Navigation – Plan du site
V. Deux prosateurs béarnais classiques

La bugade1

Petite pastourale2 entà gouyates
Simin Palay
p. 175-193
Traduction(s) :
Radio-lavoir

Texte intégral

  • 1 Bugade : la lessive (ha la bugade : “faire la lessive“) ; le linge lessivé. Cf. fr. régional buée, (...)
  • 2 Pastourale, sf., n’a pas le sens du fr. pastorale (œuvre litt., peinture, musique). Une pastourale (...)
  • 3 La, lou : utilisé parfois comme en fr. régional devant les noms de personnes.
  • 4 Les prénoms féminins : Trèze : réduction de Terèse ; Titine, sans doute le diminutif de Balentine ( (...)

1L’ahà que-s passe au labadé de la coumune entér las labayres dou bilàdyẹ qui soun :
LA3 TRÈZE, LA TITINE, LA YANINE e LA MARIANÉTE, qui an p’ou tour de 40 à 50 ans, LA MARGALIDE4 , qui-n a 83 e LA BÈRTE, qui nou a que 19.

2Darrè, que y a û carretoû de harde, ou ûe cariole. Sus ûe corde tenude, quàuquẹ drin de harde que séque. Lous labadés que soun s’ou dabàn

I. LA TRÈZE, LA TITINE, en labà

3TREZE. — Que t’at dìsi, au segure ! que la bedoùy dimàrs sé ; que pourtabe û tistèt castagnè tout plé ! Que bienè de panà césẹs.

4TITINE. — Que coundes que n’at sèy pas ? … Més tout n’éy pas boû à dìsẹ… Que crédẹs labéts que nou y a pas que tu à sabé ço qui-s passe ? Pràubẹ Trèze ! Be t’en pouderì countà si boulì !

5TRÈZE. — N’en pòdẹs pas sabé méy que you !

6TITINE. — Ah ! maynade ! N’èy pas l’àyrẹ de m’en abisà, més que sèy toutû ço qui s’y trafique per acì : qu’at béy e qu’at coumpréni tout… S’èri machante léngue, tè ! p’en aberì hèyt boutà méy d’û à l’oumbre ! S’èri machante léngue… Més, nou dìsi pas mau d’arrés. Arré nou-m sap méy de mau que d’enténẹ à creticà lou moùndẹ !

  • 5 S. Palay continue de jouer avec les noms et leurs diverses connotations. Sarretroùlh, litt. “serre- (...)

7TRÈZE.— You, pariè ! Tè ! l’àutẹ die que gahèy lou caddèt de Sarretroùlh qui entrabe à la borde dou Gnourre5 dap ûe corde… N’at èy pas dit ad arrés e n‘at dirèy pas !

8TITINE. — E qu’as rasoû. Om n’éy yaméy au regrét d’abé goardàt û secrét. Tè ! you que sèy quàuqu’arré qui pouderé ha plâ dou tort à quauqu’û qui crédẹn hère rìchẹ… Més que-m sèy carà quoan cau…

9TRÈZE.— Qu’éy quàuqu’û d’acì ?

10TITINE.— Qu’en éy, ya. E’ncoère nou demoure pas hère loégn ; que la counéguẹs tabé…

11TRÉZE.— Qu’éy ûe hémne ?

12TITINE.— E mème ûe madame.

13TRÈZE.— Peuh ! Las madames que soun coume las àutẹs !

14TITINE.— O, de segù ! E n’an pas besoùgn de s’en crédẹ…

15TRÈZE. — Tout aquét moùndẹ qui-s crédẹn au dessùs dous àutẹs… Si sabèn ! …

  • 6 Pailhéte, c’est palhéte qui, à Salies, signifie “cautère“ : cf. un cautère, un emplâtre sur une jam (...)
  • 7 Ardìt : très petite monnaie, centime.

16TITINE.— Soubén qu’ous crédẹn rìchẹs e n’en soun pas. (En secret) Madame Pailhéte6, tè, per exémplẹ : n’a pas quoàtẹ ardìts7 !

17TRÈZE.— Hè, més, p’a toustém la maysoû ?

18TITINE.— N’éy pas lhèu segù…

19TRÈZE.— Nou-m bos pas dìsẹ ?

