Navigation – Plan du site

Se-ki en créole mauricien : l’émergence d’un pronom

Muhsina Alleesaib
p. 11-33

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier les personnes suivantes pour leurs commentaires sur ce texte : Anne Zribi-Hert (...)

1Cette étude* contribue à la description de la séquence se-ki qui apparaît dans les syntagmes nominaux (DP) relativisés en créole mauricien : il s’agira de déterminer si cette séquence peut être analysée comme un pronom. Pour cela, j’étudierai les propriétés morphosyntaxiques de cette séquence, en soulignant le parallélisme avec les syntagmes nominaux relativisés dont le pivot est un nom. Se-ki est caractéristique des relatives à pivot fonctionnel : tout en étant composé de deux éléments identifiables, il a tendance à être orthographié en un seul mot. Cet usage des locuteurs mauriciens suggère que leur grammaire interne traite cette suite comme un seul mot phonologique. Avant d’aborder les emplois de se-ki, je présenterai quelques éléments de la structure du syntagme nominal simple en créole mauricien, puis les emplois de se et de ki. Je présenterai une analyse de la structure de la suite se-ki en m’appuyant sur la distribution des déterminants, et je terminerai par quelques considérations sur l’interprétation des DP relativisés où elle apparaît.

1. Le problème

2Les deux phrases suivantes contiennent chacune un DP (syntagme nominal) relativisé.

[1]

Ramas

[papye

ki

inn

tonbe

la.]

ramasser

papier

KI

PERF

tom ber

DET

‘Ramasse(z) le papier qui est tombé.’

[2]

Ramas

[se-ki

inn

tonbe

la.]

ramasser

SE-KI

PERF

tomber

DET

‘Ramasse(z) ce qui est tombé.’

3En [1], le DP relativisé est construit avec un pivot lexical (papye) , et en [2] avec un pivot fonctionnel : se-ki. Comme l’illustre l’exemple français [3], le terme pivot désignera désormais le constituant extrait de la relative et le terme DP relativisé (DPR), le syntagme nominal entre crochets qui contient le déterminant initial, le nom et la proposition subordonnée.

[3]

Ramasse

[DP relativisé

la

[feuille]

qui est tombée.]

pivot

4J’adopterai la théorie générale des syntagmes nominaux relativisés présentée par Kayne (1994) qui postule, à la suite de Vergnaud (1973), que le nom est extrait de la proposition subordonnée pour se placer dans Spec, CP.

[4] La structure d’un DP relativisé en français selon Kayne (1994)

[4] La structure d’un DP relativisé en français selon Kayne (1994)

5Dans les DP relativisés français, la proposition subordonnée (CP) se trouve à la droite du pivot et est introduite par un marqueur spécialisé, qui en [3] et que en [4]. Le travail qui suit sera basé sur deux suppositions : premièrement, la structure en [4) peut être appliquée aux DP relativisés en CM et, deuxièmement, les DP relativisés à pivot fonctionnel doivent être analysés comme ceux à pivot lexical. Il sera donc question des positions respectives de se et ki dans une telle structure, question à laquelle on peut envisager au moins deux réponses, soit qu’ils occupent ensemble une même position, soit qu’ils occupent deux nœuds distincts.

6Il existe un second problème dont la solution est liée au premier, à savoir, l’orthographe seki en un seul mot, dont on peut se demander si elle a des justifications morphosyntaxiques. En effet, à ma connaissance, dans les textes en créole mauricien (désormais, CM), les locuteurs natifs ont tendance à écrire se-ki en un seul mot [5-6], contrairement au Diksyoner kreol morisyen (Hookoomsingh et Baker, 1987), où l’entrée lexicale est orthographiée en deux mots séparés (se ki).

[5]

Li fer seki li ule (R. Etienne, Otelo).

‘Il fait ce qu’il veut.’

[6]

Seki nu koné, li finn travay avek u (Bord la mer)

‘Ce que nous savons, (c’est qu’) il a travaillé avec vous.’

7Le CM étant une langue orale non standardisée, son orthographe n’est pas fixée, ce qui permet de supposer qu’un usage particulier révèle les jugements intuitifs portés par les usagers sur les expressions qu’ils transcrivent. Le linguiste peut donc se demander s’il existe des raisons d’analyser se-ki comme un mot phonologique, en dépit de la possibilité que ses deux morphèmes composants semblent occuper (cf. [2]) des positions syntaxiques différentes. Faut-il analyser se-ki comme un pronom complexe, un peu comme celui en français ou whatever en anglais ? Peut-on affecter cette expression à une catégorie particulière ? Dans la mesure où se-ki est ‘nominal’ (puisqu’il fournit le pivot d’un DP relativisé) et constitué uniquement d’éléments fonctionnels, il semble un bon candidat pour la catégorie pronom. Il existe cependant des proformes qui occupent des positions nominales mais ne sont pas des mots, par exemple n’importe qui/quoi en français, dont l’orthographe en plusieurs mots est conventionnelle et apprise comme telle par les usagers. Si se-ki était un mot dans la grammaire (et pas seulement à l’écrit), cette expression illustrerait de façon intéressante l’émergence d’un pronom. Pour répondre à ces questions, il convient d’analyser chacune des composantes de se-ki (se et ki) , et par ailleurs, les propriétés des DP relativisés.

8Dans les prochaines sections, je considérerai la distribution de se et de ki séparément (sections 2-4). Dans le but de proposer une analyse de se-ki, le parallélisme entre les DPR à pivot lexical et fonctionnel sera dégagé (section 5). Enfin, je présenterai dans la section 6 des arguments montrant que se occupe la position du pivot au sein du DPR.

2. Esquisse de la structure du syntagme nominal en CM.

2.1. Les pronoms

9Le genre flexionnel a disparu en CM (comme dans les autres créoles à base française) aussi bien sur les pronoms que sur les noms, déterminants ou adjectifs.

[7]a

Corinne/André,

li

pa

dakor.

C./A.

3SG

NEG

d’accord

‘Corinne/André, elle/il n’est pas d’accord.’

[7]b

Corinne/André

kurt.

C./ A.

court

‘Corinne/André est court(e) ( = de petite taille).’

[7]c

Corinne

enn madam,

André

enn misje.

C.

un femme

A.

un homme

‘Corinne est une femme, André est un homme.’

10Les pronoms ne sont spécifiés morphologiquement ni pour le genre morphologique, ni pour le genre sémantique (sexe).

2.2. Les noms nus et le déterminant enn

11La grammaire du CM permet l’occurrence de noms nus, c’est-à-dire de noms non déterminés. Un nom nu peut être interprété comme un SN défini, comme le nom sat dans la deuxième phrase du récit [8].

[8]

Enn fwa

ti

ena

enn sat.

une fois

PASS

avoir

un chat

Sat

truv

enn

vje

bonnfem

chat

voir

un

vieux

bonne-femme

‘Il était une fois un chat. Le chat aperçoit une vieille bonne-femme.’

12La première phrase de [8] et l’exemple [7]c contiennent par ailleurs le morphème enn ‘un(e)’ qui, comme son étymon français un, est tantôt un cardinal, tantôt un ‘article indéfini’.

2.3. Le déterminant la et le démonstratif

13Le déterminant LA, parfois étiqueté défini, est strictement final dans le DP. Dans l’exemple suivant, il signale que le référent ‘chanteur’ est ancré spatio-temporellement à la situation (concert).

[9]

Jer

nu

inn

ekut

enn konser.

Hier

1PL

PERF

écouter

un concert

[DP Santer

la]

pa

ti

konn

sante.

