Navigation – Plan du site

Agnos/tics ou comment douter du style de Mauriac en imitant les tics de Mauriac

Stéphanie Baldissar

Texte intégral

  • 1 Paul Reboux, dans Léon Deffoux : Le Pastiche littéraire (Delagrave, Paris, 1932), p. 9.
  • 2 La troisième condition (« L’obligation de composer une histoire gaie par elle- même, et capable de (...)
  • 3 Paul Reboux dans préface pour Georges-Armand Masson : A la façon de (1949), pp. 8-12.
  • 4 Dans Mes Mémoires (Haussman, Paris, 1956, p. 186), Reboux apporte une précision dont la fin est ple (...)
  • 5 Nous adoptons ici la terminologie de Gérard Genette dans Palimpsestes, p. 7 où il est question d’un (...)

1La méthode pour produire un pastiche et plus généralement une imitation littéraire, c’est probablement Paul Reboux qui, le premier, nous a livré la meilleure : « Je cherche d’abord un auteur à caractéristiques bien marquées […] Il faut lire pour s’imprégner de sa pensée […]. Tout en lisant, je souligne […les mots typiques], les membres de phrases caractéristiques, les sujets de développement familiers, les noms propres ou de lieu, les modalités de syntaxe, tout ce qui forme, en un mot, la personnalité propre à l’auteur »1. Et il semble bien que le choix de François Mauriac soit particulièrement indiqué si l’on se fie aux deux premiers2 « secrets de fabrication » du même Paul Reboux3 : « Que l’écrivain soit connu du très grand public, et qu[‘il] soit imitable, qu’il ait des caractéristiques franches, des tics, des spécialités […] »4. Eglises de campagne où trônent misérablement de modestes prêtres isolés que l’ennui pousse au vice, histoires de familles au passé trouble, non-dits et sous-entendus, climat fiévreux des Landes avec ses pins suffocants, éveil à la sensualité accompagné de son lot de scrupules, tout cela s’assemble pour constituer l’univers de François Mauriac, donnant à voir une dualité qui laisse transpirer la faiblesse et l’hésitation d’un cœur angoissé. Comme il en va de toute imitation, la première démarche du lecteur est le repérage des habitudes stylistiques privilégiées par les pasticheurs : quels traits caractéristiques ont-ils retenus et pourquoi ? Ou plus simplement : comment reconnaît-on à ces pastiches une relation à l’œuvre de Mauriac ? Puis, au-delà du ratissage formel, quel est l’intérêt de ces œuvres mimétiques, à la fois pour elles-mêmes et pour l’hypotexte5 qu’elles se plaisent si souvent à malmener ? L’analyse en effet le montrera : loin de simplement reproduire un style, le pastiche-Mauriac s’avère le lieu d’une remise en cause du style-cible, que ce soit jeu de massacre ou hommage des plus sincères. Reste maintenant à savoir si le résultat est à la hauteur, en confrontant les plausibles ambitions mimétiques aux pratiques de récriture.

Première partie — tissage et assemblage de tics-style

  • 6 On trouvera les références bibliographiques complètes à la fin de l’article.

2Notre corpus regroupe sept pastiches : « François Mauriac en proie aux ombres » et « La page arrachée au Mystère Frontenac » d’Yves Gandon (désormais abrégés FMPO et LPMF), « La toile d’araignée » de Raymond Ritter (LTA), « Le Mystère Maurianac » de Robert Scipion (LMM), « Le panier de crabes » de Georges-Armand Masson (LPC), « Thérèse au Tabou » de Jean-Louis Curtis (TAT) et « Le souffle au cœur » de Jacques Laurent et Claude Martine (LSC)6.

  • 7 L’on entend par stylème, unité de style, c’est-à-dire marque visible et quantifiable permettant de (...)
  • 8 François Mitterrand, L’Herne François Mauriac, « Deux hommes politiques parlent de Mauriac », p. 37 (...)

3Ils comportent tous des spécificités, que ce soit au niveau de leur ampleur, de leur sujet ou de leur traitement de l’œuvre-cible. Ils semblent néanmoins tous avoir élu un certain nombre de stylèmes7 prédéfinis, susceptibles d’un repérage immédiat pour mener à la reconnaissance de l’univers mauriacien. Au reste, un grand lecteur et familier dudit univers, François Mitterrand, l’écrit : « C’est un peu toujours le même thème qui revient […] : tous ces problèmes posés autour d’une certaine façon de considérer le message du christianisme, le péché… Cela pourrait paraître un peu uniforme »8. Véritable pain béni que cette stabilité, pour l’ambition mimétique ! Faut-il le rappeler ? Mauriac n’est pas seulement un romancier notoire du xxème siècle, il est également souvent rangé, presque catalogué de force, dans la case qui, faisant de lui, inexorablement, un « écrivain catholique », suscite dans l’esprit du lectorat un ensemble de thèmes et motifs inhérents à cette distinction : presque évidents, ils brodent sur des topoï attendus, même si, comme nous allons pouvoir le constater, l’univers mauriacien comprend une pléiade d’autres problématiques sous-jacentes.

1.1. Personnages et topoï de l’univers mauriacien

4S’agissant des premiers, le traitement de l’onomastique frappe d’abord : soit le pasticheur conserve les noms originaux, soit, tout en leur laissant une « coloration mauriacienne », il les modifie afin de bien montrer que l’on ne se trouve pas dans une oeuvre de Mauriac, mais dans un monde et une sorte de langue-style dérivés — du Mauriac.

5Les noms repris pullulent. Dans LSC, « Bob » fait référence au Bob Lagave de Destins, et « Mathilde » à la femme de Symphorien Desbats dans Les Anges Noirs, belle-fille de la Génitrix. Le personnage éponyme de Thérèse Desqueyroux reparaît dans TAT, et un certain « Mystère Frontenac » (LPMF) reprend à l’évidence des figures originales comme Jean-Louis ou Yves Frontenac. Ailleurs (FMPO), ce seront, pêle-mêle, la Paule de la Sesque et l’Elizabeth Gornac de Destins, Raymond Courrèges et Maria Cross du Désert de l’amour, Noémi d’Artiailh du Baiser au lépreux, Marie de Lados et Fernand Cazenave de Génitrix, tous personnages emblématiques de ces œuvres majeures.

  • 9 Le dernier de cette liste est un bel exemple de signature indirecte, qui vaut un contrat de pastich (...)

6Quant aux noms modifiés, voire inventés, l’on trouve un Abbé « Cuzenave » (LMM) inspiré du patronyme omniprésent dans Génitrix et Le Baiser au lépreux. Dans TAT, celui qui s’appelle Raymond Péloueyre combine le patronyme de Jean (du Baiser au lépreux, encore) et le prénom de Courrèges, du Désert de l’amour. Sans oublier, bien sûr, ces noms en « ac », Pessac et Mérignac (LTA), jusque dans ce « Mystère Maurianac » (LMM), qui « sonnent » tous très « Mauriac », et sans mystère : ils ressemblent au nom de l’auteur visé9.

7Le deuxième élément qui ressort de l’ensemble des pastiches est une préférence manifeste pour certains des thèmes privilégiés dans l’œuvre de base où ils sont habilement reliés entre eux.

  • 10 Ainsi, l’on trouve dans L’Agneau, venant des matelas « odeur de souris morte », couplé à une « tabl (...)
  • 11 Le bien nommé Fleuve de feu, par exemple, fait mention des « flancs vivants de la montagne [qui] ép (...)
  • 12 L’on peut d’ores et déjà remarquer à l’aide du graissage, un certain retour de vocables dans les pa (...)

8Premier exemple, le thème des odeurs, tournant autour de senteurs fortes ou désagréables. Celles-ci, chez Mauriac, sont tantôt reliées à une atmosphère morose10, tantôt à une tentative d’approche de la sensualité ambiante empreinte d’un paganisme sulfureux11. Dès lors, c’est un festival de senteurs nauséabondes qui envahissent l’ensemble des pastiches, comme cette « chambre saturée d’une âcre odeur de vase et de pénurie » dans « l’immense maison hostile et sentant le moisi » (LPC) ; puis cette autre « nuit saturée d’odeurs […] dans son odeur âcre et moisie » (LMM), le tout accompagné d’une « odeur d’éther et d’abcès » couplé à « la senteur âcre des pignadas » (LTA)12.

  • 13 C’est ainsi que dans Le Baiser au lépreux, l’on ne peut échapper à l’image récurrente de Noémi qui (...)
  • 14 Voir à ce propos l’attention particulière du narrateur mauriacien maintes fois portée sur la chaste (...)

9Ce thème va de pair avec celui de la chaleur landaise mêlée à la sueur. La saison privilégiée dans l’univers mauriacien est l’été, et ce n’est pas un hasard, comme le paysage constant qui est celui de la lande bordelaise. En effet, cela permet d’accentuer la sensualité exacerbée des corps transpirants, assoiffés et hagards. Le sens propre de la sueur et de la soif rejoint ainsi le sens figuré, toujours dans cette optique de suggestion sulfureuse d’un appel de la chair naturel et incontrôlable13. Dans LTA, le narrateur n’a de cesse de se plaindre : il « étouffe » sous un « vent suffocant » lors d’une fameuse « nuit dans les Landes […durant laquelle] la température était étouffante »… Dans LSC, c’est « un écrasant après- midi landais qui se prépare », laissant entrevoir « les pins engourdis par l’été », et dans LMM, c’est un peu la même image qui revient puisque « à travers les volets soigneusement fermés, la chaleur pénétrait, épaisse et lourde comme du mercure » pour venir ensuite « bourdonn[er] dans la tête » des personnages. Quant à la sueur, elle constitue la preuve accablante de l’abandon de l’être à l’appel de la concupiscence14 . En se promenant parmi les personnages, l’on pourra observer, pêle-mêle, des « front[s] moite[s] » (LTA), « quelques gouttes de sueur », des « mains moites de sueur » et une « étrange moiteur de l’église » (LMM), jusqu’à cette « sueur gluante [qui] collait [la] chemise à [la] peau » (LPC).

  • 15 Dans Le Désert de l’amour, par exemple, la danse prend l’aspect d’un simulacre de messe noire : « C (...)

10Ce thème des odeurs et de la sueur montre également toute son importance quand l’auteur évoque les déracinements ponctuels des personnages vers la capitale, véritable vivier à péchés, vue selon une perspective profondément manichéenne. C’est ainsi que la sueur, signe d’une insuffisance corporelle, est liée à la dépravation provoquée par l’exercice de la danse dans les divers bars et cabarets parisiens15. Les pastiches font alors apparaître des « groupes suants de jeunes fous » avec leurs « faces ruisselantes », bougeant leurs corps sur des « danses frénétiques » dans des « catacombes où la religion du jazz assemble ses jeunes fidèles » (TAT) au son d’un « orchestre [qui] y vomissait une indécente musique de sauvages » (LMM).

