéraire, nous pensons, avec Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave (2008), que la génétique des textes peut continuer à s’appuyer sur un mode de penser et d’agir propre aux sciences du langage.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-M. (1997), Le style dans la langue. Paris-Lausanne : Delachaux & Niestlé. (2002a), « Textualité et transtextualité d’une préface de Perrault », Polyphonie – linguistique et littéraire. Lingvistisk og litteraer polyfoni n° V. Aarhus : Samfundslitteratur Roskilde, 39-84.

Adam, J.-M. (2005a), « Les sciences de l’établissement du texte et la question de la variation », in Sciences du texte et analyse de discours. J.-M. Adam & U. Heidmann éds. Genève : Slatkine, 69-96.

Adam, J.-M. (2005b), « Stylistique ou analyse textuelle ? L’exemple du fragment 128 de La Bruyère », in De la langue au style. J.-M. Gouvard. éd. Presses Universitaires de Lyon, 127-144.

Adam, J.-M. (2008) [2005], La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours. Paris : A. Colin, coll. Cursus.

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2003), « Du récit au rocher : Prométhée d’après Kafka », in U. Heidmann éd. Poétiques comparées des mythes, Lausanne : Payot, 187-212.

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2003b), « Discursivité et (trans)textualité : la comparaison pour méthode. L’exemple du conte », in R. Amossy & D. Maingueneau éds. L’analyse du discours dans les études littéraires. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 29-49.

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2004), « Des genres à la généricité. L’exemple des contes (Perrault et Grimm) », Langages 153. Paris : Larousse, 62-72.

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2005), Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité. Genève : Slatkine.

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2006), « Six propositions pour l’étude de la généricité », in Le Savoir des genres, R. Baroni & M. Macé dirs. La Licorne 79. Presses Universitaires de Rennes, 21-34

Adam, J.-M. & Heidmann, U. (2007), « Entre recueil et intertexte : le poème. Autour de l’insertion de “Sonnet d’automne” dans Les Fleurs du Mal de 1861 », Semen 24, P.U. de Franche-Comté, 123-144.

Bédier, J. (1927), La Chanson de Roland. Commentaires. Paris : H. Piazza. (1937), La Chanson de Roland. Paris : H. Piazza.

Benveniste, E. (1974), Problèmes de linguistique générale II. Paris : Gallimard. Biasi, P.-M. de (2000), La génétique des textes. Paris : Nathan, coll. 128.

Bikialo, S. & Pétillon, S. (2007), « La phrase et le style : des invariants processuels à la variance individuelle ». Pratiques 135/136. Metz, 177-193.

Cerquiglini, B. (1989), Eloge de la variante. Histoire critique de la philologie. Paris : Seuil. Deleuze, G. (1993), Critique et clinique. Paris : Minuit.

Fenoglio, I. (2005a), « Du manuscrit à l’édition. Genèse du poème Combat d’Andrée Chedid », Degrés 121-122. Bruxelles, m1-16.

Fenoglio, I. (2005b), « “Je ne suis pas un écrivain, je suis un rédacteur de variantes” Entretien avec Irène Fenoglio et présentation d’un inédit d’Erri de Luca ». Genesis 25. 131-156.

Fenoglio, I. (2006), « Ecriture en acte et genèse de l’énonciation. D’une rature de l’écrivant-scripteur à la rature-fiction du narrateur » in Littérature et linguistique : diachronie/synchronie, D. Lagorgette et M. Lignereux eds, CDRom, en ligne http://www.item.ens.fr/index.php?id=13615

Fenoglio, I. (2007), « Du texte avant le texte. Formes génétiques et marques énonciatives de pré-visions textualisantes ». Langue Française 155. Paris : Larousse, 8-34 (mis en ligne http://www.item.ens.fr/index.php?id=13615

Ferrer, D. (2001), « Quelques remarques sur le couple énonciation-genèse ». Texte. Toronto, 7-23.

Ferrer, D. (2009) « Quelques remarques sur le couple intertextualité-genèse », mis en ligne http://www.item.ens.fr/index.php?id=384049.

Ganascia, J.-G. & Lebrave, J.-L. (2004), « Trente ans de traitements informatiques des manuscrits de genèse », in Critique génétique. Concepts, méthodes, outils. O. Anokhina & Sabine Pétillon éds., ed. de l’IMEC, 2009. 68-82.