Chanteur

DET

NEG

PASS

savoir

chanter

‘Hier, nous avons assisté à un concert. Le chanteur n’était pas bon.’

14Le fait que la occupe la position finale dans son DP est illustré en [10] :

[10]a

Met

simiz

ble

la.

mettre

chemise

bleu

DET

[10]b

*Met

simiz

la

ble.

mettre

chemise

DET

bleu

‘Mets la chemise bleue.’

15En raison de l’effet d’ancrage spatio-temporel qu’il induit (effet qui est aussi présent en haïtien, cf. Zribi-Hertz et Glaude (2007)), la interdit l’interprétation générique ; nous verrons plus loin que sa présence dans les DPR en se-ki produit aussi des effets sémantiques particuliers.

[11]a

Elefan

ena

tronp.

Elephant

avoir

trompe

‘L’élephant (espèce) a une trompe.’

[type, *token]

[11]b

Elefan

la

ena

enn tronp.

Elephant

DET

avoir

un trompe

‘L’éléphant (individu) a une trompe.’

[*type, token]

16Le déterminant la est obligatoire dans les syntagmes nominaux démonstratifs : son absence rend l’exemple en [12]a inacceptable.

[12]a

*Met

sa

sapo.

[12]b

Met

sa

sapo

la.

mettre

DEM

chapeau

DET

‘Mets ce chapeau.’

2.4. La marque de pluralité bann

17Le CM a développé un marqueur de pluralité bann, à partir d’un nom lexical (bann) voulant dire ‘bande, groupe’ et d’une expression de quantité enn bann, dont l’emploi a survécu en mauricien contemporain. La description de ses effets interprétatifs est pertinente pour ce qui suit parce qu’il peut apparaître dans les DPR en se-ki.

[13]

Enn bann

futborler

inn

vini.

un BANN

footballeur

PERF

venir

(i) ‘Un groupe de footballeurs est arrivé.’ [nom lexical]

(ii) ‘Une quantité ( = un tas ) de footballeurs sont arrivés.’ [nom de quantité]

18La phrase [13] est ambiguë entre une lecture où bann est compris comme un nom lexical (‘bande’) et une autre où il est compris comme un nom de quantité. A la différence des créoles d’Haiti et des Antilles françaises, où les marqueurs de pluralité yo (HAI) et (GUA/MART) sont solidaires d’une interprétation définie, bann permet en CM une lecture indéfinie ([14]a). Il peut aussi apparaître dans un DP défini ([14]b).

[14]a

- Ki

Mala

inn

aste

lafwar ?

QU

M.

PERF

acheter

marché

- Li

inn

aste

(bann)

legim.

3SG

PERF

acheter

PL

légume

— ‘Qu’est-ce que Mala a acheté au marché au marché ?

— Elle a acheté des légumes.’

[14]b

Bann

legim

la

kut

ser.

PL

légume

DET

coûter

cher

Les légumes (en question) coûtent cher.’

19Dans une phrase à TMA zéro, un sujet nu peut prendre une lecture ‘espèce’ : dans le même contexte, bann + NP signale une quantification universelle sur un ensemble spatio-temporellement ancré. Par exemple, on interprète la phrase [15]a comme portant sur les légumes d’une période particulière et/ou d’un lieu particulier.

[15]a

Bann

legim

kut

ser.

PL

légume

coûter

cher

‘(En ce moment) les légumes, ils coûtent cher.’

[15]b

Legim

kut

ser.

légume

coûter

cher

‘Les légumes, ça coûte cher.’

20Nous observerons un effet interprétatif analogue dans les DPR en se-ki avec bann.

3. La nature de se et de sa

21Une variante de la forme se-ki est sa-ki, supposément formé du démonstratif sa et de ki. Sa-ki est lui aussi orthographié en un mot :

[16]

Saki

al

kas

ros,

al

kas

ros,

SA-KI

aller

briser

pierre

aller

briser

pierre

‘Ceux qui vont briser les pierres, vont briser des pierres

Saki

pus

saret,

al

pus

saret

SA-KI

pousser

charrette

aller

pousser

charrette

‘Ceux qui poussent la charrette, vont pousser la/les charrette(s).’

( = A chacun sa fonction)’

(Bord la mer, p. 6)

22Du point de vue historique, sa-ki pourrait être antérieur à se-ki : les proverbes présentés par Baissac (1880) emploient sa-ki écrit à la française.

[17]

Ça qui

dourmi

napas

pense

manze. (p. 151)

‘Qui

dort

ne

pense pas

à manger.’ (Qui dort dîne.)

23Une enquête de type sociolinguistique permettrait de confirmer si se-ki et sa-ki sont interchangeables ; pour les besoins de cette étude, je supposerai qu’ils alternent librement à l’intérieur des DPR, comme dans l’exemple suivant.

[18]

Andre

tusel

inn

konpran

[se/sa- ki

A.

seul

PERF

comprendre

SE/SA KI

profeser

inn

montre.]

professeur

PERF

enseigner

‘Seul André a compris ce que le professeur a enseigné.’

24Sa, déjà introduit plus haut (exemple [12]), est un démonstratif ayant des emplois de déterminant et de pronom, tandis que se n’est jamais pronom.

[19]a

Get

sa

regarder

ça

‘Regarde ça.’

[19]b

*Get

se.

25Sa peut être focalisé :

[20]

SA

nu

pa

le.

DEM

1PL

NEG

vouloir

‘Nous ne voulons pas de ÇA.’

26Il entre aussi dans des constructions identificationnelles :

[21]

Helen

Mirren

enn

aktris

sa.

H.

M.

un

actrice

DEM

‘Helen Mirren, c’est une actrice.’

27En CM basilectal, c’est-à-dire dans la variété de créole la moins influencée par le français, le morphème se n’apparaît que dans la séquence se-ki. Toutes les autres occurrences de se relèvent d’un registre influencé par le français.

28Se est analysé comme un nom présentationnel (presentational noun) par Henri et Abeillé (2007). Cette analyse vise à rendre compte du fait qu’il apparaît dans les constructions identificationnelles [22]b et c, mais pas dans les constructions prédicationnelles [22]a.

[22]a

Mo

ser

(*enn)

profeser.

POSS-1SG

soeur

un

professeur

‘Ma sœur est (*une) prof.’

[22]b

Mo

ser

se

enn

profeser.

POSS-1SG

soeur

SE

un

professeur

‘Ma sœur, c’est une prof.’

[22]c

Mo

ser

sa

(se)

enn

profeser.

POSS-1SG

soeur

SA

SE

un

professeur

‘Ma sœur, ça, c’est une prof.’

29Dans la construction identificationnelle, une consonne épenthétique peut être insérée entre se et le déterminant enn : l’exemple [23]b illustre le fait qu’il est aussi orthographié en un mot.

[23]a

Sa

fim la,

seT-

enn

dokimanter

lor

lager

Liban

DEM

film DET

SE

un

documentaire

sur

guerre

Liban

‘Ce film, c’est un documentaire sur la guerre du/au Liban.’

[23]b

Le-Segner,

setenn

ziz

ki

pa

fer

Seigneur

SE+ENN

juge

KI

NEG

faire

‘Le Seigneur, c’est un juge qui ne favorise personne.’ [http://www.laviecatholique.com]

30Se apparaît dans les clivées et les pseudo-clivées, qui participent des structures identificationnelles. Dans les constructions clivées, d’abord, l’occurrence de se est optionnelle : il s’emploie peut-être plus facilement quand l’expression clivée est un pronom.

