Navigation – Plan du site

Le(s) pouvoir(s) du traducteur

Jean-Claude Chevalier et Marie-France Delport
p. 95-126

Texte intégral

1Le « pouvoir », avec des guillemets, des traducteurs mais aussi, en préambule, les pouvoirs, sans guillemets, des traducteurs et de la traduction. Les pouvoirs que le linguiste prête à cette dernière, ceux qu’exercent les premiers.

  • 1 Les travaux de J. Guillemin-Flescher sont un bon exemple de cet usage, en particulier sa Syntaxe co (...)

2La traduction fournit au linguiste une approche, souvent sollicitée consciemment, parfois aussi mise en jeu implicitement, pour ses examens et ses analyses. Il lui est demandé, par le biais de la commutation, de faire voir en pleine lumière les spécificités d’un système linguistique par rapport à un autre, et aussi ce qui réunit les deux systèmes considérés. Si l’on dispose de plusieurs traductions d’un même texte, celles-ci fournissent le moyen, idéal, de comparer deux discours de même contenu référentiel, et de voir dans des conditions expérimentales indiscutables, pense-t-on, l’effet discursif produit par chacune des différences qui séparent l’un de l’autre les discours en question1. C’est un usage de bon aloi. À l’opposé, on voit la traduction convoquée pour des conclusions indues. Par exemple — un exemple élémentaire mais souvent observé — : de ce qu’un élément de la langue A — mettons l’espagnol QUERER — se traduit dans la langue B — mettons le français — de deux façons, tantôt par VOULOIR tantôt par AIMER, tel linguiste tire la conclusion que le vocable espagnol est ambigu, polysémique. Il se garde bien de répéter l’opération en confrontant ce même vocable espagnol à d’autres langues ; il verrait alors se dissoudre en une polysémie galopante le sens du pauvre QUERER, quand il est bien clair que chaque traduction correspond à un assemblage phrastique spécifique dans lequel QUERER n’est qu’un maillon. Un maillon auquel il serait indu d’imputer la responsabilité des différences phrastiques alors qu’il est précisément le seul point commun des phrases en question. L’exemple a l’air grossier ; bien des raisonnements de linguistique générale reposent pourtant sur un tel mésusage de la traduction.

  • 2 Cf. “ Vous dont j’ai pu laisser vieillir l’ambition / Dans les honneurs obscurs de quelque légion ” (...)

3Il serait tout aussi imprudent de croire que tel écart que l’on aperçoit entre le texte de départ et le texte d’arrivée révèle nécessairement une différence entre les systèmes linguistiques mis en jeu et relève, par conséquent, de ce qu’on appellera les écarts obligés. Certes il en existe. Ainsi, lorsque l’espagnol déclare pudo (mot-à-mot ‘il put’ dans l’exemple n° 1) et, ce faisant, évoque une possibilité passée qui n’est pas devenue effective, le français moderne — à la différence du français classique2 — doit délaisser le passé simple au profit d’un conditionnel à l’aspect transcendant, il aurait pu

[1] El orden antiguo pudo ser reemplazado por otro, revolucionario. No lo fue. (M. Azaña, La velada en Benicarló, p. 9)

Falla la trampa mortal de ETA. Pudo haber masacre en el cuartel de la Guardia Civil de Barracaldo. (Ya, 27-4-1978)

Desconfío de las síntesis históricas, sobre todo cuando tienden a probar que la batalla de Lérida no debió perderse. (M. Azaña, Ibid., p. 76)

4Pour l’essentiel cependant, les écarts qu’on observe relèvent de ce qu’ailleurs nous avons appelé des figures de traduction. Réguliers, récurrents et vérifiables. Indépendants de la langue de départ et de la langue d’arrivée, indépendants de celui qui en dispose au point que ces écarts paraissent inhérents à l’acte même de traduire et tiennent à la capacité de paraphrase. À la possibilité, par des suites syntaxiques distinctes, de référer à une même expérience. Même ou tenue pour telle. Chaque traducteur, en pleine conscience ou sans le soupçonner, avec des fréquences variables et pour des effets prévisibles, y recourt. Décalage chrono-logique, changement de sujet, refus de la parataxe, explicitation, refus de la répétition, de l’anacoluthe et bien d’autres “figures” s’observent dans quelque traduction que l’on examine. Il faut ne pas l’oublier dans le moment d’interroger ces traductions.

  • 3 L’observation d’autres traductions montre, si besoin en était, qu’aucun de ces “écarts” n’était exi (...)

5L’exemple 2, si nous avions le temps de nous y arrêter, ferait voir plusieurs de ces figures3 :

[2] Emma ne dormait pas, elle faisait semblant d’être endormie ; et, tandis qu’il s’assoupissait à ses côtés, elle se réveillait en d’autres rêves.
Au galop de quatre chevaux, elle était emportée depuis huit jours vers un pays nouveau, d’où ils ne reviendraient plus. (G. Flaubert, Madame Bovary, II, 12)

Emma no estaba dormida, pero fingía dormir, y a medida que Charles se iba adormeciendo allí a su lado, ella despertaba a otros sueños bien diferentes.
Desde hacía ocho días, un tiro de cuatro caballos la había llevado a galope hasta un país desconocido del que no iban a volver nunca. (C. Martín Gaite, p. 232)

6Le traducteur souvent réorganise la phrase, en change le sujet pour confier ce rôle syntaxique à l’être qui joue le rôle sémantique d’agent : elle était emportée un tiro de cuatro caballos la había llevado.

7Il est aussi dans les habitudes de la plupart des traducteurs d’expliciter le lien sémantique entre les énoncés juxtaposés ou de verser dans la traduction des informations qu’à cet instant le texte de départ ne livre pas, et que lui, en conséquence, explicite :

elle se réveillait en d’autres rêves. → ella despertaba a otros sueños bien diferentes.

8Toutes ces “figures”, ces écarts non obligés ont leurs causes principales :

    • 4 Cf. J. C. Chevalier et M. F. Delport, L'Horlogerie de saint Jérôme (Problèmes linguistiques de la t (...)

    dans l’absence de passage direct, immédiat, de la séquence de départ à la séquence d'arrivée4. Le traducteur passe d'abord d'une séquence linguistique (original) à une représentation conceptuelle de l'expérience rapportée ; et, ensuite, retranscrit dans la langue d'arrivée cette représentation, lui fait correspondre une nouvelle séquence linguistique.

  1. dans le poids de ce que, dans cette reformulation linguistique, commandée par la représentation conceptuelle, on appellera l'orthonymie, pour faire court le "c'est comme ça que ça se dit".

    • 5 Ibid., pp. 69-70, et U. Eco, Dire quasi la stessa cosa (Esperienze di traduzione), Milan, 2003/2010 (...)

    en dernier ressort, dans un facteur à ne pas exclure, un facteur difficilement descriptible : l'euphonie, l'eurythmie5.

9On devine aisément que les modalités n'échappent pas à ce traitement. Entendez par là qu'en ce domaine les traducteurs ont la même attitude qu'ailleurs. Ici non plus l'original n'est pas aux commandes, mais la représentation conceptualisée que, le plus spontanément, il déclenche dans l'esprit. Le plus spontanément et par les voies les plus ordinaires. Tout corpus offrira donc, selon ce qu'aura dicté cette représentation, des phrases d'arrivée :

10a. qui conservent la modalité de l'original :

[3] Le soir, en s’en retournant, Charles reprit une à une les phrases qu’elle avait dites, tâchant de se les rappeler, d’en compléter le sens, afin de se faire la portion d’existence qu’elle avait vécu dans le temps qu’il ne la connaissait pas encore. Mais jamais il ne put la voir en sa pensée, différemment qu’il ne l’avait vue la première fois, ou telle qu’il venait de la quitter tout à l’heure. (G. Flaubert, Madame Bovary, I, 3)

[…] Pero nunca pudo verla en su pensamiento de modo diferente a como la había visto la primera vez, o tal como acababa de dejarla hacía un momento. (G. Palacios, p. 100)

  • 6 Voir en annexe la référence de toutes les traductions.
  • 7 Seule, E. Marx-Aveling supprime toute modalité : “Going home at night, Charles went over her words (...)

11Des autres traducteurs6 six Espagnols (C. Berges, J. Bravo Castillo, J. Carrier Vélez, C. Martín Gaite, J. Sales, P. Vances), cinq Italiens (O. del Buono, B. Oddera, G. Pesca Collina, H. Revel, D. Valeri), un Brésilien (J. M. Machado) et deux Catalans (M. Todó, R. Xuriguera) procèdent comme G. Palacios. Ainsi que quatre Anglais (G. Hopkins, A. Russell, F. Steegmuller et G. Wall) qui recourent à could. Un cinquième, L. Bair, choisit de ne pas modaliser par could et retient to be able7 :

On his way home that evening, Charles went over her remarks one by one, trying to recall them exactly and fathom their full implications in order to picture what her life had been like before he met her. But he was never able to imagine her any differently from the way she had been the first time he saw her, or as she had been when he left her.

12b. qui la suppriment purement et simplement. Le père Rouault vient d’accorder à Charles la main d’Emma, mais il veut laisser à Emma la décision et demande à Charles d’attendre que celle-ci donne sa réponse :

[4)] Mais pour que vous ne vous mangiez pas le sang, je pousserai tout grand l'auvent de la fenêtre contre le mur : vous pourrez le voir par derrière, en vous penchant sur la haie. (G. Flaubert, Madame Bovary, I, 3)

[…] aprirò completamente le imposte della finestra : vi basterà sporgervi sulla siepe, lo vedrete perfettamente da qui dietro, il segnale. (O. Del Buono, p. 21)

[…] I’ll push the shutter flat against the wall — you’ll see it from the back here if you lean over the hedge. (A. Russell, p. 38)

[5] A douze ans, sa mère obtint que l’on commençât ses études. On en chargea le curé. Mais les leçons étaient si courtes et si mal suivies, qu’elles ne pouvaient servir à grand-chose. (G. Flaubert, Madame Bovary, I, 2)

13Deux traducteurs de langue anglaise choisissent de dire la modalité :

[…] But the lessons were so short and so haphazard that they could be of little use. (A. Russell, p. 20)

[…] But the lessons were so short and irregular that they could not be of much use. (E. Marx-Aveling, p. 13)

14Mais tous les autres la taisent, comme, par exemple, F. Steegmuller, p. 9 :

[…] But the lessons were so short and irregular that they served little purpose.

Dans ce choix ils sont d’ailleurs rejoints par deux Espagnols (sur sept) :

[…] Pero las lecciones eran tan breves y tan interrumpidas que poco provecho le hacían. (J. Sales, p. 8)

[…] fue el cura quien recibió el encargo de darle las primeras lecciones, tan breves y tan de tarde en tarde, que apenas le aprovecharon. ( J. Carrier Vélez,. p. 29)

15Et deux Italiens (sur cinq) :

Ma le lezioni erano così brevi e saltuarie da servire a ben poco. (B. Oddera, p. 20)

Ma le lezioni erano così brevi e mal seguite che non servivano a nulla. (G. Pesca Collina, p. 18)

16c. qui en introduisent une là où elle était absente. Au soir des obsèques d’Emma, Charles tarde à se coucher et ne dort pas :

[6] Minuit sonna. Le village, comme d'habitude, était silencieux, et Charles, éveillé, pensait toujours à elle. (G. Flaubert, Madame Bovary, III, 10)

[…] y Charles, completamente espabilado, no podía dejar de pensar en ella. (C. Martín Gaite, p. 401)

[…] Charles non riusciva a trovar sonno, continuava a pensare a lei. (O. Del Buono, p. 273)

[7] C’était une ferme de bonne apparence. On voyait dans les écuries, par le dessus des portes ouvertes, de gros chevaux de labour qui mangeaient tranquillement dans des râteliers neufs. (G. Flaubert, Madame Bovary, I, 2)

It had the look of a substantial farm. You could see in the stables, over the tops of the open doors, great plough-horses eating tranquilly from new racks. (G. Wall, p. 10)

It was a prosperous-looking farm. Through the open upper-halves of the stable doors great plough-horses could be seen placidly feeding from new racks. (F. Steegmuller, p. 16)

  • 8 Seul A. Russell, p. 26, garde la forme du texte de départ : “It looked a good sort of farm. Over th (...)

