Navigation – Plan du site

La modalité et le “conditionnel de rumeur” en français et en espagnol

Axelle Vatrican
p. 83-94

Texte intégral

1Il existe aujourd’hui en français et en espagnol une forme particulière de conditionnel appelée « conditionnel de rumeur » en français, ou encore, selon la terminologie utilisée, conditionnel de citation (Korzen & Nølke 1990), conditionnel de l’allusion au discours de l’autre (Ducrot 1984), conditionnel d’altérité énonciative (Haillet 2002) ou conditionnel de non prise en charge (Abouda 2001) et en espagnol, « condicional del rumor » (Casado Velarde 1995), « condicional periodístico » (Veiga 1991) ou encore « condicional de información no asegurada » (Lapesa 1977). Cette forme apparaît fréquemment, on le sait, dans la langue des médias, c’est-à-dire, à l’écrit dans la presse, et à l’oral dans les journaux télévisés. Notre corpus est ici tiré de la presse.

  • 1 Comme le dit Martin (1983 : 146, note 58), le conditionnel « n’est pas plus modal que l’imparfait »

2De manière générale, si les grammairiens s’accordent aujourd’hui à dire que le conditionnel, en français et en espagnol, est un temps et non un mode1 , il n’en reste pas moins que celui-ci acquiert dans un grand nombre de constructions une valeur modale. C’est le cas du conditionnel de rumeur. Après avoir caractérisé le conditionnel de rumeur, je tenterai de répondre aux deux questions suivantes : en quoi le conditionnel de rumeur se distingue-t-il des autres types de conditionnel ? Quelle valeur modale faut-il lui accorder ?

1. Définition : origine, nature, forme

A. Origine

3Qu’en est-il de son origine ? Cet emploi du conditionnel en français, est assez ancien et remonte à une époque antérieure à l’invention de la presse, de la radio et de la télévision. On le trouve déjà, en effet, dans des textes juridiques du XVIe siècle :

  • 2 Cette citation, que j’emprunte à Guentcheva (1994 : 16), est elle-même empruntée à Damourette et Pi (...)

[1] […] appelant de la sentence contre luy donnee par ledict prevost ou sondit lieutenant, par laquelle et pour raison de l’homicide par luy commis en la personne dudict defunct messire Jehan Bourdeau il aurait été condamné à estre pendu et estrangle a une potence qui serait mise et assise sur le grand chemin tendant dudict Estampes à Dommarville (Arrêt du Parlement de Paris, 4 avril 1541)2.

  • 3 Ibid.
  • 4 Il n’a pas été possible de vérifier si cette forme était attestée en espagnol ancien.

4Ici, ce conditionnel, quelque peu différent de l’actuel conditionnel de rumeur, sert à « rapporter des faits ayant réellement eu lieu, ou des décisions de justice authentiques »3 ; mais on constate aussi, que l’emploi d’une telle forme permet au locuteur de prendre de la distance par rapport aux faits énoncés4.

5Malgré l’utilisation ancienne d’un conditionnel de sens proche donc, ce conditionnel de rumeur n’est pas toujours présent dans les grammaires. Il ne fait l’objet d’aucun commentaire dans le Grevisse (1993), mais il est commenté sous la dénomination de conditionnel d’« information incertaine » dans la grammaire de Riegel/Pellat/Rioul (1994 : 560). En espagnol, alors qu’il était absent de L’Esbozo de la RAE, il fait aujourd’hui l’objet d’un paragraphe dans la Nueva Gramática de la Lengua Española (2009 : 23.15m). Précisons que ce conditionnel de rumeur semble tout à fait acceptable en français. En revanche, s’il semble aujourd’hui être pris en compte en espagnol, cela n’est pas sans quelques réticences. Gili Gaya, le premier (1943 : §129, note 6), n’accorde qu’une simple note de bas de page au conditionnel de rumeur, qu’il considère à l’époque comme une mauvaise traduction de l’anglais ou du français :

En el siglo actual, aparecen con alguna frecuencia en los periódicos de todos los países hispánicos noticias redactadas de este modo […]. Evidentemente se trata de telegramas traducidos del inglés o del francés. […] Hay que consignar sin embargo, que se trata de un uso reciente y muy limitado. [Bien évidemment il s’agit là de télégrammes traduits de l’anglais ou du français. Il faut cependant préciser que l’usage de ce conditionnel est récent et très limité].

