Navigation – Plan du site

Les pronoms impersonnels humains : syntaxe et interprétation1

Patricia Cabredo Hofherr

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Je remercie Jean Lowenstamm pour ses jugements sur le yiddish, Bashiir Keenadiid pour ses jugements (...)
  • 2 Abréviations pour les gloses en somali : BAA / AYAA pour les marqueurs de focus, WAXAA pour le marq (...)

1Dans ce travail, j’étudie les PRONOMS IMPERSONNELS HUMAINS man en allemand et on en français, en prenant en compte les propriétés des pronoms impersonnels humains en anglais, en somali2 et en yiddish.

  • 3 Dans les exemples avec plusieurs langues, les langues sont indiquées par les abréviations suivantes (...)
  • 4 D’où le terme generic pronouns que leur applique Haspelmath (2002, p. 9). Je n’adopte pas ce terme (...)

2Ces pronoms sont caractérisés par deux propriétés saillantes : leurs référents sont nécessairement humains et donc incompatibles avec des prédicats qui sélectionnent des arguments non-humains (voir exemples dans [1]3) et ils permettent un usage générique (exs [2])4 :

  • 5 L’actant sous-entendu est humain ; si le vent a fermé la porte il faut dire :
    [i]   Albaab-ka wuu is (...)

[1]a

 ?Dans cette basse-cour, on doit pondre 2 oeufs par jour.

[1]b

?In this hen-house one should lay 2 eggs a day. (angl)

[1]c

?In diesem Hühnerhof sollte man 2 Eier pro Tag legen. (all)

[1]d

 ?En este gallinero uno debe poner 2 huevos por día. (esp)

[1]e

Albaab-ka

Waa

la

xir-ay

porte-dét

WAA

LA

fermer-3msg.pst

La porte a été fermée par quelqu’un5 (somali)

[2]a[

[2]b

[2]c

[2]d

On doit se laver les dents deux fois par jour.

One should brush one’s teeth twice a day. (angl)

Man soll sich zweimal am Tag die Zähne putzen. (all)

Uno debe lavarse los dientes dos veces por día. (esp)

[2]e

Waa

in

la

cadayaa

labo jeer

maalin kasta. (som)

WAA

que

LA

blanchir.prg.prs

deux fois jour

chaque

(traduction = ( 2e))

3Dans un premier temps, les pronoms impersonnels comme on en français et man en allemand peuvent être caractérisés comme dénotant un ou plusieurs humains non spécifiés. Cette définition semble également applicable aux pronoms indéfinis humains comme quelqu’un / jemand. Dans la section 2, j’examine les deux types d’expressions et je montre que les pronoms impersonnels comme on et man se distinguent clairement des pronoms indéfinis humains comme quelqu’un / jemand.

4Ensuite, je compare les fonctions syntaxiques que les pronoms impersonnels des différentes langues peuvent remplir, et j’arrive à la conclusion que sur ce point, les pronoms impersonnels montrent une variation considérable (section 3).

5Dans la section 4, je montre que certaines des propriétés sémantiques des pronoms impersonnels liées à la reprise anaphorique entre deux phrases sont stables, tandis que pour les constructions avec coréférence à l’intérieur d’une même phrase (avec réfléchis et possessifs) on observe une variation d’une langue à l’autre. Finalement, dans la section 5, je proposerai une analyse de ce comportement.

2. Pronoms impersonnels vs pronoms indéfinis humains

  • 6 Dans Cabredo Hofherr (2003), j’ai montré qu’il faut distinguer au moins 4 lectures épisodiques pour (...)

6En plus des lectures génériques caractéristiques des pronoms impersonnels [3], les pronoms impersonnels de l’allemand et du français ont des lectures épisodiques [4]6 :

[3]a

Man solte so etwas nie tun..
On ne doit jamais faire cela. (générique)

[3]b

Man liest solche Geschichten in der Zeitung.
On lit des choses dans les journeaux. (générique)

[3]c

Wenn man nicht aufpasst, erkältet man sich.

Si l’on ne fait pas attention, on attrape un rhume. (générique)

[4]a

Gestern hat man mir mein Rad geklaut.

Hier, on m’a volé mon vélo. (épisodique)

[4]b

An der Rezeption hat man mir gesagt, ich könne den Aufzug benutzen.

A l’accueil on m’a dit que je pouvais utiliser l’ascenseur. (épisodique)

7Notons que la possibilité d’avoir les deux types de lectures pour un pronom impersonnel n’est pas générale : il existe des pronoms impersonnels, (one en anglais, uno en espagnol), qui ne permettent pas de lectures épisodiques :

[5]a

One should never do that.

On ne doit jamais faire cela (générique)

[5]b

One always reads about these things in the paper.

On lit toujours ce genre d’histoire dans le journal. (générique)

[5]c

If one isn’t careful, one can catch a cold.

Si l’on ne fait pas attention, on attrape un rhume. (générique)

[6]a

*Yesterday, one stole my bike.

Hier, on m’a volé mon vélo.(épisodique)

[6]b

*At the reception one told me I could use the lift.

A l’accueil on m’a dit que je pouvais utiliser l’ascenseur. (épisodique)

8Au premier abord, les emplois épisodiques des pronoms impersonnels en [4] peuvent sembler équivalents aux exemples suivants avec un pronom indéfini humain comme sujet :

[7]a

Gestern hat jemand mir mein Rad geklaut. (épisodique)

Hier, quelqu’un m’a volé mon vélo.

[7]b

An der Rezeption hat jemand mir gesagt, ich könne den Aufzug benutzen.

À l’accueil quelqu’un m’a dit que je pouvais utiliser l’ascenseur.

9Dans ce qui suit, je montrerai que les pronoms en emploi épisodique ne peuvent pas être assimilés aux pronoms indéfinis humains.

10Je discuterai quatre propriétés qui distinguent clairement les lectures épisodiques des pronoms impersonnels des pronoms indéfinis humains comme quelqu’un /jemand : (i) les prédicats qu’ils admettent, (ii) la portée du pronom par rapport aux adverbes, (iii) la possibilité d’avoir une lecture générique, et (iv) la reprise pronominale. Dans ce qui suit, je discuterai chaque propriété séparément.

2.1. Restrictions sur le prédicat

  • 7 Je laisse de côté les emplois sans antécédent des 3pl, pour une analyse de ces emplois voir Cabredo (...)

11Les lectures épisodiques des pronoms impersonnels on/ man ne sont pas possibles avec tous les prédicats, ceci distingue les pronoms impersonnels des pronoms indéfinis humains7.

  • 8 Les inaccusatifs sont des verbes intransitifs dont l’argument partage des propriétés caractéristiqu (...)
  • 9 Voir Koenig (1999) pour une discussion de la contrainte en question. Cinque et Legendre interprèten (...)

12En effet, avec des passifs et des inaccusatifs8, on ne permet pas de lectures épisodiques (Cinque 1988, voir aussi Legendre 1989)9. Comme le montrent les exemples, la même généralisation est valable pour le man allemand (et pour le man danois et suédois également, voir Egerland 2003).