17Même solution strictement chez E. Marx-Aveling et, avec variation, chez L. Bair, p. 11 (you could see) et chez G. Hopkins, p. 12 (one could see)8.

18Dans les langues romanes on pourrait penser que l’on aura une traduction “littérale” i.e. sans écart. C’est, en effet, ce qui se produit très majoritairement. Cependant deux traducteurs espagnols et deux italiens ajoutent « pouvoir » :

La granja tenía muy buen aspecto. A través de las puertas abiertas de las cuadras, se podían ver unos caballos grandes de labor, comiendo pacíficamente en pesebres nuevos. (C. Martín Gaite, p. 20)

La granja tenía buen aspecto. Podían divisarse en las cuadras a hermosos caballos de labor que comían tranquilamente en pesebres nuevos. (J. Carrier Vélez, p. 35)

Era una bella fattoria. Dalle porte, aperte in alto, delle scuderie si potevano scorgere grossi cavalli da tiro che mangiavano tranquilli in rastrelliere nuove. (B. Oddera, p. 26)

La fattoria si presentava bene. Nelle scuderie, atraverso le porte aperte si potevano vedere grossi cavalli da lavoro che mangiavano tranquillamente nelle greppie nuove. (H. Revel, p. 26)

  • 9 Seuls quatre traducteurs suivront strictement l’original :
    He was dizzy ; he heard voices round him  (...)

19d. qui conservent une modalité, mais en la déplaçant sur un autre verbe ou en en modifiant la nature9 :

[8] Il n’y voyait plus, il entendait des voix autour de lui, il se sentait devenir fou. (G. Flaubert, Madame Bovary, III, 10)

[…] non ci vedeva più, si sentiva delle voci intorno, temeva d’impazzire. (O. Del Buono, p. 269)

He couldn’t see where he was going, he heard voices round him. He felt as if he were going mad. (L. May, p. 337)

His eyes blurred, he began to hear voices, he felt himself going mad. (A. Russell, p. 346)

He couldn’t see, he was hearing voices, he thought he was going mad. (G. Wall, p. 274)

He could see nothing and he heard voices around him ; he felt himself going mad. (L. Bair, p. 290)

He could no longer see anything, thought he heard voices all round him, and felt that he was going mad. (G. Hopkins, p. 326)

He couldn’t see, he heard voices, he thought he was losing his mind. (F. Steegmuller, p. 394)

No veía ya, le zumbaban los oídos y creía volverse loco. (P. Vances, p. 299)

No alcanzaba a ver, oía voces en derredor, se sentía en trance de volverse loco. (J. Sales, p. 329)

No veía ya, le zumbaban en torno ruidos raros y le parecía que estaba a punto de volverse loco. (C. Martín Gaite, p. 395)

No veía ya, oía voces extrañas a su alrededor y tenía la sensación de que estaba a punto de enloquecer. (J. Bravo Castillo, p. 429)

[…] porque no veía nada, había voces alrededor ; sentía que se volvía loco. (J. Carrier Vélez, p. 301)

Non ci vedeva piú, udiva delle voci intorno, gli pareva d’impazzire. (D. Valeri, p. 397)

[…] non ci vedeva più, si sentiva delle voci intorno, temeva d’impazzire. (O. Del Buono, p. 269)

Non ci vedeva piú, udiva delle voci intorno a sé, gli sembrava d’impazzire. (H. Revel, p. 238)

Non ci vedeva più, udiva voci intorno a sé, gli sembrava di impazzire. (G. Pesca Collina, p. 397)

Não via nada, ouvia vozes à roda de si, parecia-lhe que ia endoidecer. (J. M. Machado, p. 365)

No hi veia, sentia veus al seu voltant, es pensava que es tornava boig. (R. Xuriguera, p. 329)

No s’hi veia, sentia veus al voltant, creia tornar-se boig. (Ll. M. Todó, p. 329)

20On comprendra qu'on ne puisse ici faire l'examen de toutes les modalités, des diverses formes linguistiques qu'elles sont amenées à prendre et du sort que, dans le détail, leur réserve le traducteur. On prendra donc, à titre d'échantillon, la notion verbale de pouvoir et, pour l'essentiel, plus restrictivement encore, les cas où elle est appliquée à la perception : pouvoir entendre, voir, sentir, etc. Les cas de pouvoir dire, pouvoir parler, pouvoir marcher, par exemple, n'étant convoqués que de manière tout adjacente, et selon le besoin.

* * *

  • 10 El corazón de las tinieblas, traduction de Dámaso López García, Madrid, Valdemar, “ El Club de Dióg (...)
  • 11 Joseph Conrad, The Heart of Darkness, Paris, Gallimard, Folio Bilingue, 1996. Traduit en français e (...)

21La lecture de The Heart of Darkness de J. Conrad et la comparaison de l'original avec deux traductions espagnoles10 et trois traductions françaises publiées ou republiées il y a peu11 et aisément accessibles ne peuvent à cet égard manquer de frapper. L'examen le plus superficiel de ce corpus permet tout de suite un partage très clair :

22a. les cas où les can / could de l'original reçoivent unanimement une traduction explicite, et par pouvoir.

[9] Thus he could see and enjoy as long as he could see, because the appreciation of this favour had remained with him to the last. (J. Conrad, The Heart of darkness, pp. 214-216)

Il put ainsi le voir et se repaître du spectacle aussi longtemps qu’il eut les yeux ouverts, il avait gardé jusqu’au bout la faculté de goûter cette grâce. (J. Deurbergue, pp. 215-217)

De sorte qu’il put le voir et en jouir tant qu’il put voir, car il garda son appréciation de cette faveur jusqu’au bout. (J. J. Mayoux, p. 156.)

Il put ainsi en profiter et le regarder, tant qu’il put voir, car il eut ce privilège jusqu’à la fin. (O. Lamolle, p. 82.)

Así que pudo verlo y contemplarlo a su sabor, porque conservó la capacidad de apreciar sus virtudes hasta el último momento. (El corazón de las tinieblas y otros relatos, trad. Dámaso López García, p. 229)

  • 12 Ce n’est pas ici le lieu de commenter le changement de personne (podíamos) et le recours à l’imparf (...)

Así podíamos ver y disfrutar tanto como él, ya que había mantenido el aprecio por este obsequio hasta el final. ( El corazón de las tinieblas, trad. Clara Iturero, p. 97) 12.

23b. les cas où les mêmes can / could sont unanimement gommés par les Français et les Espagnols (ex. 10), livrant, dans les traductions, leurs marques morphologiques au verbe modalisé. Les Espagnols, en un seul exemple (ex. 11), se divisent dans leur choix, l’un procédant comme les Français, l’autre conservant le verbe modal :

[10] You could see from afar the white of their eyeballs glistening. (J. Conrad, p. 66)

On voyait de loin luire le blanc de leurs yeux. (J. D., p. 67)

On leur voyait de loin luire le blanc des yeux. (J. J. M., p. 100) On voyait de loin briller le blanc de leurs yeux. (O. L., p. 24) De lejos se veía el destello blanco de los ojos. (D. L. G., p. 152) Se veía el blanco de sus ojos brillar desde lejos. (C. I. H., p. 41)

[11] I could see every rib, the joint of their limbs were like knots in a rope. (J. Conrad, p. 74)

Je voyais chacune de leurs côtes, les articulations de leurs membres saillaient comme les nœuds d’un cordage. (J. D., p. 75)

Je leur voyais toutes les côtes, les jointures de leurs membres étaient comme les nœuds d’une corde. (J. J. M., p. 103)

On voyait toutes leurs côtes, les articulations de leurs membres ressemblaient aux nœuds d’une corde. (O. L., p. 27)

Se les podían contar las costillas, las articulaciones parecían nudos de una cuerda. (D. L. G., pp. 156-157)

Se percibía cada costilla ; las articulaciones de sus extremidades eran como nudos de una soga. (C. I. H., p. 44)

24c. les cas intermédiaires où certains traducteurs conservent strictement la modalité de l'original, recourant à pouvoir, quand les autres la suppriment (ex. 12) ou la rendent par d'autres moyens que pouvoir (par le moyen d'une variation lexicale quelconque – ex. 13 -, ils reçoivent une espèce d'équivalence) :

[12] In the evening he could be seen squatted on the bank rinsing that wrapper in the creek with great care… (J. Conrad, p. 132)

Le soir, on le voyait accroupi sur la berge, rinçant cette housse dans le marigot avec grand soin… (J. D., p. 133)

Le soir on pouvait le voir accroupi sur la berge rincer ce linge dans la crique très soigneusement… (J. J. M., p. 125)

Le soir, on le voyait à quatre pattes sur la berge, rinçant cette housse dans la crique avec grand soin… (O. L., p. 50)

Por las tardes se sentaba en la orilla del río, y, con todo esmero, aclaraba el paño en el agua… (D. L. G., p. 187)

Se lo podía ver por la tarde agachado a la orilla, lavando este trapo en el río con mucho cuidado… (C. I. H., p. 65)

[13] What they wanted to keep that body hanging about for I can’t guess. (J. Conrad., p. 226)

Je suis incapable de deviner pour quelle raison ils voulaient que ce corps continue à traîner à bord. (J. D., p. 227)

Pourquoi ils voulaient rester encombrés de ce corps, je n’ai pas idée. (J. J. M., p. 160)

Je me demande pourquoi ils auraient voulu conserver là ce cadavre. (O. L., p. 86)

No soy capaz de imaginarme para qué querrían guardar el cuerpo. (D. L. G., p. 234)

Para qué querían mantener el cuerpo por ahí, no lo sé. (C. I. H., p. 101)

25d. les cas où, l'original ne comportant aucune indication explicite de modalité, une des traductions introduit pouvoir ou l'un de ses substituts :

[14] This simply because I had a notion it somehow would be of help to that Kurtz whom at the time I did not see — you understand. He was just a word for me. I did not see the man in the name any more than you do. Do you see him? Do you see the story? Do you see anything? It seems to me I am trying to tell you a dream. (J. Conrad, p. 122)

Et cela simplement parce que j’avais dans l’idée que, d’une manière ou d’une autre, cela aiderait ce Kurtz qu’à ce moment-là, comprenez-vous, je n’arrivais pas à me représenter. Il n’était qu’un mot pour moi. Je ne voyais pas plus l’homme dans le nom que vous ne le voyez. Le voyez-vous ? Voyez-vous l’histoire ? Voyez-vous quelque chose ? Je me fais l’effet d’essayer de vous raconter un rêve. (J. D., p. 123)

Et cela simplement parce que j’avais idée que de quelque manière cela rendrait service à ce Kurtz qu’à ce moment-là je ne voyais pas — vous voyez le cas. Il n’était qu’un mot pour moi. Je ne voyais pas plus l’homme sous le nom que vous ne faites. Le voyez-vous ? Voyez-vous l’affaire ? Voyez-vous quoi que ce soit ? Il me semble que j’essaie de vous dire un rêve. (J. J. M., p. 122)

Et cela simplement parce que je me figurais que cela pourrait être utile à ce Kurtz que je n’avais alors jamais vu. Vous comprenez ? Pour moi, il n’était qu’un nom. Pas plus que vous ne le faites, je ne mettais un visage sur ce nom. Le voyez-vous ? Voyez-vous l’histoire ? Voyez-vous quoi que ce soit ? Il me semble que j’essaie de vous raconter un rêve. (O. L., p. 46)

Todo esto sencillamente porque me había venido la idea de que esto, de alguna forma, ayudaría a ese tal Kurtz, a quien, por aquel entonces, yo ni siquiera conocía, ¿comprenden ? Para mí era tan sólo una palabra. Yo, al igual que ustedes ahora, no veía al hombre que había tras la palabra. ¿Lo ven ? ¿ven este relato ? ¿ven algo ? Tengo la impresión de estar intentando contarles un sueño. (D. L. G., p. 182)

Simplemente porque tenía la idea de que de alguna manera sería de ayuda para ese tal Kurtz que de momento no había visto… ya saben. No era más que una palabra para mí. No relacionaba al hombre con la palabra más que vosotros.