6Lázaro Carreter et El País pour leur part, condamnent en bloc l’emploi de ce conditionnel. Lázaro Carreter (2001 : 386) parle de « jerga informativa » (jargon informatif, langue propre au monde de l’information) :

Es puro francés. X rencontrerait Y prochainement. […] Pero el idioma cuenta, para advertir que algo no está comprobado, con propios y acreditados recursos : se dice…, Parece ser que…, Aseguran…, Es probable o posible que[C’est du français. Mais la langue dispose aussi d’instruments lui permettant d’affirmer qu’un fait n’a pas été vérifié, comme c’est le cas dans “on dit que, il semble que, on assure que, il est probable, possible que”].

7Le Libro de Estilo (1991 : 124) édité par le quotidien El País parle, quant à lui, d’incorrection grammaticale :

El uso del condicional en ese tipo de frases queda terminantemente prohibido en el periódico. Además de incorrecto gramaticalmente, resta credibilidad a la información. [Cet emploi du conditionnel est formellement interdit dans la presse. Outre le fait d’être incorrect du point de vue grammatical, il ôte toute crédibilité à l’information donnée].

8Bien qu’il ne soit pas toujours accepté, il est cependant couramment employé et nous allons à présent essayer de le définir.

B. Nature

9Le conditionnel de rumeur a fait l’objet d’un certain nombre d’études scientifiques. On retiendra, pour le français, l’analyse d’Abouda (2001 : 279). Le conditionnel « journalistique » se définirait ainsi à partir des traits suivants :

  • 5 Gosselin (2001 : 46) en donne les mêmes caractéristiques : source d’information différente du locut (...)

(i) il présenterait l’information comme incertaine
(ii) comme étant empruntée à une source distincte du locuteur
(iii) comme étant non assumée, non prise en charge par le locuteur5.

10On retrouve ces trois traits en espagnol :

111) l’idée de non prise en charge de l’information chez Gili Gaya (1943 : 168) :

Se quiere significar que el redactor […] no asegura su veracidad ; esta reserva establece una condición implícita [le rédacteur ne confirme pas la véracité de ses propos].

122) L’idée d’une information incertaine est soulignée par Lapesa (1977 : 227) :

[…] se trata de aseveraciones ajenas, suposiciones cuya veracidad no se asegura o rumores no confirmados […].

133) L’idée selon laquelle l’information serait empruntée à un autre locuteur est, de la même façon, commentée par Lapesa (1977 : 227) :

El hablante nada afirma por su cuenta, como si se escudara en un « dicen que » « se rumorea que », implícitos [Le locuteur ne se prononce pas, comme s’il se retranchait derrière un “on dit que”, “le bruit court que”].

14C’est ce que l’on constate dans les exemples [2] et [3] :

[2] Un peu plus tôt ce matin, Le Nouvel Observateur affirmait également sur son site que Nicolas et Cécilia Sarkozy auraient, ensemble, cette fois, matérialisé leur séparation (Le Figaro, 17 octobre 2007).

[3] Según otras informaciones, los ataques habrían durado toda la noche [selon d’autres informations, les attaques auraient duré toute la nuit] (Fernández López 2007).

15L’information est incertaine puisque nous ne sommes pas sûrs que Nicolas et Cécilia aient matérialisé leur séparation ni que les attaques aient duré toute la nuit. Effectivement l’information provient d’une autre source que le locuteur lui-même : le Nouvel Observateur, dans l’exemple français, et d’autres sources d’information, dans l’exemple espagnol. La conséquence en est que le locuteur, celui qui transmet cette information, n’affirme ni la vérité ni la fausseté de l’énoncé.

