Navigation – Plan du site
V. Deux prosateurs béarnais classiques

Radio-lavoir

ou l’école de la médisance. Petite pastorale pour jeunes filles
Simin Palay
Traduction de André Joly
p. 175-193
Cet article est une traduction de :
La bugade1

Texte intégral

1L’action se passe au lavoir communal. Les lavandières :
LA TRÈZE, LA TITINE, LA YANINE et LA MARIANNETE, qui ont entre 40 et 50 ans ; LA MARGALIDE, qui en a 83 et LA BERTE, qui n’en a que 19.

2A l’arrière-plan, une carriole de linge. Sur une corde tendue sèche une petite lessive. Les planches à laver sont situées sur le devant de la scène.

I. TREZE et TITINE, en train de laver

3TRÈZE.— Je te jure ! Je l’ai vue mardi soir, elle portait une panière pleine à ras bords ! Elle venait de chaparder des petits pois.

4TITINE.— Et tu t’imagines que je ne le savais pas ?… Mais il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas dire… Tu crois comme ça qu’il n’y a que toi qui saches ce qui se passe ? Ma pauvre Trèze ! Je pourrais t’en raconter si je voulais !

5TRÈZE.— Ça m’étonnerait que tu en saches plus que moi !

6TITINE.— Va donc, gamine ! Je n’ai pas l’air de voir les choses, mais je sais tout de même ce qui se trafique par ici. Je vois tout, je comprends tout… Si j’étais mauvaise langue, j’en aurais fait rentrer plus d’un dans sa coquille ! Si j’étais mauvaise langue… Mais je ne dis du mal de personne. Il n’y a rien qui me déplaise autant que les cancans !

7TRÈZE.— Je suis exactement comme toi. Tiens, l’autre jour, qu’est-ce que je te vois ? Le cadet de chez Sarretroulh qui entre dans la grange des Gnourre avec une corde… Je ne l’ai dit à personne, et je n’irai pas le dire ! TITINE.— Tu as bien raison. On ne regrette jamais d’avoir gardé un secret. Tiens, moi je sais une chose ou deux qui pourrait faire du tort à quelqu’un qu’on imagine très riche… Mais je sais me taire quand il faut…

8TRÈZE.— C’est quelqu’un du coin ?

9TITINE.— Absolument. Et même pas très loin d’ici. Toi aussi tu la connais…

10TRÈZE.— C’est une femme ? TITINE.— Et même une dame.

11TRÈZE.— Bah ! Les dames sont comme les autres.

12TITINE.— Ça, c’est bien vrai ! Elles n’ont pas besoin de faire les importantes.

13TRÈZE.— Tous ces gens qui se croient au-dessus des autres… ah ! s’ils savaient ! …

14TITINE.— Souvent on les croit riches, mais en fait, ils ne le sont pas (A voix basse). Tiens, Madame Pailhette, par exemple : elle n’a pas quatre sous !

15TRÈZE.— Attends, elle a toujours sa maison ? TITINE.— C’est peut-être pas sûr.

16TRÈZE.— Tu veux pas me dire ?… TITINE.— Tu promets de garder le secret ?

17TRÈZE.— Voyons, Titine, pour qui tu me prends- ? Je cancane, moi ?

18TITINE, s’approchant du lavoir.— Tiens, lundi dernier, j’allais chercher de l’eau au puits de chez cette Madame Pailhette et je te vois un monsieur à l’intérieur de la maison. La fenêtre était ouverte et je l’entends qui dit :
« Madame Pailhette, il va bientôt falloir payer ces intérêts ».
— Mais je ne peux pas, qu’elle lui dit.
— Vous avez bien la métairie ?
— Elle est hypothéquée, qu’elle lui fait.
— Vous avez de l’argent de placé, non ?
— Pas un sou ! qu’elle lui répond.
— Alors, comment comptez-vous vous en sortir ?
Alors, là-dessus, voilà la pauvre Madame Pailhette qui fond en larmes.
Moi, tu comprends, je n’écoutais pas, parce que ce n’est pas poli, mais j’ai tout entendu. Le type, il est resté plus d’une heure. À la fin, il lui sort : « On va vous exproprier ! ».