¿Podéis verlo ? ¿Entendéis ? ¿Veis algo ? Es como si tratase de contaros un cuento… (C. I. H., p. 62)

26Sur le vu de la fréquence de chaque cas, la tentation peut être forte d'attribuer ce qui paraît au propre de chaque système linguistique. On n'y a cédé que trop souvent : défaut de bien des analyses, on a mis au compte des systèmes linguistiques en présence ce qui est le fait du traducteur. C'est la langue anglaise, dit-on, qui voudrait ici que l'on use de can / could et le français — ou l’espagnol — qui exigerait, dans la même occurrence, qu'on fasse l'économie de pouvoir, peux ou pouvais. Qui exigerait, ou qui aurait une forte tendance à le faire. À qui recourrait à pareil argument on fera remarquer :

27— d'abord qu'il n'y pas toujours unanimité chez les traducteurs. Qu'il arrive à un ou à deux — et pas toujours les mêmes — de conserver le modal :

[15] At the same time the fireman, whom I could also see below me, sat down abruptly before his furnace and ducked his head. (J. Conrad, p. 198.)

En même temps, le chauffeur, que je voyais également au-dessous de moi, s’assit soudain devant sa chaudière et rentra la tête. (J. D., p. 199)

En même temps le chauffeur, que je voyais aussi sous moi, s’assit brusquement devant son foyer, et courba la tête. (J. J. M., p. 150)

En même temps, le chauffeur, que je pouvais aussi voir au-dessous de moi, s’assit brusquement devant sa chaudière en baissant la tête. (O. L., p. 76)

A la vez, el fogonero, a quien también veía por debajo de mí, se sentó bruscamente ante la caldera, agachó la cabeza. (D. L. G., p. 220)

Al mismo tiempo, el fogonero, al cual podía ver también debajo de mí, se sentó bruscamente delante de su horno, y zambulló la cabeza. (C. I. H., p. 90)

[16] By the last gleams of twilight I could see the glitter of her eyes, full of tears — of tears that would not fall. (J. Conrad, p. 326)

Aux dernières lueurs du crépuscule, je voyais briller ses yeux emplis de larmes
— de larmes qui refusaient de couler. (J. D., p. 327)

Aux dernières lueurs du crépuscule je pus voir briller ses yeux, pleins de larmes
— de larmes qui ne tomberaient pas. (J. J. M., p. 199)

Dans l’ultime lueur du crépuscule, je voyais briller ses yeux pleins de larmes, de larmes qui ne tombaient pas. (O. L., p. 128)

Los últimos resplandores del crepúsculo me permitieron ver el destello de las lágrimas en los ojos, lágrimas que no se derramarían. (D. L. G., p. 287)

Con los últimos destellos del crepúsculo podía ver el brillo de sus ojos, llenos de lágrimas, de lágrimas que no se caían. (C. I. H., p. 141)

28et que nombreux sont ceux qui, faisant appel à leur propre compétence, seraient disposés à les imiter.

29— ensuite qu'à conditions contextuelles et co-textuelles égales ou identiques l'anglais se permet d'éviter le recours à can ou could pour dire I ou he saw : cf. supra ex. 14 et d’autre part :

[17] He made no answer, but I saw a smile, a smile of indefinable meaning, appear on his colourless lips… (J. Conrad, p. 292)

Il ne répondit pas, mais je vis un sourire, un sourire au sens indéfinissable, apparaître sur ses lèvres blêmes… (J. D., p. 293)

Il ne répondit pas, mais je vis un sourire, un sourire au sens indéfinissable paraître sur ses lèvres décolorées…(J. J. M., p. 186)

Il ne me répondit pas, mais je vis apparaître un sourire, un sourire de signification indéfinissable, sur ces lèvres blêmes qui… (O. L., p. 114)

No contestó, pero advertí una sonrisa, una sonrisa de significado indefinible, que afloró en sus labios descoloridos… (D. L. G., p. 269)

No respondió, pero vi una sonrisa, una sonrisa con significado indefinido, aparecer en sus labios sin color… (C. I. H., p. 127)

[18] Then I went carefully from post to post with my glass, and I saw my mistake. (J .Conrad, p. 252)

Puis je promenai attentivement mes jumelles d’un poteau à l’autre, et je vis mon erreur. (J. D., p. 253)

Puis je passai soigneusement de piquet en piquet avec mes jumelles, et je constatai mon erreur. (J. J. M., p. 170)

Ensuite je promenai avec soin mes jumelles de poteau en poteau, et je compris mon erreur. (O. L., p. 98)

A continuación, con los anteojos, repasé cuidadosamente los postes, uno por uno, me di cuenta de mi error. (D. L. G., p. 247)

Luego fui con cuidado de un poste a otro con mis cristales y vi mi error. (C. I. H., p. 111)

  • 13 Cf. Nicole Le Querler, "Quand voir c'est pouvoir voir", Langue française, n° 84, Paris, 1984, pp. 7 (...)

30Par où l'on découvre que could see et saw se trouvent identiquement traduits en français par vis ou voyais. Ce qui fera peut-être souvenir d'un article d'il y a quelques années intitulé "Quand voir c'est pouvoir voir"13.

* * *

  • 14 Préparé sous la direction de C. Fuchs, un numéro entier de Langue française (n° 84) a été consacré (...)
  • 15 Les diverses significations en contexte sont apparentées et procèdent d'un socle sémantique commun" (...)

31Mais il faut prendre l'affaire de plus haut. Il y a beau temps que l'on a établi les "différentes valeurs" du verbe pouvoir14, en affirmant toujours qu'il est "polysémique" et, parfois, en assurant qu'il possède tout de même une "valeur fondamentale"15 . Nous sommes, pour notre part, de farouches tenants de la monosémie. Mais le traducteur, ne se livrant pas à l'analyse des systèmes linguistiques, et n'ayant nullement à le faire, n'a jamais, lui, à se soucier que de phrases. C'est sa tâche et il n'a d'yeux que pour elles. Tout comme, remarquons-le, le linguiste qui barbote dans la polysémie.

  • 16 Cf. C. Fuchs, art. cit., p. 84. Cf. aussi J.P. Sueur, "Les verbes modaux sont-ils ambigus ?", in La (...)

32Pour le dire rapidement, les capacités de pouvoir ont été ramenées à deux cas : celui où le verbe livre des "valeurs radicales" et celui où il propose des "valeurs épistémiques" ; celui où la modalité intervient précocement pour un "effet intraprédicatif" et celui où elle intervient tardivement pour un "effet extraprédicatif". Cette opposition a maintes fois été reconnue, et sous des terminologies diverses : modalisation interne / modalisation externe ; modalité portant sur le prédicat / modalité portant sur la proposition ; opération prédicative / opération énonciative16 , etc.

  • 17 C. Fuchs, Ibid.
  • 18 L'existence de cette valeur est catégoriquement récusée par certains. Cf. H. Adamczewski, Grammaire (...)

33Raffinant sur les distinctions, on a voulu à l'intérieur des "valeurs radicales" séparer celle qui correspond à "la possibilité" de celle qui dit "la capacité" et de celle qui marque "la permission". Et cela pour ajouter, chez plusieurs, que seule l'opposition radical / épistémique est "de nature véritablement linguistique", les "sous-catégorisations" de la valeur radicale n'ayant pas "de pertinence linguistique" et correspondant "seulement à un système cognitif spécifique, à un certain découpage de la réalité"17 . On n'aura garde d'oublier, enfin, le "sporadique", spatial et temporel , qui, à ce qu'on a cru trouver, sans faire partie des "valeurs radicales" partagerait avec elles quelques propriétés18.

34Chacun convient, plus ou moins explicitement, qu'il s'agit là d'interprétations ou d'effets. D'effets que l'on identifie et sépare par des gloses, la différence perçue entre les gloses, donc entre des phrases, étant sans justification rétroplacée dans le vocable prétendument analysé, ici pouvoir, et non dans la phrase où elle paraît ou dans l'expérience à laquelle elle renvoie. La suite n'est que trop prévisible : on scrute jusqu'à la minutie les con-textes et, surtout, les co-textes qui orientent vers une glose plutôt que vers une autre, vers une "valeur" au détriment d'une autre. Sont ainsi examinés les paramètres qui entrent en jeu dans la reconnaissance de chaque valeur : le type de détermination du syntagme nominal sujet, le rang personnel du verbe modal, sa morphologie temporelle, la négation, etc.

35Cela posé et tenu en esprit, on aperçoit une bonne raison d'aller regarder les traductions. Les gloses que l'on fait servir à la révélation des prétendues "valeurs" de pouvoir nous disent, en fait, ce que l'on est en droit de voir dans les phrases où il est convoqué et, bien plus justement, dans le monde auquel elles font référence et qui a pu les appeler. Mais, observons- le, c'est en toute exactitude, et contre ce qu'ils pensent ou croient, la pratique même des traducteurs.

36De toutes ces distinctions dont il vient d’être fait état et des gloses qui les accompagnent et les justifient, que subsiste-t-il si l’on observe les solutions adoptées par les traducteurs ?

37Nous avons resserré l'examen au cas particulier où le verbe modalisé déclare une perception: to see, to hear, etc. Pour une double raison :

  1. parce qu'à propos du français il a été soutenu que "les verbes de perception constituent un paramètre favorisant l'équivalence [différences de sens minimes] entre énoncés avec et sans pouvoir." (N. Le Querler, art. cit., p. 70).

    • 19 L’observation des traductions espagnoles ne découragerait sans doute pas les grammairiens de cette (...)

    parce qu'il s'est trouvé des grammairiens de l'anglais pour affirmer devant le groupe can hear ou can see qu'avec "un verbe de perception" "en français19 on se passe de modal" (H. Adamczewski, op. cit., p. 156). Ce qui revient à donner au phénomène de suppression du "modal" une raison strictement linguistique, à y voir un effet direct de la différence des deux systèmes linguistiques, et non un choix de traducteur.

Premier paramètre : le rang personnel

38I could (cf. ex. 19 et 20 + supra ex. 11 et, en annexe, ex. 21 à 26)

[19] And fifty feet below the doorstep I could see the still tree-tops of the grove of death. (J. Conrad, p. 90)

Et à cinquante pieds au-dessous du pas de porte, je voyais le faîte immobile des arbres du bosquet de la mort. (J. D., p. 91)

Et à cinquante pieds au-dessous du seuil je voyais les cimes d’arbres immobiles du bosquet de la mort. (J. J. M., p. 109)

Et à deux mètres en contrebas de la porte, je voyais les cimes immobiles du bosquet de la mort. (O. L., p. 33)

Unos cincuenta pies más abajo se veían las inmóviles copas de los árboles del soto de la muerte. (D. L. G., p. 165)

Y cincuenta pies por debajo del umbral de la puerta se veían las inmóviles copas de la arboleda de la muerte. (C. I. H., p. 50)

  • 20 Dans ces exemples, could see est traduit tantôt par voyais tantôt par voyait bien, bien servant san (...)