  • 16 Voir à ce propos La Pharisienne et Destins.
  • 17 Dans La Pharisienne, par exemple, l’abbé Calou qui veille sur Jean de Mirbel est décrit comme un ho (...)
  • 18 « Il y a souvent un vice jugulé, dominé à la source de vies admirables » dira Mauriac dans Dieu et (...)
  • 19 On retrouve ici également le thème de l’impuissance masculine, extrêmement présent dans l’œuvre d’o (...)
  • 20 Voir à ce sujet les critiques de l’époque : l’abbé Calvet parle d’un « nouveau sensualisme trempé d (...)
  • 21 Dans Le Baiser au lépreux, par exemple, il est fait mention de « la fraîcheur de la nef qui saisit, (...)

11Bien entendu, tout cela s’empreint d’une certaine ambiguïté, plus ou moins malsaine, touchant les relations humaines entretenues par l’ensemble des êtres au sein des œuvres. Souvent, s’il s’agit d’un personnage religieux qui doit s’occuper d’un adolescent pour le remettre dans le droit chemin16, l’on apprend très vite que les péchés et la dépravation ne sont pas forcément du côté de la jeune brebis égarée17. Dans les pastiches, l’amalgame des deux personnages se fait autour du mot « adolescence », puisqu’il est question d’une « adolescence désastreuse » pour Pierre et d’une « adolescence tourmentée » pour le prêtre dans LMM. Quant à l’appel du séminaire, il est souvent motivé par une blessure originelle, un échec de la chair, faisant suite à une frustration ou à un dérangement quelconque18 . Dans LMM, l’auteur fera ainsi mention, concernant l’abbé, de l’origine honteuse de son appel à la foi, lors d’une nuit inoubliable où « les filles, pourtant habituées, avaient ri devant la maigre chasteté qu’il leur offrait et il avait compris que plus jamais il ne pourrait »19. Et la même ambiguïté s’étend aux lieux comme aux personnages puisque tout ce qui touche à la religion chez Mauriac, pourtant reconnu comme romancier catholique, est en réalité profondément ambigu20, à l’image de ces églises froides, délabrées et dénuées de spiritualité21, qui reflètent avec peine une « ombre moisie » et « [qui sentent] vaguement la résine et le cèpe sauvage » (LMM).

1.2. La question du vocabulaire, de la syntaxe, de la construction des phrases, du ton et des figures de style

  • 22 Gérard Genette, Palimpsestes, p. 107.

12Suivant la théorie de Gérard Genette définissant le pastiche comme un ensemble morpho-thématique22 , après avoir recensé quelques thèmes mauriaciens récurrents, l’on va s’intéresser à leur mise en forme.

13L’indice le plus patent de cette mise en forme est le choix des vocables employés : certains mots reviennent trop souvent dans les textes pour n’être pas significatifs. Dès lors, nous rappelant l’évidence mentionnée en introduction, c’est d’abord le vocabulaire de la religion qui s’avère déterminant. Dans LSC et LPC, ce sont des formules figées telles que « le péché te tient », « Si Dieu veut » ou « la chair crucifiée » ; dans les autres pastiches apparaissent les mots « bréviaire », « presbytère », « prie-Dieu », « Christ », « soutane », « confession », « signe de croix » (LMM), « envie » et « luxure » pour les péchés capitaux dans LTA.

14Suivant une certaine vision mauriacienne et janséniste, ce vocabulaire religieux est relié dans les pastiches aux thèmes de la destinée et de l’emprisonnement de l’être. C’est ainsi que l’on rencontre les expressions « lourd destin », « mystère de la destinée » ou « véritable voie de la destinée » dans LMM, et « l’instrument du destin » dans LTA.

  • 23 Paul Croc notera ainsi sur l’ensemble de l’œuvre de Mauriac qu’elle « pourrait porter le titre que (...)

15Cette thématique du destin à coloration janséniste s’articule dans les œuvres à celle de l’amertume et du dégoût, conséquence pour les personnages de leur inaptitude totale à diriger leur existence comme bon leur semble. Les nouveaux héros tragiques mauriaciens sont donc constamment prisonniers de leur destin, d’où ce dégoût de l’existence qui ne les quitte plus23. Les traces en sont légion dans les pastiches : ce sentiment d’« amertume » présent dans LMM, un « amer dégoût » qui envahit le narrateur dans LTA, une autre sorte de « dégoût [qui] éclat[e] dans un cri » pour LPC, et l’héroïne éponyme qui « détourn[e] la tête avec dégoût » dans TAT.

  • 24 Cette appellation de « romancier régionaliste », nous la devons à François Mitterrand dans son entr (...)
  • 25 La ville de Bourrideys apparaît en mention dans Le Fleuve de feu, chap. I, p. 505

16Sous un autre angle, l’on peut rapprocher pareil emprisonnement de la pente vers une littérature régionaliste chez Mauriac24. Les personnages sont aussi prisonniers d’une terre, territoire prédéfini et inviolable. Le paysage qui s’offre à eux se réduit donc bien souvent à des pins souffrants sous le soleil de l’été bordelais. Dans LSC, Hérard se contentera de « veille[r] de [sa] fenêtre sur les pins prêts à s’enflammer » ; l’on retrouve les biens connues « branches de pins » dans « la forêt landaise » (LPC), les fameux « pins de Bourrideys »25 (LPMF) et ces mêmes pins « [se dressant] comme un impossible rempart à travers la lande » (LMM) ; l’on reconnaît le « bruissement velouté des aiguilles de pins » (TAT) et l’on admirera notre célèbre empoisonneuse résumée en ces quelques paroles : « Je suis née dans les Landes […] Parlez-moi des pins » (TAT). Apparaissent également de nombreux indices, parmi le vocabulaire employé, d’un idiolecte directement lié à la région bordelaise, dont « pignadas » (LMM, LTA, LPC) qui est la forme gasconne de « pinède », les expressions typiques de l’« accent gascon » (LTA) telles que « Qu’ès aco ? » (LPC), « mon pauvre moussu » ou encore « Bey-t-en ! » (FMPO).

17Pour la forme des phrases, Mauriac crée spontanément un grand espace entre le sujet et le verbe, favorisant appositions et dislocations. Très souvent le sujet est rejeté en fin de phrase et les adjectifs épithètes sont antéposés, le tout au service d’une prose poétique, donnant l’effet d’un style ampoulé et limpide tout à la fois par la fluidité de longues phrases reliées entre elles. Dans les pastiches, nombreux sont les exemples d’adjectifs et d’adverbes antéposés : « immonde relent », « douloureuse blessure », « désastreuse adolescence », « bienheureux vertige », « indiscutable réalité », « terrible soir » et « fallacieusement parés » (LMM), entre autres. Concernant la post-position de sujet et les phrases enchevêtrées, on trouve dans TAT l’exemple suivant : « De temps en temps, un vent suffocant, chargé de la senteur âcre des pignadas, pousse comme une marée sombre, dans la vaste pièce tapissée de livres, la rude tristesse de la lande ».

18Le discours, en ce qui le concerne, est inséparable d’un « ton » adopté par Mauriac, où l’on peut remarquer une tendance à l’oralité et un passage assez fréquent au discours indirect libre. Cette habitude stylistique opère une coupure nette dans le récit qui a pour effet de varier le rythme et de briser la longueur des phrases. Cette irruption est également très importante en ce qu’elle permet un accès immédiat à la réaction presque épidermique du personnage en proie à ses angoisses. Dans les différents pastiches, cela se traduit tantôt par des réflexions isolées telles que « Ouvre les yeux, Thérèse, pauvre folle ! » (TAT) ou « Quelle déchéance depuis cette époque bénie ! » (LPC) ; des accès de panique : « Horreur et abomination ! » (LPC), « Quelle affreuse vision ! » (LTA), « Soir terrible ! » (LMM) ; ou encore des appels à l’aide désespérés : « L’abbé, qu’il vienne et qu’il soit entre nous ! » (LSC).

  • 26 Ces exemples sont d’autant plus éclairants qu’ils ont le mérite d’associer la figure de style au mo (...)

19Le dernier point à analyser pour rassembler les principaux ressorts du style mauriacien est l’emploi des figures de style. Elles sont en effet très nombreuses chez Mauriac, mais aussi très ciblées autour d’une certaine notion de prose poétique. En toute logique, les plus répandues sont les métaphores et les comparaisons, permettant de créer une fusion subtile entre l’homme, l’animal et la Nature. L’on trouve ainsi « misérable écorce charnelle » (LMM), ou encore « la sève de l’été [qui] enfle dans [les] veines » (LSC)26. Enfin, l’on retrouve l’assimilation rituelle des adolescents à des animaux prédateurs, notamment dans TAT où Raymond est vu comme un « jeune chacal », et un « petit rapace ». L’idée de bestialité sera quant à elle reprise à la fois dans LMM : « Soudain, leur bestialité sauta à l’esprit de Pierre » et dans LSC où l’on parle de « l’engouement bestial [que Bertrand] a pour la jeune fille ».

  • 27 Le Fleuve de feu, dont le titre est déjà éclairant, fait par exemple mention des « délices douloure (...)

20D’autres figures de style ponctuent l’univers mauriacien, et significativement, il s’agit d’oxymores et d’antithèses, afin d’élargir le champ des sensations et des sentiments27 . Ainsi, LPMF voit apparaître un « monde qui s’élargissait à l’infini, vide et plat comme un océan desséché », LSC fait dire à Hérard : « une seule goutte suffirait pour que je grille » et dans TAT Thérèse ressentira une « joie folle et douloureuse ».

21Enfin, des périphrases et divers euphémismes cherchent à répondre à cette sorte d’autocensure que s’inflige continuellement le romancier catholique en proie à de légitimes remords d’écrivain sulfureux malgré lui. Evidemment, ces figures sont en majorité employées lorsqu’il est question de concupiscence. Dès lors, les pastiches facétieux parleront de « chair [qui] n’[est] pas inconnue », de la « maigre chasteté » qu’un homme peut offrir à une femme, de « l’impossible appel de la chair » et des « chaînes lourdes et inutiles de la volupté » (LMM).