[24]a

(Se)

MINIS

TOURISM

ki

Vina

anvi

zwenn.

SE

ministre

tourisme

KI

V.

vouloir

rencontrer

‘C’est le MINISTRE DU TOURISME que Vina veut rencontrer.’

[24]b

(Se)

LI

ki

inn

dir

mwa

ale.

SE

3SG

KI

PERF

dire

1SG

aller

‘C’est LUI/ELLE qui m’a dit de m’en aller.’

31Le démonstratif sa est exclu des structures clivées :

[25]a

*Sa MINIS TOURISM ki Vina anvi zwenn.

[25]b

*Sa LI ki inn dir mwa ale.

32Dans les pseudo-clivées, la séquence se … ki n’alterne pas librement avec sa … ki , comme l’illustrent les phrases suivantes :

[26]a

Se-ki1

mo kwar,

se

[ki2

Rani

pa

kontan

sintaks].

SE-KI

1SG penser

SE

KI

R.

NEG

aimer

syntaxe

‘Ce que je pense, c’est que Rani ne veut pas faire de syntaxe.’

[26]b

*Se-ki

mo kwar,

sa

[ki

Rani

pa

kontan

sintaks].

SE-KI

1SG penser

SA

KI

R.

NEG

aimer

syntaxe

[26]c

Se- ki

Mala

rakonte

se

[zistwar

Loulou

ek

Liev].

SE KI

M.

raconte

SE

histoire

loup

avec

lièvre

‘Ce que raconte Mala, c’est l’histoire du Loup et du Lièvre.’

33De plus, la séquence entre crochets en [26]a est parallèle avec le DP qui est le complément de se en [26]c : dans ces deux cas, se sert de présentatif dans une construction présentationnelle. Ces données montrent que se dans sa fonction présentative ne se combine pas avec ki pour former une unité lexicale.

34Cette section a montré que sa et se ont des emplois totalement différents, et qu’ils n’alternent que dans les DPR. Le pronom sa est un élément syntaxiquement et référentiellement autonome. Se introduit des syntagmes nominaux où il sert de support à des pseudo-clivées.

4. Distribution de ki

35On peut subdiviser les emplois de ki entre les emplois pronominaux et les emplois de complémenteur.

4.1. Complémenteur /introducteur de complétive

36Ki peut être un marqueur de subordination, correspondant au français que, comme l’illustre l’exemple suivant.

[27]

Rekter

inn

dir

ki

tu

zelev

bizin

met

proviseur

PERF

dir

KI

tout

élève

devoir

porter

pantalon

ble.

pantalon

bleu

‘Le proviseur a annoncé que tous les élèves doivent porter un pantalon bleu.’

4.2. Introducteur de relative

37Dans le DPR à pivot sujet ou objet, ki peut encore s’analyser comme un marqueur de subordination : en effet, contrairement au relatif qui du français, ki n’est pas spécifié pour le cas.

[28]a

Tu

etidjani

ki

__i

pou

al

aprann

tout

étudiant

KI

IRR

aller

étudier

lafrans

bizin

enn

viza.

France

besoin

un

visa

‘Tout étudiant qui ira étudier en France a besoin d’un visa.’

[28]b

Latabi

ki

Pol

inn

aranze

__i la

bizin

repare

Table

KI

P.

PERF

monter

DEF

falloir

réparer

‘La table que Paul a montée doit être réparée.’

4.3. Pronom relatif

38Ki occupe en revanche une position nominale quand il est régi par une préposition, comme en [29] :

[29]

[Po dan

*(ki)i

Rima

inn

met

lazle

ei

la]

pot

KI

R.

PERF

mettre

confiture

DET

dan

bife.

dans

buffet

‘Le pot dans lequel R. a mis de la confiture est dans le buffet.’

39Dans ce cas, ki peut s’analyser comme un pronom relatif, distinct du subordonnant ki : il peut donc a priori assumer deux fonctions différentes à l’intérieur d’un DPR.

4.4. Pronom interrogatif

40En français, les pronoms interrogatifs qui et que/quoi sont distingués par le trait [±humain].

[30]a

Que penses-tu faire ?

[30]b

Qu’est-ce qui manque ?

[30]c

Qui penses-tu appeler ?

[30]d

Qui est-ce qui manque ?

41Dans les questions indirectes, le trait [± humain] est également spécifié.

[31]a

Je me demande qui manque. (+ hum, *-hum)

[31]b

Je me demande qui tu verras. (+ hum, *-hum)

[31]c

Je me demande ce qui manque. (*+ hum, -hum)

[31]d

Je me demande ce que tu verras. (*+ hum, -hum)

42Dans les interrogatives indirectes françaises, que est exclu et qui est strictement [+humain] :

[32]a

*Je me demande que commander pour la fête.

[32]b

Je me demande qui {*commander/inviter} pour la fête.

[32]c

Je me demande quoi commander pour la fête.

  • 1 Baker (1977) pense qu’on peut interroger un référent [+humain] avec ki mais j’emploierais personnel (...)

43Diverses expressions interrogatives sont composées avec ki en CM (comme dans d’autres créoles français). Les proformes interrogatives sujets sont ki (±hum) et ki senn la (+hum)1

[33]a

Ki

s-

enn

-la

pe

fatig

Floriz

so

latet ?

KI

DEM

un

DET

PROG

fatiguer

F

POSS-3SG

tête

‘Qui est-ce qui inquiète Florise ?’ [+hum]

[33]b

Ki

pe

fatig

Floriz

so

latet?

KI

PROG

fatiguer

F.

POSS-3SG

tête

(i) ‘Qu’est-ce qui inquiète Florise ?’

(ii)‘Qui est-ce qui inquiète Florise ?’ [± hum]

44Ki et ki senn la peuvent incarner l’objet direct :

[34]a

Ki

s-

enn –la

Ravi

pe

rode ?

KI

DEM

un DET

R.

PROG

chercher

‘Qui est-ce que Ravi cherche ?’ [+ hum]

[34]b

Ki

Ravi

pe

rode ?

KI

R.

PROG

chercher

‘Qu’est-ce que Ravi cherche ? [± hum]

45Ki en CM contraste avec le français que, puisqu’il peut dénoter un non- humain dans une interrogative indirecte.

[35]a

Mala

demann

Fifi

ki

li

pe

fer.

M.

demander

F.

KI

3SG

PROG

faire

Lit. ‘Mala demande à Fifi qu’(est-ce qu’) elle est en train de faire.’

46Réponses possibles :
(i) Fifi prépare le repas.
(ii) ? ?Un gâteau au chocolat (non-préférée)

[35]b

Mala

demann

Fifi

se

ki

li

pe

koud.

M.

demander

F.

SE

KI

3SG

PROG

coudre

‘Mala demande à Fifi qu’(est-ce qu’)elle est en train de coudre'

47Réponse possible : Fifi coud une blouse.
[36]a *Je me demande que manque.
[36]b Je me demande ce que nous allons trouver.
[36]c Je me demande ce qui manque.

48Ces emplois pronominaux de ki soulignent surtout que se-ki n’est pas obligatoire en CM là où ce que/qui est requis en français.

49Ki et ki senn la peuvent aussi être régis par une préposition :

[37]a

Avek

ki

s-

enn-

la

Andre

bizin

travay ?

avec

KI

DEM

un

DET

A.

devoir

travailler

‘Avec qui André doit travailler ?’

[37]b

Avek

ki

Andre

bizin

travay ?

avec

KI

A.

devoir

travailler

‘Avec quoi André doit travailler ?’