20TITINE.— E-m proumétẹs de goardà lou secrét ?

  • 8 Clacassè -re, adj. et s, “bavard“, de clacassà, dim. de clacà, “bavarder“.

21TRÈZE.— Bam, Titine, per qui-m prénẹs ? E soy ûe clacassère8 ?

  • 9 Que se-t hique à plourà : lit. “elle se te met à pleurer“. Tournure fréquente, marque de subjectivi (...)

22TITINE, que s’aprèsse lou labadé.— Dilûs darrè, qu’anàbi cercà aygue au puts de Madame Pailhéte, que bedoùy û moussù qui ère deguéns ; la frinèste qu’ère ubèrte e qu’entenoùy lou moussù qui disè : Madame Pailhéte, que ba calé pagà lèu aquéts interéts.
— Més nou pouch pas ! ci disè ére.
— Qu’abét plâ la meterie ? ci disè lou moussù.
— Qu’éy ipoutecade ! ci disè ére.
— Qu’abét aryén de plaçàt, bam, ci disè lou moussù.
— Pas û so ! ci hasè ére.
— E labéts, quin at entenét ! ci digoù lou moussù.
E labéts, la pràubẹ Madame que se-t hique à plourà9.
You, be coumprénẹs, n’escoutàbi pas, permoù n’ey pas poulìt, més qu’at entenoùy tout. Aquét moussù qu’y demourè méy d’ûe ore. À la fi, ci-u digoù, que-p haràm esprouprià !

23TRÈZE.— Ah ! moun Diu ! qu’éy ço qui-m dìsẹs ? Yaméy n’at aurì credùt !

24TITINE.— Atàu qu’éy, ma chère. Be coumprénẹs plâ que si-s sabè… Qu’éy en mèmes de maridà la damisèle… Qu’ou pourtaré dou tort…

25TREZE.— Qu’at èy entenùt à dìsẹ. Qu’éy mème bist lou pretendùt… Qu’a l’àyrẹ charmàn.

26TITINE.— Si sabè que n’a pas arré, que la decharé. Permoù d’acò n’at èy pas dit ad arrés e n’at dirèy pas ! … Ah ! pràubẹ Trèze, quin pouderém ha dou tort au moùndẹ soùnqu’en dìsẹ ço qui sabém !

27TRÈZE.— You, nou pàrli pas yaméy dous auts. Cadû que s’at sap à case… Que bau esténẹ, tè !

28TITINE.— E you tabé. (Que sòrtin).

II. MARIANÉTE ; YANINE, dap ûe tiste de harde10 s’ou cap

  • 10 Harde : vêtements, linge, pas forcément péjoratif comme l’est en fr. hardes, au pluriel.

29MARIANÉTE.— Atàu, atàu Yanine !

  • 11 Carélh, “lampe à huile“ : encore un nom choisi à dessein. Se dit d’une personne qui est près de ses (...)
  • 12 Prononciation béarnaise de fr. s’il vous plaît.

30YANINE.— Moussù Carélh11 qu’éy û bràbẹ òmi, û òmi coum cau, au mén qu’at sémble, més qu’ou dìsẹn abàrẹ coum û tutoû de houn. Nou daré pas û so en û pràubẹ quoan saberé d’ou bédẹ à crebà de hàmi.
Ayde-m à pausà, tè, si bou plèt12 !

  • 13 Picharre : gros pichet, dit aussi dame-jeanne, petite bonbonne contenant dans les trois litres. Dér (...)

31MARIANÉTE.— Acò qu’éy bertàt. Més entàd ét nou n’éy pas abàrẹ, que-s paréch. Qu’a toustém la picharre13 sus la taule e que churle… ci dìsẹn… YANINE.— Ah ! qu’éy acò ! L’àutẹ brèspẹ qu’ou bedì per la parquîe anà d’û estrém à l’àutẹ… Que coundàbi que birabe las auques… Més qu’ère briàc, pét de perìclẹ14 !

32MARIANÉTE.— Be bedét plâ ! … Autamén qu’éy û bràbẹ òmi… (Que s’arranyen lou labadés).
Marianéte que tire ûe fiole de la poche dou dabantàu e que béu. Que la passe apùch à la Yanine.
Tè ! Permè de hicà-s las mâs à l’aygue réde, açò que hè bé.