  • 28 Cette expression apparaît dans Le Mystère Frontenac, 1ère partie, chapitre I, p. 550, parlant de Bl (...)
  • 29 « Je protège mon fils contre les égarements de son âge. C’est mon devoir. Je n’agis pas par jalousi (...)
  • 30 D’ailleurs, comme pour nous mettre sur la piste de ces références, les noms dans le pastiche ne son (...)
  • 31 Voir à ce propos M. Jérôme dans Le Baiser au lépreux, Symphorien Desbats dans Les Anges Noirs et Br (...)
  • 32 « Autour de lui, dans l’étrange moiteur de l’église, quelques vieilles sont enracinées, en train de (...)
  • 33 Concernant Noémi, il est dit qu‘« épuisée […] elle dût enserrer un chêne rabougri […] — un chêne no (...)
  • 34 Formant un amalgame entre le Raymond Courrèges du Désert de l’amour et le Jean Péloueyre du Baiser (...)
  • 35 On peut à ce titre citer les reprises suivantes : « Raymond avait toujours souhaité revoir cette Th (...)
  • 36 « Il souriait, de ce sourire désarmé, puéril et tendre qui faisait dire aux dames en visite chez sa (...)
  • 37 François Mauriac, La Fin de la nuit, chap. VII, p. 144.
  • 38 On trouve dans cette œuvre la réplique : « sale gosse que vous êtes » (Le Désert de l’amour, chap. (...)
  • 39 Lorsque Jean se retrouve dans la chambre du fils Pieuchon devant des ouvrages tels que « Aphrodite, (...)
  • 40 Chez le grand oncle Louprat de la Sesque, tuteur de Daniel, on peut en effet découvrir « Cazanova, (...)

22Enfin, au-delà du lexique, la syntaxe mauriacienne a ses leitmotive attendus. L’on peut remarquer que certaines phrases ou formules de pastiches apparaissent figées, donc immédiatement associables à l’univers mis en œuvre dans l’hypotexte, telles que « dans un brisement de tout l’être », « frôl[ant] son corps de baisers ignominieux » (LPC), cette « jeunesse atrophiée », la fameuse « adolescence pécheresse » constamment tourmentée par « l’ardent problème de la chair » dont « le souvenir s’était peu à peu insinué en [l’adolescent] » (LMM). Les « traces des étreintes passionnées » (LMM) soulignent cette habitude qu’a Mauriac d’associer les caresses physiques à une marque visible sur la peau comme un stigmate et cet « instant imminent où il allait être question… » (LPMF) précède bien souvent l’acte charnel. L’on va également retrouver le verbe dévorer dans l’expression « la dévoraient d’avance »28 (LPC). Dans LSC, la phrase « L’abbé, qu’il vienne et qu’il soit entre nous ! » fait référence au curé entremetteur du Baiser au lépreux ; « Vous savez où il va, n’est-ce pas, père » est aussi un clin d’œil aux escapades de Bob Lagave dans Destins ; quant à la parole du père essayant de se justifier29 on croirait entendre Elizabeth Gornac tentant de rationaliser son désir d’éloigner Bob de sa petite amie ou encore Mathilde dans Les Anges Noirs essayant de séparer son beau-fils de la jeune Tota Révaux30. Dans LPC, la phrase « elle nous enterrera tous » fait référence à ces vieillards qui ne semblent jamais vouloir mourir alors que les personnages n’attendent que cela31 . Dans LMM, l’image du chêne rabougri, présente deux fois32, est directement inspirée de la fin du Baiser au lépreux33. Dans TAT, le mélange du prénom Raymond et du nom Péloueyre34 va permettre à l’auteur de récupérer tout un ensemble d’indices présents dans Le Désert de l’amour pour les appliquer presque tels quels dans son pastiche35. Certaines autres phrases sont quant à elles directement inspirées de Thérèse Desqueyroux36. Enfin, la réplique « Vous êtes un enfant » se retrouve dans un autre volet du triptyque, La Fin de la nuit37 et dans les reproches de Maria Cross adressés à Raymond Courrèges dans Le Désert de l’amour38. Enfin, les livres retrouvés dans la chambre de Barbe (LTA) : « Comtesse et courtisane, Cœur de causette, Le Calvaire d’une fille-mère » renvoient à ces scènes de livres retrouvés dans les œuvres, livres mis à l’index que ce soit dans Le Baiser au lépreux39 ou dans Le Fleuve de feu40.

1.3 Clins d’œil subtilement humoristiques

23S’agissant d’œuvres imitant celles de François Mauriac, repérer des marques strictes d’imitation ne suffit pas. Le pastiche étant une pratique mimétique complexe et ludique, tout n’est pas si évident à reconnaître, et les clins d’œil divers font donc partie intégrante du contrat.

  • 41 On peut également y voir une référence à ces multiples vieillards mauriaciens fragiles du cœur, tel (...)
  • 42 Mathilde et Irène, lors de leurs agonies respectives d’incroyantes, dans leurs délires, rejoignent (...)
  • 43 « Une fois de plus, elle évoquait avec terreur ce passage de l’Apocalypse qui l’avait si profondéme (...)
  • 44 Ce pastiche reprend également le thème de la cruauté, que l’on peut retrouver entre autres, dans Le (...)

24Cela est perceptible dès les titres de pastiches qui s’avèrent être une mine de références. Dans Le souffle au cœur, par exemple, le jeu de mots permet d’annoncer le sujet : au sens propre une maladie cardiaque41, au sens figuré, la passion amoureuse violente d’un patriarche pour une jeune cousine, qui pourrait bien lui être fatale… Le panier de crabes a un rapport évident avec Le Nœud de vipères par sa construction grammaticale mais il reprend un thème mauriacien plutôt qu’une œuvre : celui de la lente agonie féminine, que l’on retrouve dans Génitrix ou dans Ce qui était perdu42. Plus intéressant néanmoins, la référence à une phrase insignifiante de l’Apocalypse43 donne une tonalité comique immédiatement décelable. Dans TAT, la reprise par les sonorités est bien évidemment inspirée de Thérèse Desqueyroux, tout en faisant ressortir l’un des problèmes du romanesque mauriacien, à savoir celui du tabou et du non-dit. De plus, ici, le Tabou, nom propre, désigne un établissement de débauche parisien, donc une triple lecture du titre peut s’avérer extrêmement révélatrice. La Toile d’araignée, par la structure de l’intitulé et sa forme de journal intime, reprend Le Nœud de vipères, et l’on y retrouve le motif de l’emprisonnement, du piège qui se referme sur les personnages44.

  • 45 On peut citer comme exergue mauriacien : « L’Amour infiniment tendre qui m’a fait le don du malheur (...)

25L’insertion d’exergues45 fait aussi partie des tics mauriacien. Il va s’agir ici d’imiter cette habitude, mais avec une volonté de détournement ou de représentation touchant à l’ensemble de l’hypotexte. En ce qui concerne les approfondissements, par exemple dans LMM, nous trouvons une citation de la Bible qui n’est pas choisie au hasard, puisqu’elle permet d’englober parfaitement toute la problématique religieuse de l’œuvre de Mauriac : « La volonté de Dieu est impénétrable et nous ne saurons jamais le pourquoi ni le comment ». L’exergue choisi par Ritter dans LTA livre quant à lui un message beaucoup plus ambigu que religieux : « Jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience » dixit Pascal, un auteur extrêmement prisé de notre pastiché.

  • 46 A noter ici également une référence oblique à l’œuvre de Stendhal, Le Rouge et le Noir.

26Ce que l’on peut aisément remarquer, c’est une certaine volonté d’intégrer l’ensemble de l’œuvre mauriacienne dans l’ambition mimétique. Les jeux de mots et autres clins d’œil visant la quasi totalité des romans de Mauriac vont dans ce sens. On trouve par exemple dans LPC, tout un paragraphe qui s’amuse à convoquer les principaux titres de notre auteur : « Elle avait connu le fleuve de feu dévorateur. Elle avait été l’enfant chargé de chaînes, dans le vaste désert de l’amour. Les anges noirs, les anges rouges46 l’avaient pompée, grugée, vidée jusqu’aux moelles. Puis soudain, la fin de la nuit ! Ce qui était perdu, retrouvé […] Et, de nouveau, les mains dures du destin renouant le nœud de vipères, la chute de l’archange libérateur, la lente ascension du panier de crabes… ». Mais le pasticheur va beaucoup plus loin car, s’autorisant à glisser dans ce catalogue de titres celui du présent pastiche, il le fait dès lors passer pour une œuvre authentique !

  • 47 Liste récapitulative des titres d’ouvrages de Mauriac mentionnés : Le Fleuve de feu, L’Enfant charg (...)

27Dans LMM, le cabaret a un nom révélateur « Les Anges Noirs », à la fois clin d’œil à l’intitulé notoire, et renvoi à l’image stéréotypée qu’a l’auteur catholique des cabarets parisiens. Quant à la duchesse, elle arbore une « robe prétexte » bien nommée, et l’on retrouve « le grand chêne où ils allaient se cacher, le chêne chargé d’enfants », avec en précision pour accentuer le jeu, la note suivante dans le pastiche : « Ne pas confondre avec l’enfant chargé de chaînes », titre, celui-là, mauriacien. On retrouve enfin d’autres mentions dans : « Il a durement repris le « chemin de l’amer » et « comme une tâche ineffaçable au miroir de son destin »47. A noter que le pasticheur reconduit le « chemin de l’amer » dans une sorte de métaphore filée qui se prolonge en « une destinée dans laquelle elle n’avait jamais songé à « plonger » comme un baigneur sur lequel la mer va se refermer », mais la présence des guillemets dans le texte nous mettent aisément sur la voie de ce clin d’œil.

  • 48 « Je vous empoisonne. Ce mot à peine prononcé, elle sentit ses joues devenir brûlantes » (La Fin de (...)

28Dans TAT, le fragment : « ce je ne sais quoi, en elle, qui évoque le drame, le fait-divers… « demande à être éclairci, si l’on se souvient que Mauriac a en effet trouvé le sujet de son roman dans la rubrique des faits- divers de l’époque. Puis l’on remarque une double référence dans la suite du pastiche à travers : « La parenté, n’est ce pas, c’est empoisonnant… Elle rougit en proférant ces mots ». Si la phrase est directement inspirée de La Fin de la nuit48, les termes « parenté » et « empoisonnant » renvoient également au sujet principal de l’œuvre et à sa fameuse héroïne. Enfin, concernant la phrase : « Raymond était surpris par la culture brillante de cette provinciale transplantée », de là à y voir que Thérèse est une « belle plante » il n’y a qu’un pas, aisément franchi grâce au double sens de « culture ».

  • 49 L’on désigne par cette appellation le texte d’imitation, à savoir ici, le pastiche.
  • 50 Mais l’on peut ici se poser la question de savoir de quel auteur il s’agit en vérité : François Mau (...)
  • 51 Ceci achève de créer la confusion, puisqu’ici ce « même auteur » est en réalité le double pastichie (...)