50L’emploi d’introducteur de relative justifie le fait que ki apparaît dans la suite se/sa-ki.

5. Analyse structurale des DPR en se/sa-ki

51Dans cette section, je montrerai que se occupe en syntaxe la position du pivot au sein d’un DPR en se-ki. Dans cette perspective, il convient de faire l’inventaire des fonctions de l’élément extrait de la proposition relative : s’il se dégage un paralléllisme entre le pivot lexical et le pivot fonctionnel, il est possible d’en conclure que se occupe la même position que le pivot. Le DPR en se-ki ne peut contenir qu’un pivot qui est soit sujet soit objet (premier ou second) : toute autre fonction est exclue.

5.1. Pivot sujet (du verbe marse ‘marcher, fonctionner’)

52Le nom relativisé occupe la fonction de sujet dans les exemples suivants.

Nisha

pou

avoy

N.

IRR

envoyer

‘Nisha donnera …

[38]a

[kalkilatrisz

ki__z

pa

marse

la]

repare.

calculatrice

KI

NEG

marcher

DET

réparer

… la calculatrice qui ne marche pas à réparer.’

[38]b

[sez

ki__z

pa

marse

la]

repare.

SE

KI

NEG

marcher

DET

réparer

… celui/celle (le truc) qui ne marche pas à réparer.’

5.2. Pivot objet (du verbe kontan ‘aimer’)

53Les deux phrases suivantes illustrent la relativisation d’un nom objet.

Mala

pou donn

Fifi

M.

IRR donner

Fifi

[39]a

[robz

ki

li

pa

kontan

__z

la]

robe

KI

3SG

NEG

aimer

DET

‘Mala donnera à Fifi la robe qu’elle n’aime pas.’

[39]b

[sez

ki

li

pa

kontan

__z

la]

SE

KI

3SG

NEG

aimer

DET

‘Mala donnera à Fifi celui/celle qu’elle n’aime pas.’

5.3. Pivot objet dans les constructions à double objet

54En regard des structures objet direct + objet indirect du français, le CM a des constructions à double objet (ou double accusatif).

Objet 1

Objet 2

[40]

Ben

avoy

Jo

kas

B.

envoyer

J.

argent

Lit. ‘Ben envoie à Jo de l’argent.’

55Les objets premier et second se comportent de la même façon pour la relativisation.

Ben

pou

telefonn

B.

IRR

appeler

[41a

garsonz

ki

li

inn

pret__z

kas

la.

garçon

KI

3SG

PERF

prêter

argent

DET

‘B. va appeler le garçon à qui il a prêté de l’argent.’

[41]b

sez

ki

li

inn

pret __z

kas

la.

SE

KI

3SG

PERF

prêter

argent

DET

‘B. va appeler celui à qui il a prêté de l’argent.’

[41]c

B.

pou

repran

kasz

ki

li

inn

prêt

Jo

_zla.

B.

IRR

reprendre

argent

KI

3SG

PERF

prêter

J.

DET

‘Ben va reprendre l’argent qu’il a prêté à Jo.’

[41]d

sez

ki

li

inn

pret

Jo

__z

la.

SE

KI

3SG

PERF

prêter

J.

DET

‘Ben va reprendre celui/celle qu’il a prêté(e) à Jean.’

56Dans ce qui précède, nous avons vu que l’apparition de se-ki est compatible avec la relativisation par déplacement du nom. Les prochaines sections traitent de la relativisation des syntagmes nominaux « Possesseurs » et prépositionnels.

5.4. Pivot = Possesseur

57Le DP possessif est réalisé de deux manières en CM :

42]a

[Lipje

sez

la]

kase.

pied

chaise

DET

casser

‘Le pied de la chaise est cassé.’

[42]b

[Sez

la

so

lipje]

kase.

chaise

DET

POSS-3SG

pied

casser

Lit.‘[La chaise son pied] est cassé.’

58La relativisation du Possesseur dans un DP possessif implique toujours l’occurrence d’un possessif résomptif, que le pivot soit lexical ou fonctionnel.

[43]a

[Sezz

ki

__z so

lipje

kase

la]

chaise

KI

POSS-3SG

pied

casser

DET

Lit. ‘La chaise que son pied est cassé, il faut la jeter.’

[43]b

[Sez

ki

__z so

lipje

kase

la]

bizin

zete.

SE

KI

POSS-3SG

pied

casser

DET

devoir

jeter

Lit. ‘Celle que son pied est cassé, il faut la jeter.’

5.5. Pivot PP

59Les exemples suivants illustrent la relativisation des syntagmes prépositionnels (PP), dont le nom dénote soit un référent animé, soit un référent inanimé.

Raj

konn

R.

connaître

[44]a

[zelevz

ar

kiz

zot

pe

koze

__z

la.]

élève

avec

KI

3PL

PROG

parler

DET

‘Raj connaît l’élève avec qui ils parlent.’

[44]b

*sez

ar

kiz

zot

pe

koze

__z

la.]

SE

avec

KI

3PL

PROG

parler

DET

[44]c

*ar

se

kiz

zot

pe

koze

__z

la.]

avec

SE

KI

3PL

PROG

parler

DET

[44]d

[zelevz

ki

zot

pe

koz

ar

liz

la.]

élève

KI

3PL

PROG

parler

avec

3SG

DET

‘Raj connaît l’élève qu’ils parlent avec lui.’

[44]e

[sez

ki

zot

pe

koz

ar

liz

la.]

SE

KI

3PL

PROG

parler

avec

3SG

DET

‘Raj connaît celui/celle qu’ils parlent avec lui/elle.’

60Pour relativiser un syntagme prépositionnel, on peut soit déplacer la préposition suivie du pronom relatif ki, soit substituer au pivot lexical un pronom personnel résomptif, en laissant le PP in situ. Si le pivot du DPR est fonctionnel, la stratégie résomptive est la seule disponible. Cette contrainte vaut tant pour la relativisation d’un pivot [+humain] [44] que pour celle d’un pivot [–humain] [45].

Prêt

mwa

prêter

1SG

[45]a

portabz

ek

kiz

to

pe

telefone

__z

portable

avec

KI

2SG

PROG

téléphoner

Lit. ‘Prête-moi le portable avec quoi tu appelles.’

[45]b

*ek

se-

ki

to

pe

telefone

__z

avec

SE

KI

2SG

PROG

téléphoner

[45]c

*se-

ek

ki

to

pe

telefone

__z

SE

avec

KI

2SG

PROG

téléphoner

[45]d

portabz

ki

to

pe

telefonn

ek

saz

portable

KI

2SG

PROG

téléphoner

avec

DEM

Lit. ‘Prête-moi le portable que tu appelles avec ça.’

[45]e

sez

ki

to

pe

telefonn

ek

saz

SE

KI

2SG

PROG

téléphoner

avec

DEM

Lit. ‘Prête-moi celui/celle que tu appelles avec ça.’

61La préposition ne peut être réalisée ni entre se et ki ni à gauche de se-ki. Sur le premier point, le CM se distingue donc du français standard qui valide [46] :

[46]

Prête-moi

ce avec quoi

tu téléphones.

62Les deux sous-sections précédentes indiquent que se-ki n’est pas compatible avec la relativisation par déplacement du nom dans le cas des possessifs et des syntagmes prépositionnels.

5.6. Pivot dénotant une propriété ou un contenu propositionnel

63Parallèlement à certains DPR à pivot lexical hypéronymique, un DPR en se-ki peut dénoter une propriété ou un contenu propositionnel.