C. Forme

16Que peut-on dire de sa forme ? Si ce type de conditionnel apparaît très souvent dans la presse, c’est généralement sous sa forme composée, celle d’un conditionnel passé, et non sous sa forme simple, celle d’un conditionnel présent. Haillet (2002 : 76) fait ce constat. Il explique que l’exemple [4] peut apparaître dans les journaux mais que, le plus souvent, le journaliste préfère avoir recours, plutôt qu’à un conditionnel présent, au verbe « DEVOIR au conditionnel + infinitif », comme c’est le cas en [5] :

[4] Christine Bravo animerait à partir du 6 septembre à 18h30 un magazine destiné aux femmes.

  • 6 Les exemples (5) et (6) sont empruntés à Haillet (2002 : 77).

[5] François Mitterrand devrait se rendre dans les Pays Baltes à la mi-mai6.

17Pour des raisons de fréquence d’usage, je n’analyserai ici que la forme composée du conditionnel de rumeur. Après l’avoir caractérisé, j’essaierai de montrer en quoi il se distingue des autres types de conditionnel.

2. Analyse syntaxique et possibles équivalents

A. Le conditionnel de rumeur est en fait l’une des trois manifestations possibles du conditionnel.

18On s’accorde en effet aujourd’hui à dire qu’il existe en français, trois types de conditionnel : le conditionnel temporel, le conditionnel d’hypothèse et le conditionnel de rumeur, auxquels il faudrait ajouter, en espagnol, le conditionnel de probabilité (Serían las dos : il devait être deux heures).

B. En quoi se distingue-t-il d’un conditionnel temporel ?

19Le conditionnel temporel tel qu’il apparaît en [6]a peut être paraphrasé par l’exemple [6]b :

[6]a Je me disais que j’aurais fini ce travail avant la fin de la semaine.

[6]b Je me disais que {j’allais finir/j’allais avoir fini} ce travail avant la fin de la semaine.

20En revanche, cette paraphrase, au moyen de “allait + infinitif” est impossible avec un conditionnel de rumeur :

[7] Il aurait perdu plus de trente kilos, et a été transféré dans une unité de soins intensifs une semaine avant de se remettre à manger (amnesty.org, 27-10-05).

21L’exemple [7] n’est pas l’équivalent de “il allait perdre” ou “il allait avoir perdu plus de trente kilos”. De la même façon, en espagnol, [8] ne peut avoir pour équivalent “iba a visitar” ou “iba a haber visitado Taiwan”.

[8] El prófugo ex presidente peruano, Alberto Fujimori, habría visitado Taiwan en el mes de enero, pese a su refugio en Japón desde el año 2000, y a la orden de captura internacional decretada por la Interpol (agenciaperu.com, 19-03-03).

22Ce conditionnel n’est donc pas l’équivalent d’un futur mais bien d’un passé. Il faudra au contraire le paraphraser comme suit : au moyen du verbe au passé composé suivi de “paraît-il” en français ou de “según parece”, en espagnol.

[9] Il a, paraît-il, perdu plus de trente kilos.

[10] Según parece, Alberto Fujimori, ha visitado/visitó Taiwán en el mes de enero.

C. En quoi le conditionnel de rumeur se distingue-t-il du conditionnel d’hypothèse ?

  • 7 Rappelons que Gili Gaya (1943 : 168) y fait également allusion.

23Le seul nom de “conditionnel” a conduit ceux qui se sont interrogé sur sa nature à y voir la marque d’une condition implicite. En français, d’après Bally (1944 : 49), le conditionnel, comme son nom l’indique, véhicule la représentation d’une condition7. Il écrit :

Mais le propre du conditionnel, c’est d’abord d’imaginer un procès, dont la réalisation dépendrait d’une condition également imaginaire : c’est une simple supposition, une pure création de l’esprit.