29Dans LTA, les notes de bas de page sur le titre et plus loin dans le texte annoncent le programme, qui là encore, intègre le mimotexte49 dans un cycle purement mauriacien – ou non : « Après ce roman paraîtront : Le Piège à Loups et Le Panier de Crabes qui complèteront un puissant triptyque résumant les aspects de la vie de famille telle que l’auteur la conçoit »50. L’on trouve ensuite une autre note expliquant à propos des « salons de Chartrons » qu’il s’agit du « quartier le plus célèbre de Bordeaux », mais beaucoup plus intéressant, l’auteur du pastiche d’ajouter : « Sur ses habitants, leurs coutumes, leurs mœurs, consulter, du même auteur : Préséances »51. Enfin, deux subtiles références au Nœud de vipères peuvent être relevées : l’expression « avalé des couleuvres » (LTA) et « Le mystère Frontenac, c’est le nœud d’habitudes… » (LPMF).

  • 52 François Mauriac, Commencement d’une vie, chap. I, p. 70 et Le Baiser au lépreux, chap. VI, p. 468.
  • 53 Comme un clin d’œil appuyé, cet acte sera ensuite qualifié dans le pastiche de profondément « saugr (...)
  • 54 Lorsque Mauriac explique qu’il faut lire ses œuvres « sous les lunettes de Freud » (Mémoires Intéri (...)
  • 55 « Un enfant espion (…) qui captait, enregistrait, retenait à son insu la vie de tous les jours dans (...)
  • 56 François Mauriac, Souvenirs retrouvés, (Fayard INA, 1981), 13ème entretien, p. 88, pastichant le fa (...)
  • 57 « Je me replonge dans Baudelaire, le poète que j’ai lu avec le plus de passion durant toute ma jeun (...)
  • 58 C’est en effet Maurice Barrès qui a tracé la voie de Mauriac en aidant à la publication de son prem (...)

30Quittant pour un temps les œuvres, c’est à l’auteur dit que l’on va s’intéresser à présent. En effet, on s’aperçoit également très vite que les pasticheurs, non seulement, connaissent parfaitement les œuvres de l’auteur pastiché, mais qu’ils ont aussi à leur disposition tout un ensemble d’éléments biographiques ou critiques concernant sa vie ou ses ouvrages théoriques. Dans LMM, on retrouve ainsi le leitmotiv de la fameuse prière enfantine de l’enfant Mauriac, autour de sa mère et entouré de ses frères et sœurs52 : « Il se prit en remerciement à Dieu à murmurer tout haut quelques phrases d’une prière oubliée qu’il récitait tous les soirs quand il était enfant ». Dans TAT, lorsqu’il est question d’« étreindre dans [ses] bras le tronc d’un jeune pin » cela renvoie en réalité au rituel de Mauriac avec son « vieux chêne », acte sacré qui se répète dès l’arrivée à Saint- Symphorien53 ; la précision « ils parlèrent aussi de Freud et de Proust » renvoie à des auteurs qu’évoque également Mauriac dans ses ouvrages théoriques54. Quant à l’indice : « Thérèse ne perd pas une syllabe de sa réplique, elle qui a été dressée, toute petite, à capter les frissons les plus ténus de la Lande », elle est une référence à Mauriac jeune, enfant espion55 : l’auteur du pastiche semble avoir ici anticipé la fameuse confession : « Thérèse c’est moi désespéré, mais je ne suis pas désespéré »56. Dans LPMF, la précision portée sur la « voix douce, un tant soit peu éraillée » est un clin d’œil à la voix de Mauriac, connue pour sa « spécificité ». Jouant sur le même registre, FMPO dresse un portrait de notre auteur « l’œil lointain, l’air préoccupé […] les paupières [palpitantes] », en référence à son surnom « Coco bel œil ». La mention de L’Invitation au voyage rappelle que Mauriac est un fervent admirateur de Baudelaire57 et cette « mèche noire, à la Barrès » fait appel au mentor58.

  • 59 Cette phrase reprend la querelle littéraire avec Jean-Paul Sartre, tout en faisant une référence ex (...)
  • 60 Voir à ce propos la critique de Roger Martin du Gard : « Pour un vieil incroyant de mon genre, claq (...)

31Notons ensuite la réflexion du personnage de Jean-Paul, L’Enfant chargé de chaînes : « Ta jeunesse a tellement ressemblé à la mienne ! », qui répond à cette tendance toute mauriacienne des premiers romans qui côtoient de très près l’autofiction. Et pour finir en beauté, le pastiche offre une reprise d’une angoisse typiquement mauriacienne : « Que signifie ? Alors les héros de roman s’émancipent maintenant ! […] Mais où allons-nous, grand Dieu ? C’est insensé… Cette littérature est décidément une invention du démon. François Mauriac plongea sa tête dans ses mains en murmurant : « Dieu ou Mammon ? Dieu ou Mammon ? »59. Dans LTA, à la fin du pastiche, lorsque l’exemplaire de Pascal est trouvé sur le lit du narrateur, la conclusion en est toute tirée à propos de la possible conversion du défunt : « Le professeur Caudéran avait enfin trouvé son chemin de Damas ». Ici l’auteur du pastiche se moque de la tendance mauriacienne à voir dans le dernier souffle des incroyants une conversion miraculeuse60.

32L’on se trouve donc à la fois devant une volonté d’imitation stricte avec la reprise des thèmes chers à Mauriac, l’appropriation d’un certain vocabulaire et de structures de phrases attestées, mais également face à une tentation de se détacher de l’œuvre originale par tout un système souterrain intégrant petit à petit l’humour, là où celui-ci n’a guère sa place dans le monde mauriacien, royaume du pessimisme le plus noir. A partir de là, un régime de dédramatisation va dominer au sein des pastiches, les poussant souvent à la charge. Se met donc en place une logique perverse au double sens de l’appellation : logique d’un style qui peut paraître facilement imitable chez un auteur dit « catholique » et bascule dans une sorte de tendance blasphématoire, glissant sur la voie de la parodie et de la satire, pour le meilleur, comme pour le pire…

Deuxième partie — défauts de pastiches

  • 61 Gérard Genette, Palimpsestes, p. 40.

33Nous allons à présent aborder un aspect inhérent à la pratique même du pastiche, si l’on s’en réfère la définition qu’en donne Le Robert des Littératures, expliquant que cette notion désigne « un texte où l’auteur s’efforce d’imiter, en exagérant plus ou moins, un style d’écrivain ou de discours », et qu’on couple cette définition à celle de Genette qui propose de [re]baptiser pastiche : « l’imitation d’un style dépourvue de fonction satirique »61. L’on se trouve dès lors face à un premier écueil qui se situe dans ce flou artistique laissé par la liberté du « plus ou moins », flou rectifié par Gérard Genette dans une proposition qui a le mérite de ne plus laisser de place à l’équivoque. Que veut dire en effet « exagérer plus ou moins » ? Où est la limite à ne pas dépasser ? Si le pastiche est une imitation d’une œuvre conséquente, comme on l’a vu en première partie, il se doit, et c’est tout à fait dans sa logique même, d’opérer une certaine concentration de stylèmes en quelques lignes pour au final être une sorte de miroir qui reflète, non pas une partie, mais un ensemble compacté. Mais cette concentration de la transparition, va-t-elle au final vers la parodie ? ou vers le saillant explicatif ?

2.1. Efforts d’imitation et de transparition : concentration des stylèmes

  • 62 C'est-à-dire équivalent à la partie pour le tout.

34Le pastiche mauriacien est un texte relativement court qui n’a rien à voir avec les quelques deux cent pages d’un roman ordinaire de François Mauriac. Ces « modèles réduits » impliquent donc une certaine concentration, voire une possible saturation, si l’on considère le pastiche en tant que synecdoque62. Car vouloir faire ressortir les tics d’un auteur implique obligatoirement une tendance au grossissement qui rejoint la problématique du miroir, parfois insidieusement transformé en loupe… Le pastiche, de par son ambition, doit donc composer avec la règle et les risques de l’holisme, qui s’apparente à la volonté de rendre le tout à travers une seule page, jusqu’à vouloir remplacer l’œuvre d’origine par l’imitation.

  • 63 Marcel Proust, analysant sa pratique du pastiche, dira « Je trouve aberrant extrêmement Renan. Je n (...)

35Le premier élément à prendre en compte dans l’effort d’imitation est le dépassement de l’imitation, au sens strict du terme. Nous inspirant de la tentative proustienne en terme d’innovation, préférant les mots qu’auraient pu écrire l’auteur-cible à ceux qu’il a effectivement écrits63, nous allons voir comment les auteurs des pastiches-Mauriac réinventent un style qui outrepasse celui de l’hypotexte. Dans LPC par exemple, la phrase « Elle sentait sur le drap leur remuement fétide » associe un mouvement à un adjectif qui concernerait plutôt le domaine de l’odorat. Mais, après examen, l’on remarque que « fétide », non seulement correspond parfaitement à la thématique des odeurs chez Mauriac, mais peut aussi s’associer au double sens de « sentir », le tout créant une métaphore typiquement mauriacienne, que Mauriac pourtant, n’a pas eu l’idée d’écrire. De même, alors que le pastiche reprend la thématique des crabes venant littéralement attaquer la mourante, l’on trouve à la fin cette phrase : « Ces voix qui allongeaient leurs tentacules vers sa chair crucifiée, ces bouches d’ombres gloutonnes et béantes ». Il y a ici l’apparition de « tentacules » là où l’on aurait, en toute logique, attendu le mot « pinces ».

36Mais ceci s’explique aisément, d’une part à cause de la métaphore filée mise en œuvre, d’autre part grâce aux connotations du mot qui rejoint tout à fait — et en beaucoup mieux, l’ambiance voulue dans cette scène. Enfin, nous trouvons dans TAT le mot « indignité » qui surgit au détour d’une phrase — « Il voyait soudain son indignité », alors que le terme est ignoré par Mauriac lui-même dans ses œuvres.

37Le prochain élément repérable concerne ce que l’on pourrait nommer les limites de l’exercice pastichiel en ce que l’imitation peut parfois risquer la saturation par le grossissement de stylèmes, affectant alors à première vue la qualité de production. A titre d’exemple, voyons dans LPC cet extrait qui présente une certaine exagération du style de base : « Quelle déchéance d’avilissement l’avait fait rouler si bas, au fond de cet abîme de misère et de boue où elle l’enlisait ! ». Il y a ici une véritable concentration d’éléments qui « font » Mauriac : ton oralisé par le discours indirect libre, vocabulaire spécifique, phrase complexe, mais le tout crée un sentiment de saturation. On retrouve un cas similaire dans LMM : « Il se prit à évoquer cette effroyable soirée à Montmartre, où pour la première fois il avait senti un indicible dégoût s’emparer de son âme assoiffée d’inexprimable » : tout y est, mais tout y semble grossi.