[47]a

[Kitsozz

ki

Kevin

oule__z

la], …

Chose

KI

K.

vouloir

DET

Lit. ‘La chose que Kevin veut, il veut ( = c’est) aller à la plage.’

[47]b

[Sez

ki

Kevin

oule__

la]

li

oule

al

lamer

SE

KI

K.

vouloir

DET

3SG

vouloir

aller

plage

‘Ce que Kevin veut, il veut ( =c’est) aller à la plage.’

[48]a

[Nouvelz

ki

nou

finn

tande

__z],…

nouvelle

KI

1PL

PERF

entendre

‘La nouvelle que nous avons entendue, c’est que le cyclone est parti.’

[48]b

[Sez

ki

nou

finn

tande

__z]

se

ki

siklonn

inn

ale.

SE

KI

1PL

PERF

entendre

SE

KI

cyclone

PERF

partir

‘Ce que nous avons entendu, c’est que le cyclone est parti.’

64Les phrases où les pivots lexicaux et fonctionnels sont parallèles servent à illustrer l’invariabilité de se-ki : la forme du pronom ne varie pas selon la fonction de l’élément extrait (à l’inverse de ce qui se passe dans d’autres langues, comme le français).

5.7. La structure des DPR en CM

  • 2 Le mouvement du constituant CP dans le Spec, DP est postulé afin de rendre compte de l’ordre linéai (...)

65Adoptant pour le CM l’analyse des DPR retenue plus haut pour le français (ex. [4]), je propose la représentation suivante2 :

66[49] DPR à tête lexicale et fonctionnelle

67Concernant le statut du pivot déplacé de la subordonnée dans la position SpecCP, une première hypothèse est de considérer qu’il s’agit d’un NP, en d’autres mots, d’une projection nominale dépourvue de projections fonctionnelles (Nombre, Déterminant). Il existe des points de vue différents sur cette question : Bianchi (2000) et Zribi-Hertz et Glaude (2007) présentent pour d’autres données des arguments appuyant l’hypothèse que la relativisation déplace un DP complet.

68Les exemples présentés plus haut montrent que se/sa (dans se/sa-ki) occupe la même position linéaire que le pivot lexical au sein d’un DPR : dans la représentation envisagée en [49], cette position est le spécificateur de CP (position caractéristique des DPR).

69Je suppose par ailleurs que ki est dans la position de la tête C : en effet, ki dans les relatives n’est pas spécifié pour le cas (ex. [28]) et dans les DPR à pivot fonctionnel, il ne peut être régi par une préposition (ex. [44-45]). Ces propriétés prouvent qu’il n’occupe pas une position de syntagme nominal dans les DPR. J’ai montré dans cette section que les DPR en se-ki ont la même structure que les DPR à pivot lexical, et que se occupe la position qu’occuperait un nom ayant été déplacé de la subordonnée.

6. Les positions structurales de se/sa-ki dans les DPR : arguments supplémentaires

70J’examine ici la distribution des déterminants dans les DPR à pivot fonctionnel afin de vérifier l’hypothèse que se/sa et ki sont bien combinés afin de former un mot – un ‘pronom’. Avant d’aborder les problèmes spécifiques à sa dans sa-ki, je présente les données concernant se-ki.

6.1. Le déterminant bann et la position du pivot se

71Dans la section 2 ci-dessus ont été présentés quelques déterminants dans les DP simples. Mis à part le défini la qui a la particularité de se placer à la finale du DP, les autres déterminants et quantifieurs sont tous linéairement placés à gauche du nom tête du DP simple. Dans les DPR, ils sont également à gauche du nom pivot lexical, comme l’illustre le marqueur de pluralité bann.

Ben

pa

ekout

B.

NEG

écouter

[50]a

[bann

dimoun

ki

zour

li

la].

PL

personne

KI

insulter

3SG

DET

‘Ben n’écoute pas les gens qui (ont l’habitude de) l’insulter.’

[50]b

[bann

se-

ki

zour

li

la].

PL

SE

KI

insulter

3SG

DET

‘Ben n’écoute pas ceux qui (ont l’habitude de) l’insulter.’

[50]c

*[se-

bann

ki

zour

li

la]

SE

PL

KI

insulter

3SG

DET

72Ces exemples montrent que bann est obligatoirement placé à gauche de se, de la même façon qu’il est placé à gauche du pivot lexical : c’est une preuve supplémentaire du parallélisme entre les deux types de pivot, qui étaie ainsi l’hypothèse qu’ils occupent la même position dans la structure, Spec,CP. Un DPR en se-ki est ‘pluralisé’ de la même manière qu’un DPR dont le pivot est un nom.

6.2. Deux positions pour sa

73Nous devons maintenant repérer la place des déterminants par rapport à sa-ki afin de voir si sa occupe la position déjà postulée pour se : la distribution de sa présente une difficulté supplémentaire en raison de son homonymie avec le sa qui fait partie du déterminant démonstratif, dont l’emploi dans les DPR est illustré en [51].

Silvio

inn

kwi

S.

PERF

préparer

[51]a

[kari

la].

curry

DET

‘Silvio a préparé le curry.’

[51]b

[sa

kari

la].

DEM

curry

DET

‘Silvio a préparé ce curry.’

[51]c

[kari

ki

Mala

kontan

la].

curry

KI

M

aimer

DET

‘Silvio a préparé le curry que Mala aime.’

[51]d

[sa

kari

ki

Mala

kontan

la].

DEM

curry

KI

M.

aimer

DET

‘Silvio a préparé le/ce curry que Mala aime.’

74En comparant l’emploi de la seul à celui de sa… la, on remarque que, dans les DPR comme dans les DP simples, sa introduit sémantiquement un ancrage contextuel (effet anaphorique) supplémentaire. J’introduis bann dans les DPR en sa-ki afin de voir si sa et se se comportent de la même manière, c’est-à-dire qu’ils occupent la position du nom déplacé. Les exemples en [52] illustrent l’ordre linéaire obligatoire entre le démonstratif et la marque de pluralité bann dans les DP simples : le démonstratif sa doit précéder bann.

[52]a

Silvio

inn

amenn

[sa

bann

butej

la].

[52]b

*Silvio

inn

amenn

[bann

sa

butej

la].

S.

PERF

apporter

DEM

PL DEM

bouteille

DET

‘Silvio a apporté ces bouteilles.’

75Il n’est pas surprenant de constater en [53]a que sa précède le nom pivot lexical, puisque nous savons qu’il est aussi disponible en tant que déterminant. Contrairement à se (voir [50]c), sa peut donc aussi précéder bann dans l’ordre linéaire dans les DPR à pivot fonctionnel [53]b :

76Dans les deux cas, devant le nom ou devant bann, sa requiert la présence de la [53]a et b, suggérant qu’ils constituent ensemble le déterminant démonstratif bi-morphémique sala. Il est donc vraisemblable que sa doit être analysé comme un déterminant en [53]b et non comme le pivot fonctionnel du DPR : autrement dit, il occupe en [53]b la même position qu’en [53]a devant le nom viziter. D’autre part, on remarque que bann et sa ne peuvent apparaître ensemble devant le nom viziter, si bann est placé plus haut que sa (cf. [53]c). En revanche, en l’absence de pivot lexical, bann est admis à gauche de sa [53]d : l’analyse que j’en fais est que bann détermine le DPR dont le pivot est sa-ki. Si cette analyse est correcte, le sa de sa-ki n’a pas le statut de déterminant démonstratif, mais incarne ici un élément nominal fonctionnel, à l’instar de se. Les exemples suivants confirment cette analyse, car on ne peut insérer de préposition entre sa et ki, ceci montrant que sa et ki sont nécessairement adjacents, comme se et ki.