19TRÈZE.— Mon Dieu, qu’est-ce que tu me dis là ? Je n’aurais jamais cru !

20TITINE.— C’est pourtant bien vrai, ma chère. Tu comprends que si ça se savait… Elle est sur le point de marier sa demoiselle… Ça lui ferait du tort.

21TRÈZE.— C’est ce que j’ai entendu dire. J’ai même vu le promis… Il a l’air charmant.

22TITINE.— S’il savait que la demoiselle n’a pas un radis, il la laisserait tomber. Tu comprends pourquoi je n’ai rien dit à personne. Et je ne dirai rien ! Ah ! ma pauvre Trèze, comme nous ferions du tort aux gens rien qu’en disant ce que nous savons sur eux !

23TRÈZE.— Moi, je ne parle jamais des autres. Que les gens discutent de ces choses chez eux… Bon, moi, je vais étendre mon linge !

24TITINE. — Ben moi aussi. (Elles sortent).

II. MARIANNETE. YANINE, un panier de linge sale sur la tête

25MARIANNETE.— Bien, vas-y comme ça, Yanine !…

26YANINE— Monsieur Carelh est un bien brave homme, un homme comme il faut, du moins il en a l’air, mais on le dit avare comme pas deux. Il ne donnerait pas un sou à un pauvre en train de crever la faim.
Tu veux bien m’aider à descendre ce panier ?

27MARIANNETE.— C’est vrai ce que tu dis là. Mais en ce qui le concerne, il paraît qu’il n’est pas regardant. Il a toujours la bouteille sur la table et, à ce qu’on dit, il pinte.

28YANINE.— Ah ! C’est donc ça ! L’autre jour, je l’ai vu dans sa basse-cour, il zigzaguait d’un bord à l’autre, on aurait dit qu’il suivait un troupeau d’oies… En fait, il était soûl, nom d’une pipe !

29MARIANNETE.— Tiens donc ! … À part ça, c’est un brave homme (Elles s’installent devant leur planche à laver).
Mariannete tire une fiole de la poche de son tablier et se met à boire. Elle la passe ensuite à Yanine.
Y’a pas à dire, avant d’attaquer dans l’eau froide, ça requinque. YANINE.— Espie, c’est pas de refus. Le fond de l’air est plutôt frais. MARIANNETE.— Pour en revenir à ce Monsieur Carelh, tu n’as pas entendu dire que la tante qui vivait chez lui est morte… disons, un peu vite ? Tu vois qui je veux dire… la tante qui lui a légué sa fortune. Il serait question de cent mille livres.

30YANINE.— Pour sûr que je la connais ! Un jour je lui ai fait sa lessive.

31MARIANNETE.— Elle est morte subitement, on ne sait pas trop pourquoi, elle n’avait rien. Elle était bien portante, il te lui prend un mal de ventre, et en deux heures, adieu pays ! Il y a des mauvaises langues qui… Mais je ne veux pas le répéter, ça ne me regarde pas.

32YANINE.— Oui, je te comprends.

33MARIANNETE.— Enfin, il y en a qui disent qu’il l’aurait... empoisonnée. YANINE.— Pas possible !

34MARIANNETE.— Tout est possible sur cette terre. À part ça, Monsieur Carelh est une bonne pâte d’homme.

35YANINE.— Tu n’as pas compris qu’avant de s’installer ici, ce monsieur n’était pas très clair ?

36MARIANNETE.— Qu’est-ce que tu veux dire ?

37YANINE.— Il aurait fait de la prison, et peut-être même pire… Il a l’air bien comme ça, mais il ne faut pas se fier à la mine.

38MARIANNETE.— En tout cas, il n’est pas très pieux, tu peux m’en croire. Il n’arrête pas de jurer comme un charretier.

39YANINE.— Il m’a aussi l’air un peu crâneur. Le jour où j’y suis allé pour la lessive, il n’arrêtait pas de se vanter… et moi par ci, et moi par là. Pour rien au monde, il ne serrerait la main d’un paysan.