  • 64 On trouve, pêle-mêle, « odeur âcre et moisie », « ombre moisie », « soirée atroce », « nuit atroce (...)

38Un deuxième cas peut se présenter, à savoir la saturation de stylèmes affectant la quantité, notamment à travers la redondance d’adjectifs ou d’adverbes. Dans LMM, une même image — typiquement mauriacienne, est répétée deux fois : « A travers les volets soigneusement fermés, la chaleur pénétrait » puis un peu plus loin : « La chaleur filtrait à travers les volets ». Toujours dans le même pastiche, on peut noter un retour des adjectifs « moisi », « atroce » et « salutaire »64 et une variation autour du segment « insinué en lui », qui devient tantôt « palpiter en lui », « remonter en lui », « au fond de sa chair » ou « jusqu’au plus profond de sa chair ». Enfin, nous trouvons des couples d’adjectifs systématiques tels que « âcre et moisie », « rauque et sèche », « blême et grise », « lourdes et inutiles », et d’autres comme « indéfinissable », « indiscutable », « indicible », « effroyable », « désastreuse » qui accentuent à l’extrême le côté dramatisant de l’univers ainsi crée. La sensation de saturation qui émane alors du pastiche provient certainement du fait que, d’habitude, ces mots se trouvent disséminés dans toute l’œuvre de Mauriac : ils y sont donc beaucoup moins remarquables. Mais avec la contrainte imposée de la brièveté, ceux-ci en arrivent à devenir parasitaires.

39Ce terme de « parasite » peut être aisément réutilisé dans le point que nous allons aborder à présent, c'est-à-dire celui concernant la prose poétique, et donc les sonorités suggestives dans le récit. Comme nous l’avons vu, la prose mauriacienne se rapproche très souvent d’un univers poétique bien spécifique. Les longues phrases enchevêtrées et mélodieuses ponctuent ainsi agréablement les hypotextes. Mais en ce qui concerne le pastiche, l’imitation de ce trait stylistique peut parfois aller jusqu’à la condensation de sonorités. Dans LMM, on peut à ce titre citer les extraits suivants : « l’or chaud du couchant » ; les « effluves chargées d’un étrange mystère charnel » et un exemple de rimes internes : « C’est au tour de Geneviève, que vient d’engloutir entièrement l’ombre du repentir ». Quant aux autres pastiches, ils offrent à la lecture ce charmant « bruit feutré d’un pas furti» (LTA) et l’image d’un Yves Frontenac « perdu parmi les astres transis » (LPMF) « dans la molle lumière de la lune » (FMPO).

  • 65 Dans le même pastiche, un autre phénomène analogue peut être relevé : l’auteur commence en effet de (...)

40De par sa relative brièveté, le pastiche doit enfin composer avec les problèmes inhérents à son système de narration. En effet, il va s’agir de rendre compte, en un nombre de pages succinct, d’une œuvre ou d’un ensemble d’œuvres bien plus conséquent. Le problème peut être repéré dans LMM, où le rappel de l’histoire initiale va se faire par trois questions systématiques, commençant par « Pourquoi fallait-il… », le tout formant un mécanisme de flash back relativement voyant65 mais indispensable dans cet écrit qui n’a pu situer l’action auparavant. Concernant LPMF, le problème relève directement de l’holisme. Cet extrait arraché au Mystère Frontenac doit en effet résumer en quelques pages le destin de cinq frères et sœurs, à destination de lecteurs qui n’auraient peut-être pas eu connaissance de l’hypotexte. Le résultat final ne peut ainsi échapper à un effet de « catalogue », symptomatique d’un récit pastichiel s’attaquant à une œuvre complexe.

2.2. Licence et parodie : pour une dédramatisation mauriacienne, en route vers une démystification parodique !

  • 66 Nous adoptons ici la terminologie de Gérard Genette dans Palimpsestes.

41Après avoir relevé ce que l’on pourrait prendre, superficiellement, pour des « défauts » de pastiche, il convient de se poser la question de leur pertinence, puisque, faut-il le rappeler, le pastiche est un exercice beaucoup plus facétieux qu’il n’y paraît. Il se pourrait même que ces légers écueils ne soient en réalité des indices flagrants et volontaires menant peu à peu sur la voie de la remise en question des défauts stylistiques, non pas des auteurs de pastiches, mais de l’auteur pastiché lui-même. En ce qui concerne les pastiches Mauriac, la tentation de la démystification va être corroborée par deux points essentiels : l’évidence des tics stéréotypés aisément repérables, mais surtout le problème posé par la thématique religieuse et le style faussement prude de l’auteur : le pastiche doit ainsi composer avec la tentation parodique de tout montrer et la tentation encore plus grande du blasphème en ce qui concerne les épisodes religieux. On en arrive à la problématique du miroir transformé en loupe grossissante, mais également déformante. Si l’on associe à cela le fait de parler de « littérature au second degré »66 le pastiche mauriacien va donc presque obligatoirement être associé au rire, voire au rire grinçant.

  • 67 Enclume, légume ou englué ? Dans tous les cas, la connotation péjorative accentue l’aspect comique, (...)
  • 68 Nom que l’on ne peut s’empêcher de rattacher à l’expression familière « s’envoyer en l’air ».
  • 69 On peut peut-être ici émettre l’hypothèse d’une certaine moquerie directement inspirée par certains (...)
  • 70 À noter, le double intérêt de cette homonymie à tendance satanique, puisqu’elle répond également à (...)
  • 71 Avec toujours ce fameux suffixe en –ac.
  • 72 Prêt de chez vous ou insulte cachée qui ferait fi de la lettre [I] ?
  • 73 C’est là que le côté insidieux du pasticheur trouve toute sa place : ce nom peut paraître parodique (...)
  • 74 Ici, la dimension parodique ne fait, par contre, plus aucun doute.
  • 75 Les jeux de mots sont ici multiples, avec cette référence au bronze d’art, ce jeu sur les sonorités (...)

42L’indice le plus facilement repérable de cette « littérature au second degré » va être en premier lieu l’onomastique parodique, entre conformité et décalage structural pouvant aller jusqu’à la caricature. LSC par exemple fait apparaître au milieu de ses personnages typiquement mauriaciens un abbé Lenglumé67. Dans LMM, on trouve la duchesse de Lanlaire68 et le poète Opium, tous deux directement tirés du lieu commun le plus évident. Les accompagne Geneviève Frigenac69, la cousine, subtil mélange de l’adjectif « frigide » associé au suffixe « mauriacien » — ac. Dans LPC, nous trouvons, associée sous forme de gradation, la reprise pour s’en moquer des prénoms typiquement mauriaciens : « Ils portaient des noms honnêtes, reposants : Félix, Emile, Armand, Raymond, Gastounet ». Dans TAT, le deuxième cabaret a un nom assez suggestif qui est « La Reine de Sabbat » au lieu de la traditionnelle Reine de Saba70. Dans LTA, la femme de chambre s’appelle Barbe, ce qui laisse bien peu de place à l’imagination ; on trouve également la généalogie de « Jackson-Pessac71, de la maison Ducoin72 et du marquis de Gazinet73, propriétaire du Château- Fiston74 ». Enfin TAT fait une subtile référence à « Yolponesco, le rédacteur moldave », plus connu du large public sous le nom d’Eugène Ionesco ; quant au narrateur, il est « appelé à Bronzdar, capitale de Moldavie- Avachie, pour accoucher la reine Dussinémah »75.

  • 76 Sempiternels retards ferroviaires ou vieille horloge déréglée ?
  • 77 A remarquer ici, le double intérêt de ce processus, par l’imitation du ton oralisé chez Mauriac et (...)
  • 78 Dans le même pastiche, on trouve, du même acabit, l’hyperbole suivante : « son regard erra sur les (...)
  • 79 Nous restons ici dans le même registre que celui adopté par nos pastiches…
  • 80 Ce jeu de mots politique et économique est ici fameux par ce « ramollissement à droite », cette « i (...)
  • 81 L’on peut préciser ici que Pierre l’Hermite est un auteur chrétien faisant référence aux croisades, (...)

43Le pastiche peut également faire apparaître des éléments créateurs de comique, presque indépendamment de l’univers mauriacien, et qui trouvent toute leur utilité afin d’éviter le côté « élitiste » de l’écrit pastichiel. Celui-ci peut ainsi être un divertissement accessible à tous, même au lecteur ne connaissant pas entièrement, ou pas suffisamment, l’ensemble des œuvres. LPC, par exemple, fait apparaître plusieurs indices tels ce « train de Bordeaux, le train de 22h22, car la vieille horloge en bois de pin marquait minuit moins cinq »76 , la reprise et le détournement du segment bien connu « Minuit ! l’heure des crabes »77 ou bien encore le jeu sur le suspense mis à mal : « Il lui semblait qu’ils montaient lentement à l’assaut de ses genoux durs, elle sentait sur le drap leur remuement fétide. Non. Ce n’étaient que ses propres orteils ». Enfin avec la phrase : « L’épouvante la clouait, lui interdisait l’infime effort de lever le petit doigt », on trouve une reprise du verbe « clouer », référence au Christ sur la croix, couplé à l’expression imagée « ne pas lever le petit doigt », le tout créant un décalage parodique évident78. Mais si la religion est « épinglée79 », le monde politique ne l’est pas moins, lorsque l’agonisante ressent « cette impression d’être divisée en deux, frappée par une double hémiplégie. Ramollissement à droite, à gauche inflation et, au centre, l’insupportable point de côté »80. Dans LTA, lorsque le narrateur croit avoir découvert que sa femme le trompe il se souvient : « Marie est rentrée très rouge, racontant qu’elle s’était disputée avec Georges, à propos d’une sardine ou d’une moule […] Je m’en suis souvenu lorsque, à l’automne, Georges s’est mis à faire le cafard et à lire des romans de Pierre l’Ermite. J’ai tout compris… »81. Dans LPMF, parlant de la promenade nocturne d’Yves, il est précisé qu’« il ne pouvait prévoir, à cette heure nocturne, où, le regard perdu parmi les astres transis, il bute contre une poubelle et manque choir sur une pyramide d’épluchures, il ne pouvait prévoir qu’il épouserait une bonne fille un peu simple » : on trouve d’abord le mot « transis » qui annonce les problèmes de transit intestinal qui vont suivre, puis la parodie du style mauriacien un peu vieillot avec ce verbe « choir » immédiatement associé à l’hyperbole « pyramide d’épluchures » qui permet la création d’un décalage comique accentué par les sonorités redondantes.

44Bien entendu, puisque nous sommes dans des pastiches Mauriac, au- delà de ces traits, la cible reste clairement identifiable. Les textes reprennent alors des éléments pour les exagérer et les détourner afin d’en faire des ressorts comiques insoupçonnés. Dès lors, trois habitudes mauriaciennes sont passées au crible dans les passages parodiques relevés.