[20] I could see he was disturbed and considerably puzzled, which made me feel more hopeful than I had been for days. (J. Conrad, p. 130)

Je voyais bien qu’il était troublé et grandement déconcerté, ce qui me donna un peu plus d’espoir que je n’en avais eu depuis des jours. (J. D., p. 131)

Je voyais bien qu’il était troublé et fort déconcerté, ce qui me rendit plus confiant que je n’étais depuis des jours. (J. J. M., p. 124)20

Je voyais qu’il était troublé et fort intrigué, ce qui me rendit un peu d’optimisme… dont j’avais été privé depuis bien des jours. (O. L., p. 49)

Advertí que se hallaba preocupado, y un tanto perplejo, lo cual me hizo sentirme más esperanzado que nunca anteriormente. (D. L. G., p. 186)

Noté que estaba inquieto y bastante perplejo, lo que me hizo sentir más esperanzas de las que había sentido en los últimos días. (C. I. H., p. 64)

39you could (ex. 27 + supra ex. 10)

[27] You could see these two roaming about all day long with their heads close together in an everlasting confab. (J. Conrad, p. 138)

On les voyait tous deux se promener du matin au soir, têtes rapprochées en un sempiternel conciliabule. (J. D., p. 139)

On les voyait tous les deux aller de çà de là tout le jour, tête contre tête en un éternel conciliabule. (J. J. M., pp. 127-128)

On les voyait errer ensemble à longueur de journée, tout près l’un de l’autre, en continuels conciliabules. (O. L., p. 52)

Se les veía a ambos pasear durante todo el día, las cabecitas juntas no dejaban de conspirar. (D. L. G., p. 190)

Se los veía todo el día vagando, con las cabezas pegadas en una charla interminable. (C. I. H., p. 67)

40— 3e pers. + could (ex. 28)

[28] I heard a scathing murmur at my ear. “Heap of muffs — go to”. The pilgrims could be seen in knots gesticulating, discussing. (J. Conrad, p. 118)

J’entendis un murmure acerbe à mon oreille : “Bande d’emplâtres — va”. L’on voyait les pèlerins gesticuler et discuter en petits groupes. (J. D., p. 119)

J’entendis un murmure de mépris à mon oreille. “Tas de gourdes — au diable !” On voyait les pèlerins par paquets gesticuler, discuter. (J. J. M., p. 120)

Je l’entendis murmurer dans mon oreille avec mépris : “Et maintenant, ce tas d’abrutis !” On voyait les bonshommes, en groupes, qui discutaient en gesticulant. (O. L., p. 44)

Oí un murmullo sardónico cerca de mí.
- Montón de memos, que se vayan a… — Los peregrinos se habían juntado en grupos, gesticulaban, discutían. (D. L. G., p. 180)

Oí un murmullo feroz. “Montón de idiotas ¡ vamos !” Se podía ver a los peregrinos en grupos, gesticulando y discutiendo. (C. I. H., p. 60)

41we could: ex. 29

[29] The dwelling was dismantled; but we could see a white man had lived there not very long ago. (J. Conrad, p. 166)

L’habitation était délabrée ; mais on voyait qu’un Blanc y avait vécu assez peu de temps auparavant. (J. D., p. 167)

L’habitation était dégarnie, mais on voyait qu’un Blanc y avait vécu il n’y avait pas si longtemps. (J. J. M., p. 138)

La demeure était délabrée ; mais on voyait qu’un Blanc avait vécu là assez récemment. (O. L., p. 64)

La vivienda estaba desmantelada, pero advertimos que había habido un hombre blanco viviendo allí no hacía mucho tiempo. (D. L. G., p. 205)

La vivienda estaba desmantelada, pero se podía ver que no hacía mucho tiempo un hombre blanco había vivido allí. (C. I. H., p. 79)

Deuxième paramètre : morphologie temporelle

42(cf. supra et, en annexe, exemples en could ; et en outre ci-dessous ex 30 en can + supra ex. 13)

[30] They had brought along a provision of hippo-meat which went rotten, and made the mystery of the wilderness stink in my nostrils. Phoo ! I can sniff it now. (J. Conrad, p. 154)

Ils avaient apporté avec eux une provision de viande d’hippopotame qui se mit à pourrir, et donna au mystère du monde sauvage une puanteur qui me vint droit aux narines. Pouah ! je la sens encore. (J. D., p. 155)

Ils avaient apporté une provision de viande d’hippopotame, qui pourrit, et qui fit puer dans mes narines le mystère de la brousse. Pouah ! Je la renifle encore. (J. J. M., p. 134)

Ils avaient apporté une provision de viande d’hippopotame, qui s’est avancée et a fait puer dans mes narines le mystère de la jungle. Pouah ! je la sens encore. (O. L., pp. 59-60)

Habían traído como provisión algo de carne de hipopótamo que se había podrido, y que hacía que no abandonara mi nariz el hedor del misterio de la jungla. ¡ Puff ! Todavía hoy me viene el olor. (D. L. G., p. 199)

Traían provisiones de carne de hipopótamo que se pudrió, y que hizo que el misterio de la selva apestase en nuestras narices. ¡ Puf ! Es como si lo oliera. (C. I. H., pp. 74-75)

Troisième paramètre : la négation

  • 21 Il n’est pas sans intérêt de relever que c’est dans une phrase négative que les deux traducteurs es (...)

43Nég. + I could21 : ex. 31 + supra ex. 13

[31] And then that imbecile crowd down on the deck started their little fun, and I could see nothing more for smoke. (J. Conrad, p. 294)

Alors la bande de crétins du pont inférieur commença de s’amuser un peu ; et je ne vis plus rien à cause de la fumée. (J. D., p. 295)

Là-dessus cette bande de crétins sur le pont se payèrent leur petite partie, et je ne vis plus rien dans la fumée. (J. J. M., p. 186)

Et alors ma troupe imbécile sur le pont commença son petit jeu et je ne vis rien de plus à cause de la fumée. (O. L., p. 115)

A continuación la chusma de la cubierta comenzó su diversión, y ya no pude ver nada a causa del humo. (D. L. G., p. 270)

Y entonces aquella muchedumbre imbécil sobre la cubierta comenzó su diversión y ya no pude ver más que humo. (C. I. H., p. 128)

44Les chiffres ici sont nets. Dans quatorze exemples nos traducteurs français, unanimement, se passent de pouvoir et se contentent de conjuguer le verbe modalisé de l'original. Sept fois les traducteurs espagnols leur emboîtent le pas. Dans les sept autres cas, un seul des deux se singularise en conservant la modalité. Face, donc, à soixante-trois suppressions on ne peut produire que sept cas de maintien de la modalité. À quoi il convient d’ajouter que dans un seul exemple (cf. supra ex. 9), et unanimement cette fois encore, Français et Espagnols le conservent.

  • 22 Outre H. Adamczewski, op. cit., cf. S. Berland-Delépine, La grammaire anglaise de l'étudiant, s. l. (...)

45La cause semble entendue. Le fait paraît confirmer les grammairiens : en français, "le modal" ne se traduit pas22 ; en espagnol, la tendance est forte à faire de même. Et l'on se croit confirmé dans ce jugement quand on relève que, dans le seul exemple où il se sauve (ex. 9), il est question non d'une perception effective mais de la faculté de percevoir, de la conservation de la vue. Le vrai est peut-être moins simple.

  • 23 Cf. Nicole Le Querler, "Quand voir, c'est pouvoir voir", Langue française n° 84, op. cit., pp. 73-7 (...)

46Les paramètres qui favorisent l'équivalence, ou la quasi équivalence, des énoncés avec et sans pouvoir ont été relevés maintes fois, et depuis longtemps. Il n'est dès lors pas surprenant de les retrouver ici, actifs et opérants. Ainsi, que le sujet soit indéterminé et l'énoncé, bien souvent, se laisse interpréter comme la déclaration d'une propriété : quelque chose est perceptible par n'importe qui23. En effet, ce que n'importe qui peut voir est visible et est vu. Que you ait valeur générique, qu'on le traduise donc par on ou par la pasiva refleja” espagnole (se veía), et c'est moins la capacité de cet on (ou de la “pasiva”) que la propriété de l'objet qui importe. D'où l'effacement de pouvoir : cf. supra ex. 10 et 27. Si le passage à la première personne restreint cette possibilité d'interprétation, il ne l'abolit pas. Ce que je dis de moi, en effet, ne vaut pas toujours que pour ma seule personne mais peut s'étendre à n'importe qui. Par quoi l'on retrouve l'indétermination et le report de l'intérêt sur une propriété de l'objet : c'est le cas des ex. 11 (cf. on et construction en se), 19 (cf. se veían, deux fois), 20, 21, 23, 24, 29.

47N'importe qui à ma place aurait vu les côtes et les articulations des porteurs (cf. ex. 11), le faîte immense des arbres (ex. 19), la cage thoracique de Kurtz (ex. 24), etc. Et ce qui vient d'être dit peut être étendu à we (cf. ex. 29 : quatre fois avec expression “impersonnelle”, on et “pasiva refleja”), c'est-à-dire à n'importe lequel du groupe considéré et dont je fais partie : il était visible "qu'un Blanc avait vécu" là, et chacun d'entre nous, comme toute autre personne qui se fût trouvée en ces lieux, le voyait. Inutile de préciser qu'au passif — et, cette fois, que le sujet soit déterminé ou pas — le même mécanisme opère : c'est une propriété de l'objet qui est en cause ; les pilgrims (ex. 28) sont visibles.

  • 24 N. Le Querler, art. cit., pp. 80-81.
  • 25 Cf. "L'interprétation du présent selon l'aspect propriété est favorisé par certains adverbes et cer (...)

48Le révolu, a-t-on ajouté, favorise l'équivalence des énoncés avec et sans pouvoir : "parce que dans ce cas la possibilité n'est pas restée à l'état de puissance, elle s'est réalisée"24. Or tous les exemples de cette catégorie sont, dans notre corpus, au passé. Tous, sauf un qui est au présent (cf. supra ex. 30). Mais, là aussi, c'est du statut de l'objet qu'il est question : après bien des années (cf. now et encore ou todavía25) il a conservé le pouvoir de frapper, et frappe, mes narines (c’est même lui qui est en position de “sujet” dans l’une des traductions espagnoles : me viene el olor). Voilà autant d'exemples qui suffiraient à faire écrire au traducteur : "Quand pouvoir voir c'est voir".

49Qu'on ne s'empresse pas cependant d'y voir une règle ou une loi, stricte et sévère. C'est que face à cette solide régularité il faut placer et la pratique des traducteurs anglais, et les cas où l'écrivain anglais lui-même, ici Conrad, se dispense de recourir au verbe modal, et le caractère fort souvent facultatif des choix opérés par les traducteurs, français ou espagnols et les solutions divergentes adoptées en maintes occasions par les traducteurs de The Heart of Darkness — par eux et par d'autres.