Genette, G. (1987) Seuils. Paris : Le Seuil.

Grésillon, A. (1989), « Fonctions du langage et genèse du texte », in La naissance du texte, L. Hay éd. Paris : Corti, 177-192.

Grésillon, A. (1991-1992), « Manuscrits en main, énonciation en acte ». TEM 10-11. Grenoble, 7-21.

Grésillon, A. (1994), Eléments de critique génétique. Paris : PUF.

Grésillon, A. & Lebrave, J.-L. (1982), « Les manuscrits comme lieu de conflits discursifs », in La genèse du texte : les modèles linguistiques. C. Fuchs, et al. éds. Paris : Editions du CNRS, coll. « Textes et manuscrits », 129-175.

Grésillon, A. (2008), « Linguistique et génétique des textes : un décalogue » Le Français moderne, numéro spécial Tendances actuelles de la linguistique française. Paris : CILF, 37-49. Mis en ligne http://www.item.ens.fr/index.php?id=13311.

Hay, L. (1979), « La critique génétique : origines et perspectives », in Essais de critique génétique. Paris : Flammarion, 227-236.

Hay, L. (1985), « "Le texte n’existe pas". Réflexions sur la critique génétique ». Poétique 62. Paris : Seuil, 146-158.

Hay, L. (1994), « Critiques de la critique génétique ». Enjeux critiques 6. Paris : CNRS- ITEM, 11-23.

Hay, L. (2008a), « Genèse de la génétique », mis en ligne le 30.11.2008, consulté le 17.1.2009.

Hay, L. (2008b), « Qu’est-ce que la critique génétique ? 1 », mis en ligne le 9.12.2008, consulté le 17.1.2009.

Heidmann, U. (2005), « Comparatisme et analyse de discours. La comparaison différentielle comme méthode », in Sciences du texte et analyse de discours. J.-M. Adam & U. Heidmann éds. Genève : Slatkine, 99-118.

Heidmann, U. (2006), « Epistémologie et pratique de la comparaison différentielle. L’exemple des (ré)écritures du mythe de Médée », in Comparer les comparatismes. M. Burger & C. Calame éds. Paris & Milan : Edidit & Archè, 141-159.

Heidmann, U. & Adam J.-M. (2007), « Text linguistics and comparative literature : towards an interdisciplinary approach to written tales. Angela Carter ’s translations of Perrault », avec la collaboration d’Ute Heidmann in Language and Verbal Art Revisited. Linguistic Approaches to the study of Literature. D. R. Miller & M. Turci éds. London : Equinox, 181-196.

Herschberg Pierrot, A. (2005), Le style en mouvement. Littérature et art. Paris : Belin. (2007), « Style et genèse des œuvres ». Pratiques 135/136. Metz, 163-176.

Jeanneret, M. (1994), « Chantiers de la Renaissance. Les variations de l’imprimé au XVIe siècle ». Genesis 6. CNRS, 25-45.

Jeanneret, M. (1998), Perpetuum mobile. Métamorphoses des corps et des œuvres, de Vinci à Montaigne. Bruxelles : Macula.

Lane, P. (1992), La Périphérie du texte. Paris : Nathan.

Lebrave, J.-L. (1992) « La critique génétique : une discipline nouvelle ou un avatar moderne de la philologie ? ». Genesis 1. 33-72.

Mahrer, R. (2003), « Poétique ramuzienne du tableau : Les Signes parmi nous », in Dans l’atelier de Ramuz. D. Jakubec & J. Berney éds. Etudes de Lettres, Université de Lausanne, 265-297.

Merleau-Ponty, M. (1969), La prose du monde, texte établi par C. Lefort. Paris : Gallimard.

Neefs, J. (1990), « Manuscrits littéraires : comparaisons et histoire littéraire », in Sur la génétique textuelle. D. J. Bevan & P. M. Wetherill éds. Amsterdam-Atlanta : Rodopi, 7-18.

Pétillon, S. (2009), « Genèse du texte court : la figure dans les Fragments d’un discours amoureux de R. Barthes ». L’Information grammaticale 120, 3-8.

Peytard, J. (1982), « Les variantes de ponctuation dans le Chant premier des Chants de Maldoror », in La genèse du texte : les modèles linguistiques. C. Fuchs et al. éds. Paris : Editions du CNRS, coll. « Textes et manuscrits », 13-71.