33YANINE.— Tè, nou dìsi pas que nou. La brume n’éy pas caute…

  • 14 Que s’ère mourte (et non qu’ère mourte) : noter ici l’emploi du réfléchi (mourì-s), litt. “elle s’é (...)
  • 15 La liure, c-à-d. la livre, est l’ancienne appellation, toujours utilisée à l’époque pour désigner l (...)

34MARIANÉTE.— Ta tournà ad aquét M. Carélh, n’as pas entenùt à dìsẹ que la tante qui abè dap ét que s’ère mourte14… drin bìstẹ ? Be sàbẹs plâ, aquére tante qui l’a dechàt eretè ? Que parlen de cén mile liures15

35YANINE.— Que la counégui, ya ! Û cop qu’anèy labà la bugade entàd ére.

36MARIANÉTE.— Que s’éy mourte tout d’û cop, chéns d’està malaude, nou sàbẹn pas quin. Que-s pourtabe plâ, qu’ou gahè û gran mau de béntẹ e en dues ores qu’esté passade. Que y a machantes léngues… Més n’at bouy pas tournà dìsẹ : nou m’arregarde pas…

37YANINE.— Qu’at sèy, ya, bèn…

38MARIANÉTE.— Enfin, que dìsẹn que l’a empousouade.

39YANINE.— Pas poussìblẹ !

40MARIANÉTE.— Sus aquéste tèrre, tout qu’éy poussìblẹ. Autamén, Moussù Carélh qu’éy bouniface coum ûe paste…

41YANINE.— N’aberét pas coumprés qu’abàn d’arribà t’acì qu’ère prou mau campàt ?

42MARIANÉTE.— Que bos dìsẹ ?

43YANINE.— Qu’aberé hèyt presoû… e lhèu pìri… Qu’a l’àyrẹ plâ coum cau, més la mine soubén que troumpe.

44MARIANÉTE.— Que-t prouméti que la deboucioû l’estofe pas. Qu’arnégue tout lou die coum û yudìu !

45YANINE.— Que-s crét drin, tabé, ci-m sémble. Lou die qui anèy labà la bugade, que-s bantabe !… E you per ci, e you per ’quìu… Yaméy nou toucaré la mâ en û paysâ.

46MARIANÉTE.— E gahà coulères dounc ! Que y a dus més, d’û cop de pè que coupà l’os de la came en û baylét.

47YANINE.— Dibés darrè, que foutralhè la soûe hémne, que la dechè coum mourte… La pràubẹ madame que chisclabe, que plourabe… Lous besîs que l’at aboùn à tirà de las mâs sinoû que l’auré tuade…

48MARIANÉTE.— Que debè està hart. Quoan éy deyû, haré pas mau en û maynàdyẹ.

  • 16 Oeràt, oère, interj. , “regardez, regarde !“, “voici, voilà !“ “tenez, tiens !“. , oère, oeràt so (...)

49YANINE.— Oeràt16, Marianéte, qu’éy hère lè de pintà.

50MARIANÉTE, qui s’a tiràt la fiole — Drin de bî que hè bé, més lou trop que passe mesure. E-n boulét drin, Yanine ? (Que béu à pot).

51Aco hèyt que ban drin en darrè, decap lou carrét de la harde.

III. LA TITINE e LA TRÈZE, au houns, que tournen en debisà, drin à l’estrém

  • 17 His, hissoû, “dard” ; léngue de hissoû : “mauvaise langue“, “langue de vipère“.Par extension, hisso (...)

52YANINE.— Acét parélh nou-s débẹn pas pribà de parlà mau dou moùndẹ, tè ! Quins hissoûs17.

  • 18 Pégue, sf. (é fermé), “glu, poix“ ; abé dits de pégue, ou abé pégue aus dits, litt. “avoir de la gl (...)

53MARIANÉTE.— Estrusse-t la harde ! Aquére Titine qu’a pégue18 aus dits. Quoan ba labà ençò de quàuqu’û que y a toustém quàuqu’arré de manque…

54YANINE.— E la Trèze qu’a toustém poules e pouléts e arrés nou sàbẹn d’oun soun sourtìts.

