Navigation – Plan du site
V. Deux prosateurs béarnais classiques

Notices biographiques

André Joly
p. 171-174

Texte intégral

Michel Camelat, dit Miquèu de Camelat (1871-1962)

1Poète, dramaturge, nouvelliste, mais aussi éditeur de revues et d’anthologies, Camelat naît à Arrens, en Bigorre, dans le Lavedan. Fils unique d’un artisan cordonnier, il est envoyé au petit séminaire de Saint-Pé-de-Bigorre, près de Lourdes, où il poursuit des études secondaires jusqu’à l’âge de dix-sept ans. N’ayant pas choisi de devenir prêtre, il retourne à Arrens en 1887 et se consacre désormais à l’étude du gascon et de sa littérature.

2En 1890, il rencontre Simin Palay, dont il est de trois ans l’aîné. Ils se lient d’amitié et collaboreront toute leur vie. C’est ainsi qu’ils créent l’Armanac Gascoû (1894), après l’Armanac patouès de Bigorre (1893), puis, avec d’autres, l’Escole Gastoû Febus, fédération du Félibrige gascon (1896), ainsi que les revues Reclams de Biarn e Gascougne (1897), et La bouts de la Terre (1910-1914).

3Camelat décide de renoncer à son gascon lavedanais, du moins à l‘écrit, et compose désormais quasi exclusivement en béarnais, ce qui lui permet d’être lu dans toute la Gascogne. Il se marie en 1897 et s’installe définitivement à Arrens. Il y tient une épicerie.

Vue du Val d’Azun

Vue du Val d’Azun

4Sous l’influence de Frédéric Mistral, sa référence littéraire majeure, il écrit trois épopées : Beline (1899), inspiré de Mirèio ; Mourte e Bibe (1920), où il évoque les grands moments de l’histoire de la Gascogne, et Lole, (1939), drame en trois actes et en vers.

5Pour le théâtre, il écrit des divertissements et des pastorales en vers ou en prose : Griset nouste (1911, “Notre Griset », lit. “notre petit gris”, nom de bête, chien ou âne ; grisét, “gris clair”, dim. de gris) ; Roubi lou sounadou (1912, “Roubi le sonneur”) ; A l'aygue douce nou-b hidet (1912, “Méfiez-vous de l’eau qui dort”) ; Lou darrè Calhabari (1916, “Le dernier charivari“), divertissement en un acte. Il écrit aussi un drame en trois actes et en vers, Gaston Febus (1936), le vicomte de Béarn, auteur du célèbre Livre de chasse.

6Dans le cadre de l’enseignement populaire, Camelat publie deux anthologies sous l‘égide de l’Escole Gastoû Febus, Garbe de pouesies (1928, “Bouquets de poésies” ; garbe : “gerbe”), recueil de textes du milieu du XVIe au milieu du XXe siècle et Garbe de prose (1933), textes choisis de prose.

7C’est un excellent prosateur, comme en témoignent Bite Bitante (1937, “La vie au quotidien”), recueil de nouvelles et de chroniques (v. ci-dessous le texte intégral de “La couhessioû dou Yantin”) et Lous memoris d'un cap- bourrut (1938, “Mémoires d'un entêté”). En 1950, il se fait historien de La literature gascoune de las hounts purmères à oey lou die (“La littérature gasconne, des origines à nos jours”).

8Camelat compte parmi les plus grands écrivains gascons. Avec Simin Palay, c’est une figure marquante du renouveau culturel et littéraire au XXe siècle.

Simin Palay (1874-1965)

  • 1 Dans la préface de son Dictionnaire de 1932, il se définit simplement comme « poète ».
  • 2 À de nombreux égards, le parcours de Palay fait penser à celui de l’écrivain anglais Thomas Hardy ( (...)

9Autodidacte et polygraphe (poète, parolier, dramaturge, romancier, essayiste, journaliste, lexicographe, ethnographe1), Palay, prénommé Jean- Maximin, abrégé en Simin, est né à Casteide-Doat, petit village béarnais à une vingtaine de kms à l’est de Pau. Les Palay étaient traditionnellement des tailleurs- couturiers. La mère était tisserande. C’étaient aussi des concepteurs de pastorale et des violonistes ; le père, Yan, était conteur et poète à ses heures2.

10En 1888 la famille s’installe à Vic-en-Bigorre pour ouvrir une boutique de confection et un atelier de tailleur où se réunissent hommes de lettres et artistes. Le jeune Palay, qui a alors quatorze ans, travaille avec son père et il participe aux réunions littéraires. Il est éduqué par sa mère. Sans entrer dans une querelle de clochers, il est curieux qu’on en fasse un bigourdan, comme le prétendent certains, sous prétexte que la famille s’est installée en Bigorre. Palay a en fait passé toute son enfance et une partie de son adolescence (les « plastic years », comme disent les anglophones, c’est-à-dire les années de formation, « plastiques, malléables ») dans un village béarnais, et non dans une petite ville bigourdane de quelque quatre mille habitants à l’époque. Sinon, comment aurait-il pu écrire, entre autres, Case (“Chez nous”), recueil de poèmes sur sa maison natale ? Comment pourrait-il être l’auteur d’un dictionnaire qui décrit avec autant de précision les traditions rurales et la vie agricole ?

11À seize ans, en 1890, au cours d’une réunion littéraire à Tarbes, Palay rencontre Miquèu de Camelat, de trois ans son aîné, lui-même poète. Ils deviennent amis et commencent une longue collaboration. En 1893, ils lancent un almanach, l’Armanach Patouès de la Bigorre. qui deviendra plus tard L'Armanac dou boû Biarnés e dou franc Gascoû.