Peytard, J. (1992), Syntagmes 4, Annales littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles Lettres.

Peytard, J. (1993a), « D’une sémiotique de l’altération ». Semen 8. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 145-177.

Peytard, J. (1993b), « Souvent textes varient… », numéro spécial des Cahiers du CRELEF 36. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

Peytard, J. (1994), « De l’altération et de l’évaluation des discours », in Parcours linguistiques de discours spécialisés. S. Moirant, M. Ali Bouacha, J.-C. Beacco et A. Collinot éds. Berne : Peter Lang, 69-84.

Peytard, J. (2001), Syntagmes 5. Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, Besançon : Presses Universitaires Franc-Comtoises.

Saussure, F. de (1972), Cours de linguistique générale. Paris : Payot.

Velay-Vallantin, C. (1987), « Le conteur et les éditeurs : lecture des Contes de Perrault au XVIIIe siècle », in Les Contes de Perrault. La contestation et ses limites. Furetière. M. Bareau, J. Barchilon, D. Stanton & J. Alter éds. Paris- Seattle-Tübingen : Papers on French Sevententh Century Literature 53-66.

Velay-Vallantin, C. (1992), L’histoire des contes. Paris : Fayard.

Zumthor, P. (1972), Essai de poétique médiéval. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 O pour le manuscrit d’Oxford, V4 et V7 pour ceux de Venise, Ch pour celui de Châteauroux, P pour celui de la BN de Paris, L pour Lyon, T pour Trinity College de Cambridge. À ces sept manuscrits, il serait possible d’ajouter les traductions de Konrad en allemand (K) et les versions norroise (n), galloise (g), anglaise (a) et néerlandaise (h).

2 Sur ces conditions, voir Adam 2008.

3 Voir sur la question large du paratexte Gérard Genette 1987 et Philippe Lane 1992.

4 Sur la méthodologie de la démarche comparative, voir Ute Heidmann 2005 & 2006.

5 Respectivement dans Syntagmes 4 (1992) et dans Syntagmes 5 (2001).

6 Nous citons les passages du Mercure galant tels qu’ils ont été transcrits, de façon divergente sur bien des points, par J. Barchillon dans son édition des Slatkine Reprints de l’édition de 1697 (Genève 1980), par Roger Zuber dans son édition des Contes (1987 : 332-240) et par Tony Gheeraert (2005 : 323-332).

7 J.-P. Collinet parle à ce propos d’une probable volonté de ne pas « choquer les lectrices de la revue » (1981 : 26).

8 C’est l’édition que nous citons malgré l’orthographe normalisée.

9 Roger Zuber voit même dans le texte et le projet éducatif du précepteur de l’aînée des petits-fils de Louis XIV un modèle : « pour les esprits clairvoyants, toutes les questions d’éducation prennent soudain l’importance d’une affaire d’état. […] Ce qui est frappant, c’est qu’un moyen accessoire d’enseignement moral (le conte de Fénelon) ait pu devenir si vite un morceau modèle : le public était prêt » (1997 : 282-283).

10 « Même en dehors de la langue, toutes les valeurs semblent régies par ce principe paradoxal. Elles sont toujours constituées : 1° par une chose dissemblable susceptible d’être échangée contre celle dont la valeur est à déterminer ; 2° par des choses similaires qu’on peut comparer avec celles dont la valeur est en cause. Ces deux facteurs sont nécessaires pour l’existence d’une valeur » (Saussure 1972 : 159).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Schéma 2
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-2.png
Fichier image/png, 140k
Titre Schéma 3
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-3.png
Fichier image/png, 155k
Titre Schéma 4
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-4.png
Fichier image/png, 64k
Titre Schéma 5
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-5.png
Fichier image/png, 96k
Titre Schéma 6
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/332/img-6.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Adam, « Récritures et variation : pour une génétique linguistique et textuelle », Modèles linguistiques, 59 | 2009, 23-50.

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Récritures et variation : pour une génétique linguistique et textuelle », Modèles linguistiques [En ligne], 59 | 2009, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ml.revues.org/332 ; DOI : 10.4000/ml.332

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Adam

Université de Lausanne
(Centre de recherche en langues et littératures européennes comparées)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org