[8]a

?Gestern wurde man verprügelt.

Hier on a été tabassé.

(la lecture "qqn a été tabassé" est impossible)

[8]b

 ?Gestern kam man um10 Uhr an.

Hier on est arrivé à 10h.

(la lecture "qqn est arrivé à 10h" est impossible)

13Les emplois génériques, en revanche, n’imposent pas de telles restrictions sur le prédicat :

[9]a

Wenn man verprügelt wird, rächt man sich am besten sofort.

Quand on est tabassé, on doit se venger tout de suite

[9]b

Wenn man den Zug um14h nimmt, kommt man so gegen 19h30 an.

Si on prend le train de 14h, on arrive vers 19h30.

2.2. Portée du pronom par rapport aux adverbes

14Comme le fait remarquer Zifonun (2000), man ne permet pas de variation de portée par rapport aux adverbes ([10]/[11]a) (contrairement aux indéfinis quantificationnels en ([10]/[11]b)). Ceci est vrai aussi pour le on ; en effet, man et on sont tous les deux interprétés sous la portée l’adverbe de fréquence, contrairement aux pronoms indéfinis, qui peuvent aussi avoir portée large sur l’adverbe :

[10]a

Man hat mir zweimal mein Rad geklaut.

On m’a volé mon vélo deux fois. (deux fois > qqn)

(i) Il est arrivé deux fois que quelqu’un a volé mon vélo.*

(ii) Une certaine personne a volé mon vélo deux fois de suite.

[10]b

Jemand hat mir zweimal mein Rad geklaut.

Quelqu’un m’a volé mon vélo deux fois. (qqn > deux fois)

(i) ? Il est arrivé deux fois que qqn a volé mon vélo. (deux personnes)

(ii) Une certaine personne a volé mon vélo pour deux fois de suite.

[11]a

Man hat oft versucht, den Präsidenten zu töten. (souvent > qqn)

On a souvent essayé de tuer le président.

(i) Il est souvent arrivé que quelqu’un essaie de tuer le président.(souvent > qqn)

(ii) *Une certaine personne a souvent essayé de tuer le président. (*qqn » souvent)

[11]b

Jemand hat oft versucht, den Präsidenten zu töten. (qqn > souvent)

Quelqu’un a souvent essayé de tuer le président. (qqn > souvent)

(i) Il est souvent arrivé que quelqu’un essaie de tuer le président souvent > qqn)

(ii) Une certaine personne a souvent essayé de tuer le président (qqn > souvent)

15Notons que l’interprétation des pronoms impersonnels est parallèle à celle des pronoms indéfinis humains quand l’adverbe de fréquence se trouve en tête de phrase [12].

[12]

Oft hat jemand versucht, den Präsidenten zu töten.

(souvent > qqn)

Souvent, quelqu’un a essayé de tuer le président.

  1. Il est souvent arrivé que quelqu’un a essayé de tuer le président.

  2. *Une certaine personne a souvent essayé de tuer le président.

2.3. Lectures génériques

16J’ai proposé plus haut de considérer les interprétations génériques comme définitoires des pronoms impersonnels [13] ; ces lectures sont impossibles avec des pronoms indéfinis humains [14] :

[13]

Man isst nicht mit den Fingern.

On ne mange pas avec les doigts.             (lecture générique)

[14]

Jemand isst nicht mit den Fingern.

Quelqu’un ne mange pas avec les doigts. (pas de lecture générique)

*En général, les gens ne doivent pas manger avec les doigts.

2.4. Reprise pronominale

17Finalement notons que les pronoms impersonnels considérés ici ont tous en commun qu’ils ne permettent pas la reprise par un pronom de 3ème personne ; en effet, il est nécessaire de répéter le pronom impersonnel pour avoir une lecture coréférentielle :

[15]a

Mani erkältet sich wenn mani/k / er*i/k nicht aufpasst. (all)

Onei catches a cold (easily) when onei/k / *he*i/k isn’t careful. (angl)

Oni attrape un rhume si oni/k / il*i/k ne fait pas attention.

[15]b

Wenn mani sich erkältet, muss mani/k/ er*i/k im Bett bleiben. (all)

When onei catches a cold, onei/k / he*i/k should stay in bed. (angl)

Quand oni attrape un rhume, oni/k / il*i/k doit rester au lit.

18La répétition du pronom est en revanche impossible pour les pronoms indéfinis humains [16] tout comme pour les pronoms universels [17]. Notons que la reprise par le pronom de 3sg est impossible même lorsque la reprise anaphorique par un pronom de 3sg est également problématique, comme c’est le cas en anglais, qui recourt fréquemment au pronom de 3è me personne pluriel ([16]/[17]b) :

[16]a

Wenn jemandi sich erkältet, muss jemand*i/k/ eri/k sich ausruhen. (all)

[16]b

When someonei catches a cold, someone*i/k/hei/k/theyi/k should rest. (angl)

Quand *quelqu’uni attrape un rhume, quelqu’un*i/k/ili/k doit/ ilsi/k doivent se reposer.

[16]c

[Quand quelqu’uni attrape un rhume, quelqu’un*i/k/ ili/k doit se reposer.

[17]a

Wenn jemandi sich erkältet, muss jemand*i/k/ eri/k sich ausruhen. (all)

[17]b

Everybodyi catches a cold, when everybody*i/hei/k is/ (theyi/k are) not careful. (angl)

Tout le monde attrape un rhume quand quelqu’un*i/k/ ili/k / ilsi/k ne font pas attention.

[17]c

Tout le mondei attrape un rhume si tout le monde*i/ ilsi/k ne fait pas attention.

19Cette impossibilité d’être repris par un pronom de 3è me personne est commune aux pronoms impersonnels des langues germaniques (les cognats de man en yiddish et dans les langues scandinaves), au si impersonnel de l’italien (Chierchia (1995)), et au pronom impersonnel la du somali.

20En effet, en somali, le pronom impersonnel la se distingue de tous les pronoms et syntagmes nominaux masculins singuliers en ce qu’il ne permet pas le clitique sujet de 3msg sur le marqueur de focus [18] (voir Gebert 1986), qui est obligatoire avec ces derniers [19] :

21— sujets enclitiques avec la

[18]a

Buug-ga

baa

akhrin

ayaa

livre-dét.m

BAA

LA

lire-prog.prs

[18]b

*Buug-ga

b-uu

la

akhrin-ayaa

livre-dét.m

BAA+3msg

LA

lire-prog.prs

On est en train de lire le livre. (exemple de Gebert 1986)

22— sujets enclitiques avec un syntagme nominal ms

[19]a

*Buug-ga

baa

nin-ku

akhrin-ayaa

livre-dét.m

BAA

homme-dét.m.nom

lire-prog.prs

[19]b

*Buug-ga

b-uu

la

akhrin-ayaa

livre-dét.m

BAA+3msg

homme-dét.m.nom

lire-prog.prs

On est en train de lire le livre. (exemple de Gebert 1986)

23Comme en français, en anglais et en allemand, le pronom impersonnel somali ne peut être repris par un pronom de 3msg dans une reprise inter- phrastique :

24— reprise inter-phrastique

[20]a

Aqal-ka

markaa

lai

dhisayo,

aad

baa

loi-oga

tahadaras

maison-det

moment+BAA

LA

iconstruit

très

BAA

LAi+U+KA

attention-fait

Quand on construit une maison, on fait très attention.

