Navigation – Plan du site

Aller et venir : de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement en berbère (kabyle)

Fatsiha Aoumer
p. 9-26

Texte intégral

  • 1 La présentation du verbe en berbère est difficile car les analyses du système verbal sont diverses (...)

1Avant d’aborder la question de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement, je commencerai dans un premier temps par une présentation du verbe en berbère (kabyle)1.

  • 2 Le thème est lui-même formé à partir d’une racine composée au moins d’une consonne et d’un schème v (...)
  • 3 C’est justement ce qui arrive dans le cas des formes verbales que les berbérisants identifient comm (...)

2En berbère, le verbe est obligatoirement composé d’un thème2 et d’un indice de personne. La personne ordinale opérant dans le plan temporel est intégrée au verbe, ce qui résulte, comme l’écrit A. Joly (1990 : 99) en un « prédicat-sujet », d’où un prédicat-phrase qui se suffit à lui-même. L’absence de la personne représentant le sujet dans le verbe empêche celui-ci d’exister comme prédicat3.

  • 4 Il existe également un impératif intensif : ttas-d ?ur-s « viens chez lui (régulièrement) ! »

3Le verbe est toujours énoncé à la deuxième personne de l’impératif (Imp)4. À part les formes verbales propres à ce mode, un verbe comprend les thèmes suivants : un prétérit (P) et sa variante, le prétérit négatif (PN), un aoriste (A) et un aoriste intensif (AI). Quel que soit le thème, le verbe simple en berbère peut servir de base de dérivation à d’autres verbes moyennant des morphèmes dérivationnels préfixés à son radical. Il existe en tout trois morphèmes, chacun ayant ses propres variantes. Il s’agit des préfixes s- (ss-, zz-), ttw- (ttu-, ttwa-, ...) et my- (m-, ms-) qui expriment respectivement le factitif, le passif et le réciproque :

[1]

Ye-ssen

abrid.

Lui-Issin (P)

(le) chemin (“Il connaît le chemin”).

[2]

Ye-

ttwassen.

Lui

-être connu (P) (“Il est connu”).

[3]

Myussan

-en.

Se connaître (P)

-eux (“Ils se connaissent”).

[4]

Ye

ffeγ.

Lui-

sortir (P) (“Il est sorti”).

[5]

Ye- ssuffeγ

-it.

Lui- faire sortir (P)

le (“Il l’a fait sortir”).

Mode, temps et aspect

4À propos du mode en berbère, A. Basset (1952 : 13) considère que « la question des modes est embryonnaire en ce sens qu’à l’exception d’un impératif pour l’ordre et la défense, toutes les autres nuances modales : constatation, supposition, souhait etc. s’expriment par le même jeu d’aoriste et de prétérit ».

5En effet, à part l’impératif, c’est grâce aux mêmes formes verbales que la modalité, l’aspect et le temps sont exprimés.

6Au prétérit, un verbe exprime essentiellement un événement perfectif au passé. Il peut également exprimer des valeurs modales telles que la certitude et l’optatif :

[6]

Asmi ye-dder,

maci akka.

Quand lui-vivre (P),

pas comme ça.

“Quand il était vivant, ce n’était pas comme ça”.

[7]

Lukan

ye-dder 

Si

lui- vivre (P)

S’il était vivant !”

7Quant à l’aoriste, il est très rare. Il ne fait plus partie du système actuel des oppositions verbales. À ce propos, S. Chaker (1991 : 161) écrit :

Le thème d’aoriste n’est plus, en kabyle, qu’un archaïsme en voie de disparition (ce qui n’est pas le cas dans les parlers berbères où il conserve une vitalité certaine). Sous sa forme isolée, il n’est pratiquement plus attesté que dans la poésie, ou comme deuxième élément non marqué d’une succession d’injonction (i.e. après un impératif).

8L’aoriste n’exprime que des valeurs modales :

9• injonctif

[8]

Fak 

-em

cγel

nwen,

tefγ

-em.

Terminer (imp)

vous

travail

votre,

sortir (A) 

-vous.

“Terminez votre travail et (vous) sortez”.

10• optatif

[9]

Ye-

bγa

axxam,

y

-awi

-t.

Lui

vouloir(P)

maison 

lui

-prendre(A)

-le

“Il veut la maison, qu’il la prenne !”

11Quant à l’aoriste intensif (AI), issu de l’aoriste, il s’agit d’une forme verbale d’aspect imperfectif, porteuse d’une image sécante du temps et sur ce point comparable à la forme progressive de l’anglais. Elle exprime essentiellement le présent.

  • 5 Idem.

12Lorsque le présent est saisi dynamiquement « comme entité temporelle mobile, donc toujours présente »5, c’est l’aoriste intensif seul qui exprime le présent pour l’ensemble des verbes de la langue :

[10]

I-

ttas

-d.

Lui

venir (AI)

-d

“Il vient (habituellement)”.

  • 6 cf. A. Joly & D. O’Kelly, 1989, p .22.

13Lorsque le présent est saisi statiquement, « comme instant unique représentant une expérience singulière »6, l’aoriste intensif exprime le présent uniquement avec les verbes imperfectifs. Il présente un événement donné en accomplissement.