24C’est une idée qu’il faut examiner. Une phrase au conditionnel de rumeur, véhicule-t-elle ou sous-entend-elle une condition ? Dans une subordonnée de condition du type « si tu te couchais plus tôt, tu serais moins fatigué », la réalisation de la proposition principale exprimée au conditionnel (B) demeure subordonnée à la réalisation de la subordonnée de condition (A) introduite par si et suivie de l’imparfait de l’indicatif. Pour que B se réalise, il faut déjà accomplir A. Reprenons les exemples [7] et [8]. On obtient un conditionnel d’hypothèse si l’on ajoute une subordonnée de condition comme celles qui apparaissent en [11] et [12] :

[11] S’il avait prolongé sa grève de la faim, il aurait perdu plus de trente kilos.

[12] Habría visitado Taiwán si no hubiera tenido tantas obligaciones.

25Mais en introduisant cette subordonnée de condition, on présuppose alors que les procès “perdre trente kilos” et “visiter Taiwan” n’ont pas eu lieu et que, de toute façon, ils ne pourront avoir lieu, ce qui est contraire au sens même de ces deux énoncés exprimés au conditionnel de rumeur. À quel type de subordonnée peut-on alors associer les conditionnels qui nous sont présentés ici ?

26En fait, la seule subordonnée de condition qu’il soit ici possible de sous-entendre, est une conditionnelle qui porterait non pas sur la réalisation possible des faits exprimés par l’énoncé (perdre trente kilos, visiter Taiwan) mais une subordonnée qui porterait sur la vérité, sur la confirmation des faits présentés par le locuteur ; autrement dit, la condition ne se rapporterait pas au contenu de l’énoncé, mais à l’acte d’énonciation. Cette information est-elle considérée comme vraie ? À quelle condition peut-on dire qu’ “il a perdu plus de trente kilos” ou qu’“il a visité Taïwan” ? On pourrait alors sous-entendre une conditionnelle du type :

[13] Si cette information était vraie, confirmée, si les rumeurs actuelles sont exactes [on serait en droit d’affirmer qu’il a perdu trente kilos] il aurait perdu trente kilos…

[14] Si fuese una información cierta, de ser ciertos los rumores, el prófugo habría visitado Taiwán.

27Un conditionnel de rumeur doit ainsi pouvoir être paraphrasé par un verbe au passé composé suivi de “paraît-il”, être introduit par une subordonnée du type “si les rumeurs sont exactes” et rejeter la paraphrase “allait+infinitif”. Il est possible de rattacher ce conditionnel de rumeur à une subordonnée introduite par si mais il faut que celle-ci porte sur la vérité, le caractère vrai ou faux des faits présentés (l’énonciation) et non sur la réalisation ou la non réalisation de l’action exprimée par la proposition (l’énoncé). Pour terminer, j’essaierai d’étudier le type de modalité qu’il est possible de lui associer.

3. Modalité

  • 8 J’emprunte cette citation à Meunier (1974 : 9).

28Définir la notion de modalité n’est pas chose facile et je ferai à ce sujet un bref rappel. Il est d’usage de reprendre la définition de Bally8. Celui-ci explique que la modalité est :

la forme linguistique d’un jugement intellectuel, d’un jugement affectif ou d’une volonté qu’un sujet pensant énonce à propos d’une perception ou d’une représentation de son esprit.

29La question est de savoir qui désigne le sujet pensant. Ce sujet pensant en effet, peut désigner soit le locuteur, le sujet parlant, soit le sujet grammatical de l’énoncé (qui peut ou non coïncider avec le sujet parlant).

A. Modalité “épistémique”

30Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit bien du point de vue du sujet parlant ; celui-ci semble a priori exprimer son incertitude, ses doutes face à l’énoncé. C’est une modalité tournée vers le “locuteur” (et non l’acteur, “il doit visiter Taïwan”, expression d’une modalité tournée vers le sujet “il”). [15]a sera paraphrasé par [15]b, et [16]a par (16]b :

[15]a Il aurait perdu plus de trente kilos, et a été transféré dans une unité de soins intensifs une semaine avant de se remettre à manger (amnesty.org, 27-10-05).

