Navigation – Plan du site

Aperçu idéal sur la génération des modalités portées par le verbe arabe

André Roman
p. 27-45

Texte intégral

1Les langues sont nées avec la conscience du temps propre aux hommes, de leur conscience du temps.

2Elles sont nées de leur conscience du temps.

3La relation originelle des langues au temps a conduit à la division de leurs unités de nomination en deux grands ensembles :

  • un ensemble d’unités en relation avec le déroulement du temps, leurs modus ; exemples : loquens, « parlant » ;

  • un ensemble d’unités sans relation avec le déroulement du temps, leurs res ; exemples : homo, « homme ».

4Les systèmes de nomination qui produisent ces res et ces modus ne peuvent fonctionner qu’en réduisant à leur mesure les entités et les expériences que l’homme a inventées, qu’il a connues, qu’il a retenues dans ses tris.

5En conséquence entités et expériences sont toujours entrées dans les langues à travers de courtes séquences, métonymiques, de sons.

6Ces séquences sont les racines des unités de nomination, leur première représentation symbolique.

7Elles sont ordonnées, sinon elles seraient des onomatopées.

8En arabe, comme elles sont constituées uniquement de consonnes, elles sont indépendantes du système syllabique qui est le « patron » qui commande la distribution dans la langue des consonnes et des voyelles.

  • 1 D’où l’observation d’Ernest Renan : « En arabe […] les mots semblent [...] nager dans un fleuve de (...)

9En arabe, le système syllabique ne comporte que les deux seules syllabes ouverte, /Consonne – Voyelle/, et fermée, /Consonne – Voyelle – Consonne/1.

10Ce système syllabique, qui a été celui de toutes les langues sémitiques — il les caractérise — et qui est encore le système syllabique de l’arabe classique, détermine dans le fonctionnement de la langue la disjonction de ses consonnes et de ses voyelles.

11D’où la construction, ainsi rendue possible, du système de nomination sur des racines de consonnes et du système de communication sur des voyelles désinentielles qui sont essentiellement les signifiants des cas et des modes.
Exemple :

√k

    l

    b

    -

    nominatif

/ka

    l

    b

    -

    u/

     « chien »

12La position extérieure de ces voyelles les distingue clairement et régulièrement des voyelles précédentes, intérieures, que le système syllabique impose et qui sont les signifiants « naturels » des modalités.

* * *

  • 2 Les racines de quatre consonnes sont des créations secondaires.

13Les res communes et les modus communs de la langue arabe sont construits systématiquement sur des racines de trois consonnes2.

14Les autres res et modus sont construits sur des racines d’une seule consonne.

15Certaines unités de nomination combinent soit deux racines d’une consonne, soit une racine de trois consonnes et une ou deux ou trois racines d’une consonne.

16Les verbes arabes sont construits sur une première combinaison d’une racine, de modus, de trois consonnes, et d’une racine, de res, d’une seule consonne qui est une racine de « pronom ».

17Le modus et le pronom qui composent le verbe sont indissociables. La relation immanquable qui les relie est, de facto, une relation biunivoque, la relation stable de leur coexistence :
                                         ↔

18Ainsi le verbe arabe est construit sur trois composantes :

  • un modus ;

  • une res, le « pronom » ;

  • la relation biunivoque qui les conjoint.
    Exemple :

√ḍ

    r

    b

    ↔

    √t

/ḍa

    ra

    b

    ↔

    ta/

     « Tu as frappé. »

19Le modus et la res sont des unités sonores, concrètes.

20La relation biunivoque est abstraite. En conséquence les modalités qui la déterminent doivent être portées par la forme du verbe. Ces modalités sont en arabe la modalité de mode et la modalité de diathèse.

21Le pronom associé au modus reçoit et porte les modalités caractéristiques des res : le genre et le nombre.

22Le modus reçoit et porte le signifiant de sa relation au temps, signifiée en arabe par une modalité aspectuelle.

23Deux autres modalités ont été créées de surcroît : la première, la modalité d’« agentivité », par exploitation méthodique de la systématique de la langue ; la deuxième, la modalité d’« énergie », par surexploitation de sa systématique.

24La modalité d’agentivité, qui portait sur la diathèse subjective, est morte.

25La modalité « énergique », qui porte sur le mode, qu’elle surdétermine, est désormais une préciosité.

* * *

  • 3 É. Benveniste, in « Structure des relations de personne dans le verbe », a identifié la « troisième (...)

26Le jeu des racines montre clairement que la première et la deuxième personne sont des noms ; que la troisième personne est une unité de représentation3.

  • 4 Les exemples seront donnés sous leur forme la plus lisible, au masculin- singulier.

27Le jeu, ordinaire, du genre et du nombre oppose dans les trois personnes le signifiant « zéro », commun au masculin et au singulier, à des signifiants faits de phonèmes4.

28Les autres modalités, les seules ici intéressantes, seront présentées systématiquement dans l’ordre suivant : l’aspect, la diathèse, l’agentivité, le mode, l’« énergie ».

L’Aspect

29L’aspect détermine le déroulement du modus non pas extrinsèquement en le datant par référence à une donnée temporelle, qui serait une autre entité que lui, mais en représentant son déroulement propre, intrinsèquement, par auto-référence.

30Les modus portés par les verbes arabes sont soit achevés soit non achevés.

31Le modus achevé est spécifié comme un modus dont le déroulement a atteint son terme.

32Le modus non achevé est spécifié comme un modus dont le déroulement n’a pas atteint son terme.

33Indépendamment de leur réalisation hors langue.

34Remarquablement l’aspect est signifié par l’ordre des places que le modus et le pronom occupent dans le paradigme du verbe.