[11]

I-

tteddu

-d

Lui-

marcher (AI)    

-d

“Il est en train de venir” (He is coming).

14Quand il s’agit de verbes perfectifs, c’est le prétérit qui permet d’exprimer le présent. D’autre part, c’est l’aoriste intensif qui permet d’exprimer un événement imperfectif au passé. À part le contexte situationnel et/ou linguistique, c’est l’auxiliation qui permet de lever l’ambiguïté entre l’expression du passé et du présent :

[12]

Zik

ye-

ttas

-d

Avant

lui

-venir (AI)

-d

“Avant, il venait”.

[13]

Ye 

-lla

ye

-ttas

-d.

Lui 

être (P)

- lui

-venir (AI)

-d.

Il 

était

il

venait

“Il venait” (He used to come).

15Comparés à [10], c’est zik (le contexte linguistique) dans [12] et yella (l’auxiliaire ili « être ») dans [13] qui permettent de situer l’événement imperfectif yettas-d dans le passé.

  • 7 A. Joly & D. O’Kelly, 1990, p. 202.

16Les formes verbales ad + aoriste (A) et ad + aoriste intensif (AI)7 , également issues du thème primitif d’aoriste, sont seules à pouvoir exprimer le futur. C’est le préverbe ad de nature cataphorique qui permet de renvoyer tout procès ou état dans le domaine du futur, du virtuel :

[14] 

Azekka

ad

ye-

sâu

aseggas.

Demain

ad

lui-

avoir(A)

un an

“Demain, il aura un an (c’est son premier anniversaire)”.

[15] 

A

ye-

sâu

aseggas.

Ad

lui-

avoir (A)

un an.

“Il doit avoir un an”.

17Pour trancher entre le futur et le modal, les modalités prosodiques et le contexte situationnel et/ou linguistique jouent un rôle important.

Les particules d et n

18En berbère, en général, quel que soit le mode, l’aspect, le temps ou la diathèse, un verbe, qu’il soit primaire ou dérivé, peut être accompagné de deux particules traditionnellement appelées « particules de mouvement », « particules de direction », « particules d’orientation » ou « modalités d’orientation ». Il s’agit des particules d et n, qui sont respectivement perçues comme des particules d’« approche » et d’« éloignement », traduites en français par « vers ici » et « vers là-bas ». Dans les dialectes marocains, elles peuvent apparaître :

  1. En combinaison avec des éléments démonstratifs : chleuh argaz-a-d « cet –homme-ci » : argaz-a-nn « cet-homme-là » ;

  2. À coté de verbes qui sont souvent, mais pas toujours, des verbes de mouvement : chleuh yuška-d « il vint (ici) » : yuška-nn « il vint (là- bas, où j’étais, mais où je ne suis plus pour l’instant. (Galand, 1959, p. 69)

19Toujours en chleuh, ces deux particules permettent de distinguer entre γi- d (ici) et γi-nn (là-bas). (cf. El- Mountassir, 2000, p 131)

20En kabyle, ces particules apparaissent uniquement après les verbes. La particule d est beaucoup plus fréquente que n et elle accompagne la majorité des verbes de la langue. Elle est aussi bien compatible avec les verbes de mouvement qu’avec des verbes exprimant des événements mentaux ou même des verbes d’état tels que ili « être » ou sâu « avoir ».

21Soient les exemples suivants :

[16] 

Ye-

ssen

ad ye

-ssew.

Lui-

savoir (P)

ad lui

-cuisiner(A).

“Il sait cuisiner”.

[17]

Ye

-ssen

-d

ad ye

–ssew.

Lui

-savoir (P)

-d

ad lui

-cuisiner(A)

“Il sait cuisiner (Il a appris à cuisiner)”.

22Dans [16], c’est une aptitude (celle de cuisiner) qui est exprimée. Le verbe issin « savoir » exprime le résultat d’un apprentissage. Dans [17] par contre, il y a un changement de situation. Le sujet parlant, en utilisant d sous-entend que la personne en question ne savait pas cuisiner auparavant. Le verbe issin exprime l’opération « apprendre ».

[18] 

Ye

-sâa

axxam.

Lui

-avoir (P)

(une) maison.

Il a une maison.

[19] 

Ye

-sâa 

-d

axxam.

Lui

-avoir (P)

-d

(une) maison

“Il a une maison (Il a acquis une maison)”.

23Le verbe sâu « avoir » exprime l’état de possession dans [18] et l’acquisition’ dans [19].

[20] 

Lla

-n

yedrimen.

Ili (P)

-ils

argent.

“L’argent existe (Il y a de l’argent)”.

[21] 

Lla

-n

-d

yedrimen.

Ili (P

-ils

-d

argent.

“Il y a eu de l’argent”.

24Le verbe ili signifie « exister, être » dans [20] et « venir à l’existence » dans [21].

25Soit le tableau suivant :

Opération

Résultat

Issin -d « apprendre »

Issin « savoir, connaître »

Sâu -d « acquérir »

Sâu « avoir, posséder »

Ili -d « venir à l’existence »

Ili « être, exister »

26Il existe des verbes obligatoirement accompagnés de d, des verbes incompatibles avec cette particule et des verbes dont la sémantèse verbale admet sa présence sans l’exiger. Sa présence est déterminée par la visée du sujet parlant et/ou le contexte.