[15]b {Il se peut que/ il est possible qu’} il ait perdu trente kilos.

[16]a El prófugo ex presidente peruano, Alberto Fujimori, habría visitado Taiwan en el mes de enero, pese a su refugio en Japón desde el año 2000, y a la orden de captura internacional decretada por la Interpol (agenciaperu.com, 19-03-03).

[16]b {Puede que/es posible que} haya visitado Taiwan, es posible que [“il se peut qu’il ait visité Taïwan”, “il est possible que”].

  • 9 Je traduis les propos de Palmer : « the term ‘epistemic’ should apply […] to any modal system that (...)

31C’est la raison pour laquelle on accorde en général à ce type de conditionnel une valeur modale de nature “épistémique”, étant entendu que la logique épistémique, comme le dit Lyons (1990 : 412), « traite de la structure logique des assertions qui assertent ou impliquent qu’une proposition donnée, ou un ensemble de propositions, fait l’objet d’une connaissance ou d’une croyance ». Palmer (1986 : 51), pour sa part, associe le terme “épistémique” à « tout système modal qui permet de traduire le degré d’engagement du locuteur vis-à-vis de son énoncé » 9. On associe très souvent la modalité épistémique à la notion d’hypothèse, de possibilité. Ici, le locuteur présente ces faits comme possibles.

B. Valeur évidentielle

  • 10 Cette analyse du conditionnel, dans le cadre de la « polyphonie », a été longuement développée par (...)

32Or cette valeur modale d’hypothèse, d’incertitude, pour le conditionnel de rumeur a été bien souvent discutée. Il faut en effet ajouter que le locuteur exprime son incertitude, ses doutes quant à la réalisation des faits énoncés, non par engagement personnel, ou par conviction, mais parce que ces faits lui ont été communiqués par une autre personne, considérée ici comme un second locuteur. Lorsque je lis il aurait perdu plus de trente kilos, dans l’exemple (15), je dois comprendre “il a, paraît-il, perdu trente kilos”, “on dit qu’il a perdu trente kilos”, “j’ai entendu dire qu’il avait perdu trente kilos“. Ce locuteur qui rapporte des faits tient l’information d’une autre source, qui est un locuteur 2 dont on doit nécessairement supposer l’existence10.

33Il faudrait donc nuancer ce qui vient d’être dit un peu plus haut. À la différence d’un énoncé comme “il se peut qu’il ait perdu plus de trente kilos”, paraphrase qui avait été utilisée précédemment, dans laquelle l’information “perdre plus de trente kilos” est attribuée au seul locuteur, “il aurait perdu plus de trente kilos” implique l’existence d’un second locuteur, source première de l’information. C’est aussi la différence que l’on pourrait faire en espagnol entre le conditionnel de “probabilité” et le “conditionnel de rumeur”. La langue espagnole dispose d’un conditionnel de probabilité, proche en apparence du conditionnel de rumeur. Cependant, on notera que dire “serían las diez” ne revient pas à dire “il paraît qu’il est 10h”, mais simplement “il doit être 10h”, “il se peut qu’il soit 10h”. Le “je” locuteur dans cet énoncé est la seule source d’information.

34Le conditionnel de rumeur aurait donc essentiellement, une valeur “évidentielle” (modale ou non, tel est le problème). La notion d’évidentialité, traduite directement de l’anglais, à tort ou à raison, a le sens de « moyens de justification » et est associé à l’étude des sources du savoir dans un énoncé, c’est-à-dire à l’expression du mode de création et/ ou de récolte de l’information. Je reprends la définition de Dendale & Tasmowski (1994 : 5) :

[…] un marqueur évidentiel est une expression langagière qui apparaît dans l’énoncé et qui indique si l’information transmise dans cet énoncé a été empruntée par le locuteur à autrui ou si elle a été créée par le locuteur lui- même, moyennant une inférence ou une perception.