[1] Pratique des traducteurs anglais

50Si, pour les verbes de perception, en français "le modal ne se traduisait pas", on pourrait s'attendre à ce que, passant du français à l'anglais, il reparaisse, sinon toujours du moins fort souvent. Ce n'est pas tout à fait ce que montrent les traductions anglaises. Au chapitre III (1re partie) de Madame Bovary, Charles appelé "à la ferme des Bertaux, pour remettre une jambe cassée" s'y rend de nuit. "Il se laissait bercer au trot pacifique de sa bête" et bientôt il entra "dans une sorte d'assoupissement où, ses sensations récentes se confondant avec des souvenirs, lui-même se percevait double, à la fois étudiant et marié, couché dans son lit comme tout à l'heure, traversant une salle d'opérés comme autrefois". Et Flaubert précise :

L'odeur chaude des cataplasmes se mêlait dans sa tête à la verte odeur de la rosée ; il entendait rouler sur leur tringle les anneaux de fer des lits et sa femme dormir...

51Certes, dans sa traduction, G. Hopkins (p. 15) fera appel à could :

He could hear the rattle of iron curtain rings above the ranged beds of the ward.

52Et comme lui, G. Wall (p. 10). A. Russel (p. 26) transforme en une phrase nominale (“A warm smell…with…the sound…”). Mais Lewis May (p. 31) se satisfait du verbe non modalisé :

[...] he heard the iron rings running along the curtain rods of the bed... Tout comme E. Marx Aveling (p. 20), L. Bair (p. 11) et F. Steegmuller (p. 16).

53Peut-on mieux montrer le caractère non-nécessaire de could ? Et cet exemple n'est pas isolé. On les multiplierait sans peine. À l'avant-dernier chapitre de son roman, Flaubert écrit du père Rouault (cf. supra ex. 8 et ses traductions) :

[8] Il n'y voyait plus, il entendait des voix autour de lui, il se sentait devenir fou.

54Avec y voir, c'est la faculté qui est en cause, le sens de la vue, et L. May n'évite pas "le modal" ("He couldn't see where he was going..."). Et comme lui, cinq autres traducteurs. A. Russel, poussant plus loin l'explicitation, déclare que ce sont les yeux eux-mêmes qui flanchent : "His eyes blurred". Remontant plus haut dans la chaîne des causalités, E. Marx-Aveling montre le bonhomme pris de vertige (dizzy). Mais au second verbe (il entendait), si certains dérivent vers l'inchoatif (he began to hear voices — A. Russell, p. 346), L. May se contente de he heard voices (p. 337). On croirait donc trop facilement aux oukases du système linguistique, là où, de fait, il y a décision du traducteur. Du traducteur qui dit ce qu'il a vu, ce qu'il a cru voir, ce qu'il s'est sûrement représenté.

[II] Pratique des écrivains anglais

55Il n'est que trop visible que, dans l'antériorité de la traduction, l'écrivain — ou plus généralement l'auteur de tout original — fait de même : de l'expérience à laquelle il réfère il verbalise la représentation qu'il se forge. Là donc où les conditions étaient réunies pour qu'il dise could see il lui arrive de dire saw (ex. 32 ci-dessous et, en annexe, ex. 33, 34, 35, 36 et 37) :

[32] It was upward of thirty days before I saw the mouth of the big river. (J. Conrad, p. 70)

Ce n’est qu’au bout de plus de trente jours que je découvris l’embouchure du grand fleuve. (J. D., p. 71)

Ce n’est qu’au bout de plus de trente jours que j’ai vu l’embouchure du grand fleuve. (J. J. M., p. 101)

Nous naviguions depuis près de trente jours lorsque je vis l’embouchure du grand fleuve. (O. L., p. 25)

Transcurrieron más de treinta días antes de que pudiera ver el estuario del gran río. (D. L. G., p. 154)

Pasaron más de treinta días antes de que viera la desembocadura del gran río. (C. I. H., p. 42)

56ou l'inverse. S'étant construit, par exemple, un rapport d'antériorité à postériorité, il lui est loisible de le faire servir au repérage ou bien de la possibilité (capacité) ou bien de l'effectivité d'un procès, perception ou pas. Pendant trente jours les circonstances sont telles que l'embouchure du fleuve ne peut être aperçue. Après ce délai, les circonstances s'étant modifiées, l'impossibilité de voir est levée. Le choix dès lors est offert ou de déclarer qu'une capacité antérieurement interdite vient d'être acquise (I could + verbe : ex. 38 ci-dessous et 39 en annexe).

[38] […] but before I could come to any conclusion it occurred to me that my speech or my silence, indeed any action of mine, would be a mere futility. (J. Conrad, p. 172)

[…] mais avant d’être parvenu à une quelconque conclusion, il me vint à l’esprit que le fait de parler ou de me taire, que toute action de ma part, à vrai dire, ne pouvait être d’aucune conséquence. (J. D., p. 173)

[…] mais avant que je n’arrive à aucune conclusion, il me vint à l’esprit que ma parole ou mon silence, en vérité toute action possible, serait parfaitement futile. (J. J. M., p. 140)

[…] mais, avant d’être arrivé à une décision, il me vint à l’esprit que mes paroles, mon silence et mes actes seraient également vains. (O. L., p. 66)

[…] pero antes de haber llegado a ninguna conclusión, pensé que mis palabras o mi silencio o cualquier acción mía serían lisa y llanamente inútiles. (D. L. G., p. 207)

[…] pero antes de llegar a ninguna conclusión me di cuenta de que mi discurso o mi silencio, en realidad cualquier acción mía, sería meramente inútil. (C. I. H., p. 81)

57ou, ce qui le confirme, que cette capacité a effectivement été mise en œuvre: "I saw the mouth of the big river" (cf. supra ex. 32 et pudiera ver dans l’une des traductions espagnoles).

[III] Choix facultatifs des traducteurs

58Mais le point le plus fort est dans un autre constat. Des quatorze exemples signalés plus haut, et dans lesquels, unanimement, les trois traducteurs français ont effacé la modalité, il est aisé de voir que douze d'entre eux auraient pu sans peine être l'objet d'un choix contraire. Qu'ils auraient pu tout aussi bien la conserver, comme, parfois, l’ont fait les traducteurs espagnols. Et il est sans doute remarquable que, face à ces douze occurrences où il a été choisi de traduire par l'imparfait, les trois qui admettent plus difficilement le maintien pur et simple de la modalité soient mis au passé simple (cf. supra ex. 23 et 31) ou se trouvent être au présent (cf. supra ex. 30). Et encore faut-il ajouter :

  • que dans l'ex. 31 la raison du rejet est peut-être à chercher dans l'euphonie : la rencontre de pus et de plus (je ne pus plus rien...) ; ce qui s'évitait sans peine, mais au prix d'une petite inexactitude à l'endroit de l'original : en renonçant à l'application temporelle de plus et en donnant au vocable une valeur quantitative ("je ne pus rien voir de plus à cause de la fumée"). À cet égard on ne peut manquer de relever que les deux traducteurs espagnols, que ne gênait aucune raison d’euphonie, conservent la modalité.

  • que dans l'ex. 30 l'obstacle à la conservation de la modalité varie avec le verbe retenu, "je peux encore la sentir" s'acceptant plus aisément que "je peux encore la renifler".

59De sorte qu'au bout du compte il n'est pour offrir une résistance franche à la traduction de could que l'ex. 25 (cf. supra). Et la double modalisation (I Thought I could) n'y est pas étrangère.

  • 26 Pour une description approfondie et fine de ce système, cf. A. Joly et D. O'Kelly, Grammaire systém (...)

60Sans perdre de vue que le français — ou l’espagnol — n'est pas l'anglais, qu'à la triple partition du temps dans les premiers (présent, passé, futur) s'oppose la bipartition dans le second (passé / transpassé) ; sans oublier que, dans le passé, les premiers opposent l'imparfait au passé simple, opposition absente dans le second ; que ce dernier, dans le champ du possible, s'est constitué un système binaire (tension 1 : may ; tension 2 : can)26 ; et sans nier, bien sûr, que ces différences, par force, pèsent sur les choix du traducteur, on ne peut que reconnaître, sur le vu de nos exemples, que le fréquent abandon de l'expression explicite de la modalité n'est pas drastiquement imposé au traducteur. C'est ce dernier qui fait choix de cette conduite. Elle ne lui est pas dictée par la langue dans laquelle il traduit. Elle lui est soufflée par l'orthonymie ? Peut-être. Mais, ce faisant, par l'orthonymie de sa propre société est-ce à l'orthonymie de l'original qu'il répond ? C'est moins sûr.

  • 27 Cf. J.C. Chevalier-M.F. Delport, L’horlogerie de saint Jérôme, op. cit., pp. 11-26. Voir particuliè (...)

61Si l'on voyait, c'est que l'on pouvait voir. Déclarer le premier, c'est impliquer le second. Déclarer le premier peut donc être jugé suffisant pour évoquer, par inférence, le second. Maintes fois c'est le raisonnement, conscient ou pas, du traducteur. Il dit l'après, sachant que l'avant lui est suffisamment lié pour paraître aussi, en arrière-plan. Il y a là une des "figures de traduction" les plus utilisées27. Mais l'image de l'événement rapporté est loin, en l'un et l'autre cas, d'être équivalente, comme souvent on feint de le penser. Pouvoir, partout et toujours, pose un champ, celui du "possible", où les chances d'être et de ne pas être du procès qui suivra s'équivalent et sont mises en face à face. Dire voyait dès lors est, dans l'au- delà, abolir cet équilibre, n'en retenir que les chances d'être et sous la forme actualisée. Il fallait, certes, ces "chances d'être" pour qu'on puisse les faire passer à l'existence ; mais, y ayant accédé, elles ont en tant que telles disparu de la représentation. Le contraste posé par pouvoir a été congédié. Ainsi, affirmer que "je pouvais voir sa cage thoracique" (cf. en annexe ex. 24, trad. C. I. H. podía ver la c. t.), c'est m'obliger à me représenter que j'avais des chances de "ne pas la voir", et que ces chances ont été dépassées, qu'elles sont désormais équilibrées par celles de "la voir". La "couverture" qui était un obstacle (chances de ne pas voir) est tombée et, en face, paraissent à présent celles de voir. Mais affirmer que “je la voyais” gomme jusqu’au souvenir que, face à la possibilité de la voir, il y avait celle de ne pas la voir. C’est sans doute de n’y avoir pas consenti tout à fait qui conduit parfois (cf. supra ex. 20, traductions Deurbergue et Mayoux) le traducteur à l’ajout de bien (je voyais bien). Il conserve ainsi un reste de contraste : à une vision imparfaite il oppose une vision claire et nette. Dans le même ex. 20, les deux traducteurs espagnols — et sans doute pour les mêmes raisons —, par une variation lexicale (advertir, notar), posent une participation “plus active” du “sujet”.

62Le mécanisme se retrouvera dans les autres exemples, plus ou moins explicitement. Ce qui est ici His covering had fallen sera ailleurs la distance — spatiale ou temporelle — vaincue ou surmontée : afar (ex. 10), fifty feet below (ex. 19), de longues années plus tard (ex. 29), the upper end of the reach (ex. 26). Toujours et partout, c’est l’image d’un obstacle levé qui crée un contraste : elle met en regard une situation où voir est empêché et une situation nouvelle où il est permis. Et c’est ce contraste qui appelle le verbe modal. Et son abolition par le traducteur qui ne laisse place qu’au verbe dans l’original modalisé. L’obscurité de la nuit, d’une part, gêne toute vision et le clair de lune, d’autre part, (ex. 21 : The moon had spread over everything a thin layer of silver) autorise la vision ; l’ordinaire, d’un côté, est que les côtes et les articulations des membres soient peu visibles, l’effort, la peine et la misère, de l’autre, les font saillir (ex. 11) : l’invisible habituel devient le visible du moment. En d’autres occasions, à la possibilité de voir succède l’impossibilité de voir, et cela en raison encore d’un obstacle mais qui, au lieu d’être levé comme “the covering” ou la distance, se présente et s’interpose : d’où la négation. Aux chances de voir qui existaient viennent donc s’adjoindre, par l’effet de la fumée, les chances de ne pas voir : d’où encore le verbe de modalité (cf. les deux traductions espagnoles de l’ex. 31).