27Pour illustrer l’une des valeurs qu’il accorde à cette particule, notamment celle d’« actualisant (stylistique) », Fernand Bentolila (1969 : 92) écrit :

Dans beaucoup d’énoncés D sert simplement à « actualiser » le procès, c’est-à- dire que le locuteur décrit l’action comme vue de face, il semble se placer au point d’aboutissement du mouvement, du trajet exprimé par le verbe. L’opposition du français « aller »/ « venir » peut nous aider à comprendre cette valeur. En berbère, l’adjonction de D peut transformer n’importe quel verbe en un « venir » (+ son contenu sémantique propre). Cette actualisation relève d’habitudes qui font partie du système (stylistique de langue). De toute façon, elle ne peut se trouver que dans des énoncés qui se donnent immédiatement et sans ambiguïté comme des récits et qui par conséquent excluent la valeur d’orientation vers un ici réel.

28Je ne partage pas entièrement l’opinion de F. Bentolila selon laquelle « n’importe quel verbe » peut être transformé en « venir ». Cette particule peut accompagner les verbes ini « dire », issin « savoir », qqim « rester », … Quant à cette manière d’expliquer la valeur de D en ayant recours à cette comparaison avec les verbes « aller » et « venir » en français, elle permet de montrer que l’emploi de cette particule est lié au sujet parlant et à ses coordonnées spatio-temporelles.

29La comparaison entre ces deux verbes sera reprise et la question de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement sera traitée ici dans l’un des parlers de la petite Kabylie où seule existe la particule d.

30Pour mieux expliquer la différence et le rapport existant entre ces deux verbes en berbère (kabyle), je commencerai par un petit aperçu sur les traits qui permettent de distinguer entre ces verbes du point de vue de la théorie linguistique.

31Dans les langues indo-européennes, il existe en général selon Françoise Létoublon (1990 : 269-270) :

Des lexèmes verbaux spécialisés dans l’expression du mouvement et liés par des oppositions sémantiques pertinentes aux oppositions déictiques, au point que les coordonnées déictiques spatiales y sont souvent implicites, intégrées à leurs traits sémantiques pertinents :

Fr. aller/venir
Lat. eo/uenio
All. gehen/Kommen
Ang. To go/ to come.

32L’opposition sémantique justifiant l’existence de ces couples de verbes est due à une opposition sur le plan de la deixis spatiale. Toujours en relation avec ce domaine et à propos de catégories de l’andatif et du ventif, Philippe Bourdin (1990 :287) écrit :

Dans leurs emplois prototypiques, « aller » et « venir » présupposent que le déplacement auquel ils réfèrent est repéré par rapport au lieu de (co-)énonciation : ils participent à ce titre de la deixis spatiale. Pour reprendre la terminologie employée par Th. Fraser (1982), « venir » est associatif en ce qu’il associe le point d’arrivée (lω) du déplacement au lieu de l’énonciation (ou au lieu lo’ du co-énonciateur) tandis que « aller » est dissociatif dans la mesure où il dissocie lω de lo ou lo’. En raison de ces valeurs déictiques, les deux verbes tendent à opérer une mise en perspective du déplacement : « aller » donne typiquement à voir celui-ci à partir de sa borne de départ (lo) et « venir » à partir de sa borne d’arrivée (lω).

33Il existe donc des informations d’ordre déictique dans le sens des verbes aller et venir qui permettent de repérer le déplacement qu’ils expriment par rapport à la situation de communication.

34En traitant du couple de verbes déictiques de mouvement andare/ venire en italien, David Ricca (1990 :277) exprime plus clairement les plans sur lesquels ces deux verbes s’opposent. Il s’agit du plan de l’Aksionsart et celui des présuppositions déictiques :

  1. Le plan de l’Aktionsart : le verbe du type “venir” donne normalement plus de relief à la destination du mouvement (en anglais, on parle de goal- oriented verb) ; le verbe du type “aller”, au contraire, est plutôt orienté vers le point de départ ou le parcours (source- ou path-oriented).

  2. Le plan des présuppositions déictiques : à partir d’énoncés comme Jean va à Paris et Jean vient à Paris, on induit des informations différentes (à la limite complémentaires) sur la localisation des protagonistes de l’acte de communication.

35Contrairement aux langues dans lesquelles deux verbes déictiques de mouvement « aller » et « venir » s’opposent, il n’existe en berbère et en kabyle en particulier qu’un seul lexème signifiant “venir”. Le verbe as n’a aucune existence effective tout seul. C’est une unité de puissance dont le passage au plan de l’effet, lors de l’opération d’effection ne peut se réaliser sans son association obligatoire à la particule : as-d. Celle-ci permet l’actualisation du verbe.

36Le verbe as n’est qu’un signifiant qui contient la prévision de son emploi. En réalité, lorsqu’on traduit as par venir, c’est as accompagné de d qui est l’équivalent sémantique de “venir” car, contrairement au français venir, as sans la particule d ne contient pas de coordonnées ou de présuppositions déictiques. C’est la raison pour laquelle son emploi est conditionné par la présence de la particule d, représentant l’élément déictique :

As = “venir” – les coordonnées (ou présuppositions) déictiques.