  • 11 Rappelons que Palmer (1986 : 51) fait aussi cette distinction. Il explique : « There are at least f (...)

35Le conditionnel de rumeur a une valeur « évidentielle » car il permet de comprendre que le locuteur a obtenu cette information par ouï-dire ou par emprunt (ce que nous avions paraphrasé par “on dit que”, “il paraît”). Ce que permet d’exprimer le conditionnel de rumeur est simplement « je dis qu’on m’a dit que » et non « je dis qu’il est possible que » 11. Il se caractériserait avant tout par sa valeur “évidentielle”.

C. Modalisation « zéro »

36De cette valeur ‘évidentielle’ découle naturellement celle de “non prise en charge de l’information”. Le locuteur, en fait, ne se prononce pas sur sa valeur de vérité. Il ne prend en charge ni la vérité ni la fausseté de “il a perdu trente kilos” en [15], ni celle de “il a visité Taiwan” en [16]. Le seul rôle du conditionnel de rumeur est d’introduire une proposition assertée, attribuée à autrui. Ainsi, selon Abouda (2001 : 279), « la valeur basique du conditionnel journalistique n’est autre que l’expression d’une non prise en charge (…) de son énoncé par le locuteur ». Kronning (2002 : 567) parle ainsi d’une modélisation “zéro” par laquelle le « locuteur de cet énoncé montre au sens de Wittgenstein qu’il ne prend pas en charge son contenu véridicible ». Il y aurait en quelque sorte un degré zéro de l’engagement du locuteur dans son discours.

37Si on le compare à “il se peut que”, on pourra dire que dans ce cas-là, le locuteur se prononce, c’est-à-dire qu’il s’engage personnellement vis-à- vis de la probable réalisation de l’énoncé. Il formule déjà explicitement l’idée d’une probabilité. [17] tend déjà vers le probablement vrai. Il a probablement ou peut-être perdu trente kilos.

[17] Il se peut qu’il ait perdu trente kilos.

[18] Il se peut qu’il ait perdu trente kilos, mais le contraire peut-être vrai aussi.

38L’exemple [18] prouve aussi qu’il se peut qu’il ne les ait pas perdus.

39En revanche, l’exemple [19] ne tend ni vers le “vrai” (“il a perdu trente kilos”), ni vers le faux, (“il n’a pas perdu trente kilos”). L’énoncé [20] est ainsi irrecevable.

[19] Il aurait perdu trente kilos.

[20] *Il aurait perdu trente kilos mais le contraire peut être vrai aussi.

40Le locuteur, dans l’emploi qu’il fait du conditionnel de rumeur, ne s’engage pas, ne se prononce pas sur la vérité ou la fausseté de l’énoncé.

D.

  • 12 La modalité épistémique n’apparaît en quelque sorte que par inférence dans l’énoncé, et non de mani (...)

41Pour notre part, on considérera que, si effectivement, la modalité épistémique “d’incertitude”, de probabilité, est absente d’un tel énoncé, et ne peut définir le conditionnel de rumeur, sa valeur modale n’en demeure pas moins épistémique, puisque ne pas se prononcer sur la valeur de vérité (le vrai ou le faux) de l’énoncé, c’est déjà adopter une attitude personnelle, prendre position par rapport à l’énoncé (cf. définition de Lyons 1990). Le locuteur ne dit pas que les faits sont incertains, il dit qu’on lui a rapporté ces faits et nous en déduisons que ces faits sont incertains12. A cette valeur épistémique de neutralité, de “modalisation zéro”, s’ajoute celle d’évidentialité, puisque l’information est transmise par un second locuteur dont on doit nécessairement présupposer l’existence.