35Si le pronom vient après le modus dont il est le sujet, le modus est d’aspect [Achevé].
Exemple repris :

√ḍ

    r

    b

    ↔

    √t

/ḍa

    ra

    b

    ↔

    ta/

     « Tu as frappé (homme). »

36Symétriquement, si le pronom vient devant le modus dont il est le sujet, le modus est d’aspect [Non achevé].
Exemple :

√t

    ↔

    √ḍ

    r

    b

/ta

    ↔"

    ḍ

    ri

    b(u)/

     « Tu frappes (homme). »

37Ainsi les deux modalités aspectuelles symétriques, l’[Achevé] et le [Non achevé], sont signifiées par deux agencements inverses. Cette procédure iconique, en chiasme, est remarquable. Et comme elle ne fait pas appel à des phonèmes, elle en économise l’emploi.

38Le signifiant de l’aspect est en quelque sorte un don du système radical.

La Diathèse

  • 5 Cette syllabe conditionnée est entrée tardivement dans l’usage.

39La première voyelle de la forme, que le système syllabique place entre ses deux premières consonnes — la syllabe /CCV/ n’existe pas hors conditionnement5 — est le signifiant de la diathèse.

40La modalité de diathèse porte sur la relation biunivoque qui conjoint le pronom et le modus.

41Elle oriente le rapport du pronom au modus.

42Elle est « subjective » ou « objective ».

43« Subjective », de signifiant /a/, elle fait apparaître le « pronom », comme étant le « sujet » du modus qui est ainsi manifesté comme un agir, un réagir, ou, par extension, un être du pronom.
Exemple repris :
/ta ↔ḍrib(u)/      « Tu frappes (homme). »

44« Objective », de signifiant /u/, elle fait apparaître le pronom, comme un objet de l’agir dénoté par le modus dont il est, pour ainsi dire, la cible.
Exemple :
tu ↔ḍrab(u)/      « Tu es frappé (homme). »

45L’opposition :

[/u/]

    vs

     [/a/]

[diathèse objective]

    vs

     [diathèse subjective]

46peut être réinterprétée comme une opposition :
[/u/]     vs     [non /u/]

47De fait, parfois, elle a été réalisée :
[/u/]     vs     [/i/]

  • 6 Voir Chaim Rabin, Ancient West Arabian, pp. 61-62, 90, 158 et 206. Elle est également attestée en a (...)
  • 7 Cette voyelle est encore la voyelle /i/ dans plusieurs lectures du Coran (In Ibn Ḫālawayhi, Muḫtaa (...)

48Elle a été réalisée ainsi, au témoignage de la Tradition grammaticale arabe, par plusieurs tribus d’Arabie6 . Il n’en reste dans la langue que de rares vestiges, particulièrement la forme /?iḫa:l(u)/, « j’imagine », retenue jusqu’à aujourd’hui comme plus « correcte » ou plus « classique »7.

  • 8 Ibn Ḫālawayhi, Mutaṣar fī Šawāḏḏ al-Qur’ān min Kitāb al-Badīc, p. 122.

49Autre exemple la lecture faite par le Lecteur cAbd ar-Raḥmān al-Muqri’ du verset XXXIV/50 8 :
/?inḍaliltu fa ?in:a ma : ?iḍal:u cala: nafs i:/
« Si je m’égare, je m’égare, oui, par moi-même, contre moi-même. »

L’Agentivité

50L’agentivité est un don du système syllabique.

51En effet le patron syllabique interdit dans chaque paradigme la succession immédiate des deuxième et troisième consonnes radicales.

52Il faut donc qu’une voyelle les sépare. Il le faut parce que la troisième consonne radicale peut être soit la dernière consonne de la forme — dans le potentiel, particulièrement — soit suivie d’une consonne, dans l’[Achevé] particulièrement.

53Cette voyelle nécessaire entre la deuxième et la troisième consonne radicale a été mise en place avec « quelque chose à faire », une tâche, un signifié qui, lui, n’était pas nécessaire : il lui est revenu de déterminer la diathèse subjective. Mais, en apparence, par hypallage, il semble qu’elle détermine l’agentivité du sujet. La voyelle, son signifiant, est l’une des trois voyelles — /a/, /i/, /u/ — que pouvait lui offrir le système vocalique de la langue. De ce fait elle a trois signifiés.

54Ou bien l’agentivité du sujet spécifiée par elle était entière, « + ». Alors le sujet produisait le modus par une action dont il pouvait prendre l’initiative ; exemple :
/ta↔ḍrib(u)/     « Tu frappes (homme) »

55Ou bien l’agentivité du sujet était réduite, « – ». Le sujet produisait le modus par une réaction, c’est-à-dire par une action dont l’initiative lui échappait ; exemple :
/ta ↔ cšaq(u)/     « Tu es amoureux »

56Ou bien l’agentivité du sujet était nulle, « ∅ ». Le sujet n’était que le lieu du modus ; exemple :
/ta ↔ ḥsun(u)/     « Tu es beau »

57La diathèse objective ôte mécaniquement au sujet toute capacité agentive.

  • 9 Voir Ibn al-Qaṭṯāc , grammairien arabe du XIIe siècle, Kitāb al-’afcāl, p. 7 sq. C’est exceptionnel (...)

58Nonobstant une voyelle a été maintenue par le système syllabique entre la deuxième et la troisième consonne radicale de la forme9. Cette voyelle est la voyelle /a/, qui est la voyelle du système vocalique de l’arabe la plus proche de la position de repos de la langue, et qui, de ce fait, est, employée régulièrement comme voyelle syntagmatique.
Exemple repris :
/tu ↔ḍrab(u)/     « Tu es frappé. »

  • 10 Voir A. Roman, Systématique de la langue arabe, chapitre 5, « Les extensions et les expansions simp (...)

59Dans la diathèse objective, comme le morphème de personne du verbe est le patient du modus, l’agent est exclu du paradigme. Aussi ne peut-il être identifié que par un « complément d’agent »10.