55Toutes en û cop…— E adichats, amigues ! E quin pe ba ? — Plâ e bousàuts ? — E you tabé ! Eh, moun Diu, que pouderé anà méy mau. (Coumpliméns. Que s’en ban cadûe en soun labadé).

56MARIANÉTE.— E de qué parlabet, bam ? qu’abèt l’àyrẹ hère oucupades.

57TITINE.— Que disèm qu’èrem counténtes de-p bédẹ ! Qu’en sabét toustém de ço de nau…

58YANINE.— O, you, nou sèy pas arré. P’ou bourdalàt nou s’en y passe goàyrẹ qui sìẹ de coùmptẹ ha…

59MARIANÉTE.— E you, nou sourtì pas de noùstẹ. Qu’èy prou qué ha de m’oucupà de ço de mé ! (Entertàn que-s bouten à labà).

60TITINE.— E qu’abét plâ rasoû ! Y a pas arré qui-m hàssẹ autàn biscà que las persounes qui s’oucupen de ço dous auts.

  • 19 Tièt ! “tenez !“, interj., impératif pluriel de tién?, “tenir“, au singulier tè ! “tiens !“.

61TRÈZE.— E acì n’éy pas ço qui manque ! Qu’en y a qui an à hicà lou nas per tout. Aquére Matilde, tiét19 ! L’àutẹ dilûs, qu’anèm au marcàt à masse, barrè pas la bouque ! Toute la coumune qu’y passè.

  • 20 Repiqu?t, “carillonneur“ de repicà, “tinter, sonner de nouveau“, d’où “reprendre un refrain, répéte (...)

62YANINE.— Dimàrs que la rencountrèy, que m’entreprenoù s’ou Repiquét 20 — Be sabét, lou Pierroû dou Repiquét qui s’ey maridàt dap l’Annà ? — Nou-n finibe pas !

  • 21 Techenère, de téch?, “tisser”.

63TITINE.— E nou l’as pas hèyt parlà de la Techenère21 ? Que t’en aberé dit, tè !

  • 22 Claquéte, “claquette“, fig. “bavarde“ ; de clacà, “bavarder bruyamment“.

64MARIANÉTE.— Ço de méy beròy, qu’éy ço qui sap de la Claquéte22

65TITINE.— E que t’en a countàt ?

66MARIANÉTE.— N’at bouy pas repetà : qu’éy trop lè… Que-m da bergougne soùnquẹ d’y pensà.

67TITINE.— Be sàbẹs que nat tournaràm pas dìsẹ ? N’éy pas coum si at countabes à d’àutẹs…

68MARIANÉTE.— Nou. D’alhùrs, la Claquéte qu’éy la mie bère-so e que cau labà- s la bugade en familhe. Més, ço qui m’a dit, que-m hè quàsi hàsti d’at sabé !

69TRÈZE.— Bouy pas dìsẹ-n dou mau, més quoan serà la toûe bère-so, sàbẹs, qu’éy ûe hémne qui bau poc-de-cause !

70MARIANÉTE.— Que la counégui miélhẹ que bousàutẹs. Que bau soubén entà sa case e que béy ço qui s’y trafique. Si lou soû òmi en sabè autàn coum ne sèy, qu’ou birarè la pèt dou dembès !

71TITINE.— Que bau miélhẹ que n’at sàpiẹ pas. Si-p coundàbi ço qui èy entenùt !…

IV. LA MARGALIDE, las mediches

  • 23 Sabloû, selon S. Palay, forme issue de saboû, “savon”, « croisement avec sabloû, sablon que l’on ut (...)

72MARGALIDE.— Adichàt, maynades ! que-p pòrti sabloû23 .

73YANINE.— Que disét ?

74MARGALIDE.— Que-p pòrti sabloû.

75TITINE.— E quin èt, Margalide ?

76MARGALIDE.— Oéy plâ e mau doumâ. L’estoumàc qu’aneré proû, més las cames… nou-m bòlẹn pas méy carreyà. Que souy s’ous 83, hé…

77YANINE.— Que couménce de coumptà ! E y arribaràm, nousàutẹs, aus 83 ?