42Ce travail a permis de définir le conditionnel de rumeur en français et en espagnol. Le conditionnel dit « de rumeur » se définit par le fait qu’il ne peut être remplacé par la périphrase “allait + infinitif’/ ‘iba +infinitif” ; en revanche, il peut être paraphrasé par un verbe au “passé composé” suivi de “paraît-il”/“passé composé”+ “según parece”, et éventuellement sous- entendre une subordonnée de condition “si les rumeurs actuelles sont confirmées”/ “si lo confirman los rumores actuales”. D’un point de vue modal, le conditionnel de rumeur en espagnol et en français, véhicule une lecture de type “épistémique”, car le locuteur prend position en refusant de se prononcer sur la vérité, c’est-à-dire sur le caractère vrai ou faux de l’énoncé. À cette valeur “épistémique”, s’ajoute une valeur “évidentielle” par le simple fait que le conditionnel de rumeur permet de présenter l’information comme empruntée à un second locuteur.

Haut de page

Bibliographie

ABOUDA, L. (2001), « Les emplois journalistique, polémique et atténuatif du conditionnel. Un traitement unitaire », in P. Dendale & L. Tasmowski (éds.), Le conditionnel en français, Paris, Klincksieck, p. 277-294.

ALARCOS LLORACH, E. (1970), « Cantaría : modo, tiempo y aspecto », in Estudios de gramática funcional del español, Madrid, Gredos, p. 95-108.

BALLY, C. (1944), Linguistique générale et linguistique française, Berne, Ed. Francke.

CASTRONOVO, B. J. (1990), « La categoría verbal de modo en la tradición gramatical española », in I. Bosque, Indicativo y subjuntivo, Madrid, Taurus, p. 66-80.

CASADO VELARDE, M. (1995), « El lenguaje de los medios de comunicación », in M. Seco & G. Salvador (éds.), La lengua española hoy, Madrid, Fundación Juan March, p. 153-164.

CHARAUDEAU, P. (1992), Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette.

DENDALE, P. & TASMOWSKI, L. (1994), « L’évidentialité ou le marquage des sources du savoir », Langue française, 102, p. 3-8.

DENDALE, P. (1999), « ‘Devoir ’ au conditionnel : valeur évidentio-modale et origine du conditionnel », in S. Vogeleer, A. Borillo, et al. (éds.), La modalité sous tous ses états, Amsterdam-Atlanta, Cahiers Chronos, p. 7-28.

DENDALE, P. (2001), « Les problèmes linguistiques du conditionnel français », in P. Dendale & L. Tasmowski (éds.), Le conditionnel en français, Paris, Klincksieck, p. 7-18.

DUCROT, O. (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

EL PAÍS (1991), « El condicional de rumor », in Libro de estilo, Madrid, Ed. El País.

FERNÁNDEZ LÓPEZ, J. (2007), « Condicional de rumor o de información no asegurada », www.culturitalia.uibk.ac.at/hispanoteca.

GILI GAYA, S. (1943), Curso superior de sintaxis española, Barcelona, Vox, [1993].

GOSSELIN, L. (2001), « Relations temporelles et modales dans le “conditionnel journalistique” », in P. Dendale & L. Tasmowski (éds.), Le conditionnel en français, Paris, Klincksieck, p. 45-66.

GREVISSE, M. (1993), Le bon usage, 13ème édition, Paris & Louvain-La- Neuve, Duculot.

GUENTCHEVA, Z. (1994), « Manifestations de la catégorie du médiatif dans les temps du français », Langue française, 102, p. 8-23.

HAILLET, P. (2002), Le conditionnel en français. Une approche polyphonique, Paris, Ophrys.

KORZEN, H. & NØLKE, H. (1990), « Projet pour une théorie sur les emplois du conditionnel », Actes du XIème Congrès des romanistes scandinaves, Trondheim, Université de Trondheim, p. 301-312.

KRONNING, H. (2002), « Le conditionnel “journalistique” : médiation et modalisation épistémiques », XVème congrès des romanistes scandinaves, 12-17 août 2002, p. 561-575.

LAPESA, R. (1977), « Tendencias y problemas actuales de la lingüística española », in R. Lapesa (éd.), Comunicación y lenguaje, Madrid, Karpos, p. 203-229.