[IV] Choix divergents des traducteurs

63Enfin l’intervention propre du traducteur ne se montre jamais plus clairement que lorsque son choix se sépare de celui de ses pairs. Pour la cohérence de l’observation et de l’analyse, on ne quittera pas le champ des verbes de perception. Face aux quatorze exemples où, unanimement, les traducteurs français faisaient disparaître le verbe de modalité, on peut ici en produire six dans lesquels leurs options divergent. Quelques chiffres d’abord pour permettre la comparaison. De ces six exemples, cinq sont au passé (could), un au présent ; trois sont à la troisième personne du singulier, deux à la première, un sous un you générique, c’est-à-dire renvoyant à n’importe qui. On reconnaîtra dans ces données les paramètres antérieurement signalés comme favorables à la disparition du verbe modal. Or, ici, la distribution se fait de la façon suivante :

  • 28 L’un des traducteurs espagnols, et chaque fois le même (C.I.H.), recourt à d’autres moyens. Variati (...)

64— dans deux exemples (ex. 40 et 41) ne paraît aucun pouvoir, mais une des traductions françaises, et chaque fois de la même plume (O. Lamolle), conserve l’expression explicite d’une modalité28 . Elle le fait sous la forme d’un adjectif suffixé, en –ible (visible) ou en –able (incapable) ; c’est-à-dire, lorsqu’il est question de la perception de n’importe qui, par une propriété de l’objet, ici la proposition (toutes ces pièces avaient été posées avec art), et, dans le second cas, par une propriété occasionnelle du sujet (ex. 41).

[40] And the sunshine made him look extremely gay and wonderfully neat withal, because you could see how beautifully all this patching had been done. (J. Conrad, p. 232)

Et le soleil lui donnait un air extrêmement gai, et tiré à quatre épingles avec ça, parce qu’on voyait avec quel soin tout ce rapiéçage avait été fait. (J. D., p. 233)

Et le soleil lui donnait un air extrêmement gai, et merveilleusement soigné, en plus, car on voyait comme tout ce rapiéçage avait été superbement fait. (J. J. M., p. 162)

Et, malgré tout, le soleil lui donnait l’air très pimpant et extrêmement soigné, car il était visible que toutes ces pièces avaient été posées avec art. (O. L., p. 89)

Y la luz del sol le hacía parecer extraordinariamente alegre, además de extraordinariamente limpio, porque se veía lo bien que estaban hechas las costuras de los remiendos. (D. L..G., p. 237)

Y la luz del sol le hacía parecer extremadamente alegre y maravillosamente lindo al mismo tiempo, porque se notaba la belleza con la que el parcheado se había hecho. (C. I.H., p. 103)

[41] Since I had peeped over the edge of myself, I understand better the meaning of his stare, that coud not see the flame of the candle, but was wide enough to embrace the whole universe… (J. Conrad, p. 304)

Depuis que j’ai moi-même jeté un coup d’œil par-dessus le bord, je comprends mieux le sens de son regard fixe, qui ne percevait pas la flamme de la bougie, mais était assez large pour embrasser l’univers entier… (J. D., p. 305)

Depuis que j’avais moi-même risqué un œil par-dessus le bord, j’ai mieux compris le sens de ce regard fixe, qui ne voyait pas la flamme de la bougie, mais qui était assez ample pour embrasser tout l’univers… (J. J. M., p. 191)

Depuis que j’ai pu moi-même jeter un coup d’œil au-delà de la frontière, je comprends mieux la signification de son regard fixe, incapable de voir la flamme de la bougie mais assez vaste pour embrasser tout l’univers… (O. L., p. 119)

Puesto que también yo me había asomado al borde, comprendo mejor el sentido de aquella mirada que no veía la llama de la vela, pero que era lo suficientemente amplia como para haber abarcado todo el universo… (D. L. G., p. 275)

Desde que yo mismo me había asomado al abismo, comprendo mejor el significado de su mirada, que no podía ver la llama de la vela, pero era suficientemente amplia para abrazar el universo entero… (C. I. H., p. 132)

65— dans trois exemples (cf. supra ex. 12, 15 et 16), deux traductions — mais pas toujours la même — continuent de faire passer à la trappe le verbe de modalité, mais il s’en trouve une pour le maintenir (J. J. Mayoux : ex. 12 et 16 ; O. Lamolle : ex. 15). Et le phénomène se répète, comme on peut le voir, chez les traducteurs espagnols (conservation de la modalité chez C. I. H.).

  • 29 N. Le Querler, art. cit., p. 76.

66— dans un exemple enfin (ex. 42) la modalité est unanimement conservée, deux fois sous la forme pouvoir, une fois par la déclaration d’une propriété du sujet (il est capable). On ne peut cependant manquer de relever qu’il s’agit cette fois non point d’une “perception involontaire” mais d’une “perception volontaire” : to look on. Et il a parfois été signalé qu’en ce cas “ les possibilités d’équivalence ” entre les énoncés avec et sans pouvoir “sont plus restreintes” 29. D’où sans doute l’unanime maintien d’une modalité explicitement déclarée.

[42] Let the fool gape and shudder — the man knows, and can look on without a wink. (J. Conrad, pp. 160-162)

Que l’imbécile reste bouche bée, en proie aux frissons — l’homme digne de ce nom sait, et peut continuer de regarder sans ciller. (J. D., pp. 161-163)

Que le sot soit bouche bée et frissonne — l’homme sait, et peut regarder sans ciller. (J. J. M., p. 136)

Que les imbéciles béent d’incompréhensio et frissonnent, l’Homme sait, et il est capable de regarder sans ciller. (O. L, p. 62)

Que los tontos se asombren y tiemblen, el que sabe puede enfrentarse con ello sin pestañear. (D. L. G., p. 202)

Que los idiotas se asombren y se estremezcan, el que es hombre lo sabe y puede mirarlo sin pestañear. (C. I. H., p. 77)

  • 30 C. E. and J. M. Eckersley, A Comprehensive English Grammar, Longman, Londres, p. 197.

67Chacun de ces six exemples mériterait un examen attentif. La place qui nous est impartie ne le permet pas. On fera cependant quelques remarques sur l’ex. 12 (cf. supra) : In the evening he could be seenDouble contraste : entre le soir, d’abord, où les chances de voir existent et les autres moments du jour où elles n’existent pas ; entre les soirs, ensuite, où les chances de voir sont positives et les soirs où elles ne le sont pas. C’est assez, peut-on penser, pour appeler could et produire l’effet, bien ou mal nommé, “sporadique”. En supprimant le verbe de modalité, J. Deurbergue, O. Lamolle et D. López García suppriment le second contraste. Par l’indication de moment (Le soir) combinée au célèbre “ imparfait d’habitude ” — qui ne l’est, en fait, que par Le soir —, ils sauvent le premier ; mais ils donnent surtout à entendre que c’est tous les soirs qu’ “on le voyait sur la berge”. Or, rien n’interdit de comprendre, comme J. J. Mayoux et C. Iturero Herrero, que ce n’est que par intermittences — certains soirs oui, certains soirs non — qu’on le voyait, qu’il arrivait qu’on le vît. Cette lecture n’est pas interdite, qui dans la série des soirs qu’elle oblige à se représenter ne retient que ceux où la puissance de voir a cours, opposés à ceux où elle est inexistante. Voir devient une éventualité. Et si may est, en anglais, l’instrument le plus ordinaire pour dire l’éventualité, dans leur Grammaire systématique de l’anglais, A. Joly et D. O’Kelly ont montré que, de façon patente, can ne s’exclut pas de ce champ. Il n’y a pas, certes, “une compétence aussi étendue que <MAY év>” (p. 326), mais il “exprime une éventualité subjective”, une “possibilité thétique” face à la “possibilité hypothétique” de may . Il “renvoie effectivement au sujet de l’énoncé, à ses caractéristiques et à ce qu’en sait le locuteur qui, dans ce cas, se prononce toujours en connaissance de cause” (p. 331). Et, citant Eckersley30, ils rappellent que “can suggests previous experience”. Autant de traits qui se trouvent rassemblés dans notre exemple, ou qu’on peut du moins y reconnaître. J. J. Mayoux, en acceptant dans sa phrase le verbe de modalité, les fait passer de l’anglais au français. Ils sont perdus chez les autres, et pour des conséquences qu’on ne peut négliger. On n’aura aucune peine à en déduire ce qui suit : plus l’énoncé sans pouvoir s’éloignera de celui qui l’inclut, plus le traducteur, d’une part, tendra à conserver le “ erbe modal”, et plus, d’autre part, les probabilités de divergences entre traducteurs s’accroîtront. Comme le linguiste gavé de polysémie, ils auront l’œil fixé sur le monde. Derrière ce qui leur était donné, identiquement, sous la forme de pouvoir, ils chercheront à apercevoir la “capacité”, la “permission”, la “possibilité”, c’est-à-dire les différentes “valeurs radicales” du linguiste. Et ils le diront dans leur texte, chacun à sa manière.

  • 31 Cf. P. Boissel, B. Darbord, J. Devarrieux, C. Fuchs, G. Garnier, C. Guimier, “ Paramètres énonciati (...)
  • 32 Ibid., pp. 38-39.

68Resterait à examiner ce qui se produit lorsque l’on passe des verbes de perception à tout autre espèce de verbes. Les mêmes principes que ceux qui viennent d’être signalés sont à l’œuvre dans les traductions. Les contraintes seulement y sont plus étroites, celles, par exemple, qui dictent impérieusement la conservation de la modalité ou les différentes formes qu’elle peut prendre. Exemple extrême : les verbes dits “d’état”31, dans le mal nommé “effet de sporadicité”32. Le traducteur ici qui s’aviserait de supprimer le “verbe modal” tomberait dans le contre-sens. S’il pouvait être terrible (cf. ex. 43), il ne l’était pas en permanence. Encore que l’indication extra-verbale de l’intermittence suffirait à le dire : “Par moments il était terrible”… Toujours la confusion de ce qui est du mot et de ce qui est de l’énoncé. Mais il serait trop long, pour l’occasion, de feuilleter ici le corpus.

[43] “What can you expect ?” he burst out ; “he came to them with thunder and lightning, you know — and they had never seen anything like it — and very terrible. He could be very terrible. (J. Conrad, p. 246)

“Qu’est-ce que vous imaginez ? explosa-t-il ; il est venu à eux avec le tonnerre et l’éclair, vous savez — eux n’avaient jamais rien vu de semblable — et vraiment terrible. Il pouvait être vraiment terrible. (J. D., p. 247)

“Que pourrait-on attendre d’autre ?” s’exclama-t-il : “Il arrivait sur eux avec le tonnerre et la foudre, voyez-vous — et ils n’avaient jamais rien vu de pareil — c’était terrible. Il pouvait être très terrible.” (J. J. M., p. 168)

Que pouvait-on attendre d’autre ? explosa-t-il ; il était venu à eux avec la foudre et l’éclair, vous savez, ils n’avaient jamais rien vu de tel ; et absolument terrible. Il pouvait être très terrifiant. (O. L., p. 96)

¡ No es tan extraño ! — estalló —. Se acercaba a ellos entre rayos y truenos, ya me entiende, en la vida habían visto nada parecido, todo era aterrador. Sabía ser aterrador. (D. L. G., p. 245)

Qué se puede esperar ? — explotó - ; llegó a ellos con rayos y truenos, y nunca habían visto nada parecido ni tan aterrador. Podía ser muy aterrador. (C. I. H., p. 109)

* * *

Conclusion

69Ce qu’on vient de voir, on aurait pu le montrer à l’aide des seules langues romanes. Alors pourquoi les deux hispanistes que nous sommes se sont-ils mêlés de franchir la Manche ? Parce que les analystes de l’anglais, devant ce que nous observions, ont eu tendance, généralement, à en faire un écart obligé. Un écart imposé par la différence des systèmes linguistiques en jeu. Sans doute les fréquences de la statistique exhiberaient-elles, d’un idiome à l’autre, les effets d’orthonymies distinctes ; mais l’existence du phénomène que nous avons décrit, du mécanisme qui le règle, est indubitablement attestée, quelles que soient les langues en présence — les langues du moins de notre Europe. Il y a donc là une invitation à relativiser ce qui les sépare.