[20]b

Aqal-ka

markaa

la

dhisayo

aad

b+uu*i/k

uga

tahadaraa.

maison-det

moment+BAA

LA

construit

très

BAA+3msi

U+KA

attention-fait

Quand on construit une maison, il ( = par ex le maire) fait très attention.

(pas de coréférence de la avec un pronom de 3ms)

25Notons que le clitique sujet doit également apparaître dans les phrases parallèles avec l’équivalent somali des pronoms indéfinis, qof, “personne” :

[21]a

*Buug-ga

baa

qof

akhrin-ayaa.

livre-dét.m

BAA

quelqu’un

lire-prog.prs

[21]b

*Buug-ga

b-uu

qof

akhrin-ayaa.

livre-dét.m

BAA+3msg

quelqu’un

lire-prog.prs

Quelqu’un est en train de lire un livre

26Le pronom impersonnel uno en espagnol se distingue de ces pronoms par le fait qu’il permet la reprise par un pronom nul de 3sg [22]b aussi bien que la répétition du pronom [22]a ; le pronom lexical de 3msg est exclu [22]c :

[22]a

Cuando unoi vende su casa, unoi/k tiene que hacer muchos trámites.

Quand on vend sa maison, on doit faire beaucoup de papiers.

[22]b

Cuando unoi vende su casa, proi/k tiene que hacer muchos trámites.

Quand on vend sa maison, pro doit faire beaucoup de papiers.

[22]c

Cuando unoi vende su casa, él*i/k tiene que hacer muchos trámites.

Quand on vend sa maison, il / lui doit faire beaucoup de papiers.

27En revanche, uno de l’espagnol partage avec les autres pronoms considérés plus haut la possibilité de co-référer avec lui-même [22]a, option exclue pour les pronoms indéfinis, comme le montre [23] :

[23]

Cuando alguieni vende su casa, alguien*i/ tiene que hacer muchos trámites.

Quand quelqu’un vend sa maison, quelqu’un doit faire beaucoup de papiers.

28Plus haut nous avons vu que les pronoms impersonnels ne peuvent co-référer qu’avec eux-mêmes. Il faut cependant souligner que l’interprétation coréférentielle est possible, mais pas obligatoire. Comme le fait remarquer Prince (2006) pour le yiddish et le français, les deux occurrences du pronom impersonnel peuvent être coréférentes ou disjointes :

[24]a

Oni dit maintenant qu’onk doit manger 5 légumes par jour. (disjoint)

[24]b

Quand oni se met sur la pelouse, oni est bien. (co-référent)

29Le comportement des pronoms impersonnels rappelle le comportement des pronoms personnels de 3ème personne : la répétition du pronom est compatible avec une lecture co-référente ou disjointe :
Situation A : une petite fille joue dans le jardin et elle est contente. (coréférence)
Situation B : une mère très inquiète pour sa fille, elle n’est tranquille que quand elle joue dans un espace protégé. (disjoint)

[25]a

Nur wenn siei im Garten spielt, ist siei/k zufrieden. (all)

[25]b

Only when shei plays in the garden, is shei/k happy. (angl,)

[25]c

Elle n’est bien que quand elleik joue dans le jardin.

[26]

Cuando éli vende una casa, él*i/k tiene que hacer muchos trámites.

Quand lui (il) vend une maison, lui (il) doit faire beaucoup de papiers.

30Je reviendrai sur les possibilités de coréférence des pronoms impersonnels dans la section 4.

31Sur la base des propriétés discutées ici, je conclus que, bien que la première approximation semble rapprocher les pronoms impersonnels en emploi épisodiques des pronoms indéfinis humains, les propriétés des deux types d’expressions sont clairement distinctes.

32Dans la section suivante, je considère le comportement syntaxique de man/ on, en prenant en compte les propriétés des pronoms impersonnels dans d’autres langues.

3. Fonction syntaxique

33Le pronom impersonnel on du français n’apparaît qu’en position sujet. Prince (2006), qui compare le yiddish et le français, observe que le men du yiddish est également limité à la position sujet et interprète cette limitation comme une propriété inhérente des pronoms impersonnels. Or, les données d’autres langues montrent que cette limitation est accidentelle. En effet, la limitation à la position sujet est liée à une propriété syntaxique de on, à savoir le fait qu’il s’agit d’un pronom sujet clitique (voir e.g. Blanche-Benveniste (2003)) ; cette propriété est clairement mise en évidence par le fait que on admet l’inversion clitique du sujet :

[27]

Peut-on garer sa voiture ici ?

34Ce sont donc les propriétés morpho-syntaxiques de on qui expliquent que cet élément n’apparaît pas comme complément d’une préposition ou comme objet direct. Il existe par ailleurs des contextes dans lesquels on a une forme non-sujet soi (voir Zribi-Hertz (2003)), et les références citées par cet auteur :

[28]a

On n’aime jamais vraiment que soi.

[28]b

On ne peint bien que soi et les siens. (A. France).

[28]c

Travailler pour soi est une chose bien agréable. (S. de Beauvoir).

(exemples empruntés à Zribi-Hertz) (à par.))

  • 10 Notons que la supplétion n’est pas rare avec les pronoms : le pronom er, "il", a comme formes obliq (...)

35Les données des autres langues considérées ici montrent également que la limitation du pronom impersonnel du yiddish à la position sujet est une propriété propre à ce pronom. En effet, le pronom allemand man a un pendant qui apparaît dans des positions régimes. Les formes obliques de man sont supplétives10, à savoir einen (acc), einem (dat) mais elles obéissent exactement à la même restriction sur la reprise anaphorique que les pronoms impersonnels en position sujet : man ne peut être anaphorisé que par lui-même, une forme du pronom de 3sg ne permet pas la lecture coréférentielle :

[29]a

Manierkältet sich wenn die Kleider eineni/k/ ihn*i/k nicht warmhalten.

oni s’enrhume si les vêtements on-acc / le-acc négchaud-tiennent

comparer : Tu attrapes un rhume si tes vêtements ne te tiennent pas chaud.

[29]b

Wenn mani sich nicht anstrengt, wird einemi/k / ihm*i/k auch
nichts geschenkt.

si on ne fait pas un effort, est à-on / lui aussi rien donné

Si l’on ne fait pas un effort, on n’aura rien donné non plus.

  • 11 Remarquons que, comme en français, la forme oblique correspondant au pronom impersonnel peut égalem (...)