  • 82 On trouve en effet dans ce pastiche : « forêts de pins », « au milieu des pins », « dur tapis d’aig (...)
  • 83 Il y a ici un jeu sur l’homonymie : « bois dépeint » équivaut à « bois des pins » et la boucle est (...)
  • 84 Le jeu est multiple : référence d’abord à l’impuissance masculine par la métaphore « boutiquiers ra (...)
  • 85 On ne peut s’empêcher après cela de penser immédiatement à du « pain dur ». On peut noter également (...)
  • 86 A noter la référence à « la fille aînée de l’Eglise », nom communément donné à la France.

45La première de ces habitudes est celle de la mention constante du « pin », comme une obsession ponctuant l’ensemble des oeuvres. Dans LMM, l’exagération est perceptible par la répétition à outrance du vocable82. LPC, quant à lui, reprend le motif du pin pour en faire un jeu de mots : après « la porte en bois de pin », « le parquet en bois de pin », « la cloison de pin », « les branches de pin », « la vieille horloge en bois de pin », « les cercueils en bois de pin », comme un effet de surprise, l’on se retrouve face à une « cloison de bois dépeint »83. Après cet effet de saturation, on retrouve le vocable pour la récupération et le détournement d’une célèbre formule religieuse dans le passage suivant, qui multiplie les jeux de mots : « Tous l’avaient aimée, d’un paisible amour de boutiquiers rassis, qui n’assouvissait pas la chair, mais laissait du moins le ventre content. Avec eux, elle mangeait à sa faim, buvait à sa soif. On ne manquait jamais de pain, ni de pin […] Elle se rappela le miracle de la multiplication des pins »84. Enfin, accentuant encore ce motif et comme une vilaine ironie du sort, voici ce qui se passe lorsque l’agonisante veut prier : « Un lambeau de prière monta jusqu’à ses lèvres dures85 : « Donnez- nous aujourd’hui notre… » Notre quoi ? Les mots s’engluaient dans sa mémoire laïcisée où ne flottait plus l’odeur vivifiante des soutanes. Dire qu’on m’appelait autrefois la fille aînée de l’Eglise ! »86. Dans TAT, le motif du pin devient prétexte à une discussion sensuelle totalement décalée, exagérant par ce biais le paganisme ambiant chez Mauriac : « Parlez moi des pins, fit-elle avec une brusque passion […] et il évoqua les nobles fûts, les épaisses larmes granuleuses qui suintent hors de leurs entailles et cheminent lentement dans les pots […], le sol jonché d’aiguilles embaumées qui feutrent le pas du chasseur » : tous les mots sont ici à double sens, extrêmement connotés, pour un résultat totalement risible. Ce thème de la sensualité décalée est repris un peu plus loin dans le même pastiche, d’une manière beaucoup plus nette : « Oui, certes, il avait caressé les arbres. Il s’était roulé, demi-nu, dans les fougères ; au cours d’une puberté orageuse, il avait rendu de panthéistes hommages aux pignes ». Enfin, lorsque Thérèse est finalement attirée par le jeune Raymond, la première réflexion qui lui vient est : « Après tout, pourquoi pas ? Il n’est pas si mal ; même ces boutons à la base du nez ajoutent à son charme. Et il a parlé des pins avec sensibilité »…

  • 87 Dans Le Baiser au lépreux, par exemple, Jean Péloueyre est un « cloporte » (chap. I, 452), une « la (...)
  • 88 On reprend ici l’appellation graissée en note et donnée à Jean Peloueyre dans Le Baiser au lépreux.
  • 89 Peut-on aller jusqu’à considérer Thérèse comme une « vieille chouette » ? La question est posée…
  • 90 L’expression apparaît d’ailleurs dans Le Baiser au lépreux (« ses regards de chien battu », chap. I (...)

46La deuxième habitude reprise par les pasticheurs est cette tendance qu’a Mauriac de calquer un peu partout les mêmes sempiternelles métaphores animales87. Dans LMM, le grillon88 apparaît sous un jour nouveau, plutôt revanchard, parlant de l’abbé : « Avec sa misérable soutane noire, il ressemblait à ces grillons chétifs […]. Sa silhouette noire et haletante, recroquevillée sur son prie-Dieu, fait singulièrement penser à ces gros insectes des landes quand, par maladresse, on vient de les écraser avec le pied et qu’ils se tortillent dans les affres de l’agonie ». L’hyperbole présente ici accentue d’autant plus cet aspect comique du décalage créé avec l’insecte que l’on compare à l’homme d’église haïssable. TAT reprend une autre métaphore animale puisque Thérèse est décrite comme « une chouette écartelée »89. Quant aux danseurs nocturnes, ils sont vus comme des « exubérants volatiles dont les pieds nus chaussés de sandales picoraient, véloces, le sol carrelé de la cave », le tout dans une métaphore filée qui ne manque pas de faire sourire. Une autre métaphore filée est présente dans LPMF, où Yves est associé à un « mulot perdu dans les galeries d’une taupinière et qui s’effare de ne pas reconnaître son trou ». Enfin, dans LTA, la femme « [feint] un attachement d’épagneul », qui n’est pas sans rappeler le bien connu « regard de chien battu »90.

  • 91 Le jeu homonymique sur « Beauceronne », femelle du chien Beauceron, est ici subtil puisqu’il ajoute (...)
  • 92 Dans le pastiche, pour achever l’amalgame, l’adjectif « robuste » est également choisi pour désigne (...)

47Le troisième thème repris est encore plus propice que les précédents aux envols parodiques. Il s’agit en effet de s’attarder sur ce que l’on pourrait nommer la femme virile, une spécificité, semble-t-il, du terroir bordelais mauriacien. Dans LPMF, le portrait donné de la future femme d’Yves correspond bien à l’ensemble des épouses mauriaciennes, en un peu plus exagérée : « une bonne fille un peu simple, à la croupe puissante [et aux] ongles incarnés » ; elle est également désignée, étrangement, comme une « Beauceronne vigoureuse »91 et elle ressemble par ailleurs à la propre sœur de Yves, déjà mariée, « Marie, la cadette, rompue par les travaux légitimes d’un époux fort de ses droits acquis [qui] ronflait la bouche ouverte, un bras pendant hors de la couche dévastée… ». Quant à LMM, il laisse apparaître une « fraîche et robuste jeune fille »92, comme LTA qui parle d’une « robuste beauté de bête de trait bien nourrie » ou FMPO qui préfère l’expression « femme d’allure rustique ».

  • 93 Cette reprise de détails peu ragoûtants rappelle certaines éructations qui apparaissent soudainemen (...)
  • 94 Ainsi, Mathilde « se souvient tout à coup de la prière qu’elle a oublié de réciter. Il faudrait se (...)
  • 95 Dans le même pastiche, on trouve également « Le Mystère Frontenac se dissolvait comme un os dans l’ (...)
  • 96 La référence à l’univers mauriacien est ici indéniable, mais l’emploi familier et métaphorique de c (...)

48Mais au-delà de ces trois thèmes, d’autres détournements apparaissent, notamment dans LSC où le portrait du Père Vincent épingle ce « brave homme au cœur sur la main, à la main sur le cœur, toujours la larme à l’œil et la gorge obstruée de sanglots gargouilleurs »93. LPC, quant à lui, fait mention de ces anciens époux qui « avaient des visages d’anges. D’anges barbus, d’anges sexagénaires ». L’auteur se moque également de cette tendance chez les personnages à craindre plus pour leurs économies que pour leur propre vie : au comble de l’agonie, la malade croit entendre « des mots cyniques [qui] perçaient la cloison de bois dépeint : « commissions… subventions… dirigisme… » et cela achève de la plonger dans la panique la plus totale. De même l’oubli de la prière à la fin du pastiche est l’occasion de se moquer de ces femmes mauriaciennes, qui ne sont que des femmes, et donc incapables d’accéder au mystère religieux94 : « Le sommeil la délivra. Comme elle s’y engloutissait, pantelante, elle sentit planer sur son délire […] la déchirante phrase de l’Evangile selon Saint Matthieu, dont elle avait oublié le milieu, le commencement et la fin ». Dans LPMF, le mystère Frontenac est pris au sens propre, comme un fardeau, et donc détourné de sa vocation première, beaucoup plus intellectuelle et mystique : ici « Jean Louis […] excédé d’une femme lymphatique, des affaires de bois merrains et de sa triste vertu, se disait que le mystère Frontenac était bien lourd à porter »95. LMM, quant à lui, donne une image assez cinglante des croyants : « Dans l’étrange moiteur de l’église, quelques vieilles sont enracinées, en train de prier pour les âmes, semblables à ces chênes noirs et rabougris qui parsèment la lande »96 .

2.3. Entre la charge et l’imitation stricte : les problèmes de l’entre-deux.

49Si l’humour et les épisodes parodiques sont une habitude inhérente au genre, le fait de récupérer certains traits mauriaciens pour les détourner à des fins comiques peut parfois poser la question de la pertinence des effets créés. La tentation de la charge et de l’outrage est grande dans les pastiches Mauriac, et le résultat souvent fameux, mais est-on encore pour autant dans la stricte veine d’un écrit mimétique ? L’écriture d’un pastiche se trouve en effet bien souvent aux prises avec d’autres problématiques sous-jacentes, qu’il doit constamment résoudre pour créer un nouveau texte en lien avec l’hypotexte.

  • 97 On peut également, suivant cette logique, relever la remarque de Jean-Louis Curtis disant que « la (...)
  • 98 Les Ouled-Nails mentionnés dans le pastiche sont connus pour leur très grande beauté et finesse. Le (...)
  • 99 Ouvrage publié en 1933 et qui prône le modèle de la femme au foyer, soumise à ses enfants et à son (...)