Raj

konn

R.

connaître

[54]a

[zelevz

ar

ki

zot

pe

koze

__z

la.]

élève

avec

KI

3PL

PROG

parler

DET

‘Raj connaît l’élève avec qui ils parlent.’

[54]b

saz

ar

ki

zot

pe

koze

__z

la.]

DEM

avec

KI

3PL

PROG

parler

DET

[54]c

*ar

saz

ki

zot

pe

koze

__z

la.]

avec

DEM

KI

3PL

PROG

parler

DET

77Dans la partie qui précède, la position de la marque de pluriel bann par rapport aux noms lexicaux et par rapport à se/sa-ki a fourni un argument supplémentaire en faveur du parallélisme entre les DPR à pivot fonctionnel et lexical. Le pivot est placé à la périphérie gauche du DPR en se/sa-ki comme dans les DPR lexicaux. De plus, l’unité de sa et de ki dans sa-ki est signalée par l’impossibilité d’insérer quoi que ce soit entre les deux. Les sections suivantes sont consacrées à d’autres aspects de la structure des DPR à pivot fonctionnel : l’incidence des marqueurs TMA sur l’interprétation et leur lien avec le déterminant la, les types de restricteurs admis par se/sa-ki et le degré de cohésion entre le pivot et sa restriction.

6.3. Effets interprétatifs de la en CM et ses contreparties en français

78Les effets interprétatifs de la dans les DPR sont les mêmes que dans les DP simples : dans les deux types de DP, il peut être présent ou pas, et lorsqu’il apparaît, il produit un effet de ‘spécificité’, suggérant que le référent discursif a déjà été mentionné, ou qu’il est facilement accessible dans le contexte situationnel.

Andre

inn

zet

A.

PERF

jeter

[55]a

[glob

ki

inn

kase

la].

ampoule

KI

PERF

casser

DET

‘André a jeté l’ampoule (en question) / cette ampoule qui s’est cassée.’

[55]b

[glob

ki

inn kase].

‘André a jeté la/ les /des ampoule(s) qui s’est cassée/se sont cassées.’

79La peut produire un effet de singularité, l’absence de déterminant suggérant alors une quantité non-spécifiée.

[56]a

Andre

inn

zet

[se-

ki

inn

kase

la].

Andre

inn

zet

SE

KI

PERF

casser

DET

‘André a jeté le truc qui s’est cassé.’

[56]b

Andre

inn

zet

[se-

ki

inn

kase].

‘André a jeté ce qui s’est cassé’.

80Dans les DPR suivants, on voit comment la présence de la produit régulièrement une lecture spécifique.

[57]a

Zom

ki

lao

trant

an

la …

[spécifique]

homme

KI

après

trente

an

DET

‘L’(es)homme(s) qui a/ont plus de trente ans doi(ven)t faire de l’exercice.’

[57]b

Zom

ki

lao

trant

an…

[générique]

homme

KI

après

trente

an

‘Un homme qui a plus de trente ans doit faire de l’exercice.’

[57]c

Se/sa

ki

lao

trant

an

la …

[spécifique]

SE/SA

KI

après

trente

an

DET

‘Celui/celle qui a plus de trente ans doit faire de l’exercice.’

[57]d

Se/sa

ki

lao

trant

an

… bizin

fer

legzersis.

[générique]

SE/SA

KI

après

trente

an

devoir

faire

exercice

‘Qui(conque) a plus de trente ans doit faire de l’exercice.’

[58]a

[Travayer

ki

patron

pey

mwins

la] …

[spécifique]

Salarié

KI

patron

payer

moins

DET

‘{Ce travailleur/Ces travailleurs} que le patron paie moins {a/ont} la vie dure.’

[58]b

[Travayer

ki

patron

pey

mwins] …

[générique]

Salarié

KI

patron

payer

moins

‘{Un travailleur/Les travailleurs} que le patron paie moins {a/ont} la vie dure.’

[58]c

[Se/sa-

ki

patron

pey

mwins

la] …

[spécifique]

SE/SA

KI

patron

payer

moins

DET

‘{Celui/ceux} que le patron paie moins {a/ont} la vie dure.’

[58]d

[Se/sa-

ki

patron

pey

mwins] …

pas

mizer.

[générique]

SE/SA

KI

patron

payer

moins…

passer

misère

‘{Cet homme/ces gens} que le patron paie moins, il(s) {a/ont} la vie dure.’

81L’absence de spécification TMA indique l’absence d’ancrage spatio- temporel de l’événement ou de la propriété dénotée par le prédicat : sans la, la phrase a une lecture générique et avec la, elle reçoit une lecture habituelle.

82En français aussi, les DPR à pivot lexical ou fonctionnel peuvent être associés à une lecture générique ou spécifique.

[59]a

{Celle/la personne qui va chanter} est une ancienne choriste de Ray Charles.

[spécifique]

[59]b

{Celui/l’homme} qui frappe sa femme mérite une sanction.

[générique]

83On observe quelques différences entre les DPR à pivot fonctionnel français et ceux du CM. En français, il existe deux types de DPR à pivot fonctionnel impliquant un démonstratif, un paradigme avec celui [60]a- [60]d et un avec ce [60]e. Chacun possède ses caractéristiques propres et il existe une littérature importante à ce sujet (voir Léard (1986), Pierrard (1988, 1989) entre autres). On ne retiendra ici que le fait que le pivot est spécifié pour le genre et le nombre dans les DPR en celui et qu’il ne l’est pas dans les DPR en ce.

[60]a

Celui que Corinne a peint est moche.

[60]b

Celle que Corinne a peinte est moche.

[60]c

Ceux que Corinne a peints sont moches.

[60]d

Celles que Corinne a peintes sont moches.

[60]e

Ce que Corinne peint est moche.

84Le CM emploie le même pivot fonctionnel non fléchi dans tous ses DPR, mais signale la spécificité au moyen du déterminant la.

[61]a

Se/sa-

ki

Corinne

inn

penn

la

li

vilin.

SE/SA

KI

C.

PERF

peindre

DET

3SG

moche

‘{Celui/celle} que Corinne a peint, {il/elle} est moche.’

[61]b

Se/sa-

ki

Corinne

penn

vilin.

SE/SA

KI

C.

peindre

moche

‘Ce que peint Corinne est moche.’

85En français, l’effet de spécificité peut être corrélé à la spécification en genre.

[62]a

Je n’aime pas ce que Michèle aime.

[non référentiel]

[62]b

Je n’aime pas celui que Michèle aime.

[référentiel]

86En CM, la spécificité est toujours marquée par la (cf. exemples [57-68]). La spécification en genre peut être corrélée en français à un effet d’animation : l’inacceptabilité de ce en [62]a,b est due au fait que les prédicats inviter et embaucher exigent que le référent de leur complément d’objet soit [+humain/animé], propriété en conflit avec le fait que le pivot dans l’expression ce qui lui a pris réfère à un quelque chose de strictement [–animé].

[63]a

Michèle a appelé {celui/*ce} qui l’a invitée à déjeuner.

[63]b

Michèle a appelé {celui/*ce} qu’elle va embaucher.

[63]c

Michèle ne sait pas {*celui/ce} qui lui a pris.