37Cette particule permet donc un repérage par rapport aux co-énonciateurs et à leurs coordonnées spatio-temporelles.

38Il existe toutefois en berbère un terme emprunté à l’arabe et très bien intégré dans la langue pour désigner “aller”. Ce verbe est traduisible par aller et, du point de vue de sa sémantèse, il a un comportement similaire à celui de “aller”. Il s’oppose au verbe as-d.

39Néanmoins, la particularité du verbe ruê en berbère est sa disposition à être associé à la particule d au moment de l’effection selon la visée d’intention du sujet parlant. A.Joly (1989 : 89) écrit à ce propos :

Il est clair que c’est le sujet parlant qui actualise. Mais qu’est-ce-qu’il actualise ? Des signes de langue certes, mais des signes qui contiennent la prévision de leur emploi, autrement dit, qui intériorisent eux-mêmes la distinction virtuel/actuel- réel. Le sujet ne fait que diriger ces signes, les orienter vers tel ou tel emploi, selon sa visée d’intention, selon la situation et le co-texte.

40Lorsque le sujet parlant opte pour la forme ôuê-d « venir », en d’autres termes pour l’actualisation de ôuê « aller » en le repérant grâce à la particule d par rapport à l’instant de parole, instant de conscience actuelle, aux co-énonciateurs et à leur coordonnées spatio-temporelles, ce verbe cesse de s’opposer à as-d pour devenir son synonyme :

Ruê “aller” ~ as-d “venir”

ôuê-d “venir” : as-d “venir”

41On constate donc que la particule d peut faire d’un verbe ruê, “aller”, un verbe “venir”. La question qui se pose est de savoir ce qui, dans le sémantisme du verbe ruê, permet sa réalisation sans la particule d. La seule voie qui puisse permettre une réponse à cette question est la comparaison entre ôuê et as-d du moment où ce dernier n’a aucune existence effective sans d. Dans cette comparaison, il sera d’abord question du sémantisme du verbe ruê car il a l’avantage de pouvoir exister en tant que signifiant d’effet, c’est-à-dire d’être accessible à l’observation sans la particule d.

42Le verbe ôuê a toutes les caractéristiques d’un verbe “aller”. Il est dissociatif, selon Fraser, du moment où il dissocie la borne d’arrivée du déplacement de lo (lieu de l’énonciateur) ou de lo’ (lieu du co-énonciateur).

43En termes de « mise en perspective du déplacement », elle se fait à partir de la borne de départ (lα). Pour reprendre la terminologie de D. Ricca, ôuê, du point de vue de l’Aktionsart, « est plutôt orienté vers le point de départ ou le parcours ».

44Or, lorsque le sujet parlant choisit d’utiliser le verbe ôuê avec la particule d, des valeurs contraires sont signifiées en passant à un verbe « venir ». En présence de d, ôuê perd ses valeurs déictiques inhérentes au profit de celles qu’apporte cette particule.

45Il est possible de représenter le rapport de as-d et ôuê de la manière suivante :

46À partir de ces données sur le verbe ôuê et sa réalisation ôuê-d, synonyme de as-d, je considère que, contrairement au verbe as, ce sont les valeurs déictiques inhérentes au verbe ôuê qui lui permettent d’avoir une existence effective sans la particule d.

47Soient les exemples suivants :

[22]

Ruê

γer

wexxam !

Aller(imp)

à

(la) maison.

“Va à la maison !”

[23]

As

-d

γer

wexxam !

Venir

-d

à

(la) maison

“Viens à la maison !”

[24]

Ruê-d γer wexxam !

“Viens à la maison !”

[25]

Arwaê γer wexxam !

“Viens à la maison !”

48Les trois derniers exemples ont exactement le même sens : “Viens !”. Il s’agit de synonymes. Il est possible de constater qu’en présence de d, la direction du mouvement exprimé par ôuê dans [24] a été complètement inversée par le sujet parlant. Ce qui peut attirer l’attention dans l’exemple [25] est l’absence de d. Il convient de préciser que la valeur déictique de cette particule consistant à orienter vers un endroit, situer par rapport au sujet parlant, est comprise dans le sens de aôwaê, “viens”. Cette forme verbale ne peut être rencontrée qu’à la deuxième personne de l’impératif. Elle est l’équivalent exact de ôuê-d. Il s’agit d’un « impératif déictique » exactement comme la forme verbale ax « tiens ! ».

[26] 

Y- 

usa ! 

-d 

Fares.

lui-"

venir

-

Fares.

Fares est venu.

[27] 

Bγa 

-nt

ad

d-

as

-ent

Vouloir(P)

-elles

ad

d-

venir(A) 

elles.

“Elles veulent venir”.

[28]!

Ahat

ad!

d-

as

-en

aseggas–a.

Peut-être

ad

d- 

venir(A)

-eux

année -cette.

“Peut-être qu’ils viendront cette année”.

[29] 

Waqila

ad

ruê

azekka.