40MARIANNETE.— Et il pique de ces colères, je ne te dis pas ! Il y a deux mois, d’un coup de pied, d’un seul, il a brisé le tibia d’un de ses domestiques !

41YANINE.— Vendredi dernier, il a roué sa femme de coups et il l’a laissée pour morte… La pauvre Madame Carelh, il fallait voir comme elle criait, comme elle pleurait ! Les voisins ont dû la délivrer, sinon il l’aurait achevée…

42MARIANNETE.— Il devait être plein. Mais quand il n’a pas bu, il ne ferait pas de mal à une mouche.

43YANINE.— Tu vois, Mariannete, c’est pas beau du tout de boire. MARIANNETE, tire la fiole de sa poche.— Un petit coup, ça fait du bien, mais trop, c’est trop. Ça te dit, Yanine ? (Elle boit au goulot).

44Là-dessus, elles s’éloignent du lavoir et se dirigent vers la charrette de linge.

III. TITINE et TRÈZE apparaissent au fond de la scène en train de discuter. Elles se tiennent un peu à l’écart

45YANINE.— Tiens, ces deux-là ne doivent pas se priver de dire du mal des gens. Quelles langues de vipères !

46MARIANNETE.— Ramasse ton linge ! La Titine a les doigts crochus. Quand elle va chez quelqu’un faire la lessive, il y a toujours quelque chose qui disparaît.

47YANINE.—Et la Trèze a toujours des poules et des poulets, mais personne ne sait d’où ça vient.

48Toutes ensemble. — Bonjour, les amies ! Comment ça va ? — Bien, et vous ? — Moi aussi ! Bah ! Ça pourrait aller plus mal ! (Échange de civilités. Chacune prend sa place au lavoir).

49MARIANNETE.— Dites donc, vous parliez de quoi ? Vous aviez l’air très affairées.

50TITINE.— Nous disions que nous étions très contentes de vous voir ! Vous avez toujours quelque chose de nouveau à raconter…

51YANINE.— Ben, moi, je sais rien. Au hameau, il se passe rien qui vaille la peine d’être raconté.

52MARIANNETE.— Moi, je sors pas de chez nous. Je suis assez occupée par mes propres affaires (Elles se mettent à laver).

53YANINE.— Vous avez bien raison. Il n’y a rien qui me fasse autant bisquer que les personnes qui vont fouiner dans les affaires des autres.

54TRÈZE.— Et dans le coin, c’est pas ce qui manque ! Y’en a qui fourrent leur nez partout. Tiens, la Mathilde par exemple. L’autre lundi, on va toutes les deux au marché. Eh bien, elle n’a pas arrêté de bavasser ! Ils y sont tous passés.

55YANINE.— Mardi, je l’ai rencontrée, elle m’a entreprise sur Repiquet — tu vois qui je veux dire, Pierrot de chez Repiquet, celui qui s’est marié avec Anna… Elle n’arrêtait pas.

56TITINE.— Et tu ne l’as pas fait parler sur la Techenère ? Elle t’en aurait dit des choses, tu peux m’en croire !

57MARIANNETE.— Le plus beau, c’est ce qu’elle sait sur la Claquéte.

58YANINE.— Qu’est-ce qu’elle t’en a dit ?

59MARIANNETE.— Je ne veux pas le répéter, c’est pas joli-joli… J’en ai honte rien que d’y penser.

60TITINE.— Tu sais bien que nous n’irons pas le répéter. C’est pas comme si tu le disais à d’autres.

61MARIANNETE.— Je peux pas. D’ailleurs la Claquéte, c’est ma belle-sœur et il faut laver son linge sale en famille. Mais ce qu’elle m’a dit, rien que de le savoir, j’en suis pour ainsi dire écœurée.

62TRÈZE.— Je ne voudrais pas être médisante mais, belle-sœur ou pas, je peux t’assurer que c’est une pas grand chose, cette femme !

63MARIANNETE.— Je la connais mieux que personne. Je vais souvent chez elle et je vois tout ce qui s’y manigance. Si son homme en savait autant que moi, il lui ferait sa fête !