70Much ado about nothing, va-t-on peut-être dire. Mais n’oublions pas que la comparaison des traductions est aussi le révélateur de la nature de bien des études linguistiques qui transportent ce qui est vrai de la phrase achevée dans les systèmes linguistiques — où il n’y a pas de phrases.

Haut de page

Bibliographie

(traductions de Madame Bovary — éditions utilisées)

Gustave FLAUBERT, Madame Bovary, Classiques Garnier, Paris 1961. (Texte conforme à l’édition originale de 1857, avec les variantes.)

Traductions en anglais

Lowell Bair, 1959, Bantam Classics, New York, 1981.

Gerald Hopkins, 1949, Oxford University Press, 1981.

Lewis May, 1928, Collins, Londres et Glasgow, 1953.

Eleanor Marx-Aveling, 1886, Barnes & Noble Books, New York, 2003.

Alan Russell, Penguin Classics, 1950.

Francis Steegmuller, 1957, Vintage Classics, New York, 1992.

Geoffrey Wall, Penguin Classics, 1992.

Traductions en catalan

Lluís Ma. Todó, Grans Èxits universals, 1996.

Ramón Xuriguera, Ed. Proa, A tot vent, 1986.

Traductions en espagnol

Consuelo Berges, Alianza, Libro de Bolsillo, 1974.

Juan Bravo Castillo, Austral, 1993.

Jorge Carrier Vélez, Edicomunicación, 1993.

Carmen Martín Gaite, Bruguera, Libro Amigo, 1982.

Germán Palacios, Cátedra, 1986.

Joan Sales, Planeta, 1982.

Pedro Vances, 1923, Austral, 5ta ed., 1986.

Traductions en italien

Oreste del Buono, Garzanti, 1965. Bruno Oddera, Fabbri Ed., 1985.

Gabriella Pesca Collina, AcQuarelli Best Seller, 1999.

H.Revel, Istituto Geografico De Agostini, Novara, 1983.

Diego Valeri, 1936, Mondadori, Oscar Classici, 1978.

Traduction en portugais

José Maria Machado, Clube do Livro, São Paulo, 1987.

Haut de page

Annexe

Traductions de “The Heart of Darkness”

(Exemples complémentaires)

[21] The moon had spread over everything a thin layer of silver — over the rank grass, over the mud, upon the wall of matted vegetation standing higher than the wall of a temple, over the great river I could see through a sombre gap glittering, glittering, as it flowed broadly by without a murmur. (J. Conrad, p. 120)

La lune avait étendu sur toutes choses une pellicule d’argent — sur l’herbe drue, sur la vase, sur la muraille de végétaux tressés qui s’élevait plus haut que l’enceinte d’un temple, sur le grand fleuve que je voyais briller, briller par une sombre échancrure, comme son large flot coulait sans un murmure. (J. D., p. 121)

La lune avait répandu sur toute chose une mince couche d’argent — sur l’herbe folle, sur la boue, sur la muraille de végétation emmêlée qui se dressait plus haut que le mur d’un temple, sur le grand fleuve que je voyais par une brèche sombre scintiller, scintiller, en suivant sans un murmure son ample cours. (J. J. M., p. 120-121)

La lune avait étendu sur toutes choses une fine couche d’argent, sur l’herbe drue, sur la vase, sur le mur de végétation compacte plus haut qu’un mur de sanctuaire, sur le grand fleuve que je voyais briller, briller, par une brèche sombre, tandis qu’il coulait majestueusement sans un murmure. (O. L., p. 45)

La luna envolvía con un frágil lienzo de plata todo : la tupida hierba, el barro, la muralla de vegetación — más alta que la muralla de un templo –, el gran río — cuyo brillo veía a través de un sombrío pasadizo –, que destellaba mientras corría sin un murmullo. (D. L. G., p. 181)

La luna había extendido por todas partes una capa de plata… sobre el césped espeso, sobre el barro, por encima del muro de hierbas enmarañadas que era más alto que el muro de un templo, sobre el gran río que yo veía brillar por una zona sin vegetación, brillar, mientras fluía sin emitir ni un murmullo. (C. I. H., p. 61)

[22] I could only hear the heavy splashing thump of the stern-wheel… (J. Conrad, p. 198)

Je n’entendais que le lourd battoir de la roue arrière frappant l’eau… (J. D., p. 199)

Je n’entendais que le lourd battement de la roue arrière éclaboussant l’eau… (J. J. M., p. 150)

Je n’entendais que le lourd halètement de la roue du gouvernail et son claquement. (O. L., p. 76)

Lo único que se oía era el pesado golpe de las palas de la rueda… (D. L. G., p. 220)

Sólo podía oír el fuerte porrazo de la rueda de paleta al salpicar… (C. I. H., pp. 90-91)

[23] […] We were clear of the snag, and looking ahead I could see that in another hundred yards or so I would be free to sheer off, away from the bank. (J. Conrad, p. 204)

[…] nous avions évité le chicot, et, en regardant devant nous, je vis qu’au bout d’une centaine de mètres à peu près je serais libre d’alarguer, en m’éloignant du rivage. (J. D., p. 205)

[…] nous avions doublé l’écueil, et regardant devant moi, je vis que à cent mètres de là environ,, je serais libre de m’éloigner de la rive et de prendre le large. (J. J. M., p. 152)

[…] nous avions dépassé le tronc d’arbre, et, d’un coup d’œil, je vis que cent mètres plus loin environ je pourrais m’éloigner de la rive. (O. L., p. 78)

[…] habíamos rebasado el obstáculo, al mirar hacia adelante me di cuenta de que a unas cien yardas aproximadamente podríamos separarnos de la orilla. (D. L. G., p. 223)

[…] nos habíamos desembarazado del obstáculo, y mirando hacia adelante podía ver que en las próximas cien millas o así estaría libre de largarme, lejos de la orilla (C. I. H., pp. 92-93)

[24] His covering had fallen off […]. I could see the cage of his ribs all astir, the bones of his arm waving. (J. Conrad, p. 260)

Sa couverture avait glissé […]. Je voyais sa cage thoracique palpiter, les os de ses bras faire de grands gestes. (J. D., p. 261)

Sa couverture était tombée […]. Je voyais sa cage thoracique tout agitée, les os de ses bras brandis. (J. J. M., p. 173)

La couverture avait glissé […]. Je voyais monter et descendre sa cage thoracique, son bras s’agiter. (O. L., p. 102)

La sábana, al caerse, dejaba ver el cuerpo […] Veía la caja torácica, en la que se movían las costillas ; los huesos del brazo se agitaban. (D. L. G., p. 252)

Se le había caído el ropaje […] Podía ver su caja torácica en movimiento, los huesos de su brazo saludando. (C. I. H., p. 115)

[25] I thought I could see a kind of motion ahead of me […] that motion I had seen — if indeed I had seen anything. (J. Conrad, p. 282)

Je crus voir une espèce de mouvement devant moi […] ce mouvement que j’avais vu — si j’avais bien vu quelque chose. (J. D., p. 283)

Je croyais voir une sorte de mouvement devant moi […] ce mouvement que j’avais vu — si en vérité j’avais vu quelque chose. (J. J. M., p. 182)

Je crus percevoir devant moi une sorte de mouvement […] ce mouvement que j’avais vu, si j’avais réellement vu quoi que ce fût. (O. L., p. 111)

Me pareció que algo se movía ante mí. […] a lo que quiera que se moviera, a lo que había visto, si es que había visto algo. (D. L. G., p. 264)

Pensé que veía cierto tipo de movimiento por delante. […] de aquel movimiento que había visto, si es que realmente había visto algo. (C. I. H., p. 123)

[26] Eight miles meant nearly three hours’ steaming for us, and I could also see suspicious ripples at the upper end of the reach. (J. Conrad., p. 172)

Huit milles représentaient pour nous près de trois heures de route, et puis je voyais des vaguelettes suspectes avant la prochaine boucle du fleuve. (J. D., p. 173)

Huit milles signifiaient dans notre cas près de trois heures de navigation, et je voyais aussi des ondulations suspectes à l’autre bout de cette longueur de fleuve. (J. J. M., pp. 140-141)

Huit milles représentaient pour nous près de trois heures de navigation, et je discernais des remous inquiétants au bout de la ligne droite que nous parcourions. (O. L., p. 66)

Ocho millas significaban casi tres horas de vapor, además había sospechosos remolinos en la parte final del tramo en el que estábamos. (D. L. G., p. 208)

Ocho millas significaban casi tres horas a vapor para nosotros, y yo también podía ver sospechosas ondas en el agua a lo lejos de nuestro alcance. (C. I. H., p. 81)

[33] A horn tooted to the right, and I saw the black people run. (J. Conrad, pp. 72-74)

Une corne mugit sur ma droite, et je vis les Noirs qui couraient. (J. D., pp. 73-75)

Une corne retentit sur la droite, et je vis les Noirs courir. (J. J. M., p. 103) Une trompe sonna, et je vis courir des Noirs. (O. L., p. 27)

Sonó una sirena hacia la derecha, unos negros echaron a correr. (D. L. G., p. 156) Sonó un cuerno a la derecha y vi a los negros correr. (C. I. H., p. 43)

[34] …in a first moment I took him for a sort of vision. I saw a high starched collar, white cuffs, a light alpaca jacket, snowy trousers, a clear necktie, and varnished boots. (J. Conrad, p. 84)

[…] que je le pris d’abord pour une sorte de vision. Je découvris un haut col empesé, des manchettes blanches, une légère veste d’alpaga, un pantalon de neige, une cravate claire, et des bottines vernies. (J. D., p. 85)

[…] qu’au premier moment je le pris pour une sorte de vision. Je vis un col droit empesé, des manchettes blanches, un veston léger d’alpaga, des pantalons blancs comme neige, une cravate claire, des bottines vernies. (J. J. M., p. 107)

[…] que je crus d’abord avoir une sorte de vision. Je vis un haut col dur, des manchettes blanches, un léger veston d’alpaga, un pantalon d’une blancheur immaculée, une cravate propre, des souliers vernis. (O. L., p. 31)

[…] durante un momento creí estar ante una aparición. Cuello alto y almidonado, puños blancos, chaqueta clara de alpaca, pantalones deslumbrantes como la nieve, un lazo de color claro, zapatos lustrosos. (D. L. G., p. 161)

[…] al principio lo tomé por una especie de aparición. Llevaba un cuello almidonado, puños blancos, una chaqueta ligera de alpaca, pantalones blancos como la nieve, una corbata clara y botas brillantes. (C. I. H., p. 47)

[35] I did not see the real significance of that wreck at once. I fancy I see it now, but I am not sure — not at all. (J. Conrad, p. 96)

Je ne vis pas immédiatement la véritable signification de ce naufrage. Je crois la voir maintenant, mais je n’en suis pas sûr — pas sûr du tout. (J. D., p. 97)