36L’anglais fournit un autre exemple d’un pronom impersonnel qui n’est pas limité à la position sujet ; en effet one peut apparaître comme génitif saxon (cf [30]a) et comme réfléchi (cf [30]b/c))11 :

[30]a

Summer is the best time to repair one’s house.

L’été est la meilleure période pour réparer sa maison.

[30]b

One can see oneself in the mirror from here.

D’ici, on se voit dans le miroir.

[30]b

One can speak [about oneself], too.

On peut aussi parler de soi (-même).

  • 12 Il faut souligner que des exemples de ce type existent, la distribution de one dans ces positions e (...)

37Cependant, la distribution de one se distingue de la distribution d’un nom commun dans la mesure où il est encore plus restreint (i) dans la position objet [31]a et (ii) en complément d’une préposition [31]c12. Pour pallier ces lacunes, on choisit soit la construction passive, qui permet à one d’occuper la position sujet [31]b, soit la construction avec la 2sg impersonnelle [31]d :

[31]a

??They shouldn’t catch one in the park after dark.

Lit. Ils ne doivent pas surprendre one dans le parc une fois la nuit tombée.

31]b

One should not be caught in the park after dark.

On ne doit pas être surpris dans le parc une fois la nuit tombée.

[31]c

*First, they are friendly with one (and then they put *one in jail).

Lit. Ils commencent par être amicaux avec one (et puis ils mettent one en prison).

[31]d

First, they are friendly with you (and then they put you in jail).

Lit. Ils commencent par être amicaux avec toi (et puis ils te mettent en prison).

38Le pronom impersonnel de l’espagnol, uno, échappe également à la contrainte de la position sujet : il peut apparaître comme objet direct (accusatif prépositionnel) :

[32]

Cuando lo convocan a uno eso quiere decir que hubo un problema.

quand 3msg.acc convoquent A uno ceci veut dire que a-eu un problème

Lit. Quand ils convoquent uno, cela signifie qu’il y a un problème. Quand on est convoqué, cela veut dire qu’il y a eu un problème.

39Nous avons vu que les pronoms impersonnels varient par rapport à leur comportement syntaxique. Le clitique sujet on a les restrictions de distribution caractéristiques des clitiques sujet tandis que l’impersonnel man de l’allemand a des formes obliques supplétives qui apparaissent dans des GP et en fonction d’objet direct et indirect. Bien qu’il soit étonnant que le men du yiddish soit limité à la fonction de sujet, nous ne pouvons pas expliquer cette restriction par une propriété qui serait générale aux pronoms impersonnels, comme l’a suggéré Prince (2006), étant donné les propriétés du man allemand, du one anglais et de l’espagnol uno.

4. Propriétés sémantiques

40Dans ce qui suit, j’examine les propriétés sémantiques des pronoms impersonnels.

4.1. Lectures épisodiques

41Les pronoms impersonnels de l’allemand, du français et du somali partagent la propriété d’admettre des lectures génériques aussi bien qu’épisodiques. Cette propriété les distingue du one anglais, du uno espagnol et des emplois impersonnels de la 2è me personne dans toutes les langues considérées ici, qui permettent exclusivement des lectures génériques :

42— pas de lectures épisodiques pour one/ uno

   [33]a

*One repaired the lift today. (angl)

   [33]b

*Uno reparó el ascensor. (esp)

pas : On a réparé l’ascenseur aujourd’hui.

43— pas de lecture impersonnelle pour la 2sg avec un prédicat épisodique :

   [34]a

You called this morning to leave an address. (angl)

   [34]b

Du hast angerufen, um eine Adresse zu hinterlassen. (all)

   [34]c

Tu as appelé ce matin pour laisser une adresse.

pas : On a appelé ce matin pour laisser une adresse.

44Il semble que, historiquement, la lecture générique ait été la première à apparaître (voir Welton-Lair (1999) pour le on français, Egerland (2003) pour man en vieil anglais). Synchroniquement, je me limite ici à observer que les pronoms impersonnels varient quant à la possibilité d’avoir une lecture épisodique.

4.2. Possibilités de reprise

45Dans ce qui suit, je montrerai que les possibilités de reprise varient selon au moins trois paramètres :

  • le caractère épisodique/ générique du prédicat

  • la reprise inter-phrastique vs la reprise intra-phrastique

  • le type d’expression pronominale : les réfléchis, les réciproques, les possessifs et les pronoms personnels.

46Dans ce qui suit, je regarderai les différents facteurs séparément.

4.2.1. Reprise inter-phrastique

47Les pronoms impersonnels ont des propriétés comparables en ce qui concerne la reprise inter-phrastique : comme nous l’avons déjà vu plus haut, tous les pronoms impersonnels considérés ici ne peuvent être anaphorisés que par eux-mêmes ; une reprise par un pronom de 3sg est impossible :

[35]a

Wenn mani sich erkältet, muss mani/k/ er*i/k im Bett bleiben. (all)

[35]b

When onei catches a cold, onei/k/ he*i/k should stay in bed. (angl)

[35]c

Quand oni attrape un rhume, oni/k/ il*i/k doit rester au lit. ( = 14)

[36]a

Aqal-ka markaa lai dhisayo, aad baa loi-oga tahadaraa. (som)

Quand on construit une maison, on fait très attention.

[36]b

Aqal-ka markaa lai dhisayo, aad b+uu*i/k uga tahadaraa.

Quand on construit une maison, il fait très attention. ( = 19)

[37]

Cuando unoi vende su casa, unoi / proi/ él*i/j tiene que hacer muchos trámites. (esp)

Quand on vend sa maison on/pro/lui doit faire beaucoup de papiers. ( = 21)

48Cette propriété s’étend à la reprise inter-phrastique par des possessifs de 3sg, comme le montrent les exemples suivants :

[38]a

Oni ne peut pas se garer ici. La police va embarquer sa*i/j voiture.

Mani kann hier nicht parken. Die Polizei schleppt sein*i/j Auto ab. (all)

Unoi no puede estacionarse aquí. La policía va a confiscar su*i/j carro. (esp)

[38]b

Jeani ne peut pas se garer ici. La police va embarquer sai/j voiture.

Hansi kann hier nicht parken. Die Polizei schleppt seini/j Auto ab. (all)

Juani no puede estacionarse aquí. La policía va a confiscar sui/j carro. (esp)

4.2.2 Reprise intra-phrastique

49Au premier abord, la reprise intra-phrastique ne connaît pas les mêmes restrictions que la reprise inter-phrastique ; en allemand et en français les pronoms impersonnels peuvent lier les réfléchis et les réciproques et des possessifs de 3ème personne dans la même phrase :

50— reprise intra-phrastique :

[39]a

Mani schlägt sichi nicht selbst vor.

Oni ne sei propose pas soi-même. (réfléchis)

[39]b

Mani muss sichi morgens und abends die Zähne putzen.

Oni doit sei laver les dents matin et soir. (réfléchis)

[39]c

Mani grüsste einanderi wieder.

Oni sei saluait à nouveau. (réciproques)

[39]d

Hier kann maniseineni/j Wagen parken.