78TRÈZE.— Qu’ous pourtàt beròy plâ, per acò !…

79MARIANÉTE.— E doun arribàt atàu ?

80MARGALIDE.— Que toùrni dou cemitèri… pregà Diu entàu pràubẹ defùn. Que hè oéy quarante cinc ans qu’éy mourt… (Que-s eschugue lous oélhs).

81YANINE.— E que p’en soubienét encoère ?

82MARGALIDE.— Coum lou die qui-ns maridèm ! Quin beròy òmi qu’ère ! Qu’ère lou méy bèt òmi de l’endrét ! E you, dounc !

83LA TITINE.— Qu’en abét quàuquẹs rèstẹs…

84MARGALIDE.— O bah ! qu’èy las machères frouncides… Que soy escachalade. Més quoan me maridèy ! Que semblàbi ûe sénte bièrye ! Pràubẹ d’ét ! Qu’ère plâ lou de qui cau. N’ère pas coum lous òmis de oéy… que soun touts machàns sudyècs !

85YANINE.— Qu’abét plâ rasoû ! Au men lou mé ! Qu’ey toustem p’ous marcats, pou’s cafès e las aubèryes…

86TRÈZE.— Lou mé que s’at minye tout en fumà. Nou coumpréni pas quin pòdẹn prénẹ aquére abituadasse. Quin hàsti moun Diu !

87TITINE, qui prése.— Encoère, tè, presà…

  • 24 Sur l’emploi « subjectif »de me, v. note 9.

88MARIANÉTE.— Lou mé que prése e qu’éy autàn hastiàu ! Qu’a toustém la goute au nas. L’àutẹ die que la mé dechà 24 càdẹ laguéns la soupière de la soupe ; que la déy aus porcs ! Qu’en aberì boumìt.

89TITINE.— E lou mé qu’éy feniant e hartanè ! Tout diményẹ sé, briàc !

90YANINE.— Sénsẹ dìsẹ mau de nat, que pòdẹn plâ bédẹ que touts lous òmis nou soun pas que d’animalàs !

91TITINE.— Qu’as rasoû ! Nou-n counégui pas û qui bàlhẹ gran cause !

92TRÈZE.— Autàn se bau dìsẹ : arré !

93MARIANÉTE.— Lou boun Diu qu’a balhàt tout ço de boû à las hémnes e arré aus òmis !

94YANINE.— Acò qu’ey au mén plâ bertàt !

  • 25 Caddetoû : célèbre type de paysan béarnais de la fin du XIXe s., créé par le sculpteur palois Gabar (...)

95MARGALIDE.— Lou mé n’ère pas atàu ! Pràubẹ Caddetoû25 ! Qu’ère estaubiàn, reglàt, sourtibe pas yaméy. Qu’éy plâ perdùt en lou pèrdẹ, pràubẹ de you !…
Encoère, si m’èri poudude tournà maridà !…

V. Las mediches. LA BÈRTE

96BÈRTE.— Adichàt toutes !

97YANINE.— Qu’éy adare qui arribes ?

98TRÈZE.— Que-p bau dìsẹ perqué, you ! Madamisèle que dansè, yé sé, dinqu’à miéye-noéyt ou l’ûe ore ; e aquéstẹ matî, s’éy pas poudude lhebà permè…

99MARIANÉTE.— Las drolles, au die de oéy, nou soun pas brigue retiengudes !

100YANINE.— Qu’éy ûe hounte de las bédẹ à dansà ! S’abì ûe hilhe, you, nou la troubarén pas soubén au bal !

101BÈRTE.— Que parlàt atàu permoù n’y poudét pas méy anà. Quoan èret yoénes, que-p hasè beròy plasé !

102TRÈZE.— Més que dansabem dap gouyàts coum cau !

103BÈRTE.— Que dansabet dap lous qui poudèt… e plâ counténtes d’en troubà !

104TITINE.— Empertinénte ! Qu’en troubabem tan qui boulèm !

  • 26 Mourét,-e, “brun, à peau basanée, moricaud”. Autres noms de pers. : Moureu, Moret, Moreux ; cf.. es (...)

105BÈRTE.— E labéts, perqué p’èt maridade dap lou Mourét26 ? Nade nou boulè pas : qu’ère lè coum û mounard !