50Le cas le plus révélateur de cette problématique est celui de la page arrachée, puisque nous en avons une dans notre corpus (LPMF). Si le style et le vocabulaire de Mauriac sont dans un premier temps bien reconnaissables, cette page arrachée comporte également une dose non négligeable d’éléments plus ou moins parodiques, ce qui peut être étonnant si l’on s’en réfère à la stricte définition de la page arrachée traditionnelle qui suppose un dosage conforme et un rapport de complémentarité de l’ensemble97. Or, cette « page-arrachée-pastiche » ne présente pas ce rapport de complémentarité mais semble par contre bien entrer dans une logique de démystification propre à la « littérature au second degré ». On y trouve donc plusieurs exemples de décalages, comme ces trois références à l’incontinence des personnages, lorsque, parlant de la vie future de Yves il est dit qu’il n’aurait qu ‘« un seul garçon atteint d’incontinence d’urine » et qu’il ne pouvait encore imaginer « qu’une constipation épuisante et contre laquelle les laxatifs les plus énergiques s’attesteraient sans effet, empoisonnerait l’adolescence de sa fille aînée » ; et enfin, quand, concernant sa sœur Danièle, il est mentionné que « se relevant pour la sixième fois, [elle] constatait avec désespoir que les selles de son nouveau-né se maintenaient du plus franc vert-épinard ». L’on trouve également le thème du machisme qui ressort, là encore d’une façon on ne peut plus imagée : « accroupie à ses pieds, [elle] attendait, avec la docilité des femmes de sa race, l’instant imminent où il allait être question de faire participer au mystère Frontenac le mystère Leïlah. « Alors, José, tu t’envoies la moukère ? » s’exclame, dans un rictus immonde, un adjuvant débraillé »98. L’hypothèse peut être faite que l’auteur du pastiche, par ce biais, fait la satire du machisme mauriacien, notamment palpable dans son fameux traité de L’Education des filles99 mais il n’en demeure pas moins que cette justification ne parvient pas à résoudre la problématique posée par le style dans cette page arrachée. Alors, comment expliquer ces écarts parodiques ? D’une manière à la fois très simple et très perverse dans sa logique : la page arrachée doit imiter strictement l’hypotexte pour s’y insérer, c’est un fait, et l’illusion est donc parfaite ; si l’illusion est parfaite, on peut donc aisément changer la donne, prendre alors le pastiche pour l’hypotexte – la partie pour le tout. Dès lors, la page arrachée devient en toute logique le vecteur privilégié d’une remise en question du style mauriacien par le détournement parodique insidieux, laissant croire que toute l’œuvre mauriacienne est en elle-même déjà parodique et qu’elle ne fait donc que l’imiter parfaitement !

Troisième partie — un pastiche sinon rien

3.1. Des œuvres autoréflexives : prise de distance et fidélité par rapport à l’hypotexte

  • 100 On entend par cette appellation tous les indices indiquant clairement au lecteur que nous sommes da (...)

51Au-delà de la stricte imitation, de l’aspect parodique inhérent à cette « littérature au second degré », il y a également dans le pastiche une tendance à l’autoréflexif qui use et abuse d’expressions métamimotextuelles100 , répondant au côté ludique du genre. Une double lecture est donc nécessaire pour comprendre toute la complexité et toute la subtilité du genre pastichiel.

  • 101 « Le style n’est nullement un enjolivement […] ce n’est même pas une question de technique, c’est c (...)
  • 102 Nous entendons par hypertexte le texte d’imitation.

52On peut aisément distinguer dans les pastiches une certaine complicité mêlée à une prise de distance avec l’auteur, pour rappeler immédiatement que nous ne sommes pas dans une œuvre de François Mauriac, mais dans une œuvre inspirée de François Mauriac. Et la différence est fondamentale pour éviter l’impasse de la vision proustienne du monde101 . L’hypertexte102 n’est pas l’hypotexte, du moins pas encore…

  • 103 Ainsi, l’adjectif « grugée » dans LPC prend tout son sens : « Les anges noirs, les anges rouges, l’ (...)
  • 104 Cette réflexion est corroborée par le fait que Mauriac a lui-même une très mauvaise opinion à propo (...)

53Une des spécificités du pastiche est donc cette tendance à montrer clairement au lecteur les ficelles de l’imitation : il va s’agir de créer la distance en dévoilant l’envers du décor et en montrant bien que l’imitation s’assume pleinement en tant que telle103 . Cela peut commencer dès le titre : LMM par exemple reprend le titre Le Mystère Frontenac, mais d’une manière très habile puisque le pastiche y supplée « Maurianac », un patronyme qui permet une double lecture, comme si un « mystère du style Mauriac » allait nous être dévoilé. Dans LTA, la phrase peut prendre un double sens si on la lit dans l’optique du travestissement : « Elle réalise des prodiges de ruse et de perversité : n’a-t-elle pas eu l’idée d’introduire sous mon toit ses gigolos déguisés en vicaires ou en dames patronnesses ; mais la moustache mal rasée, les hanches étroites et les grands pieds d’une de ses visiteuses m’ont ouvert les yeux ». Quant à la phrase : « Tu singeais leurs manières et leurs tics » elle ne laisse plus aucun doute sur le programme de ce pastiche. Dans LSC, le même mécanisme est repris : « C’est la première fois qu’il te voit travesti en chevau-léger […] Tout ce qu’il sait faire, c’est se moquer d’une tradition qui nous dépasse et dont je suis le ministre aujourd’hui en revêtant, comme doit le faire le chef de la fabrique quatre anniversaires par siècle, le costume hérité de notre aïeul, fondateur de la marque » : serait-ce un message caché sur le pastiche par rapport à l’hypotexte ? Dans TAT l’oxymore « légère outrance », ou le mot « carnaval » font directement allusion au travestissement pastichiel, mais encore plus intéressant, il semble que tout un paragraphe puisse se lire à double sens, pour peu que l’on fasse de légères modifications : au lieu de « article » et « repaire » mettre « pastiche », remplacer « elle » par « il », « Thérèse » par « Mauriac » et cela donne la réponse suivante : « Partez ! […] Laissez-moi. Ne vous acharnez plus. Qu’attendez-vous encore ? Ne savez-vous pas tout ce que vous vouliez savoir ? N’avez-vous pas recueilli assez de matériau pour réussir le plus sensationnel [pastiche] ? […] N’y a-t-il donc plus la moindre trace de pudeur chez vous et vos pareils ? pas les moindres égards ? Ne reste-t-il plus rien de sacré pour vous dans le monde ? Et vous avez le front d’appeler Tabou votre [pastiche] ! […] Mais vous figurez-vous que j’ai été dupe un seul instant de votre manège, disait-[il], redressant la tête en un mouvement d’orgueil et de défi. Je savais que vous me reconnaissiez. Je devinais ce que vous pouviez être : un misérable petit folliculaire à l’affût de copie… » : pour peu, l’on croirait presque entendre l’hypothétique réponse de l’auteur outragé face à l’un de ses pasticheurs104. Quant à « j’aimais en vous autre chose qu’un prétexte à copie… » cela peut en revanche faire directement écho à la réponse du pasticheur, qui présente son écrit également comme un hommage à l’écrivain.

54En somme, c’est un véritable dialogue qui s’instaure à l’intérieur même de l’écrit, au travers une double lecture. Dans LPMF, on peut également relever la parenthèse et son double sens qui peut sembler être une plaidoirie parfaite de ce pastiche : « s’il jouait la comédie, l’imitation était parfaite ».

3.2. Variation et transformation sur un même hypotexte

  • 105 « Certaines de vos intonations fleurent la vigne » (TAT) / « Le pus de l’opulente chartronnaise ne (...)
  • 106 « Les grands pieds d’une de ses visiteuses » (LTA) / « Sa fille aînée qui, à seize ans, chausserait (...)
  • 107 L’on voit en effet apparaît « le souffle rauque »(LPC), « il respirait de manière plus rauque » (LM (...)
  • 108 « Ah ! Ne faîtes pas le bon apôtre ! » (LSC) / « Georges, toujours bon apôtre » (LTA)

55Ce que l’on peut noter tout d’abord, c’est une différence de choix de l’œuvre à pasticher. Même si les pastiches, on l’a vu, rassemblent des éléments épars tirés de multiples œuvres de Mauriac, il y en a toujours une qui forme la base d’imitation. Mais au-delà de ces différents choix, un phénomène particulier permet tout de même de rapprocher les pastiches Mauriac : « l’inter-pastiches », ou quand les pastiches se répondent entre eux, devenant dès lors les nouveaux hypotextes et adoptant à merveille l’adage bien connu « Rien ne se crée, tout se transforme ». L’on peut ainsi remarquer que certains éléments, pas forcément présents dans l’univers mauriacien de base, se répondent pourtant à travers les écrits mimétiques. C’est le cas par exemple du verbe « fleurer » que l’on retrouve à la fois dans TAT et dans LTA105 ou du motif des grands pieds, présent dans LTA et dans LPMF106 . On trouve également tout un vocabulaire en réseau, notamment autour des termes « rauque », « lymphatique », « rougeaude » et « blafard »107. Plus significative est la reprise d’expressions telles que « bon apôtre », à la fois dans LSC et dans LTA108 ou encore les segments quasi identiques : « le bruit feutré d’un pas furtif » (LTA) et « feutrent le pas du chasseur » (TAT) ; des « bourgeois gonflés de morgue » (LTA) et un personnage « plein de morgue » dans TAT ; « la malade gisait, la face collée au mur » dans LPC tandis que Thérèse est « écrasée contre le mur » dans TAT. On peut également noter dans deux pastiches, LTA et LPMF d’étranges similitudes dans l’emploi de certains vocables : « sang coagulé », « odeur d’éther » et « croupe fameuse » chez le premier, « une croupe puissante », « d’épouvantables épaisseurs de solitude se coaguler » et « à la vitesse d’une étoile fendant l’éther » dans le second…

  • 109 Réalisant par là même ce que Mauriac n’a jamais réussi : son fantasme de livre unique réunissant l’ (...)

56Un deuxième phénomène d ‘« inter-pastiches » se présente, encore plus impressionnant : il semblerait en effet que les personnages mauriaciens de plusieurs pastiches se rencontrent au-delà de l’œuvre de Mauriac109 . Dans FMPO par exemple, le pasticheur a la bonne idée de faire parler les personnages indépendamment de leur auteur, mais il va encore plus loin puisque ceux-ci, issus de différents hypotextes se rencontrent « réellement » pour créer de potentielles nouvelles œuvres : ainsi, lorsque Noémi fait acte de vulgarité « L’abbé Favereau s’embarrass[e] dans une quinte de toux » ou encore lorsque Elizabeth Gornac aborde Fernand Cazenave pour former un couple totalement inédit : « Enfin, vous qui n’êtes plus un jeune homme, si vous aviez besoin d’une dame de compagnie… Annet ben (allez-vous-en) proféra encore, rageusement, le fils de Félicité Cazenave, née Péloueyre »… Il y a ici un respect du caractère des personnages mauriaciens (Elizabeth Gornac, vieille fille qui ne veut pas le rester, l’abbé chaste, Noémi déchaînée, Fernand Cazenave, vieux garçon rempli de haine), le tout dans un nouvel épisode de l’œuvre que n’a pas écrit Mauriac. Nous sommes donc ici en présence d’un hypotexte potentiel crée par le pastiche lui-même !