Je ne vis pas tout de suite la portée de ce naufrage. Je crois que je la vois maintenant mais je n’en suis pas sûr, pas du tout. (J. J. M., p. 112)

Je ne saisis pas immédiatement la signification exacte de ce naufrage. Je crois l’avoir saisie, maintenant, et encore n’en suis-je pas certain ; pas du tout certain. (O. L., p. 36)

No supe entender el significado del naufragio en aquel primer momento. Creo que ahora sí que puedo, pero no estoy nada, nada seguro. (D. L. G., p. 169)

No di con el verdadero sentido de aquel naufragio al principio. Supongo que ahora sí, pero no estoy seguro… no completamente. (C. I. H., p. 52) [36]" He began to speak as soon as he saw me. (J. Conrad, p. 102)

Il se mit à me parler dès qu’il me vit. (J. D., p. 103)

Il prit la parole dès qu’il me vit. (J. J. M., p. 114) Il se mit à parler dès qu’il me vit. (O. L., p. 38) Comenzó a hablar nada más verme. (D. L. G., p. 171) Comenzó a hablar en cuanto me vio. (C. I. H., p. 54)

[37] Still, one must look about sometimes ; and then I saw this station, these men strolling aimlessly about in the sunshine of the yard. I asked myself sometimes what it all meant. (J. Conrad, p. 106)

Pourtant, il faut bien, parfois, regarder autour de soi ; et je voyais alors ce poste, ces hommes allant de-ci, de-là, sans hâte, sans but, dans le soleil de la cour. Je me demandais quelquefois ce que tout cela signifiait. (J. D., p. 107)

C’est qu’il faut parfois jeter un regard alentour, et quand je voyais ce poste, ces hommes déambuler sans but dans le soleil de la cour, je me demandais parfois ce que tout cela signifiait. (J. J. M., p. 115)

Néanmoins, on est parfois obligé de regarder autour de soi ; alors je vis cette station, ces hommes errant sans but au plein soleil de la cour. Je me demandais de temps en temps ce que tout cela signifiait. (O. L., p. 39)

No obstante, de vez en cuando había que levantar la mirada, y entonces veía el lugar aquel, veía aquellos hombres que se paseaban a la luz del sol por el patio, sin un propósito definido. No dejaba de preguntarme por el sentido de todo aquello. (D. L.G., p. 173)

A pesar de ello, a veces hay que observar lo que hay alrededor, y fue entonces cuando vi la delegación, los hombres paseando sin rumbo al sol del césped. Me preguntaba a veces qué significaba todo aquello. (C. I. H., p. 55)

[39] […] It seemed to me that the house would collapse before I could escape, that the heavens would fall upon my head. (J. Conrad, p. 332)

Il me sembla que la maison s’écroulerait avant que je ne puisse m’échapper, que les cieux me tomberaient sur la tête. (J. D., p. 333)

Il me semblait que la maison s’écroulerait avant que je ne puisse m’échapper, que le ciel me tomberait sur la tête. (J. J. M., p. 202)

J’eus l’impression que la maison allait s’effondrer sans me laisser le temps de m’enfuir, que le ciel allait me tomber sur la tête. (O. L., p. 130)

Tenía la impresión de que la casa iba a derrumbarse antes de que pudiera escaparme, de que el cielo caería sobre mi cabeza. (D. L. G., p. 290)

Me daba la sensación de que la casa se iba a derrumbar antes de que pudiera escapar, que los cielos caerían sobre mi cabeza. (C. I. H., p. 143)

Haut de page

Notes

1 Les travaux de J. Guillemin-Flescher sont un bon exemple de cet usage, en particulier sa Syntaxe comparée du français et de l’anglais.

2 Cf. “ Vous dont j’ai pu laisser vieillir l’ambition / Dans les honneurs obscurs de quelque légion ” (Racine, Britannicus, v. 53) — “ Je pouvais de ces lieux lui défendre l’entrée ” (Id., v. 664). Et au moyen âge avec le passé simple : « Droit m’en offrîtes, ce ne puis je noier. Par l’amendise poi avoir maint destrier. » (Raoul de Cambrai, cité dans G. Gougenheim, Etude sur les périphrases verbales de la langue française, Paris, Nizet, 1971, p. 189. Gougenheim glose : “ je pus avoir, mais je n’eus pas car je refusai”).

3 L’observation d’autres traductions montre, si besoin en était, qu’aucun de ces “écarts” n’était exigé par le système espagnol. Ainsi C. Berges traduit : “Emma no dormía, hacía como que estaba dormida ; y mientras Carlos se adormecía a su lado, ella se despertaba en otros sueños.Al galope de cuatro caballos, la llevaban desde hacía ocho días hacia un país nuevo, de donde no volverían nunca.”

4 Cf. J. C. Chevalier et M. F. Delport, L'Horlogerie de saint Jérôme (Problèmes linguistiques de la traduction), Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 59-63.

5 Ibid., pp. 69-70, et U. Eco, Dire quasi la stessa cosa (Esperienze di traduzione), Milan, 2003/2010, Ed. Tascabili Bompiani, pp. 68 et sq., en particulier p. 108 pour le recours « a orecchio » (Pour l’édition française : Dire presque la même chose (Expériences de traduction), Paris, 2006, pp. 81 et sq., en particulier p. 126 pour le recours "à l'oreille".

6 Voir en annexe la référence de toutes les traductions.

7 Seule, E. Marx-Aveling supprime toute modalité : “Going home at night, Charles went over her words one by one, trying to recall them, to fill out their sense, that he might piece out the life she had lived before he knew her. But he never saw her in his thoughts other than he had seen her the first time, or as he had just left her.”

8 Seul A. Russell, p. 26, garde la forme du texte de départ : “It looked a good sort of farm. Over the open stable-doors, you saw great plough-horses feeding tranquilly at new racks.”

9 Seuls quatre traducteurs suivront strictement l’original :
He was dizzy ; he heard voices round him ; he felt himself going mad. (E. Marx- Aveling, p. 407)
Ya no veía, oía voces en torno suyo, se sentía enloquecer. (C. Berges, p. 387)
Ya no veía, oía voces a su alrededor, tenía la sensación de volverse loco. (G. Palacios, p. 395)
Non ci vedeva più, udiva delle voci intorno a sé, si sentiva impazzire. (B. Oddera, p. 351)

10 El corazón de las tinieblas, traduction de Dámaso López García, Madrid, Valdemar, “ El Club de Diógenes ”, 2005. — El corazón de las tinieblas, traduction de Clara Iturero Herrero, Arganda del Rey, Edimat Libros S.A., 2005.

11 Joseph Conrad, The Heart of Darkness, Paris, Gallimard, Folio Bilingue, 1996. Traduit en français et annoté par Jean Deurbergue. — Au cœur des ténèbres, traduction de Jean-Jacques Mayoux, GF-Flammarion, Paris, 1989. — Au cœur des ténèbres, traduction de Odette Lamolle, Editions Autrement-Littérature, Paris, 1997.

12 Ce n’est pas ici le lieu de commenter le changement de personne (podíamos) et le recours à l’imparfait.

13 Cf. Nicole Le Querler, "Quand voir c'est pouvoir voir", Langue française, n° 84, Paris, 1984, pp. 70-82.

14 Préparé sous la direction de C. Fuchs, un numéro entier de Langue française (n° 84) a été consacré au sujet.

15 Les diverses significations en contexte sont apparentées et procèdent d'un socle sémantique commun" (C. Fuchs, "L'opérateur pouvoir : valeurs, interprétations, reformulations", in Langue française, op. cit., p. 83).

16 Cf. C. Fuchs, art. cit., p. 84. Cf. aussi J.P. Sueur, "Les verbes modaux sont-ils ambigus ?", in La notion sémantico-logique de modalité, David J. et Kleiber G. (éds), Paris, Klincsieck, 1983, p. 169.

17 C. Fuchs, Ibid.

18 L'existence de cette valeur est catégoriquement récusée par certains. Cf. H. Adamczewski, Grammaire linguistique de l'anglais, Paris, Armand Colin, 1982, p. 155 : "Quant à l'étiquette sporadique qui est avancée par certains grammairiens, elle est vide et tautologique". Mais toutes les "valeurs radicales" sont dues au co-texte et au contexte, et les "valeurs épistémiques", le plus souvent, ne se distinguent pas sémiotiquement des valeurs radicales.

19 L’observation des traductions espagnoles ne découragerait sans doute pas les grammairiens de cette langue de tenir le même discours.

20 Dans ces exemples, could see est traduit tantôt par voyais tantôt par voyait bien, bien servant sans doute à marquer le contraste apporté dans l'original par could. En face d’eux on placera l'exemple d'O. Wilde traduit par J. Gattégno, où I see est rendu par Je vois bien. À l’atténuation de la modalité dans un cas répond l’introduction d'une modalité atténuée dans l'autre :
I see there is some writing there, but I cannot make it out”, I replied. (O. Wilde, The portrait of Mr. W.H., Paris, Folio Gallimard, bilingue, 2000, p. 28)
Je vois bien quelque chose d’écrit, répondis-je, mais je ne parviens pas à le déchiffrer. (Trad. Jean Gattégno, p. 29)

21 Il n’est pas sans intérêt de relever que c’est dans une phrase négative que les deux traducteurs espagnols — sans qu’il y ait eu de nécessité de système — s’entendent pour conserver “ le modal ”.

22 Outre H. Adamczewski, op. cit., cf. S. Berland-Delépine, La grammaire anglaise de l'étudiant, s. l., éd. Ophrys, 1974, § 76.

23 Cf. Nicole Le Querler, "Quand voir, c'est pouvoir voir", Langue française n° 84, op. cit., pp. 73-74.

24 N. Le Querler, art. cit., pp. 80-81.

25 Cf. "L'interprétation du présent selon l'aspect propriété est favorisé par certains adverbes et certains types de propositions qui marquent une certaine habitude". (N. Le Querler, art. cit., p. 82).

26 Pour une description approfondie et fine de ce système, cf. A. Joly et D. O'Kelly, Grammaire systématique de l'anglais, Paris, éd. Nathan, 1990, pp. 317 et sq.

27 Cf. J.C. Chevalier-M.F. Delport, L’horlogerie de saint Jérôme, op. cit., pp. 11-26. Voir particulièrement pp. 15 et sq. Cf. aussi J.C. Chevalier-M.F. Delport, Jérômiades (Problèmes linguistiques de la traduction, II), Paris, L’Harmattan, 2010, « La part de l’implicite », pp. 207-227.

28 L’un des traducteurs espagnols, et chaque fois le même (C.I.H.), recourt à d’autres moyens. Variation lexicale du verbe dans l’ex. 40 (notar), conservation du verbe de modalité (poder) dans l’ex. 41.

29 N. Le Querler, art. cit., p. 76.

30 C. E. and J. M. Eckersley, A Comprehensive English Grammar, Longman, Londres, p. 197.

31 Cf. P. Boissel, B. Darbord, J. Devarrieux, C. Fuchs, G. Garnier, C. Guimier, “ Paramètres énonciatifs et interprétations de pouvoir ”, in Langue française, n° 84, op. cit., pp. 43-45.

32 Ibid., pp. 38-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chevalier et Marie-France Delport, « Le(s) pouvoir(s) du traducteur », Modèles linguistiques, 62 | 2010, 95-126.

Référence électronique

Jean-Claude Chevalier et Marie-France Delport, « Le(s) pouvoir(s) du traducteur », Modèles linguistiques [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 23 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ml.revues.org/233 ; DOI : 10.4000/ml.233

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Chevalier

Université Paris IV, EA 4080

Articles du même auteur

Marie-France Delport

Université Paris-Sorbonne (Paris IV) — EA 4080

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org