106TITINE.— Qu’ère méy beròy que tu, machante léngue. E s’abì boulùt, que- m seri maridade à quìnzẹ ans ! Més que tròbi qu’ûe gouyate ad aquét àdyẹ qu’éy trop yoéne…

107BÈRTE.— E qu’abét atendùt dinqu’à 39 ans. You que tròbi qu’ad aquét àdyẹ ûe gouyate qu’éy trop biélhe !

108TITINE.— Qu’at èy hèyt à 39 permoù que m’a plasùt ! E acò nou t’arregarde pas !

109BÈRTE.— E à bous tapòc nou-p arregarde pas si bau dansà !

110TITINE.— Bos te carà, tros d’empertinénte !

  • 27 Nàni : négation utilisée avec une personne qu’on vouvoie ou quand on s’adresse à une assemblée.

111BERTE.— Nàni27, nou-m bouy pas carà ! E que-p bouy ha sabé que si troubàt à dìsẹ à las gouyates qui ban dansà, qu’éy permoù qu’èt lèdes e biélhes e qu’arrés nou-p dit pas : bèsties de qui èt !

112TITINE.— Tros de hissoû ! Léngue de sèrp ! Oeràt quin soun beròy eslhebàts lous maynàdyẹs au die de oéy !

113BÈRTE.— N’èt pas estade miélhẹ aprése que you !

114TITINE.— Care-t tè ! Que-m hè mau d’enténẹ à parlà coum acò ûe drolle dou tou àdyẹ !

115BÈRTE.— E à you que-m hè bé !

116TITINE.— Que disèm tout are que lous òmis de oéy nou bàlẹn pas ca, més las gouyates que bàlẹn encoère ménch !

117BERTE.— Salut les filles !

  • 28 Payrî, “parrain”, mais aussi “grand-père”, dans la mesure où celui-ci était souvent le parrain du n (...)

118MARGALIDE.— Aném, prou de dit !… Quoan èri yoéne, que dansàbi dap lou pràubẹ Poulét, lou mé payrî28 . Pràubẹ payrî, que y a 65 ans qu’éy mourt !

119BÈRTE. — Que-p debèt beròy amusà !

  • 29 Couhade, de couhà, “coiffer, chapeauter”.
  • 30 Segounè, sm, “crible, tamis”.

120MARGALIDE.— Que dansabe tan plâ. Lous pès nou toucaben pas tèrre. Au soû àdyẹ !… E las drolles au méns qu’èren moudèstes, qu’èren beròy couhades29. N’abèn pas chapèus coum segounès30

121BÈRTE.— O ! Que semblaben mounaques ! Que m’en bau, tè ! (Que partéch).

VI

122TRÈZE— Bè droumì, bèn !

123TITINE.— S’éy poussìble d’està mau educàt coum aquére Bèrte ! Si pot rasounà-s atàu !

124MARIANÉTE.— Que bos ! Sa may s’en oucupe pas e soû pay… que s’en trufe !

125YANINE.— Que hè pietàt ! Pénsen pas qu’à s’afaytà e à dansà, las gouyates de oéy !

126TRÈZE.— E aquéres modes ! Que porten chapèus coum nids de pigue !

  • 31 Moulue, “morue” ;. plate coume ûe moulue, fr. “plate comme une limande”.

127TITINE.— E courséts qui las hèn plates coum moulues 31 ! Dou noùstẹ téms nou-s pourtabe pas tout acò e autâ plâ que-n se pourtaben !

128MARIANÉTE.— E aquéres pélhes dinqu’au youlh ! Si n’éy pas ûe hounte !

129TITINE.— Toutes las gouyates de bitare que soun cap-bourrudes… Y a pas manière d’ous dìsẹ arré ! Qu’en sàbẹn méy que pay e may !

130YANINE.— E n’an pas soulamén manyes à la camise !

131TRÈZE.— E que soun esgulades dinqu’à miéy estoumàc ! Qu’éy hountoùs !

132MARIANÉTE.— Qu’èy acabàt, tè ! N’éy pas trop lèu ! Que m’en bau !

133Toutes.— E you tabé ! — E you tabé !