Ici oni peut garer sai/j voiture. (possessifs 3sg)

51Or, il s’avère que les possibilités de reprise intra-phrastique varient d’une langue à l’autre ; en effet, bien que le pronom impersonnel puisse lier un réfléchi [40]/[41]a ou un réciproque [40]/[40]b, il ne peut pas lier un possessif de 3sg en somali (voir [40]c, Cabredo Hofherr (2004)) et en yiddish (voir [41]d, Prince (2006)) :

52— Somali

  • 13 Notons qu’en somali, le possessif peut avoir une lecture de variable liée :
    [i] Qof-kastai wux-uu dh (...)

[40]a

Murayad-da

waa

la

Is - ku

arki

karaa.

miroir-dét.f

WAA

LA

refl+KU

voir

peut.3msg

On peut se voir dans le miroir. (réfléchi)

[40]b

Shaley

baa

la

is-

la

hadlay

hier

BAA

LA

réfl+

LA

a-parlé.3msg

Hier, on a parlé ensemble. (réciproque)

[40]c

Halkaan

baabuur-kiisa*i/j

loi-oga

ma

tegi

karo

hier

voiture-dét.poss3ms

LA+U+KA

nég

laisser

peut.sbjv.3ms

Ici, on ne peut pas laisser sa voiture. (possessif 3sg)

— pas de coréférence : LA-kiisa, sa voiture = la voiture du patron13

  • 14 Exemples de Prince (2006), gloses ajoutées.

53— Yiddish14

  • 15 Exemple dû à Jean Lowenstamm.

[41]a

meni

hot

zikhi

gezetst

baym

tish

on

a

LA

assis

à+dét

table

On s’est assis à la table. (réfléchi)

[41]b

meni

tor

nit

redn

mit

zikhi

on

doit

nég

réfl+

avec

réfl

On ne doit pas se parler à soi-même. (réfléchis)

[41]c

me

kukt

eyns

af

dos

andere

on

grisn

zikh

on

regarde

un

sur

dét

autre

sans

saluer

réfl

On regarde l’un sur l'autre sans se saluer15 (réciproque)

[41]d

meni

tor

nisht

blaybn

in

zayn*i/

shtetl

on

doit

nég

rester

dans

poss

ville

On ne doit pas rester dans sa ville. (possessif)

— pas de coréférence men-zayn, voir Prince (2006)

  • 16 Exemples dus à Jean Lowenstamm.

54En yiddish, la coréférence n’est possible qu’avec l’adjectif eygen, « propre »16 :

[42]a

meni

tor

nisht

blaybn

in

eygenemi

shtetl

on

peut

nég.

rester

dans

propre

ville

Oni ne doit pas rester dans sa proprei ville. (possessif)

[42]b

s’-eygeni

kind

ken meni

nisht

oyslernen

leyenen

dét-propre

enfant

peut on

neg

apprendre

lire

Oni ne peut pas apprendre à lire à sonipropre enfant.

55Toutefois, la différence entre l’allemand et le français d’une part et le somali et le yiddish d’autre part n’est pas aussi nette qu’elle ne le paraît : en effet, dans les langues qui permettent des lectures génériques et épisodiques des pronoms impersonnels, les possibilités de reprise peuvent varier selon le caractère épisodique ou générique de la phrase, comme je l’ai montré dans Cabredo Hofherr (2004) pour le français et l’allemand (voir Holmberg (à par.) qui confirme le même comportement pour le man suédois).

56Plus précisément, on peut observer que dans les contextes épisodiques en allemand et en français, les pronoms impersonnels se comportent de manière parallèle en allemand/ français et en somali/ yiddish : le liage des réfléchis est possible, mais celui des possessifs ne l’est pas :

57— Liage réfléchi en contexte épisodique :

[43]a

On s’est encore lavé dans ma salle de bains. (ex de Koenig 1999)

[43]b

Man hat sich bei uns entschuldigt, dass es die Nacht so laut war. (all)

On s’est excusé chez nous que la nuit il y ait eu autant de bruit.

  • 17 Notons que sans possessif lié cet exemple est acceptable :
    (i) Heute morgen hat man eine Nachricht h (...)

58— Pas de liage possessif en contexte épisodique17 :

[44]

*Heute morgen hat maniseinei Adresse hinterlassen.

Ce matin oni a laissé soni adresse.

59Cette première description est sans doute trop grossière. Il est clair que les possibilités de coréférence intra-phrastique mettent en jeu encore d’autres facteurs. On peut observer que la lecture épisodique possible dans [43]a est comparable à la lecture résultative-inférentielle des pronoms de 3pl ; ces lectures ne sont possibles que dans un contexte où le locuteur a des preuves indirectes (des traces de dentifrice sur le miroir, par exemple) sur laquelle il base son assertion (voir Cabredo Hofherr 2003). Pour les exemples épisodiques qui ne sont pas de ce type, le réfléchi semble moins acceptable :

[45]a

Hier matin on a enfermé un chien dans l’ascenseur. ( = qqn a enfermé ...)

[45]b

Hier matin on s’est enfermé dans l’ascenseur. (pas = qqn s’est enfermé ...)

Je laisse l’examen détaillé de ces questions pour des études ultérieures.

60Les données présentées ci-dessus montrent que les pronoms impersonnels ne peuvent être repris que par eux-mêmes dans la reprise inter-phrastique. En ce qui concerne la reprise intra-phrastique, les pronoms impersonnels peuvent lier des réfléchis et des réciproques ; la reprise des possessifs de 3sg, en revanche, varie à travers les langues et, au sein d’une même langue, avec le caractère épisodique ou générique de la phrase. Les tableaux suivants résument les propriétés de reprise inter-phrastique et intra-phrastique :

Table 1 : Coréférence inter-phrastique : pronoms personnels de 3msg

peut lier

3msg sujet

3msg COD

3msg poss

on français

non

non

non

man allemand

non

non

non

la somali

non

non

non

one anglais

non

non

non

uno espagnol

oui (pro)

non

non

 

non (él)

non

non

men yiddish

non

non

non

Table 2 : Liage intra-phrastique

peut lier

réfléchi

3msg poss

on fr. générique

non

non

on fr. épisodique

oui

non

man all. générique

non

non

man all. épisodique

oui

non

la somali

oui

non

one angl. (générique slt)

non

non

uno esp. (générique slt)

oui (pro)

non

non (él)

non

men yi.

(générique & épisodique)

non

non

5. Analyse

61Les données discutées ci-dessus soulèvent des questions concernant : (a) la coréférence inter-phrastique, (b) le contraste entre emplois génériques et épisodiques de on / man et (c) les propriétés de liage des possessifs du yiddish et du somali. Dans les sections suivantes, je propose des réponses à ces questions.

625.1. Coréférence inter-phrastique

63Concernant la coréférence inter-phrastique, les données présentées ici soulèvent deux questions principales :

(i) Pourquoi les pronoms impersonnels ne permettent-ils pas de lier des pronoms 3msg entre deux phrases ?
(ii) Pourquoi les pronoms impersonnels permettent-ils la coréférence entre deux occurrences dans deux phrases ?