87Cette situation n’a pas de contrepartie en CM où les référents des DPR en se/sa-ki peuvent être indifféremment +animés ou –animés [56] vs. [57]. En français, ce que/i, qui apparaît aussi dans les interrogatives, y est même obligatoire lorsque le référent est inanimé.

[64]a

André demande qui {passe/ contacter}.

[+humain]

[64]b

André veut savoir ce qui se passe.

[-humain]

[64]c

André demande ce qu’il faut acheter.

[-humain]

88En CM, l’emploi de se/sa-ki se limite aux DPR [65]a et celui de ki aux subordonnées interrogatives [65]c.

Mala

inn

amenn

M.

PERF

apporter

[65]a

[se/sa-

ki

li

pe

koud

(la)].

SE/SA

KI

3SG

PROG

coudre

DET

‘Mala a apporté {ce/celui/celle} qu’elle est en train de coudre.’

[65]b

*[ki

li

pe

koud

(la).]

KI

3SG

PROG

coudre

DET

Mala

pe

rakont

M.

PROG

raconter

[65]c

Fifi

[ki

li

pe

koud].

F.

KI

3SG

PROG

coudre

‘Mala raconte à Fifi ce qu’elle est en train de coudre.’

[65]d

*Fifi

[se/sa-

ki

li

pe

koud].

F.

SE/SA

KI

3SG

PROG

coudre

89En résumé, se/sa-ki est non fléchi, et le DPR peut avoir une interprétation générique si le marquage TMA le permet ; en revanche, la présence de la produit toujours un effet de spécificité. Se-sa/ki est en distribution complémentaire avec le pronom interrogatif ki : le premier apparaît dans les DPR et le second est limité aux interrogatives.

6.4. Types de restricteurs dans les DPR à pivot fonctionnel

90Comme celui en français, se-ki en CM peut prendre comme restricteur un syntagme génitif :

[66]a

[{Celle

/*ce}

de Rani

]

vient

du Japon.

[66]b

[Se- ki

pou

Rani

la]

sorti

Zapon.

SE KI

pour

R.

DET

sortir

Japon

‘{Celui/Celle} de Rani vient du Japon.’

91Dans cette configuration, je suppose que ki est toujours un complémenteur. En effet, le syntagme en pou peut s’analyser comme le prédicat d’une relative réduite, puisque la copule n’est pas lexicalisée en CM dans les phrases prédicationnelles telles que [67]b ci-dessous, structurées — de même que [67]a — comme des « phrases nominales ». Parallèlement à [67]b, on peut supposer que le sujet principal de [67]c contient une relative à prédicat non verbal :

[67]a

Biro

la

gran.

bureau

DET

grand

‘Le bureau est grand.’

[67]b

Biro

la

pou

Rani.

bureau

DET

pour

R.

‘Ce bureau est à Rani.’

[67]c

Biro

ki

pou

Rani

la

gran.

bureau

KI

pour

R.

DET

grand

‘Le bureau qui est à Rani est grand.’

92A la différence du français celui, se-ki en CM accepte un adjectif comme restricteur :

[68]a

Je

veux

[le

grand].

[68]b

Mo

ule

[bel

la].

1SG

vouloir

grand

DET

‘Je veux le grand.’

[68]c

*Je

veux

[celui

grand].

[68]d

Je

veux

[celui

qui

est

grand].

[68]e

Mo

ule

[se-

ki

bel

la].

1SG

vouloir

SE

KI

grand

DET

‘Je veux celui qui est grand.’

93En français, le pivot celui a un complément restrictif (relative ou génitif), le assumant les prédicats adjectivaux [68]a. Le CM permet deux structures à nom elliptique : soit un DP simple à tête nulle bel ø la [68]b, soit un DPR en se-ki [68]e. Ce DPR peut s’analyser comme contenant une copule non prononcée, comme on l’a postulé en [67]b et [67]c. Se/sa-ki prend ainsi deux types de restricteurs : les syntagmes génitifs et les adjectivaux, des structures qui peuvent s’analyser comme des petites propositions (‘small clauses’).

6.5. Séparation du pivot et du restricteur

94En français standard, celui peut être séparé du restricteur par un adverbe, comme le montre l’exemple [69].

[69]

 

Il ne s’agit pas de commerce équitable, mais de commerce tout court, celui précisément que nous critiquons car il détruit l’avenir de la planète en exploitant les pays déjà pauvres pour enrichir les pays déjà riches.

Sonia J. Fath, "Lettre au liquidateur"3,

95Ce type d’exemple n’a pas d’équivalent en CM : rien ne peut être inséré entre le pivot et le complémenteur ki au sein d’un DPR.

[70]a

Dan

tou

sorbe,

zot

inn

aret

vann

Dans

tout

glace

3PL

PERF

arrêter

vendre

‘Parmi toutes les glaces, ils ont cessé de vendre

[sorbe

/se- (*mem)

ki

Sam pli

kontan

la

(mem)].

glace

SE même

KI

S. plus

aimer

DET

même

la glace/ celle (*même) que Sam aime le plus.’

[70]b

*[Lizinn

tousel

ki

ankor

fer

bon

dite

la],

Bois-Cheri

sa.

usine

seul

KI

encore

faire

bon

thé

B.-C.

DEM

[70]c

*[Se

tousel

ki

ankor

fer

bon

dite

la],

Bois-Cheri

sa.

[70]d

*[Sa

tousel

ki

ankor

fer

bon

dite

la],

Bois-Cheri

sa.

SE/SA

seul

KI

encore

faire

bon

thé

B.-C.

DEM

‘Celui-là seul qui fait encore un bon thé, c’est Bois-Chéri.’

96Ces exemples montrent que les focalisateurs mem et tousel ne peuvent séparer le pivot du complémenteur, qu’il soit lexical ou fonctionnel. Il en va différemment en français standard, comme le montrent ces exemples caractéristiques du registre soutenu :

[71]a

Pourquoi les Cicérons et les Démosthènes intéressent-ils celui même qui les lit dans une autre langue que la leur ?

[adapté de] d'Alembert, Remarques sur l'éloquence4

[71]b



Le "non-dit" (tel un silence artistement peuplé de sous-entendus éloquents pour celui seul qui prétend savoir les entendre et les comprendre) permet d'échafauder tous les procès d'intention qu'on voudra. [adapté de] Mens Sana5.

97Il est en revanche possible d’insérer certains adverbes en CM, par exemple zisteman ‘justement’, à droite de se/sa-ki [72]a, alors qu’en français [72] l’adverbe peut aussi s’insérer entre celui et que.

[72]a

Dan

tou

so

bann

linz,

Ben

nek

met

dans

tout

POSS-3SG

PL

vêtement

B.

ne.que

porter

‘Parmi tous ses vêtements, Ben ne porte que

[{simiz

/se/sa-}

ki

zisteman

pli

vilin

la],

chemise

SE SA

KI

justement

plus

laid

DET

… la chemise/celle qui, justement, est la plus laide.’

[72]b

*{simiz

/se/sa-}

zisteman

ki

pli

vilin

la],

chemise

SE SA

justement

KI

plus

laid

DET

[73]

La pénurie sévit surtout sur le logement intermédiaire, celui justement que cherche à aider le dispositif actuel.

[adapté de]

Universimmo.com http://universimmo.fr/​actu/​uniactu00x.asp?Article_Code=229

98L’impossibilité d’insérer un focalisateur ou un adverbe entre le pivot et le restricteur confirme l’adjacence nécessaire des deux constituants de se/sa- ki.