12En 1896, c’est en concertation avec Adrien Planté, maire d’Orthez, que les deux amis fondent l’Escole Gastoû Fèbus, affiliée au Félibrige (v. ci- dessous). Le but de cette association littéraire est d’étudier et de développer les langues et les cultures béarnaise et gasconne. Comme les félibres provençaux en 1854, les fondateurs de l’Escole étaient sept. L’acte de fondation officiel fut signé en 1897.

  • 3 Leur collaboration, si l’on peut dire, a duré jusqu’à la mort. Ils ont en effet vécu, l’un et l’aut (...)

13Cette même année, l’Escole Gastoû Febus lance la revue Reclams de Biarn e Gascougne (“Échos de Béarn et de Gascogne”) à laquelle Camelat et Palay participent activement. La grande époque de cette revue de qualité se situe dans les années 1920 et 1930 sous la direction commune des deux amis. Après leur mort (Camelat en 1962, Palay en 1965)3, elle continue tant bien que mal, avant de tomber entre les mains des « occitanistes » en 1984. Ceux-ci réduisent le titre à Reclams et adoptent la graphie alibertine, curieusement qualifiée de « classique ». Double détournement.

14En 1902, Palay quitte son emploi dans la confection et entre au journal palois Le Patriote. Il y restera jusqu’en 1945. Il en devient vite le secrétaire, ce qui lui fournit l'occasion d'exercer une action sociale. Il publie de nombreux articles sous le nom Lou Talhur de Pau (“Le tailleur de Pau”) — du cousu main, en somme — et il y tient une chronique sous le titre « Las batalères »(« Causeries ) ». Il donne aussi des conférences, en particulier dans le cadre du syndicalisme agricole naissant. Cette même année 1902, il publie son second recueil de poèmes. Le premier avait été édité en 1899.

15Après une brouille avec Planté, alors président de l‘Escole, à propos du contenu des Reclams, Camelat et Palay créent La Bouts de la Terre (“La voix de la terre”) qui paraît sur quatre grandes pages deux fois par mois. Distribué en Béarn, en Bigorre, dans les Landes et en Armagnac (dans l’idiome propre à chaque région), ce journal tire à des milliers d’exemplaires. Il cesse de paraître en 1914.

16Palay s’installe à Gelos, près de Pau, et consacre le reste de sa vie à la défense et à la promotion des langues et des cultures béarnaise et gasconne.

  • 4 École littéraire fondée en 1854 dans le Vaucluse par sept jeunes félibres provençaux, parmi lesquel (...)

17En 1920, il est élu majoral du Félibrige4. De 1923 à sa mort, il sera capdau, c’est-à-dire président de l’Escole Gastoû Febus.

Fondation du Félibrige en 1854

Fondation du Félibrige en 1854

18Outre les nombreux articles dans les journaux ou dans Reclams, Palay a écrit une soixantaine de petites pièces de théâtre et de pastorales, en prose ou en vers (v. ci-dessous le texte intégral de La bugade), des recueils de poésie (Bercets de yoenesse e coundes ent’arrise 1899, “Vers de jeunesse et contes pour rire” ; Sounets e quatourzis 1902, “Sonnets et quatorzains” ; Case, trobes biarnéses 1909, “Chez nous, poèmes béarnais”) et de chansons, (Cansoûs entaus maynadyes 1900,“Chansons pour les enfants” ; Cansoûs trufandères 1924 “Chansons facétieuses” ; Chants de Béarn et de Gascogne 1951), ainsi que des essais sur la gastronomie (Autour de la table béarnaise 1932 ; La cuisine du pays 1936).

19Son œuvre majeure est le monumental Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, dont il commence la rédaction en 1910. Il est publié en 1932 chez Marrimpouey à Pau (2 vols), puis augmenté et repris en un volume du vivant de Palay aux Éditions du C.N.R.S. (1961).

20Palay meurt en 1965. Avec Camelat, c’est une des grandes figures de la renaissance béarnaise au siècle dernier. Son dictionnaire reste une référence pour la graphie traditionnelle, dite abusivement « moderne » (sur la graphie, v. ici même l’article de Jean-Marie Puyau).

Haut de page

Notes

1 Dans la préface de son Dictionnaire de 1932, il se définit simplement comme « poète ».

2 À de nombreux égards, le parcours de Palay fait penser à celui de l’écrivain anglais Thomas Hardy (1840-1928), poète et romancier, lui aussi largement autodidacte. Son père était tailleur de pierre. Hardy fut apprenti architecte avant de devenir écrivain.

3 Leur collaboration, si l’on peut dire, a duré jusqu’à la mort. Ils ont en effet vécu, l’un et l’autre, quatre-vingt-onze ans.

4 École littéraire fondée en 1854 dans le Vaucluse par sept jeunes félibres provençaux, parmi lesquels Frédéric Mistral (félibre, du bas-latin fellebris, “nourrisson des muses”, selon l’étymologie la plus acceptée : du lat fellare, “sucer”).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ml.revues.org/docannexe/image/300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Vue du Val d’Azun
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fondation du Félibrige en 1854
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Joly, « Notices biographiques », Modèles linguistiques, 66 | 2012, 171-174.

Référence électronique

André Joly, « Notices biographiques », Modèles linguistiques [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://ml.revues.org/300 ; DOI : 10.4000/ml.300

Haut de page

Auteur

André Joly

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org