64Considérant d’abord la seconde question, j’avance l’hypothèse que les pronoms impersonnels se comportent de manière comparable aux pronoms personnels de 3è me personne, dont deux occurrences identiques dans deux phrases indépendantes peuvent également s’interpréter comme disjointes ou co-référentes :

[46]

Quand elle est malade, elle va à la pharmacie.

65— Situation A (lecture disjointe) : Une mère et sa fille : quand la fille est malade, la mère va à la pharmacie.
— Situation B (lecture conjointe) : Une femme qui n’aime pas aller chez le médecin. Quand cette femme est malade, elle va à la pharmacie (au lieu du médecin).

66Le pronom impersonnel et les pronoms personnels de 3ème personne se distinguent des indéfinis comme quelqu’un par le fait que leur référent est unique dans un contexte donné, ce qui rend la coréférence inter- phrastique possible [46]a. Le pronom indéfini, en revanche, se comporte comme un GN indéfini : il introduit une variable nouvelle dans le discours, ce qui empêche la coréférence entre deux occurrences [46]b.

[46]a

Quand oni est malade onj/j doit se soigner Ce matin oni a laissé soni adresse

[46]b

Quand quelqu’uni est malade, quelqu’unj doit se soigner.

67J’adopte ici l’analyse de Koenig et Mauner (1999) ; ces auteurs proposent que le pronom impersonnel on exemplifie un troisième type de syntagme nominal qui n’est ni défini ni indéfini, et qu’ils nomment a- definite. Selon ces auteurs, le pronom on est l’équivalent lexical d’un argument implicite dans la mesure où il sature une position argumentale sans être accesssible à la reprise anaphorique (pour une analyse dans le même esprit mais dans le cadre de la centering-theory voir Prince (2006)).

68L’analyse de Koenig et Mauner est formulée dans le cadre de la DISCOURSE REPRESENTATION THEORY (Kamp et Reyle 1993). Le but principal de cette théorie est de modéliser les rapports anaphoriques dans le discours : la reprise anaphorique dépend de la reprise de variables préalablement introduites dans le discours. Les indéfinis ont notamment la propriété d’introduire une variable dans la representation discursive.

69D’après la proposition de Koenig et Mauner, la déficience anaphorique du pronom impersonnel on est due au fait que les a-définis n’introduisent pas de variable dans la représentation des rapports discursifs.

70J’adopte ici leur proposition dans le cadre de la DRT, que les pronoms impersonnels introduisent non pas une variable mais seulement une restriction sur une variable.

71D’après l’analyse proposée ici, les pronoms impersonnels réunissent des propriétés des définis et des indéfinis. D’une part, le référent du pronom impersonnel est unique dans le discours, de manière comparable à celui introduit par les pronoms personnels de 3è me personne, et d’autre part, ils ne reprennent pas d’antécédent dans le discours, comme les indéfinis.

5.2. Le contraste épisodique vs générique en français et en allemand

72Les données que nous avons vues plus haut soulèvent les questions suivantes concernant spécifiquement le français et l’allemand :

(iii) Pourquoi les pronoms impersonnels dans leur lecture générique permettent-ils la coréférence avec un possessif de 3msg ?
(iv) Pourquoi les pronoms impersonnels dans leur lecture épisodique ne permettent-ils pas la coréférence avec un possessif de 3msg ?
(v) Pourquoi les pronoms impersonnels permettent-ils les réfléchis dans les deux lectures ?

73Par ailleurs, la comparaison entre l’allemand et le français d’une part et le yiddish et le somali d’autre part soulève les questions suivantes :

(vi) Pourquoi le pronom impersonnel du yiddish (générique) n’admet-il pas la coréférence avec le possessif ? (contraste avec (iii))
(vii) Pourquoi le pronom impersonnel du somali (générique et épisodique) n’admet-il pas la coréférence avec le possessif ? (contraste avec (iii))

74Je propose ici une analyse qui rend compte des propriétés en (vii), je reviendrai à (vi) dans la section suivante.

75L’analyse proposée en 4.1. rend compte des pronoms impersonnels épisodiques en allemand et en français ainsi que du pronom impersonnel la du somali : comme les arguments implicites, ces pronoms ne permettent pas de coréférence avec des pronoms.

76Or, nous avons vu qu’en français et en allemand, on a un contraste entre les emplois génériques et les emplois épisodiques des pronoms impersonnels : les emplois génériques permettent la coréférence avec un possessif dans la même phrase [47]a.

  • 18 Notons que l’allemand et le français se distinguent quant aux traits exprimés sur le possessif : l’ (...)

77En ce qui concerne cette propriété, les pronoms impersonnels génériques contrastent avec les arguments implicites ; les exemples suivants montrent que les arguments implicites du passif [47]b et des nominalisations agentives comparables [47]c en allemand et en français ne permettent pas de coréférence avec les possessifs18.

78La co-référence du possessif avec l’agent implicite est impossible : le possessif réfère nécessairement à un tiers mentionné ou inférable dans le contexte.

79Certains pronoms impersonnels peuvent donc lier des possessifs (bound pronouns), contrairement aux arguments implicites. Je propose que ces pronoms impersonnels (à savoir l’emploi générique du on français, l’emploi générique du man allemand et le uno espagnol) permettent le liage local d’un possessif parce qu’ils contiennent un opérateur générique dans leur contenu sémantique qui permet de lier le possessif.

80En somali, en revanche, le pronom personnel la ne contient pas d’opérateur générique lexical ; les emplois génériques du pronom impersonnel la sont dérivés des énoncés épisodiques avec un opérateur générique au niveau phrastique (voir Krifka et al. (1995)). Cette hypothèse est étayée par le fait qu’en somali, contrairement au français et à l’allemand, il n’y a pas de restrictions sur les prédicats compatibles avec la comparables aux restrictions observées pour les emplois épisodiques de on et man.

  • 19 Notons ici que les lectures épisodiques sont compatibles avec des pronoms liés ; les pronoms impers (...)

81Cette analyse implique que les emplois épisodiques de on et man sont distincts de leurs emplois génériques, et qu’ils ne contiennent pas d’opérateur générique lexical comme le la somali, ce qui empêche les pronoms possessifs liés19.

82Finalement, nous avons vu ci-dessus que les pronoms personnels en général peuvent lier des réfléchis. Je suis ici l’analyse de Chierchia (1995), Koenig (1999) et Prince (2006) en supposant que les réfléchis sont à analyser comme des modificateurs du prédicat (comme dans Reinhart & Reuland (1993)). Il ne s’agit donc pas de liage syntaxique mais de réduction argumentale du prédicat au niveau sémantique, ce qui est compatible avec les propriétés particulières des pronoms impersonnels (Chierchia (1995), Koenig (1999), Prince (2006)).