  • 11 Sur l’hébreu, voir P. Joüon, Grammaire de l’hébreu biblique, pp. 400-401 ; et l’exemple cité par B. (...)

60Les langues sémitiques, dans leur usage primitif, n’admettaient aucun complément humain après un morphème dénotant l’instrumentalité, aussi bien positivement que négativement11.

61L’agent, d’évidence, veut une agentivité non nulle ; l’agentivité non nulle est de la seule diathèse subjective ; le complément d’agent, comme il est rapporté à une diathèse objective — c’est sa raison d’être —, est par là étranger à l’organisation ancienne de la langue arabe ; il est devenu possible quand la modalité d’agentivité est morte ; cependant son emploi est resté longtemps interdit par la norme. Remarquablement, l’expression « sans qqn », symétrique de « par qqn », était également interdite.

  • 12 Des exemples anciens de complément animé se trouvent dans d’autres langues sémitiques ; voir, par e (...)

62Les occurrences d’un tel complément sont donc rares dans les textes anciens12.

63De nos jours, le complément animé commence de se répandre en raison, sans doute, non pas d’abord d’une influence linguistique étrangère, mais de la commodité de son emploi désormais rendu possible par l’évolution culturelle.

64Puis la modalité d’agentivité oubliée, disparue, son signifiant ancien a, souvent, été rendu méconnaissable par les conditionnements ; exemple :
*/taktib(u) >     /taktub(u)     « tu écris »

65où */i/ devient /u/ par assimilation régressive de la consonne labiale.

  • 13 Ce chiasme, écho de la symétrie des signifiants de l’aspect, est inutile à la langue.

66Il est remarquable que les timbres des voyelles qui sont les signifiants de l’agentivité « entière », « + », et de l’agentivité « réduite », « – », de l’achevé formaient originellement un chiasme avec leurs homologues du non achevé13.

67Ce que visualise le tableau suivant :

TABLEAU DES SIGNIFIANTS DE L’AGENTIVITÉ

ACHEVÉ

NON ACHEVÉ

  

AGENTIVITÉ

ENTIÈRE ( + )

/a/

/i/

RÉDUITE ( – )

/i/

/a/

NULLE ( ∅)

/u/

/u/

Le mode

68Le mode est la modalité essentielle de la relation, biunivoque, entre la res et le modus qui composent, idéalement, le noyau de chaque phrase structurée.

69Le verbe n’est que le porteur de la modalité de mode. Pourtant, c’est le mode qui découpe les paradigmes du verbe.

  • 14 La même voyelle désinentielle /u/ raboutée aux noms est dans les noms le signifiant du nominatif. D (...)

70Dans le cas du paradigme [Achevé], le mode ne peut être que réel. Dans le cas des paradigmes [Non achevés], le mode est soit réel — le signifiant du réel est, hors conditionnement, la voyelle désinentielle /u/ —, soit potentiel — le signifiant du potentiel est la voyelle désinentielle /∅/14.
Exemples :
/taḍrib – u/     vs     /taḍrib – ∅/

71Il faut relever que le verbe réel, comme il constitue à lui seul une phrase noyau est dans le besoin d’une marque à la différence du verbe potentiel qui est pris dans une phrase qui manifeste son mode.
Exemples :

/taḍrib – u/

« Tu frappes. »

/?in taḍrib – ∅ tuḍrab – ∅/

« Si tu frappes, tu seras frappé »

72Cette marque est la seule qu’il reçoit en propre. Les autres morphèmes, le morphème de corroboration particulièrement, ne l’affecte qu’à travers la relation biunivoque qui est son point d’incidence.

73Quant à l’impératif, qui est le troisième paradigme du verbe arabe, il est de même, nécessairement, de mode potentiel et, de ce fait, [Non achevé].

  • 15 Cette syllabe prothétique n’est plus nécessaire quand l’impératif suit dans la phrase une unité ter (...)

74D’autre part, comme l’impératif n’a que la deuxième personne, cette personne n’est pas dans le besoin d’un signifiant autre que « zéro ». Par contre, des éléments prothétiques, notés ici entre parenthèses, sont nécessaires pour sa mise en conformité avec le système syllabique15.
Exemple :
*/∅ḍrib – ∅/     >     /(?i)∅ḍrib – ∅/     « Frappe ! »

L’impossible séquence /CV.CV.CV.CV/

75Le système syllabique propre à la langue arabe commande que chaque unité de nomination réalisée dans la langue soit construite comme une séquence de syllabes canoniques, ouverte, /CV/, fermée, /CVC/.

76Les schèmes des deux paradigmes, [Achevé] et [Non achevé], présentent, tous, deux consonnes mitoyennes réalisées dans la séquence /CVC.CV/ ; exemples : /ḍa.(rab.ta.)/, « Tu as frappé », */(taḍ .ri.bu), « Tu frappes ».

77La position entre les deux consonnes mitoyennes aurait pu être occupée par une voyelle ; /ḍa.rab.ta./ devenant, par exemple, */ḍa.ra.ba.ta/ ; /taḍ.ri.bu/ devenant, par exemple, */ta.ḍa.ri.bu/.

78Et cette nouvelle voyelle aurait été pu être le signifiant d’une nouvelle modalité qui serait venue s’ajouter aux modalités déjà en place.

79Or la séquence de quatre syllabes ouvertes, qui aurait été ainsi réalisée, ne se rencontre pas. La tradition grammaticale arabe, la recherche occidentale, ont simplement reconnu le fait sans l’expliquer.

80La non existence de cette séquence de quatre syllabes ouvertes semble due, banalement, aux contraintes de régularité propres aux paradigmes.