134TITINE.— Que dìsẹn que las labayres qu’an machante léngue. Eh tè ! que y a miéye ore que batalàm e n’abém pas dit mau d’arrés !

  • 32 Arroun, “après, autour” ; à d’arroun, “l’un après l’autre, à la file“.

135Toutes.— Per acò, qu’éy bertàt ! Au segù ! Qu’éy plâ bertàt ! (Que s’en ban ad arroùn32).

136MARGALIDE, que s’en ba la darrère e que-s bire de cap au moùndẹ.— Adichàt tout lou moùndẹ !

137RIDÈU

Haut de page

Notes

1 Bugade : la lessive (ha la bugade : “faire la lessive“) ; le linge lessivé. Cf. fr. régional buée, de bucata, part. passé (“la lessive“), d’origine incertaine.

2 Pastourale, sf., n’a pas le sens du fr. pastorale (œuvre litt., peinture, musique). Une pastourale est une petite pièce de théâtre donnée en plein air ou dans un milieu rustique.

3 La, lou : utilisé parfois comme en fr. régional devant les noms de personnes.

4 Les prénoms féminins : Trèze : réduction de Terèse ; Titine, sans doute le diminutif de Balentine (Valentine), fém. de Balentî ; Yanine (Janine) : dim. de Yane, fém. de Yan (Jean) ; Mariannéte, dim. de Marianne ; Margalide : Marguerite (nom de fleur) ; Bèrte : Berthe. Ces prénoms étaient tous très en usage à l’époque. — Le choix de certains peut aussi avoir une valeur symbolique : ainsi Titine est un nom de chèvre (crabe, sf) ; or la chèvre, comme le personnage, a un caractère difficile (cf. aussi les expressions : bèstie coum ûe crabe, “bête comme une chèvre“ ; bàd? crabe, “perdre le sens“ ; gahà la crabe, “piquer une colère“) ; quant à Margalide, c’est également le nom du chrysanthème, utilisé traditionnellement pour orner les tombes ; or la vieille Margalide vient du cimetière et elle voue une sorte de culte aux morts.

5 S. Palay continue de jouer avec les noms et leurs diverses connotations. Sarretroùlh, litt. “serre-pressoir“, cf. troulhà, “presser, pressurer“, d’où troulhét, “fabricant de pressoir“ et l’inévitable pintà coum û troulhét, “boire ferme“ ; nom de pers. Trouilhét. Mais troulh, trouy, c’est aussi le porc mâle, le verrat, fém trouye, “truie“ (terme d’insulte pour une femme). Sarretroùlh entre donc dans la grange de Gnourre ; or gnourre sf., signifie “jeune truie“, jeune trouye. Le rapprochement entre les deux noms paraît évident. Mais pourquoi Sarretroùlh entre-t-il dans la grange avec une corde ? Sans doute pour attraper le porc.

6 Pailhéte, c’est palhéte qui, à Salies, signifie “cautère“ : cf. un cautère, un emplâtre sur une jambe de bois. En effet, à la suite d’une série d’expédients inutiles, la dame en question est réduite à l’expropriation.

7 Ardìt : très petite monnaie, centime.

8 Clacassè -re, adj. et s, “bavard“, de clacassà, dim. de clacà, “bavarder“.

9 Que se-t hique à plourà : lit. “elle se te met à pleurer“. Tournure fréquente, marque de subjectivité (Cf. Michel Bréal, Essai de sémantique).

10 Harde : vêtements, linge, pas forcément péjoratif comme l’est en fr. hardes, au pluriel.

11 Carélh, “lampe à huile“ : encore un nom choisi à dessein. Se dit d’une personne qui est près de ses sous (abàr? coum û carélh).

12 Prononciation béarnaise de fr. s’il vous plaît.

13 Picharre : gros pichet, dit aussi dame-jeanne, petite bonbonne contenant dans les trois litres. Dérivé de pichà, “couler par jets, d’où pisser“.

14 Que s’ère mourte (et non qu’ère mourte) : noter ici l’emploi du réfléchi (mourì-s), litt. “elle s’était morte“ ; cf. plus loin : que s’éy mourte tout d’û cop, “elle (s’) est morte subitement“.