5.3 Le liage des pronoms possessifs en yiddish

83Je voudrais revenir à la question de savoir pourquoi le pronom impersonnel du yiddish n’admet pas la coréférence avec le possessif (Prince 2006). Il semble plausible que le men du yiddish ait suivi le même développement que le man allemand et ses cognats scandinaves, pour lesquels l’emploi générique est le plus fréquent et diachroniquement le plus ancien. On pourrait donc être dubitatif envers une analyse qui met le men générique sur le même plan que le la somali.

84Dans ce qui suit je montre que l’incapacité du pronom impersonnel men à lier les possessifs est due à une contrainte indépendante : en effet, le possessif zayn n’admet jamais de lecture liée.

  • 20 l faut souligner qu’en somali, contrairement au yiddish, le possessif peut avoir une lecture de var (...)

85Les exemples suivants contiennent un quantificateur négatif comme sujet ; il semble clair que ce type de sujet n’introduit pas de référent dans le discours et que tout pronom co-indicé doit donc être lié. Or, comme le montrent les exemples suivants, la co-indiciation de zayn avec keyner est exclue20 :

[48]a

Keyneri blaybt nisht in zayn*i/k shtot

personne reste nég dans poss ville

Personne ne reste dans sa ville (la ville de qqn de précis).

[[48]b

keyneri lernt nisht zayn*i/k kind leyenen

personne apprend nég son enfant lire

Personne n’apprend à lire à son enfant (l’enfant de qqn de précis).

86Or, comme Comme avec men, les exemples de lecture liée doivent faire appel à l’adjectif eygen :

[49]a

Keyneri blaybt nisht in der eygeneri shtot 

personne reste nég dans dét propre ville

Personne ne reste dans sa propre ville.

[49]b

Keyneri lernt nisht dos eygenei kind leyenen

personne apprend nég dét propre enfant lire

Personne n’apprend à lire à son propre enfant.

87Nous pouvons donc conclure que l’incapacité du possessif zayn à être lié par le pronom impersonnel men est un cas particulier d’une contrainte plus générale associée à ce possessif.

88Dans cette optique, les données du yiddish sont a priori compatibles avec deux analyses

  1. men est comparable au la somali et ne permet pas de liage,

  2. men est comparable au man générique de l’allemand et le liage du possessif est empêchée par les propriétés inhérentes du possessif.

89Des recherches ultérieures pourront peut-être déterminer laquelle des deux analyses il faut retenir pour le yiddish.

Conclusion

90Dans ce travail, j’ai montré que les pronoms impersonnels varient quant à leurs propriétés syntaxiques et sémantiques. En ce qui concerne leurs propriétés syntaxiques, l’approche comparative montre qu’ils ne sont pas nécessairement limités à la position sujet. En ce qui concerne leurs propriétés sémantiques, nous avons vu que leur comportement anaphorique est remarquablement stable à travers les langues.

91J’ai proposé, en suivant Koenig et Mauner (1999) que les pronoms impersonnels sont en principe comparables aux arguments implicites, dans la mesure où ils ne permettent pas la reprise par un pronom de 3ms. Cependant, nous avons vu que certains pronoms impersonnels en emploi générique peuvent lier un possessif 3sg dans la même phrase.

92Selon l’analyse proposée ici, cela est dû au fait que l’emploi générique dans certaines langues contient un opérateur générique qui peut lier le possessif localement. Plus spécifiquement, j’ai proposé que les emplois génériques et épisodiques de on / man correspondent en effet à deux compositions de traits différentes : le pronom impersonnel qui apparaît dans l’emploi générique contient un opérateur générique lexical qui manque au pronom correspondant dans les emplois épisodiques.

Haut de page

Bibliographie

Blanche-Benveniste, Claire (2003), « Le double jeu du pronom on », P. Hadermann, A. Van Slijcke, & M. Berré, eds., La syntaxe raisonnée, Mélanges de linguistique générale et française offerts à Annie Boone à l’occasion de son 60ème anniversaire, pages 43–56, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Cabredo Hofherr, Patricia (2003), « Arbitrary readings of third person plural pronominals », Proceedings of the Conference Sinn und Bedeutung 7, Universität Konstanz, FB Linguistik, Arbeitspapiere des Fachbereichs Sprachwissenschaften Vol 114, http://www.ub.unikonstanz.de/serials/fb-sprach.htm.

Cabredo Hofherr, Patricia (2004), « Impersonal pronouns in French, German and Somali », conférence au colloque Syntax of the World’s languages 1, Leipzig.

Cabredo Hofherr, Patricia (2006), « ’Arbitrary’ pro and the theory of pro-drop », P. Ackema, P. Brandt, M. Schoorlemmer, & F. Weerman, eds., Arguments and agreement, pages 230– 258, Oxford, Oxford University Press.

Chierchia, Gennaro (1995), « The variability of impersonal subjects », E. Bach, E. Jelinek, A. Kratzer, & B. Partee, eds., Quantification in Natural Languages, vol. 1, pages 107– 143, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Cinque, Guglielmo (1988), « On si constructions and the theory of arb », Linguistic Inquiry 19 : 521–582.

Egerland, Verner (2003), « Impersonal pronouns in Scandinavian and Romance », Working Papers in Scandinavian Syntax 71 : 75–102.

Gebert, Lycina (1986), « Focus and word order in Somali », Afrikanistische Arbeitspapiere 5 : 42– 69.

Haspelmath, Martin (2002), Indefinite pronouns, Oxford, Oxford University Press. Holmberg, Anders (à par.) « The null generic subject pronoun in Finnish », E. Kaiser, K. Hiietam, S. Manninen, & V. Vihman, eds., Passives and impersonals in European languages, Amsterdam, John Benjamins.

Kamp, Hans & Uwe Reyle (1993), From discourse to logic. Dordrecht, Reidel.

Koenig, Jean-Pierre (1999), « ’On a tué le président !’ Ultra-indefinites and the nature of passives », Cognition and Function in Language, pages 235–251, Stanford, CA, CSLI Publications.

Koenig, Jean-Pierre & Gail Mauner (1999), « A-definites and the semantics of implicit arguments », Journal of Semantics 16 : 207–236.

Krifka, M., F.J. Pelletier, A. ter Meulen, G. Link, & G. Chierchia (1995), « Genericity : An introduction », G. Carlson & F. J. Pelletier, eds., The Generic Book, pages 1–124. Chicago, University of Chicago Press.

Legendre, Géraldine (1989), « Inversion with certain French experiencer verbs », Language 65 : 752–782.

Perlmutter, David M (1978), « Impersonal passives and the unaccusativity hypothesis », Proceedings of the Fourth Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society, pages 157–189, University of California, Berkeley.

Prince, Ellen F. (2006), « Impersonal pronouns in French and Yiddish : Semantic reference vs. discourse reference », B. J. Birner & G. Ward, eds., Drawing the Boundaries of Meaning, pages 295–315. Amsterdam, John Benjamins.

Reinhart, Tanya & Eric Reuland (1993), « Reflexivity », Linguistic Inquiry 24 : 657–720.