Peut-être

ad

lui-

aller(A)

demain.

“Peut-être qu’il ira demain”.

[30]

Tura

ye

zmer

ad

i

ruê.

Maintenant

lui

- pouvoir(P)

ad 

lui

-aller(A)

Maintenant, il peut partir”.

[31]

I

ruê

-d

zik,

ur

ye

-qqim

Lui-

aller(P)

-d

avant, 

ne

lui

-rester(PN)

ara

ar

tura.

pas

jusque

maintenant.

“Il est venu il y a longtemps, il n’est pas resté jusqu’à maintenant”.

[32]

Taxatamt 

-nmi

t

-ruê

Bague

-là

elle

aller(P)

“La bague en question a disparu”.

49Dans [26], l’énonciateur se contente d’informer son allocutaire que son fils Fares est venu, il est déjà là, chez elle. En [27] l’énonciateur exprime le fait que, se trouvant en ville, ses sœurs veulent venir (la rejoindre) à la campagne. En [28], l’énonciateur parle de ses beaux-frères qui se trouvent encore en ville et qui pourraient venir à la campagne, où elle est cette année. Donc, elle ne veut pas toucher à leurs figuiers. En [29], l’énonciateur répond à une question : ad iôuê ? “ira-t-il ?”. En [30], l’événement ôuê est toujours envisagé à partir de sa borne de départ. Il s’agit d’un changement de situation, les conditions sont devenues favorables pour aller, pour partir. En [31], en revanche, le sujet parlant agit sur le verbe ôuê grâce à d et en fait un verbe “venir”, l’événement qu’il exprime est envisagé à partir de sa borne d’arrivée coïncidant avec le champ du Moi. En [32], le verbe ôuê signifie “disparaître”. L’événement est envisagé à partir de sa borne de départ ; il s’agit d’un mouvement se dirigeant vers le Hors-Moi, l’absent en général.

As, ôuê, la particule d et le récit

50Lorsqu’il s’agit du récit, l’énonciateur-narrateur ne peut prononcer ou évoquer la particule d sans agir sur les événements exprimés par les verbes qu’elle accompagne en les observant, les décrivant et, en quelque sorte, en les supervisant, et même en les « manipulant », chaque fois à partir de nouvelles coordonnées spatio-temporelles où ledit énonciateur-narrateur se situe tout au long du récit. C’est sans doute la raison pour laquelle F. Bentolila (1969 : 92) a accordé à d, entre autres, la valeur d’ « actualisant » dont l’emploi est « stylistique ». Parmi les cas qu’il a relevés pour illustrer cette valeur de d, il y a ceux où :

le narrateur peut actualiser le procès avec D pour ajouter de l’expressivité, donner plus de vie à l’énoncé […] tout se passe comme si le locuteur se plaçait devant son personnage comme un cinéaste devant les acteurs qu’il filme : le protagoniste est vue de face. (p.95).

  • 8 La différence entre ‘ad+aoriste’ et ‘ad+aoriste intensif’ est que cette deuxième forme verbale perm (...)

51Cette présence, cette influence, cette subjectivité du sujet parlant,énonciateur-narrateur, à travers l’emploi de d sont-elles compatibles avec le récit ? Le fait que Bentolila ait lié cette valeur de D au récit est dû à une conception où il existe une frontière nette entre le plan du récit et celui du discours. Seule la prise en considération de l’interaction permanente entre les deux plans8 peut replacer cette valeur dans le plan qui lui convient, celui de l’énonciation interlocutive, de la subjectivité.

52Soit l’exemple suivant :

[33]

Usa

n

-d

Netta

-âel -

asen !$er 

din

Venir(P)

-eux

-d.

Lui

il

-mettre(P)

-à eux

dans là-bas

c$el 

n

ssikran

comme de somnifères.

“Ils vinrent. Lui, il leur avait mis dans la nourriture en question une sorte de somnifères”.

53Cet énoncé tiré d’un conte est produit dans le contexte suivant : le Sultan a invité tous ses sujets à dîner chez lui afin de piéger le voleur, et ils sont effectivement venus. L’énonciateur-narrateur ne s’est pas contenté de raconter l’événement objectivement ; il a choisi de le décrire de son propre point de vue en se plaçant en un lieu d’espace bien précis, qui est le château du Sultan. Avec sa propre intervention, il agit activement sur le temps en le remontant grâce à un « mouvement de la pensée dans le temps », ce qui implique une visualisation ascendante de celui-ci. De cette manière, l’énonciateur présentifie, actualise l’événement par rapport à lui- même et à ses propres coordonnées spatio-temporelles, lesquelles coïncident avec la limite F de l’événement. On ne relève aucune préposition indiquant une position, un mouvement ou une direction vers l’énonciateur et le lieu qu’il occupe dans l’espace et dans le temps.

54Si l’objectif de l’énonciateur-narrateur était uniquement la narration des faits, il aurait opté pour le verbe ôuê. Contrairement à as, ce verbe n’impose aucune mise en scène de l’événement.

[34]

Ttas

-en-d. 

Kul

yiwen

Venir(AI)

–ils- d.

Chaque

un

d ! acu

i

d  -i

hekku.

c’est quoi

que

d-il

-raconter(AI).