* * *

81Les paradigmes non achevés du verbe ont l’occlusive dentale /t/ pour la deuxième personne, d’où /taḍribu/, « Tu frappes », et l’occlusive glottale /?/ pour la première personne, d’où /?aḍribu/, « Je frappe ».

  • 16 Rappel : /VC/ n’appartient pas au système syllabique de la langue arabe.

82La troisième personne, elle, aurait dû être de signifiant « zéro ». Cependant, patron syllabique oblige16, son emplacement vide est occupé dans le [Non achevé] par une consonne vicaire :

    • 17 Exemple : /hu/, « de lui ».

    soit /j/, qui est un avatar de la consonne /c/, disparue, qui a donné, parallèlement, le signifiant /h/, des morphèmes de représentation17 ; exemple : /jadribu/, « Il frappe » ;

    • 18 /taḍribu/ peut signifier, selon le contexte ou la situation, soit « Tu frappes. », soit « Elle frap (...)

    soit /t/, qui est le morphème du féminin déplacé en tête de forme « à la demande du système syllabique » ; exemple : /taḍribu/, « Elle frappe »18.

  • 19 Le duel, inutile à l’exposé, n’a pas été représenté dans les tableaux.

PARADIGME DE /JAḌRIBU/ (RÉEL NON ACHEVÉ)19

SINGULIER

PLURIEL

1

/? + aḍrib – ∅– u/

/n + aḍrib ––––– u/

2

M

F

/t + aḍrib – ∅– u/

/t + aḍrib – i : – na/

/t + aḍrib – u : – na/

/t + aḍrib – na – ∅/

3

M

F

*/∅+ aḍrib – ∅– u/

>

/j + aḍrib – ∅– u/

/t – ∅+ aḍrib –––– u/

/j + aḍrib – u : – na/

/j + aḍrib – na – ∅/

83La comparaison des schèmes entre eux montre que les schèmes sans /V :/ ont reçu /u/, que les schèmes à /V :/ ont reçu un suffixe /CV/ qui est / na/ après /V :/ = {/i :/, /u :/} et /ni/ après /V :/ = {/a :/}. L’élément consonantique du suffixe /CV/ est un /n/ suscité par l’impossibilité de l’hiatus. L’élément vocalique, lui, est un avatar de /u/, dissimilé de /V :/. Sont restés inchangés les schèmes à suffixe /na/ qui, déjà, comportent un /n/. Le signifiant du réel est donc réellement dans ce paradigme, régulièrement, la voyelle /u/.

84La comparaison des schèmes entre eux montre également que la consonne /j/, qui se présente comme le signifiant de la troisième personne aux trois nombres masculins et au duel féminin, est bien une consonne vicaire, suscitée par le système syllabique.

85Et encore que la consonne /t/, dans les schèmes où elle semble alterner avec /j/, ne s’oppose pas à /j/ ; elle n’est pas le signifiant des troisièmes personnes du féminin singulier et du féminin duel ; elle est le signifiant du féminin d’où son homophonie avec les deuxièmes personnes correspondantes.
/t/ est, tout comme /j/, une « créature » du système syllabique.

86Le paradigme non achevé, de mode réel, ainsi régularisé, pourrait recevoir encore dans chacun de ses schèmes la voyelle supplémentaire pressentie.

87Semblablement le paradigme potentiel.

PARADIGME DE /JAḌRIB∅/ (POTENTIEL)

SINGULIER

PLURIEL

1

/? + aḍrib – ∅– ∅/

/n + aḍrib ––––– ∅/

2

M F

/t + aḍrib – ∅– ∅/

/t + aḍrib – i : – ∅/

/t + aḍrib – u : – ∅/

/t + aḍrib – na – ∅/

3

M F

*/∅+ aḍrib – ∅– ∅/

>

/j + aḍrib – ∅– ∅/

/t – ∅+ aḍrib –––– ∅/

/j + aḍrib – u : – ∅/

/j + aḍrib – na – ∅/

88au paradigme achevé, il est réalisé symétriquement : le modus précède la personne.

PARADIGME DE /ḌARABA/ (RÉEL ACHEVÉ)

SINGULIER

PLURIEL

1

/ḍarab – t + u/

/ḍarab + na :/

2

M

F

/ḍarab + t – a/

/ḍarab + t – i/

/ḍarab + t – um – u :/

/ḍarab + t – un – na/

3

M

F

/ḍarab + ∅– a – ∅/

/ḍarab + ∅– a – t/

/ḍarab + ∅––––– u :/

/ḍarab + ∅––––– na/

89Dans ce paradigme également la troisième personne est de signifiant « zéro ». Mais dans ce paradigme, les schèmes de la « troisième personne » ne sont pas dans le besoin d’une consonne vicaire. Le signifiant de la troisième personne reste « zéro ». Il n’y a donc dans ce paradigme, pour des voyelles intérieures, que deux positions possibles.

  • 20 Autrement, Mario Rossi (Communication personnelle du 24.12.06) : Je vois 3 règles ordonnées qui dev (...)

90En conséquence, solidarité paradigmatique oblige, le non achevé n’a utilisé, n’utilisera, que deux positions, son occupation d’une troisième position ne pouvant être reprise par son partenaire achevé20.

91Ainsi faute d’un emplacement disponible, la création d’une autre modalité devrait être désormais impossible. Et pourtant…

92Per incidens, dans le non achevé, la voyelle finale /u/, après la troisième consonne radicale, la consonne /b/ dans l’exemple, est le signifiant du réel. Cette position reste libre dans l’achevé, car l’achevé, étant passé, ne peut être que réel et n’entre donc pas dans l’opposition {[Réel] vs [Non réel]}.

L’Énergique

93À la différence de ce qui a pu être avancé à propos de l’aspect et de l’agentivité, les deux modalités de l’énergique n’ont pas été « données ». Elles sont le produit d’un « dol », d’un empiètement.