15 La liure, c-à-d. la livre, est l’ancienne appellation, toujours utilisée à l’époque pour désigner le franc, dont le nom n’a jamais été employé. Curieusement, on compte en liures à partir de trois francs. Jusqu’à deux francs on a recours à une conversion en multiples du so, le “sou“. Ainsi, bint sos = un franc ; quarante sos = deux francs. Mais trés liures = trois francs. — La pistole, ancienne monnaie battue en Espagne, valait dix livres ( = 10 francs). Le terme était utilisé à l’époque pour des sommes allant de 100 à 1000 liures (francs) ; dèts pistoles équivalait donc à cén liures (100 f.). On employait aussi le terme escùt, “écu“ pour certaines transactions, p. ex. les gages des domestiques ; l’escùt de trois liures était l’unité de base, donc 100 écus = 300 livres/liures (francs).

16 Oeràt, oère, interj. , “regardez, regarde !“, “voici, voilà !“ “tenez, tiens !“. , oère, oeràt sont les formes dématérialisées de l’impératif du verbe béd?, “voir, regarder“, utilisées comme interjections. Oère se dit à des personnes qu’on tutoie, oeràt, à des personnes qu’on vouvoie (cf. nou,“non“ pour qqn qu’on tutoie, nàni pour qqn qu’on vouvoie).

17 His, hissoû, “dard” ; léngue de hissoû : “mauvaise langue“, “langue de vipère“.Par extension, hissoû désigne aussi la pointe de la charrue simple (l’araire), qui est très tranchante.

18 Pégue, sf. (é fermé), “glu, poix“ ; abé dits de pégue, ou abé pégue aus dits, litt. “avoir de la glu aux doigts“, i.e. “être voleur“. Le verbe est pegà, “poisser, coller“ (cf. esp. pegar). Remarquer une utilisation différente de la connotation de glu en fr. Quelle glu ! signifie “quel pot de colle“, qui désigne un importun dont on ne peut se débarrasser. — Ne pas confondre avec pègue (è ouvert), fém. de pèc, {sot/sotte, imbécile“.

19 Tièt ! “tenez !“, interj., impératif pluriel de tién?, “tenir“, au singulier tè ! “tiens !“.

20 Repiqu?t, “carillonneur“ de repicà, “tinter, sonner de nouveau“, d’où “reprendre un refrain, répéter, répliquer“.

21 Techenère, de téch?, “tisser”.

22 Claquéte, “claquette“, fig. “bavarde“ ; de clacà, “bavarder bruyamment“.

23 Sabloû, selon S. Palay, forme issue de saboû, “savon”, « croisement avec sabloû, sablon que l’on utilisait autrefois pour des usages analogues, mêlé souvent à la saponaire, appelée aussi sabloû dous pràub?s, savon des pauvres ». Le sablon est du sable fin, un abrasif, et la saponaire, une plante contenant de la saponine, qui mousse comme du savon. Margalide, qui a 83 ans, utilise donc une vieille technique de lavage.

24 Sur l’emploi « subjectif »de me, v. note 9.

25 Caddetoû : célèbre type de paysan béarnais de la fin du XIXe s., créé par le sculpteur palois Gabard (1879-1957).

26 Mourét,-e, “brun, à peau basanée, moricaud”. Autres noms de pers. : Moureu, Moret, Moreux ; cf.. esp. moro, “maure”.

27 Nàni : négation utilisée avec une personne qu’on vouvoie ou quand on s’adresse à une assemblée.

28 Payrî, “parrain”, mais aussi “grand-père”, dans la mesure où celui-ci était souvent le parrain du nouveau-né, auquel il léguait son second prénom. S’applique aussi à mayrîe,“ marraine, grande-mère”.

29 Couhade, de couhà, “coiffer, chapeauter”.

30 Segounè, sm, “crible, tamis”.

31 Moulue, “morue” ;. plate coume ûe moulue, fr. “plate comme une limande”.

32 Arroun, “après, autour” ; à d’arroun, “l’un après l’autre, à la file“.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ml.revues.org/docannexe/image/302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simin Palay, « La bugade », Modèles linguistiques, 66 | 2012, 175-193.

Référence électronique

Simin Palay, « La bugade », Modèles linguistiques [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://ml.revues.org/302 ; DOI : 10.4000/ml.302

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org