LÁZARO CARRETER, F. (2001), El dardo en la palabra, Barcelona, Galaxia Gutenberg/ Círculo de lectores.

LYONS, J. (1990), Sémantique linguistique, Paris, Larousse. MARTIN, R. (1983), Pour une logique du sens, Paris, PUF.

MEUNIER, A. (1974), « Modalité et communication », Langue française, 102, p. 8-25.

PALMER, F. R. (1986), Mood and Modality, Cambridge University Press.

REAL ACADEMIA ESPAÑOLA, Nueva Gramática de la Lengua Española, 2009, Madrid, Espasa.

RIDRUEJO, E. (1999), « Modo y modalidad. El modo en las subordinadas sustantivas », in I. Bosque & V. Demonte (éds.), Gramática descriptiva del español, Madrid, Espasa, chap. 49.

RIEGEL, M., PELLAT, J.-C. & RIOUL, R. (1994, 4ème éd. 2009), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

VEIGA, A., 1991, Condicionales, concesivas y modo verbal en español (Verba Anexo 34), Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela.

WILMET, M., 2001, « L’architectonique du “conditionnel” », in P. Dendale & L. Tasmowski (éds.), Le conditionnel en français, Paris, Klincksieck, p. 21-43.

REFERENCES ELECTRONIQUES

www.agenciaperu.com, 19-03-2003.

www.amnesty.org, 27-10-2005.

www.culturitalia.uibk.ac.at/hispanoteca/Gram%C3 %A1ticas/Gram%C3 %A1tica%20espa%C3%B1ola/Condicional%20de%20rumor.htm.

Haut de page

Notes

1 Comme le dit Martin (1983 : 146, note 58), le conditionnel « n’est pas plus modal que l’imparfait ».

2 Cette citation, que j’emprunte à Guentcheva (1994 : 16), est elle-même empruntée à Damourette et Pichon.

3 Ibid.

4 Il n’a pas été possible de vérifier si cette forme était attestée en espagnol ancien.

5 Gosselin (2001 : 46) en donne les mêmes caractéristiques : source d’information différente du locuteur, information non prise en charge par le premier locuteur et présentée comme incertaine. Il ajoute que « le caractère incertain de l’information est tenu pour provisoire (on en attend confirmation) ». Selon lui, le procès n’est considéré comme possible que parce qu’il n’est pas connu avec certitude, parce qu’il n’a pas été confirmé. Autrement dit, « même s’il a lieu, le procès reste dans le domaine du possible » (Ibid., p. 64).

6 Les exemples (5) et (6) sont empruntés à Haillet (2002 : 77).

7 Rappelons que Gili Gaya (1943 : 168) y fait également allusion.

8 J’emprunte cette citation à Meunier (1974 : 9).

9 Je traduis les propos de Palmer : « the term ‘epistemic’ should apply […] to any modal system that indicates the degree of commitment by the speaker to what he says ».

10 Cette analyse du conditionnel, dans le cadre de la « polyphonie », a été longuement développée par Haillet (2002).

11 Rappelons que Palmer (1986 : 51) fait aussi cette distinction. Il explique : « There are at least four ways in which a speaker may indicate that he is not presenting what he is saying as a fact, but rather : (i) that he is speculating about it (ii) that he is presenting it as a deduction (iii) that he has been told about it (iv) that it is a matter only of appearance, based on the evidence of (possibly fallible) senses ».

12 La modalité épistémique n’apparaît en quelque sorte que par inférence dans l’énoncé, et non de manière explicite comme dans l’emploi de “il se peut que”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Axelle Vatrican, « La modalité et le “conditionnel de rumeur” en français et en espagnol », Modèles linguistiques, 62 | 2010, 83-94.

Référence électronique

Axelle Vatrican, « La modalité et le “conditionnel de rumeur” en français et en espagnol », Modèles linguistiques [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ml.revues.org/231 ; DOI : 10.4000/ml.231

Haut de page

Auteur

Axelle Vatrican

Université du Sud Toulon-Var, Babel. EA 2649

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org