94Le mode potentiel étant de signifiant « zéro », la position qu’il occupe est apparemment sans propriétaire, un endroit idoine pour des « squatteurs ». C’est là, dans les paradigmes du [Non achevé] potentiel et de l’impératif, qui est une réalisation particulière du potentiel, que se sont installées deux modalités intruses.

  • 21 « [In West-Semitic] remarkable corroboration of this modal variety has been furnished by Ugaritic w (...)

95Ces deux modalités, « mandées », peut-être, par la modalité affine de l’impératif, déterminent comme étant réalisé avec « énergie » le mode potentiel du verbe21.

  • 22 L’effet induit par la similitude a joué non seulement entre schèmes d’un paradigme mais elle a joué (...)

96Elles ne pouvaient avoir pour signifiant une voyelle car la seule voyelle encore disponible était la voyelle /i/ et celle-ci tout comme la voyelle « subjonctive » /a/ n’aurait permis que la création d’un pseudo-paradigme, incomplet22.

97L’une de ces deux modalités, en quelque sorte « bridée », a pour signifiant la consonne brève /n/ ; l’autre, en quelque sorte « débridée », a pour signifiant la consonne « longue » /n:/.

  • 23 Sībawayhi, al-Kitāb, vol. 3, p. 508, en début d’un chapitre sur l’« Énergique », pp. 508-518.

98Tout verbe peut recevoir, indifféremment, soit /n/, soit /n:/23.

  • 24 Cette consonne est aussi la servante du système syllabique ; elle fournit au besoin la consonne néc (...)

99Ce nouveau rôle de /n/ et de /n:/ n’est pas sans affinité sémantique avec leurs autres rôles24 :

  • dans le translatif /?an/, /n/ est le signifiant du [Non achevé] ;

  • dans certains pronoms de la première et de la deuxième personne, /n/ est le signifiant de l’« animé » (exemple /?anta/, « toi ») ;

  • dans le morphème /?in:a/, « certainement, certes », /n:/ est le signifiant de la corroboration.

PARADIGME DE /?IḌRIBAN/ (IMPÉRATIF À /N/)

SINGULIER

PLURIEL

2

M

F

/(?)iḍrib – a – n/

/(?)iḍrib – i – n/

/(?) iḍrib – u – n/

PARADIGME DE /?IḌRIBAN :A/ (IMPÉRATIF À /N :/)

P

G

SINGULIER

PLURIEL

2

M

F

/(?i)ḍrib – a – n: – a/

/(?i)ḍri – i – n: – a/

/(?i)ḍri – u – n: – a/

/(?i)ḍri – n – a: – n: – i/

100Et, c’est par extension qu’elles surdéterminent le mode potentiel non impératif.

PARADIGME DE /JAḌRIBAN/ (POTENTIEL À /N/)

SINGULIER

PLURIEL

/? + aḍrib – a – n/

/n + aḍrib – a – n/

2

M

F

singulier

/t + aḍrib – u – n/

3

M

F

/j + aḍrib – a – n/

/t – ∅+ aḍrib – a – n/

/j + aḍrib – u – n/

101Les formes duelles théoriques */t + aḍrib – a: – n/ > /t + aḍrib – a – n/ et */j + a ḍrib – a: – n/ > /j + a ḍrib – a – n/ ne pouvaient être créées différentes des formes correspondantes du singulier. Elles n’existent pas.

102De même n’existent pas les formes du pluriel féminin qui ne pouvaient être créées différentes des formes correspondantes du singulier du paradigme à modalité /n:/ :
*/taḍrib – na – n/ > /taḍrib – a – n: – a/
*/jaḍrib – na – n/ > /jaḍrib – a – n: – a/

103Dans les paradigmes à /n:/ la séquence anomale */an:/ est régularisée par l’ajout d’une voyelle finale qui est la voyelle /a/ ; d’où : / jaḍriban:a/ ; sauf si, au duel, elle suit /a:/, elle est alors dissimilée en /i/, d’où /jaḍriba:n:i/.

PARADIGME DE /JAḌRIBAN:A/ (POTENTIEL À /N:/)

SINGULIER

PLURIEL

1

/? + aḍrib – a – n: – a/

/n + aḍrib – a – n: – a/

2

M

F

/t + aḍrib – a – n: – a/

/t + aḍrib – i – n: – a/

/t + aḍrib – u – n: – a/

/t + aḍrib – na –: – n: –

3

M

F

/j + aḍrib – a – n: – a/

/t – ∅+ aḍrib – a – n: – a/

/j + aḍrib – u – n: – a/

/j + aḍrib – na – : – n: – i/

104À l’instar de l’impératif, les deux modalités « énergiques » peuvent constituer en un syntagme autonome, c’est-à-dire en une phrase, chaque schème potentiel du verbe qui les reçoit.

105Les phrases potentielles à modalité impérative et à modalités « énergiques » sont ainsi à même d’entrer, à côté des phrases de mode réel, dans l’ensemble des phrases indépendantes.

  • 25 Le verbe est en arabe le lieu de plusieurs réalisations rhétoriques. Des paradigmes ludiques souven (...)

106Les phrases indépendantes « énergiques » pourraient être dites de « mode réel rhétorique »25.

107Cependant l’autre emploi de ces phrases en position subjonctive est parfois attesté.

  • 26 Al-'Acšā [Maymūn], né à la fin de VIe siécle, mort dans le premier tiers du VIIe siècle, a été un p (...)