55Les gens vinrent. Chacun donnait sa propre version des faits.

56Cet énoncé suit immédiatement le précédent et il est produit exactement dans le même contexte. Il s’agit d’une reprise de l’événement as avec la même source de causation, le même énonciateur et la même visualisation ascendante du temps. La différence avec l’énoncé précédent réside dans le choix que fait l’énonciateur de la forme intensive (AI) du verbe as.

57L’aoriste intensif (AI) permet, d’une part, d’exprimer l’habitude ou l’itération. En [34] la forme intensive n’exprime ni l’une ni l’autre car, selon le contexte, le Sultan a exceptionnellement invité ses sujets chez lui dans le but de piéger le voleur. Ces derniers n’ont pas l’habitude de se rendre chez lui. D’autre part, la forme intensive permet l’expression d’un événement- procès en cours d’accomplissement, comportant du temps révolu et du temps non révolu ; de son début à sa fin, un seul instant est actualisé. Or, l’aspect perfectif du verbe as est incompatible avec utilisation de la forme intensive. L’événement as ne peut pas être vu en cours d’accomplissement.

58La solution réside dans la source de causation : -n « ils » qui renvoie à « gens », et plus précisément au pluriel. Dans un premier temps, l’énonciateur utilise la forme verbale (P) pour présenter l’événement dans son intégralité. Dans un second temps, dans le but de s’arrêter sur un instant bien précis, celui de la venue du voleur, un instant tant attendu par le Sultan, l’énonciateur-narrateur choisit d’utiliser le verbe sous l’aspect imperfectif, ce qui lui permet d’exprimer le fait que les « gens » en question ne sont pas venus à la fois ; certains étaient déjà venus, d’autres devaient encore venir. Dans cet énoncé, il y a eu un passage de –n « ils » dans ttasen-d à kul yiwen « chacun », à fin de préparer à la venue, à l’arrivée du voleur en question.

[35]

Y

-usa 

-d.

Il

-venir(P)

-d.

Il vint/il est venu.

59C’est absolument dans le même contexte que [33] et [34] que l’énonciateur-narrateur décrit la venue de i- « il » renvoyant au voleur, à partir du même lieu dans le temps et l’espace où il se positionne (le même château). Il a décomposé la description de l’événement « venir » en trois phases : [33] usan-d, [34] ttasen-d et [35] yusa-d.

[36]

T

-ôuê 

teqcict 

nni γur 

baba

s. [...]

Elle

-aller

fille

-là chez

père

-son […]-d

T

- usa

-d 

tmeîîut  -nni.

Elle

-venir(P)

-d

femme -là.

La fille en question alla chez son père. […] La femme en question vint.

60Le Sultan (l’ex-voleur), toujours dans le même conte, demande à sa femme de se rendre chez son père (l’ex-Sultan) afin de s’enquérir sur la raison de son mécontentement. Elle (la fille ou la femme en question, car il s’agit de la même personne) va chez son père et (re)vient auprès de son mari avec une explication. La limite F de l’événement correspond au lieu dans le temps et dans l’espace qu’occupe le Sultan, le mari, lieu où se positionne l’énonciateur-narrateur. Nous remarquons que ce dernier n’a pas recours à une préposition ou à un déictique pour préciser ce lieu. Nous pouvons le situer uniquement grâce à la manière qu’a l’énonciateur d’opposer entre ôuê (aller à partir de ce lieu en direction du père) et as (venir jusqu’au point initial).

Le verbe ddu « marcher », « accompagner »

61Le verbe ddu, qui signifie essentiellement « marcher » est à mettre en rapport très étroit avec les verbes as et ruê. A l’aoriste intensif (AI), il peut exprimer « aller » et « venir », et plus particulièrement « être en train d’aller » (to be going to) et « être en train de venir » (to be coming) à condition d’être accompagné de d. Les verbes as et ruê à l’aoriste intensif ne peuvent pas exprimer un événement en accomplissement.

62Soient les exemples suivants :

  • 9 Il ne s’agit pas de la particule d mais de la préposition d « avec ». La particule d est toujours r (...)

[37]

Te

-tteddu

s

kra kra

Elle

-ddu (AI)

avec

peu peu

Elle marche lentement.

[38]

I-

dda

d9

gma – s.

Il-

aller(P)

avec

frère -son

Il accompagna son frère (en allant).

[39]

I-

dda-d

d

gma-s.

Il

accompagna son frère (en venant).

[40]

I-

tteddu

γer

ssuq.

Il-

marcher(AI)

à

marché

Il se dirige vers le marché, il va au marché (il est ‘en train d’aller’au marché). (He is going to the market).

[41]

I

tteddu

-d

Il-

marcher(AI)

-d

Il est en train de marcher +d

Il est « en train de venir » (He is coming)

[42]

I

-tteddu

ad

i

ruê

Il

-aller(AI)

ad

il-

aller(A)

Il va partir (He is going to go).