Welton-Lair, L.K. (1999), The evolution of the French indefinite pronoun "on" : a corpus- based study in grammaticalization, Ph.D. thesis, Cornell University.

Zifonun, Gisela (2000), « "Man lebt nur einmal". Morphosyntax und Semantik des Pronomens man » Deutsche Sprache 28 : 232–253.

Zribi-Hertz, Anne (2003), « Réflexivité et disjonction référentielle en anglais et en français », P. Miller & A. Zribi-Hertz, eds., Essais sur la grammaire comparée du français et de l’anglais, pages 189–227. St. Denis, Presses Universitaires de Vincennes.

Zribi-Hertz, Anne (à par.) « From intensifier to reflexive : the prosodic factor », E. König & V. Gast, eds., Reciprocals and Reflexives – Cross-linguistic and theoretical explorations. Berlin, Mouton de Gruyter.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Jean Lowenstamm pour ses jugements sur le yiddish, Bashiir Keenadiid pour ses jugements sur le somali. J’ai profité des commentaires de Denis Creissels, d’Anne Zribi-Hertz et de Marie-Laurence Knittel sur des versions antérieures de ce travail.

2 Abréviations pour les gloses en somali : BAA / AYAA pour les marqueurs de focus, WAXAA pour le marqueur de focus + extraposition, WAA pour le marqueur déclaratif (focus sur le verbe) et U, KU, KA, LA pour les adpositions u = vers, pour, ku = dans, ka = (à partir) de, la = avec. Autres abréviations : f = féminin, m = masculin, pl = pluriel, poss = possessif, prog = progressif, prs = présent, pst = passé, réfl = réfléchi, sbjv = subjonctif, sg = singulier.

3 Dans les exemples avec plusieurs langues, les langues sont indiquées par les abréviations suivantes : all(emand), angl(ais), esp(agnol), som(ali), yi(ddish).

4 D’où le terme generic pronouns que leur applique Haspelmath (2002, p. 9). Je n’adopte pas ce terme ici puisque les pronoms de ce type ne sont pas nécessairement limités à une lecture générique, voir section 2 ci-dessous.

5 L’actant sous-entendu est humain ; si le vent a fermé la porte il faut dire :
[i]   Albaab-ka wuu is sxir-ay (som)
porte-dét.m WAA+3msg REFL fermer-3msg.pst
La porte s’est fermée.

6 Dans Cabredo Hofherr (2003), j’ai montré qu’il faut distinguer au moins 4 lectures épisodiques pour les pronoms 3pl sans antécédent. Une classification plus fine des lectures épisodiques observées avec des pronoms impersonnels reste à faire. Je garderai ici la distinction simple générique / épisodique qui correspond à la distinction entre lectures sans ancrage spatio-temporel vs lectures avec ancrage spatio-temporel.

7 Je laisse de côté les emplois sans antécédent des 3pl, pour une analyse de ces emplois voir Cabredo Hofherr (2003, 2006).

8 Les inaccusatifs sont des verbes intransitifs dont l’argument partage des propriétés caractéristiques des objets ; le sujet de ces verbes a été analysé comme étant un objet direct à un certain niveau de représentation, voir Perlmutter (1978) et à sa suite, beaucoup d’autres.

9 Voir Koenig (1999) pour une discussion de la contrainte en question. Cinque et Legendre interprètent la contrainte en termes syntaxiques : ce sont les inaccusatifs / les « rôles 2 initiaux » de LFG qui sont exclus. Koenig montre que cette contrainte peut être formulée en termes sémantiques, notamment d’agentivité.

10 Notons que la supplétion n’est pas rare avec les pronoms : le pronom er, "il", a comme formes obliques ihn (acc), ihm (dat), seiner, (gén), le pronom sie, "elle", a comme formes obliques sie (acc), ihr (dat), ihrer, (gén), et le pronom sie, "ils", a comme formes obliques sie (acc), ihnen (dat) ihrer (gén).

11 Remarquons que, comme en français, la forme oblique correspondant au pronom impersonnel peut également être liée par le sujet inexprimé des infinitives (PRO) (à comparer avec l’exemple [28]c) :
[i]  To work for oneself is very pleasant.
Travailler pour soi est très agréable.

12 Il faut souligner que des exemples de ce type existent, la distribution de one dans ces positions est cependant beaucoup plus restreinte que celle en position sujet :
(i) Music makes one feel so romantic — at least it always gets on one’s nerves— which is the same thing nowadays.
La musique fait que vous vous sentiez si romantique — au moins elle vous ennuie toujours — ce qui est la même chose aujourd’hui.
(ii) A reputation travels with one.
Votre réputation vous suit toujours.

13 Notons qu’en somali, le possessif peut avoir une lecture de variable liée :
[i] Qof-kastai wux-uu dhistaa aqal-kiisai.
personne-chaque WAXAA+3msg construit maison-sa
Chacun construit sa (propre) maison.

14 Exemples de Prince (2006), gloses ajoutées.

15 Exemple dû à Jean Lowenstamm.

16 Exemples dus à Jean Lowenstamm.

17 Notons que sans possessif lié cet exemple est acceptable :
(i) Heute morgen hat man eine Nachricht hinterlassen. (all)
Ce matin on a laissé un message.

18 Notons que l’allemand et le français se distinguent quant aux traits exprimés sur le possessif : l’allemand exprime le genre et le nombre du possesseur, tandis que le français ne distingue que le nombre :
[i]a. Hans hat seinen Wagen gewaschen.
Hans a sa voiture.m.acc. lavé
Hans a lavé sa voiture.
[ii]b Marie hat ihren Wagen gewaschen.
Marie a sa voiture.m.acc. lavé
Marie a lavé sa voiture.
[iii]c Die Kinder haben ihren Wagen gewaschen.
Les enfants ont leur voiture lavé.
Les enfants ont lavé leur voiture.

19 Notons ici que les lectures épisodiques sont compatibles avec des pronoms liés ; les pronoms impersonnels dans les emplois épisodiques pourraient donc en principe permettre les lectures liées des possessifs :

[i] I did my homework and you did too.
[i]a Moi, j’ai fait mesi devoirs et toi, tuj as fait tesj devoirs. (possessif lié)
[i]b Moi, j’ai fait mes devoirs et toi, tu as fait mes devoirs aussi. (possessif libre)

20 l faut souligner qu’en somali, contrairement au yiddish, le possessif peut avoir une lecture de variable liée comme dans l’exemple suivant avec un antécédent universellement quantifié :

[i] Qof-kastai wux-uu dhistaa aqal-kiisai
personne-chaque WAXAA+3msg construit maison-poss3msg
Chacuni construit sai maison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Cabredo Hofherr, « Les pronoms impersonnels humains : syntaxe et interprétation », Modèles linguistiques [En ligne], 57 | 2008, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://ml.revues.org/321 ; DOI : 10.4000/ml.321

Haut de page

Auteur

Patricia Cabredo Hofherr

CNRS UMR 7023 –Université Paris 8 : (Surrey Morphology Group)

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org