64TITINE.— Il vaut mieux qu’il le sache pas. Si je vous disais ce que j’ai entendu dire !…

IV. Les mêmes. LA MARGALIDE

65MARGALIDE.— Salut, les filles ! Je vous apporte du sablon.

66YANINE.— Qu’est-ce que vous dites ?

67MARGALIDE.— Je vous apporte du sablon.

68TITINE.— Et vous, comment ça va, Margalide ?

69MARGALIDE.— Aujourd’hui bien, pas bien demain. L’estomac, rien à dire, mais les jambes… ! Elles ne veulent plus me porter. Je vais sur mes 83 ans, tout de même…

70YANINE.— Ça commence à compter, bien sûr. Est-ce qu’on y arrivera, nous, à 83 ans ?

71TRÈZE.— Enfin, vous les portez joliment bien !…

72MARIANNETE.— D’où venez-vous donc, comme ça ?

73MARGALIDE.— Du cimetière… de prier le bon Dieu pour mon pauvre défunt. Ça fait quarante-cinq ans aujourd’hui qu’il est mort… (Elle s’essuie les yeux).

74YANINE.— Et vous vous en souvenez encore ?

75MARGALIDE.— Comme du jour de notre mariage. C’était un si bel homme ! Le plus bel homme de par ici. Et moi, donc !

76TITINE.— Vous avez encore de beaux restes…

77MARGALIDE.— Bah ! mes joues sont toutes plissées et je suis édentée. Mais tu m’aurais vue quand je me suis mariée ! On aurait dit une sainte Vierge ! Pauvre de lui ! Il était parfait ! C’est pas comme les hommes d’aujourd’hui, tous des bons à rien !

78YANINE.— Vous avez bien raison ! Tenez, le mien, par exemple. Il est toujours à courir les marchés, les cafés, les auberges…

79TRÈZE.— Avec le mien, tout part en fumée. Je comprends pas qu’on puisse prendre cette sale habitude. Bou Diu, c’est dégoûtant de fumer !

80TITINE, aspirant du tabac.— Priser, encore, je dis pas…

81MARIANNETE.— Le mien, il prise et c’est aussi dégoûtant ! Il a toujours la goutte au nez. L’autre jour, il me l’a laissée tomber dans la soupière, sa goutte. J’ai donné la soupe aux cochons. J’ai cru vomir.

82TITINE.— Le mien est feignant et fêtard. Tous les dimanches soir, il en tient une, de ces cuites !

83YANINE.— Sans viser personne, il est clair que les hommes ne sont que des bêtes.

84TITINE.— T’as bien raison ! J’en connais pas un seul qui vaille grand chose !

85TRÈZE.— Autant dire… rien !

86MARIANNETE.— Le bon Dieu a donné tout ce qu’il y a de mieux aux femmes. Aux hommes, que dalle !

87YANINE.— Ça, au moins, c’est la vérité vraie !

88MARGALIDE.— Le mien, il n’était pas comme ça. Pauvre Caddetou ! Économe, mesuré, il ne sortait jamais. J’ai beaucoup perdu en le perdant, je suis bien à plaindre !…
Si au moins j’avais pu me remarier !…

89BERTE.— Salut les filles !

V. Les mêmes. LA BERTE

90YANINE.— C’est maintenant que t’arrives ?

91TRÈZE.— Moi, je vais te dire pourquoi ! Hier soir, mademoiselle est allée danser jusqu’à minuit ou une heure. Et ce matin, elle n’a pas pu se lever plus tôt.

92MARIANNETE.— Au jour d’aujourd’hui, les filles n’ont aucune retenue !

93YANINE.— C’est une honte de voir comment elles dansent ! Si j’avais une fille, vous ne la verriez pas souvent au bal !

94BERTE.— Si vous dites ça, c’est que vous ne pouvez plus y aller, au bal. Quand vous étiez jeunes, vous aimiez bien ça, non ?

95TRÈZE.— Mais on dansait avec des garçons comme il faut.

96BERTE.— Vous dansiez avec ce qui se présentait… et encore heureuses d’en avoir !

97TITINE.— Petite impertinente ! On en avait tant qu’on voulait !