108Exemple le vers, de mètre mutaqārib, du poète al-’Acšā 26 :

/fa hal jamnaìan ni: rtija:d i: l bila: *
d-a min ḥaḏar-i l mawt-i ?an ja?tijan/
« Devrait-elle empêcher mes courses à travers les contrées,
[me] retenant par sa crainte, la survenue inéluctable de la mort ? »

109Les deux verbes de ce vers sont à modalité /n/. Le premier, /jamnacan/, est une phrase interrogative, indépendante ; le deuxième, ja?tijan/, est une expansion d’identité complexe du morphème de personne /j/ de /jamnacan/.

  • 27 Sībawayhi — al-Kib, vol. 3, p. 516 — cite un seul emploi de l’énergique après la modalité, /lam/, (...)

110Les phrases indépendantes « énergiques » — elles ne sont pas employées pour le passé27 — expriment généralement un futur inéluctable, dramatique, un serment, un souhait, une imprécation parfois.

  • 28 Autres exemples dans les versets III/169 ; VII/73, 88, 118, 119 ; XXVII/21 ; V/27, 64, 73, 82 ; VI/ (...)

111Exemples28 :

  • le verset VII/18 :
    /la man tabica ka min hum
    la ?amla?an:a žahan:am-a min kum ?ažmac-i:-na/
    « Oui, ceux [, Iblis,] qui t’auront suivi,
    implacablement, oui, J’emplirai la Géhenne de vous tous. »

  • le verset VII/23 :
    /qa:la: rab: a na: ẓalamna: ?anfus-a na: wa ?in lam taġfir la na: wa tarḥam na:
    la naku:nan:a min-a l ḫa:sir-i:-na/
    « Tous deux dirent : “ Notre Seigneur ! Nous nous sommes lésés nous- mêmes.
    Si Tu ne nous pardonnes pas, si Tu [ne] nous prends [pas] en miséricorde, nous serons parmi les Perdants, affreusement. »

112où l’« énergique » /naku:nan:a/ apparaît clairement comme un potentiel après la double hypothèse : /?in lam taġfir la na: wa tarḥam na:/.

113Elles peuvent exprimer aussi, par une sorte de dissociation de la modalité et du verbe, la seule corroboration du verbe. Ces phrases sont proches des phrases à verbe non énergique mais à morphème de corroboration /?in:a/.
Exemples :

    • 29 Autres exemples dans le Coran d’énergiques subjectifs dans les versets XXIX/13, CIV/4…

    le verset XVI/56 :
    /ta l:a:h-i la tus?alun:a cam ma: kuntum taftaru:na/
    « Par Allåh ! Vous serez, inéluctablement, mis à la question sur vos allégations menteuses. »
    où l’« énergique » /tus?alun:a/, est à la voix objective29.

  • 30 Voir A. Roman, La Systématique de la langue arabe, chapitre X, « Les phrases modalités ».

114Autrement seules peuvent être indépendantes les phrases dites « doubles » faites d’une phrase matrice, de mode potentiel, et d’une phrase modalité, de mode potentiel également, qui rétablit leur couple dans le mode réel, fondamental30.
Exemple repris :
/?in taḍrib tuḍrab/     « Si tu frappes, tu seras frappé. »

  • 31 Les modalités représentées dans ce graphe sont les modalités qui font le sujet de ces pages, à l’ex (...)

Graphe des modalités de la relation biunivoque31

Graphe des modalités de la relation biunivoque31

Conclusion

115Les différentes modalités de la langue arabe apparaissent greffées sur les unités de nomination comme les pièces d’un jeu de meccano, signifiants et signifiés se faisant signe, se recrutant.

116De la sorte des couples de signifiants et de signifiés se sont constitués au cours de temps immémoriaux. Ceux d’entre eux qui étaient viables se sont branchés en cohérence sur l’arbre né de l’opposition temporelle fondatrice qui a déterminé l’arbre binaire, le premier plan de l’organisation générale de la langue.

117C’est ainsi que la langue arabe aura été inventée, et comme elle, vraisemblablement, les autres langues parlées.

118Et ces langues auront été construites par l’homme à partir de sa première langue, sa seule langue naturelle, offerte immédiatement par sa conscience intime du temps et par sa capacité de combinatoire binaire.

Graphe de l’organisation générale des langues

Graphe de l’organisation générale des langues
Haut de page

Bibliographie

Benveniste Émile (1946), « Structure des relations de personne dans le verbe », dans Bulletin de la Société de Linguistique, vol. XLIII, 1946, repris dans Problèmes de linguistique générale, vol. I, pp. 225-236.

Brockelmann Carl (1908, 1913), Grundriss der vergleichenden Grammatik der semitischen Sprachen, Bd. I : Laut und Formenlehre ; Bd. II : Syntax, Berlin.

Cohen David (1984), La phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique, Études de syntaxe historique, Paris, Collection linguistique publiée par la Société de Linguistique de Paris, LXXII.

Cohen David, Zafrani Haïm (1968), Grammaire de l’hébreu vivant, Paris, PUF.

Fleisch Henri (1961, 1979), Traité de Philologie arabe, Beyrouth, Dar El- Machreq, vol. 1 : Préliminaires, Phonétique, Morphologie nominale, vol. 2 : Pronoms, Morphologie verbale, Particules, Collection Recherches.

Harris James (1796), Hermès ou recherches philosophiques sur la grammaire universelle, Traduction et remarques par François Thurot, Édition, introduction et notes par André Joly, Paris – Genève, Librairie Droz, 1972.

Ibn ´Ḥlāwayhi (1934), Muḫta”ar fī Šwāḏḏ al-Qur’ān min Kitāb al-Badīc, éd. Gotthelf Bergsträsser, Le Caire, Bibliotheca Islamica, Bd. 7.

Ibn al-Qaṭṭāc (1354), Kitāb al-’afcāl, Haydarabad.

Joly André (1973), « Sur le système de la personne », dans Revue des Langues romanes, tome LXXX/1, pp. 59-97.