63En [37], ddu est simplement un verbe de mouvement et de déplacement ne comprenant aucune coordonnée ou présupposition deictique. Dans [38], le verbe ddu « aller avec, accompagner » fonctionne exactement comme le verbe ruê. Il est envisagé à partir de sa borne de départ. En [39], par contre, l’événement est orienté grâce à d vers le champ du sujet parlant. Il s’agit d’ « accompagner en venant ». En [40], le verbe exprime un événement « aller » en accomplissement. Cet énoncé est une réponse à la question anda itteddu ? « où va-t-il ? ». En [41], il s’agit d’une réponse à la question mazal ur d-yuss’ara ? « n’est il pas encore venu ? ». En regardant par la fenêtre, l’énonciateur le voit venir. Quant au verbe ddu en [42], il s’agit d’un auxiliaire comparable à « to be going to » en anglais.

64Selon la visée d’effet du sujet parlant et/ou le contexte, l’événement exprimé par ddu signifiant fondamentalement « marcher », peut être envisagé à partir de sa borne de départ ou sa borne d’arrivée coïncidant avec le champ du locuteur. Il devient alors un verbe « aller » ou « venir » en accomplissement, ou un verbe « accompagner en allant ou en venant ».

Le cas d’autres verbes de mouvement et de déplacement

65À part le verbe as avec lequel la présence de d est obligatoire pour son actualisation, le reste des verbes de mouvement et de déplacement fonctionnent comme le verbe » ruê. Ils peuvent exprimer un événement envisagé à partir de la borne de départ. Si le sujet parlant fait le choix d’intervenir grâce à l’emploi de d pour inverser les coordonnées déictiques de l’événement et les orienter vers lui-même ou son co-énonciateur, il devient un mouvement comparable à celui exprimé par « venir ». C’est ce qui est illustré ci-dessous au moyen des verbes qqel et et awi.

• Qqel

[43]

ye-

qqel

γer

wexxam.

Il-

repartir (P)

à

(la ) maison.

Il repartit/ Il est reparti à la maison.

[44]

Ye-

qqel

d rer wexxam

Il-

est

revenu a la maison.

[45]

Ye-qqel

d

aberkan.

Il-devenir (p)

c’est

noir.

Il est devint noir/ il est devenu noir

[46]

Ye-

qqe l-

akken

ye-lla

Il-

devenir-d

comme

il –être (P)

Il est redevenu comme il était.

66En [43], le verbe qqel exprime un mouvement orienté dans la même direction que « aller, partir ». Il est envisagé à partir de la borne de départ. En [44], en présence de d, il signifie « revenir ». Le sujet parlant décrit l’événement à partir de la maison.

67En [45], il s’agit d’un « devenir », de la transformation d’une couleur en une autre. En [46] par contre, il s’agit d’un retour à un point initial. C’est le mouvement inverse qui est exprimé.

68Les mouvements exprimés par ce verbe seront illustrés dans le schéma suivant :

• Awi (en allant) : prendre, emporter, enmener

[47]

Ye-

wwi !amur 

-is

γer

wexxam

Il-

emporter (P)

part -sa.

à

(la) maison

Il emporta/ il a emporté sa part à la maison.

• Awi (en venant) : apporter, ramener

[48]

I-

ôuê 

ye-

wwi 

-d

idrimen

il-

aller (P)

il-

emmener (P)

d

argent

Il alla/ il est allé" il ramena/il a ramené de l’argent (Il alla et il ramena de l’argent/ il est allé et il a ramené de l’argent).

[49]

Ye-

wwi 

-d 

zzit

Il-

emmener (P)"

-d

(de) l’huile.

Il ramena/ il a ramené de l’huile.

69En [47], le mouvement exprimé par le verbe awi est envisagé à partir de la borne de départ, comme le verbe « aller ». En [48], deux mouvements sont exprimés, il s’agit d’un « aller /retour ». Dans un premier temps, il y a le mouvement d’‘aller ’ puis de ‘retour ’ au point de départ, là où se trouve le locuteur. Dans l’énoncé [49], un seul mouvement est exprimé, et il est envisagé à partir de la borne d’arrivée.

70Les deux mouvements awi et awi-d peuvent être représentés ainsi :

71À partir de ces quelques exemples du comportement des verbes de mouvement et de déplacement en berbère (kabyle), il est possible de constater que, si dans d’autres langues, il existe des couples de lexèmes verbaux spécialisés dans l’expression du mouvement et du déplacement et qui se comportent comme les verbes déictiques de mouvement « aller » et « venir », c’est-à-dire liés « par des oppositions sémantiques pertinentes aux oppositions déictiques », il n’existe en berbère comme faits de langue ou signifiants de puissance que des verbes de mouvement et de déplacement comparables à « aller ». Il est possible d’expliquer cette particularité dans le tableau suivant :

Langue
Faits de langue
Signifiant de puissance

Discours
Faits de discours
Signifiant d’effet

As

as-d

Ruê

-ruê
-ruê-d

Ddu

-ddu
-ddu-d

Qqel

qqel
-qqel-d

awi

-awi
-awi-d

72De tous ces verbes (et d’autres qui n’ont pas pu être traités ici), seul le verbe as ne peut être réalisé tel quel. Son signifiant de puissance ne contient que la prévision d’être employé comme « venir » une fois actualisé par le sujet parlant, grâce à d.