98BERTE.— Alors, pourquoi est-ce que vous vous êtes mariée avec le Mouret ? Personne n’en voulait, il était laid comme un pou.

99TITINE.— Il était plus joli que toi, mauvaise langue. Et si j’avais voulu, je me serais mariée à quinze ans. Mais je trouve qu’à cet âge, une jeune fille est trop jeune pour se marier…

100BERTE.— Et vous avez attendu d’en avoir trente-neuf. Moi, je trouve qu’à cet âge une jeune fille est un peu trop vieille !

101TITINE.— Je me suis mariée à trente-neuf ans parce que c’était mon choix ! En plus, ça ne te regarde pas !

102BERTE.— Et à vous non plus, ça ne vous regarde pas si je vais danser !

103TITINE.— Veux-tu te taire, petite peste !

104BERTE.— Non, je ne veux pas me taire ! Et sachez que si vous critiquez les filles qui vont danser, c’est que vous êtes laides, que vous êtes vieilles et que personne ne vous dit : sales bêtes !

105TITINE.— Mauvaise langue ! Langue de vipère ! Voyez donc comme elles sont élevées, les filles d’aujourd’hui !

106BERTE.— Vous n’avez pas été mieux élevée que moi !

107TITINE.— Veux-tu te taire ! Ça me fait mal d’entendre une fille de ton âge parler de cette façon !

108BERTE.— Et à moi, ça me fait du bien !

109TITINE.— Nous disions tout à l’heure que les hommes d’aujourd’hui ne valent pas cher, mais les filles valent encore moins !

110MARGALIDE.— Allez, ça suffit comme ça ! Quand j’étais jeune, je dansais avec le pauvre Poulet, mon grand-père. Pauvre pépé, il y a soixante-cinq ans qu’il est mort !

111BERTE.— Vous deviez bien vous amuser !

112MARGALIDE.— Il dansait si bien ! Ses pieds ne touchaient pas terre. A son âge !… Et les filles, au moins, elles étaient réservées, elles étaient bien chapeautées. Elles n’avaient pas de ces affreux bibis sur la tête.

113BERTE.— Tiens donc ! On aurait dit des guenons. Allez, je me tire ! (Elle s’en va).

VI

114TRÈZE.— C’est ça, va pioncer !

115TITINE.— Si c’est possible d’être aussi mal élevé que cette Berte ! Comment peut-on dire de telles choses ?

116MARIANNETE.— Que veux-tu ? Sa mère ne s’en occupe pas, et son père… il s’en contrefiche !

117YANINE.— Ça fait pitié ! Les jeunes filles d’aujourd’hui, elles ne pensent qu’à se pomponner et à danser ! Leurs chapeaux ? Des nids de pie !

118TITINE.— Avec leurs corsets, elles sont plates comme des limandes ! De notre temps, on ne portait pas de ces trucs-là, et on ne s’en portait pas plus mal !

119MARIANNETE.— Et les robes au genou ! Quelle honte !

120TITINE.— Les filles d’aujourd’hui sont têtues comme des mules… On peut rien leur dire ! Elles en savent plus que père et mère !

121YANINE.— Elles n’ont même pas de manches aux chemises !

122TRÈZE.— Et décolletées jusqu’au nombril ! Une honte !

123MARIANNETE…— Bon, moi j’ai fini ! C’est pas trop tôt ! Je m’en vais.

124Toutes.— Moi aussi ! — Moi aussi !

125TITINE.— On dit que les lavandières sont des cancanières. Voyez-vous ça ! On a bavardé une demi-heure sans dire du mal de personne.

126Toutes.— Ça c’est vrai ! C’est bien vrai ! Sûr et certain ! (Elles s’en vont l’une après l’autre).

127MARGALIDE, part la dernière, se tourne vers le public.— Salut, la compagnie !

RIDEAU

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simin Palay, « Radio-lavoir », Modèles linguistiques, 66 | 2012, 175-193.

Référence électronique

Simin Palay, « Radio-lavoir », Modèles linguistiques [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ml.revues.org/306 ; DOI : 10.4000/ml.306

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org