Joüon Paul (1965), Grammaire de l’hébreu biblique, édition photomécanique corrigée, Rome, Institut Biblique Pontifical.

O’Kelly Dairine (1996), « À la recherche d’une valeur fondamentale : le cas de la personne », dans Modèles linguistiques, Tome XVII, fascicule 1, pp. 177-185.

Moscati Sabatino, Spitaler Anton, Ullendorf Edward, Von Soden Wolfram (1969), An Introduction to the Comparative Grammar of the Semitic Languages, Phonology and Morphology, 2d printing., Wiesbaden, Harrassowitz.

Rabin Chaim (1951), Ancient West-Arabian, Londres.

Renan Ernest (1855-1858-1863), Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, dans Œuvres complètes, éd. Henriette Psichari, Calmann-Lévy, tome 8.

Roman André (2001), La systématique de la langue arabe, 2 tomes, Kaslik, Liban.

Roman André (1998), « Les particules “ décomposées ” ou la reconnaissance des composantes des morphèmes de négation de la langue arabe », in Du percevoir au dire, Hommage à André Joly, D. Leeman, A. Boone éd., Paris, L’Harmattan, pp. 87-96.

Sībawayhi (1385-1397/1966-1977), Al-Kitāb, Le Caire, éd. cAbd as-Salām Muḥammad Hārūn, 5 vol. , Collection Turāṯu nā.

Waltke Bruce K. and O’Connor Michael Patrick (1990), An Introduction to Biblical Hebrew Syntax, Eisenbrauns, Winona Lake, Indiana.

Al-Žāḥiḏ (1380/1960), Kitāb al-Bayān wa t-Tabyīn, éd. cAbd as-Salām Muḥammad Hārūn, 2e éd., Le Caire, 4 tomes en 2 vol.

Haut de page

Notes

1 D’où l’observation d’Ernest Renan : « En arabe […] les mots semblent [...] nager dans un fleuve de voyelles » (Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, p. 512).

2 Les racines de quatre consonnes sont des créations secondaires.

3 É. Benveniste, in « Structure des relations de personne dans le verbe », a identifié la « troisième personne » comme étant une « non personne ». Mais voir D. O’Kelly, « À la recherche d’une valeur fondamentale : le cas de la personne », et A. Joly qui a identifié la « troisième personne » comme étant la « personne non-interlocutive » (« Sur le système de la personne » et pp. 106–118 de son introduction à l’Hermès de James Harris).

4 Les exemples seront donnés sous leur forme la plus lisible, au masculin- singulier.

5 Cette syllabe conditionnée est entrée tardivement dans l’usage.

6 Voir Chaim Rabin, Ancient West Arabian, pp. 61-62, 90, 158 et 206. Elle est également attestée en araméen occidental et en ougaritique.

7 Cette voyelle est encore la voyelle /i/ dans plusieurs lectures du Coran (In Ibn Ḫālawayhi, Muḫtaar fī Šawāḏḏ al-Qur’ān, p. 3 (II/20), p. 9 (II/108), p. 27 (VI/28), p. 28 (IV/112). Voir H. Fleisch, Traité, vol. 1, pp. 137-138. En hébreu c’est / i/ qui est dominant dans la « flexion du futur qal » (voir P. Joüon, Grammaire de l’hébreu biblique, § 44 ; D. Cohen et H. Zafrani, Grammaire de l’hébreu vivant, p. 53).

8 Ibn Ḫālawayhi, Mutaṣar fī Šawāḏḏ al-Qur’ān min Kitāb al-Badīc, p. 122.

9 Voir Ibn al-Qaṭṯāc , grammairien arabe du XIIe siècle, Kitāb al-’afcāl, p. 7 sq. C’est exceptionnellement que les schèmes /facila/ et /facula/ du verbe sont réalisés /facøla/ ; exemples : /baḏiḫa/, « être hautain » > /baḏøḫa/ ; /qaruba/, « être proche » > /qarøba/ ; et encore , exemples rapportés par le grand grammairien arabe du VIIIe siècle, Sībawayhi, al-Kitāb , vol. 4 , p. 151 : / raḍija/ > /raḍøja/, / ḫaḏira / > / ḫaḏøra/, /saruwa/ > /sarøwa/.

10 Voir A. Roman, Systématique de la langue arabe, chapitre 5, « Les extensions et les expansions simples : emplois », § iii du chapitre B.2.5.2.

11 Sur l’hébreu, voir P. Joüon, Grammaire de l’hébreu biblique, pp. 400-401 ; et l’exemple cité par B. K. Waltke et M. O’Connor, An Introduction to Biblical Hebrew Syntax, p. 380 : נשמר ןבנביא « By a prophet it (Israel) was guarded ».

12 Des exemples anciens de complément animé se trouvent dans d’autres langues sémitiques ; voir, par exemple, la note précédente et la traduction en guèze, faite à partie du grec, de Jean I/2, citée par D. Cohen, La Phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique, p. 180 : /wa-kwal :u bottu kona/, « Et tout fut par Lui ».

13 Ce chiasme, écho de la symétrie des signifiants de l’aspect, est inutile à la langue.

14 La même voyelle désinentielle /u/ raboutée aux noms est dans les noms le signifiant du nominatif. De fait le morphème casuel et le morphème modal ne sont pas sans affinité.

15 Cette syllabe prothétique n’est plus nécessaire quand l’impératif suit dans la phrase une unité terminée par une syllabe à même de jouer ce rôle — exemple : /?amara ḍrib/, « Il a ordonné : “ Frappe ! ” — ou encore suit une consonne qui alors devra être flanquée d’une voyelle ajoutée, dite « voyelle de joncture » — exemple : /?amarat-i ḍrib/, « Elle a ordonné : “ Frappe !” ».