99Dans cette dernière partie, nous avons vu des caractéristiques des DPR à pivot fonctionnel : nous avons montré l’adjacence nécessaire de se/sa et du complémenteur ki. Des arguments ont été présentés afin de justifier l’analyse selon laquelle se et sa occupent la position du pivot nominal dans les DPR. Le déterminant la et le marquage TMA produisent des effets de spécificité : il a été démontré que des stratégies différentes en CM et en français produisaient les mêmes effets interprétatifs. Des restricteurs admis par se/sa-ki et qui diffèrent des subordonnées relatives ont aussi été présentés.

7. Conclusion

100J’ai montré que les deux composantes de la séquence se/sa-ki occupent deux positions structurales distinctes au sein d’un DPR : se/sa est un élément fonctionnel qui occupe la position du pivot au sein d’un DP relativisé, soit : Spec, CP. Afin d’étayer cette hypothèse, j’ai démontré le parallélisme entre le pivot fonctionnel et les syntagmes nominaux qui constituent le pivot lexical. La nécessité de distinguer le sa de la séquence sa-ki et celui qui est une composante du déterminant discontinu sa… la a aussi été soulignée. La distribution du marqueur de pluralité bann, qui est linéairement placé à gauche de se/sa ki, a constitué un argument important en faveur de ces hypothèses. J’ai aussi proposé que ki occupe toujours la position de la tête C(omplémenteur) dans les DP relativisés, en raison de son absence de spécification pour le cas et parce qu’il n’occupe pas une position nominale.

101En dépit de la division entre se/sa et ki, la séquence se/sa-ki tend aujourd’hui à s’orthographier en un mot, ceci suggérant que les usagers du CM le perçoivent comme une unité. Cette intuition a pour origine l’impossibilité d’insérer un quelconque élément entre se/sa- et ki, tel qu’un adverbe ou un focalisateur. D’autre part, l’alternance entre sa et se est clairement limitée au contexte des DP relativisés, où se/sa épelle un élément nominal fonctionnel. Le mauricien se/sa-ki est ainsi une bonne illustration de l’émergence d’un « pronom » dans une langue naturelle.

Haut de page

Bibliographie

Adone, D. (1994), The acquisition of Mauritian Creole, Amsterdam, Benjamins. Alexiadou, A., Law, P., Meinunger, A. & Wilder, C. (eds.) (2000), The syntax of relative clauses, Amsterdam, Philadelphia, Benjamins.

Anonyme (1980), Bord la mer, Port-Louis : Port-Louis Harbour and Docks Workers Union (PLHDWU).

Baissac, C. (1880), Etude sur le patois créole mauricien, Paris, Maisonneuve. Baker, P. (1972), Kreol, a description of Mauritian Creole, Londres, Hurst.

Bianchi, V. (1999), Consequences of Antisymmetry, Berlin/New York, Mouton de Gruyter.

Bianchi, V. (2000), « The raising analysis of relative clauses : a reply to Borsley », Linguistic Inquiry 31 : 1, pp. 123-140.

Bresnan, J. & Grimshaw, J. (1978), « The syntax of free relatives in English », Linguistic Inquiry 9 : 3, pp. 331-391.

De Vries, M. (2002), The syntax of relativization, Utrecht : LOT.

Etienne, R. (1991), Otelo (traduit de l’anglais). Port-Louis, Ledikasyon Pu Travayer.

Harris, J. (1997), « Morphologie autonome et pronoms clitiques en catalan et en espagnol », Zribi-Hertz, A. (Ed.), Les pronoms : morphologie, syntaxe et typologie. » Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, pp. 35-55.

Henri, F. & Abeillé, A. (2007), « The Syntax of Copular Construction in Mauritian », Müller, S. (Ed.), Proceedings of the HPSG07 Conference. Stanford, Stanford Department of Linguistics, CSLI Publications, http://csli-publications.stanford.edu/

Hirschbuhler, P. & Rivero, M.-L. (1983), "Remarks on free relatives and matching phenomena", Linguistic Inquiry, 14 : 3, pp. 515-520.

Hookoomsingh, V. Y. & Baker, P. (1987), Diksyoner kreol morisyen/ Dictionary of Mauritian Creole/ Dictionnaire du créole mauricien. Paris, L'Harmattan. Kayne, R. S. (1994), The antisymmetry of syntax. Cambridge, Mass. : MIT Press.

Kihm, A. (1993), « What is it that you said ? A study of obligatory focalization in two creoles and beyond », Byrne, F. & Winford, D. (Eds.), Focus and grammatical relations in creole languages, Amsterdam/Philadelphia, Benjamins, pp. 141-162.

Léard, J.-M. (1986), « Le statut de ce que dans le système morphologique du français : une solution unitaire appuyée sur la diachronie ». Modèles Linguistiques, tome VIII, vol. 2, pp. 7-45.

Pierrard, M. (1988), « Un déterminant propositionnel en français moderne ? » Français Moderne 1.

Pierrard, M. (1989), « Que celui qui n'a jamais péché ainsi me jette la première pierre  : emploi générique ou spécifique des relatives nominalisées introduites par celui », Travaux de linguistique 19, pp. 187-211.

van Riemsdijk, H. C. (2006), « Free relatives », Everaert, M. & van Riemsdijk, H. C. (Eds.), Blackwell Companion to Syntax. Oxford, Blackwell, pp. 338-382.

Veenstra, Tonjes (2007), « Information structure in creoles », IIème colloque des Jeunes Chercheurs sur les Langues Créoles, 1er juin 2007, Paris.

Zribi-Hertz, A. & Glaude, H. (2007), « Bare NPs and deficient DPs in Haitian and French : from morphosyntax to referent construal », Baptista, M. & Guéron, J. (Eds.), Noun phrases in Creole languages. Amsterdam : Benjamins, pp. 265-298.

Zribi-Hertz, A. (2007), « Les proformes démonstratives », manuscrit, Université Paris-8.

Zwicky, A. M. (1985), « Clitics and particles ». Language 61, pp. 283-305.

Haut de page

Notes

* Je tiens à remercier les personnes suivantes pour leurs commentaires sur ce texte : Anne Zribi-Hertz, Patricia Cabredo-Hofherr, Guilhem Florigny.

1 Baker (1977) pense qu’on peut interroger un référent [+humain] avec ki mais j’emploierais personnellement ki s-enn-la de préférence. Je rappelle toutefois ici la généralisation de Baker, qui rend correctement compte de la grammaire de certains locuteurs. A mon avis, il faut distinguer le fait qu’une question avec ki peut admettre des référents ±animés, et la spécification de ce trait sur l’interrogatif lui-même.

2 Le mouvement du constituant CP dans le Spec, DP est postulé afin de rendre compte de l’ordre linéaire qui place la à la périphérie droite du DP.

3 http://www.akordi-coop.org/spip.php?article7

4 http://www.academiefrancaise.fr/Immortels/discours_reception/alembert.html

5 http://www.mens-ana.be/artic/nondi.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre [4] La structure d’un DP relativisé en français selon Kayne (1994)
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/258/img-1.png
Fichier image/png, 17k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/258/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muhsina Alleesaib, « Se-ki en créole mauricien : l’émergence d’un pronom », Modèles linguistiques, 57 | 2008, 11-33.

Référence électronique

Muhsina Alleesaib, « Se-ki en créole mauricien : l’émergence d’un pronom », Modèles linguistiques [En ligne], 57 | 2008, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ml.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/ml.258

Haut de page

Auteur

Muhsina Alleesaib

Université : Paris-8, St. Denis
(Laboratoire Structures Formelles du Langage, ED CLI)

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org