73Pour les autres verbes avec des coordonnées ou des présuppositions déictiques inhérentes et intégrées à leur sémantisme, leurs signifiants de puissance contient une prévision d’emploi avec des coordonnées déictiques contraires si le sujet parlant fait le choix de les orienter vers tel ou tel sens, selon sa visée d’effet et la situation, et cela en utilisant d. Concrètement, c’est uniquement au moment de l’effection et en discours que des verbes comme « être en train de venir », revenir, redevenir, apporter, ramener, … peuvent être crées. Ils n’ont d’existence que comme signifiés d’effet, comme verbes de discours. C’est grâce au sujet parlant et par rapport à lui qu’ils sont réalisés et orientés. La présence de d est obligatoire et incontournable. Elle est toujours le signe de la présence du sujet parlant dans son énoncé. En plus d’être une source de polysémie, un déictique, un véritable actualisateur, d est un moyen original de modalisation.

Haut de page

Bibliographie

BASSET, A. (1952), La langue berbère, Londres.

BENTOLILA, F. (1969), « Les modalités d’orientation du procès en berbère (Parler des Ait Seghrouchen d’Oum Jeniba) », La linguistique, 5/1 et 5/2, pp. 85-96.

BOURDIN, P. (1992), Constance et inconstance de la déicticité : la resémantisation des marqueurs andatifs et ventifs, La deixis, Colloque en Sorbonne 8-9 juin 1990- ed. par M.A. Morel et L. Danon-Boileau, PUF, Paris, pp. 287-307.

CHAKER, S. (1991), Manuel de linguistique berbère I, Bouchene, Alger.

COHEN, D. (1979), « “Viens !”, “Donnes !”, etc., impératifs déictiques », dans Comptes rendus du GLECS, Tomes XXIV-XXVIII, Années 1979-1948, Paris, pp. 95-103

EL MOUNTASSIR, A. (2000), « Langage et espace. Les particules d’orientation –d/-nn en berbère (tachelhit) » dans Etudes berbères - sémitiques, Mélanges offerts à Karl Prasse, (S. Chaker, ed), Peeters, Paris, pp. 125-153.

GALAND, L. (1959), « Une opposition perdue : Note sur la particule d’approche dans un parler kabyle des Bibans », GLECS, t. VIII, pp, 69-70.

JOLY, A. (1998), « “Actuel”, “actualité”, “actualisation” chez Gustave Guillaume », De l’actualisation, J. M. Barberis, J. Brès et P. Siblot (coordonnateurs), CNRS EDITIONS, pp. 83-98.

JOLY, A. et O’KELLY, D. (1989), L’analyse des textes anglais, Nathan, Paris.

JOLY, A. et O’KELLY, D. (1990), Grammaire systématique de l’anglais, Nathan, Paris.

LETOUBLON, F. (1990), « La deixis spatio-temporelle et le système verbal : le cas du grec ancien », La deixis, Colloque en Sorbonne, 8-9 juin 1990- ed. par M.A. Morel et L. Danon-Boileau, PUF, Paris, pp. 265-273.

RICCA, D. (1992), « Le couple de verbes déictiques « andare »/ « venire » en italien : conditions d’emploi et variabilités », La deixis, Colloque en Sorbonne 8-9 juin 1990- ed. par M.A. Morel et L. Danon-Boileau, PUF, Paris, pp. 277-307.

Haut de page

Notes

1 La présentation du verbe en berbère est difficile car les analyses du système verbal sont diverses et les différents dialectes de la langue ne sont pas au même degré d’évolution. C’est la raison pour laquelle il est précisé ici qu’il s’agit du kabyle.

2 Le thème est lui-même formé à partir d’une racine composée au moins d’une consonne et d’un schème verbal sous forme de voyelles. C’est ce schème qui permet de distinguer entre les différents temps et aspects.

3 C’est justement ce qui arrive dans le cas des formes verbales que les berbérisants identifient comme des participes.

4 Il existe également un impératif intensif : ttas-d ?ur-s « viens chez lui (régulièrement) ! »

5 Idem.

6 cf. A. Joly & D. O’Kelly, 1989, p .22.

7 A. Joly & D. O’Kelly, 1990, p. 202.

8 La différence entre ‘ad+aoriste’ et ‘ad+aoriste intensif’ est que cette deuxième forme verbale permet d’exprimer l’aspect imperfectif au futur.

9 Il ne s’agit pas de la particule d mais de la préposition d « avec ». La particule d est toujours rattachée au verbe par un trait d’union.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ml.revues.org/docannexe/image/225/img-1.png
Fichier image/png, 13k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/225/img-2.png
Fichier image/png, 18k
URL http://ml.revues.org/docannexe/image/225/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatsiha Aoumer, « Aller et venir : de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement en berbère (kabyle) », Modèles linguistiques, 62 | 2010, 9-26.

Référence électronique

Fatsiha Aoumer, « Aller et venir : de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement en berbère (kabyle) », Modèles linguistiques [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 09 janvier 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ml.revues.org/225 ; DOI : 10.4000/ml.225

Haut de page

Auteur

Fatsiha Aoumer

Université de Bejéia, Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org