16 Rappel : /VC/ n’appartient pas au système syllabique de la langue arabe.

17 Exemple : /hu/, « de lui ».

18 /taḍribu/ peut signifier, selon le contexte ou la situation, soit « Tu frappes. », soit « Elle frappe ».

19 Le duel, inutile à l’exposé, n’a pas été représenté dans les tableaux.

20 Autrement, Mario Rossi (Communication personnelle du 24.12.06) : Je vois 3 règles ordonnées qui devraient rendre compte de l’absence de la séquence CV.CV.CV.CV : 1 - Règle de soudure : le schème est syllabiquement lié aux morphèmes qui couronnent le modus ; 2 - Règle d'exclusion syllabique : éviter toute séquence CCV et VC ; 3 - Règle d'économie des voyelles, qui découle d'un système fondé sur le schème consonantique CCC.

21 « [In West-Semitic] remarkable corroboration of this modal variety has been furnished by Ugaritic which places itself alongside Arabic with the same set of endings […] In the Tell Amarna glosses we encounter a volitive in –a and an energic in –na. » (S. Moscati, An Introduction to the comparative grammar of the Semitic languages, § 16.32 et 16.34).

22 L’effet induit par la similitude a joué non seulement entre schèmes d’un paradigme mais elle a joué aussi entre paradigmes et même entre les systèmes de nomination et de communication. Le « sujet » d’une phrase arabe translatée par /?an:a/, « que », reçoit la désinence casuelle /a/ ; exemple le verset CIV/3 : /jaḥsabu ?an:a ma:l-a hu?aḫlada hu/, « [Un tel homme] fait ce calcul que ses biens l’ont rendu éternel. », où le nom /ma:l/, « biens », est à l’accusatif : /ma:l-a/. Et, semblablement, le verbe non achevé de mode potentiel, s’il se trouve, après le translatif /?an/, dans cette même position subordonnée, reçoit cette même voyelle là où il peut la recevoir ; exemple le verset LXXV/36 : /?a jaḥsabu l?insān-u ?an jutrak-a suda-n/, « L’homme fait-il ce calcul qu’il sera laissé à lui-même ? ». Mais huit des schèmes du paradigme potentiel ne peuvent recevoir cette voyelle /a/ ; ils se maintiennent donc inchangés à côté des cinq schèmes changés par son affixation. Le paradigme hétérogène ainsi créé n’est qu’un pseudo paradigme « subjonctif ».

23 Sībawayhi, al-Kitāb, vol. 3, p. 508, en début d’un chapitre sur l’« Énergique », pp. 508-518.

24 Cette consonne est aussi la servante du système syllabique ; elle fournit au besoin la consonne nécessaire entre deux voyelles ; exemple dans /taḍribu:-n- a/, « Vous frappez », où /n/ s’interpose entre la voyelle /u:/, signifiant du pluriel, et la voyelle /a/, signifiant conditionné du mode réel.

25 Le verbe est en arabe le lieu de plusieurs réalisations rhétoriques. Des paradigmes ludiques souvent, expressifs toujours, ont été construits assidûment sur une amplification consonantique obtenue par différents moyens. Ces paradigmes ont, dans la Tradition, reçu, banalement, des numéros : 11, 12, 13, 14, 15.

26 Al-'Acšā [Maymūn], né à la fin de VIe siécle, mort dans le premier tiers du VIIe siècle, a été un poète «itinérant», auteur de vers d'inspiration «bédouine» et d'inspiration lyrique. Le vers cité est ici repris du Kitāb de Sībawayhi (vol. 3, p.513).

27 Sībawayhi — al-Kib, vol. 3, p. 516 — cite un seul emploi de l’énergique après la modalité, /lam/, de négation du potentiel, modalité qui situe le modus potentiel dans le passé dès lors que sa réalisation s’est révélée impossible. Cet emploi est à la rime du premier hémistiche d’un vers d’attribution incertaine, de mètre ražaz, où /jaclama:/ est pour /jaclaman/ :

/jaḥsabu hu l ža:hil-u ma: lam jaclama: *
šajḫ-a-n cala: kursij:-i hi: mucam:am-a:/
« [Dans cette montagne] l’ignorant, homme sans savoir,
*croit voir un šayḫ en chaire coiffé de son turban. »

C. Brockelmann (Grundriss der vergleichenden Grammatik der semitischen Sprachen, vol. 2, p. 153) ajoute un seul autre exemple, de la poésie encore, repris du Kitāb al-’Aġānī : /fa lam ?atrukan ha:/, « Je ne l’ai aucunement laissée ».

28 Autres exemples dans les versets III/169 ; VII/73, 88, 118, 119 ; XXVII/21 ; V/27, 64, 73, 82 ; VI/12, 35 ; X/89, 94, 95 ; XIII/40 ; XIV/7, 13 ; XV/39, le verset du blasphème de ’Iblīs ; XVIII/23 ; XLIII/41 ; CIV/4.IV/119 qui présente une séquence de six verbes à /n:/.

29 Autres exemples dans le Coran d’énergiques subjectifs dans les versets XXIX/13, CIV/4…

30 Voir A. Roman, La Systématique de la langue arabe, chapitre X, « Les phrases modalités ».

31 Les modalités représentées dans ce graphe sont les modalités qui font le sujet de ces pages, à l’exclusion des autres morphèmes comme le morphème de corrobation cité supra.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe des modalités de la relation biunivoque31
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/227/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphe de l’organisation générale des langues
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/227/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Roman, « Aperçu idéal sur la génération des modalités portées par le verbe arabe », Modèles linguistiques, 62 | 2010, 27-45.

Référence électronique

André Roman, « Aperçu idéal sur la génération des modalités portées par le verbe arabe », Modèles linguistiques [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 20 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ml.revues.org/227 ; DOI : 10.4000/ml.227

Haut de page

Auteur

André Roman

Université de Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org