57Le même cas se présente cette fois-ci à travers deux pastiches distincts : TAT et LTA. On peut lire dans le premier que Raymond « se cacha dans l’encoignure d’une porte cochère » pour espionner Thérèse. Or, dans le second, le narrateur surprend une scène étrange, qui pourrait bien être à ce moment-là la continuation de la première : « Dans l’ombre d’une porte cochère, un voyou riait bêtement avec une gourgandine. J’ai craché sur eux et ils s’en sont allés en vociférant des insultes ordurières ». La similitude des termes peut nous mettre sur la voie.

3.3 La meilleure critique qui soit : habitudes transparitives d’un écrivain catholique : preuves ou réfutation ?

  • 110 Marcel Proust, lettre à Robert Dreyfus, 18 mars 1908.
  • 111 Jean-Louis Curtis, article critique Le Monde de ce prince, préface, p. 127.

58Ainsi, comme nous avons pu le constater, le pastiche, bien loin de n’être que l’imitation d’un style, outrepasse souvent son modèle en créant un nouveau système narratif qui inclue des références à plusieurs œuvres, des clins d’œil à la vie de l’auteur, des échos inter-pastichiels et des retours parodiques. Il semblerait que le véritable rôle du pastiche, et ce qui le différencie d’ailleurs du faux, soit une écriture non seulement mimétique mais également réflexive, avec double sens de réflexion : à la fois image renvoyée mais également analyse de cette même image. L’on rejoint ainsi la théorie proustienne de « la critique en action »110, et également celle de Jean-Louis Curtis lorsqu’il définit le pastiche comme : « l’achèvement naturel d’une étude critique »111 . La « critique en action » est cette idée selon laquelle le pastiche va inspirer des réflexions sur le style de l’écrivain pastiché en même temps qu’il reconduit les structures du modèle.

  • 112 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. III, pp. 550-551.
  • 113 « Les Péloueyre regardaient un souffle rider l’eau de la citerne, agitée de têtards autour d’une ta (...)
  • 114 François Mauriac, Génitrix, chap. III, p. 593.
  • 115 « Il commença de courir dans l’herbe autour de l’enfant, de se livrer à une si étrange danse macabr (...)
  • 116 François Mauriac, Les Anges Noirs, chap. XI, p. 303. A noter que ce thème de la chauve-souris appar (...)
  • 117 François Mauriac, La Pharisienne, chap. XV, p. 866.
  • 118 Avec ce jeux fameux sur « gale / syphilis »…
  • 119 François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1ère partie, chapitre VI, p. 579.
  • 120 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. II, p. 537.
  • 121 « L’œil sans cils » pour LPMF et « Le gaillard n’a plus de cheveux ni de cils » pour LTA.
  • 122 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. II, p. 530.
  • 123 Ibid., pp. 518 et 524.
  • 124 François Mauriac, Le Baiser au lépreux, chap. IV, p. 465.

59Certaines références sont parfois très difficiles à retrouver, ce qui témoigne d’une réelle connaissance de l’hypotexte général par les pasticheurs. Le pastiche, au contraire de la parodie qui vise un effet immédiat, requiert ainsi un lecteur lettré, chez qui l’on est en droit d’attendre une connaissance intime de l’œuvre originale. Cette « littérature au second degré » est une activité ludique mais également savante, supposant à la fois une solide culture et une haute virtuosité, de la part de l’auteur, comme du lecteur. Ainsi, dans LMM, les « innocentes parties de cache-cache » sont une référence aux jeux de Gisèle de Plailly enfant dans Le Fleuve de feu112. Dans LPMF, la métaphore filée sur le mulot est inspirée de l’image de la taupe morte du Le Baiser au lépreux113 et le segment « environné de ces trognes luisantes, épanouies devant la nourriture » est un clin d’œil à l’épitaphe voulu par Mathilde pour sa famille dans Génitrix : « Ils mangèrent et mirent de côté »114 . Dans TAT, la « danse macabre » du cabaret fait référence au jeune homme qui s’agite devant la petite Marie dans Le Fleuve de feu115 , et dans LTA, l’épisode d’abord déconcertant de la chauve-souris morte, est en réalité la reprise d’un détail trouvé dans Les Anges Noirs où, dans la chambre d’Alain Forcas, on peut apercevoir « le chapeau du curé, étrange, cabossé, et pareil à une chauve souris morte »116. Le proverbe mentionné « Bon chien chasse sa race » fait référence à un proverbe de La Pharisienne : « Chacun est un héritier pitoyable, chargé des péchés et des mérites de sa race »117 et le détail de la phrase : « un souteneur de la rue de Galles, pourri de syphilis jusqu’au calcanéum »118 répond à l’obsession mauriacienne du « corps dévasté, sans doute rongé à l’intérieur par quelque fibrome »119. Enfin, le livre trouvé dans la chambre de Barbe « Le calvaire d’une fille-mère » fait référence au Fleuve de feu, où l’on trouve la même expression120 concernant Gisèle de Plailly. L’absence de cils qui revient dans LPMF et dans LTA121 est un élément présent dans Le Fleuve de feu où Marie est « une petite fille blême, sans cils »122. Le motif des « boutons à la base du nez » dans TAT et de « la face parsemée de pustules » dans LTA est également tiré du Fleuve de feu où l’un des client de l’hôtel est décrit avec une « osseuse figure masquée de boutons »123 . Dans LSC, enfin, la marque « chevau-léger » est un dérivé de la salle du Cheval-Rouge dans Le Baiser au lépreux124.

  • 125 On trouve ainsi dans LMM : « lourd buffet de chêne », « lourd destin d’un être », « lourd passé », (...)
  • 126 Et dans LPC : « la chambre était saturée d’une âcre odeur de vase et de pénurie », « la chambre sat (...)
  • 127 « Pierre sortit du presbytère en titubant. Il entra dans la lourde chaleur de l’été » puis c’est au (...)

60Dès lors, si l’on ne peut critiquer une œuvre qu’en la connaissant parfaitement au préalable, on peut dire aisément que les pastiches- Mauriac remplissent leur office. C’est ce qui leur donne ainsi toute légitimité pour aborder un petit jeu de massacre : ceux-ci prennent en effet un malin plaisir à accentuer les défauts mauriaciens pour en montrer toutes les limites stylistiques. LMM et LPC par exemple, usent habilement d’un indice métamimotextuel aisément repérable : l’abus des adjectifs « lourd »125 et « saturé »126 menant à l’autoréflexif puisque c’est le texte et au-delà l’hypotexte, qui devient « lourd » au travers les saturations de stylèmes. De même, l’auteur du pastiche semble souligner la répétition de scènes mauriaciennes parfois lassantes à travers l’image des deux jeunes adolescents qui semblent agir en duo parfait127 . Cette critique est reprise dans FMPO, lorsque l’un des personnages dit à Mauriac lui-même : « Encore ! […] Ah ! mon ami, comme vous retardez ! […] Vous ne voudriez pas changer un peu ? ».

  • 128 On retrouve la même situation dans l’Agneau, à travers la remarque de Jean de Mirbel : « Un bain de (...)
  • 129 L’un des meilleurs exemples à ce propos reste celui de la jeune Marie Ransinangue, enfermée au Carm (...)
  • 130 « Tel était le climat salutaire de Maurianac, tel était son mystère qu’il se trouvait désemparé et (...)
  • 131 Ce terme de « personnage » met immédiatement à mal l’illusion de la fiction, tout en dévoilant l’en (...)
  • 132 En témoigne cet exemple de « paysage-prétexte » dans Le Fleuve de feu, lorsqu’il est question des « (...)
  • 133 On pourrait ainsi s’hasarder à dire qu ‘« impuissance et concupiscence sont les deux mamelles du Fr (...)
  • 134 La scène finale avait été auparavant préparée par les phrases suivantes : « Ils cheminent l’un à cô (...)
  • 135 Gui Yufang parle de « l’édification religieuse voulue in extremis par Mauriac catholique » (L’Herne (...)
  • 136 Dans l’article précédent le pastiche, Jean-Louis Curtis parle de ce phénomène en ces termes : « Cha (...)
  • 137 Voir note 14.
  • 138 Mauriac, en effet, s’autoproclame volontiers défenseur du roman traditionnel, qui suggère plus qu’i (...)
  • 139 A noter tout de même l’ironie cinglante de la situation, puisque le test de virginité est associé a (...)
  • 140 Ici l’on s’attaque véritablement aux contradictions exprimées par Mauriac tout au long de sa vie su (...)

61Au-delà des défauts stylistiques de l’hypotexte, une certaine lourdeur donc, le pastiche se donne également comme objectif de s’attaquer aux maladresses thématiques ou dramaturgiques de l’auteur. Dans LSC, il s’agit d’une reprise de la pièce de théâtre Asmodée, qui met en scène une relation incestueuse platonique entre un vieillard et une jeune fille128 . Ce pastiche est tellement respectueux du style et de la thématique mauriacienne avec ses non-dits et ses situations ambiguës que l’on croirait à un apocryphe : ici, nous avons le petit-fils, Bob, le père, Bertrand et le grand-père, Hérard qui semblent tous être amoureux d’une jeune cousine venant de Mexico. L’une des principales caractéristique du théâtre mauriacien ressort parfaitement ici, par l’abus d’insinuations graveleuses entre le patriarche et la jeune fille : « Hérard — C’est la loi. Il ne faut pas donner à boire à ceux qui ont soif. J’en meurs, de soif. Eh bien, ce serait un crime que de me rafraîchir […] Les enfants et les vieillards n’ont que des passions […] Nous sommes deux monstres. Les autres voudraient nous dresser. Au lieu de ça, nous nous apprivoisons tous les deux dans notre coin, sans rien demander à personne. Hein ? ». Mais, contrairement à ses romans qui ont connu un franc succès, le théâtre de Mauriac a très vite été vivement critiqué et ce pastiche en fait l’écho lorsqu’il fait dire ensuite à l’un de ses personnages : « Le visage d’un patriarche et celui d’un martyr […] c’est sans doute que je joue mal mon rôle »… On y trouve également une réflexion sur le fait que les personnages soient tous liés entre eux, toujours au même endroit, toujours dans la même situation, toujours en proie aux mêmes angoisses : c’est un peu en réalité la même histoire qui revient à chaque fois sous des formes différentes : « Nous sommes les uns sur les autres, toutes nos racines emmêlées. En famille, on ne peut que se maudire. Il paraît que les mariages consanguins donnent naissance à des êtres difformes. Ce n’est pas pour m’étonner » : parfait portrait de la famille mauriacienne ici ! Dans LMM, c’est le retour sur cette étrange habitude à faire dépérir les personnages129 dans une atmosphère maladive qui est visible tout au long du pastiche lorsque l’on s’étonne d’une « santé physique et morale qui cadrait mal avec le presbytère de Maurianac ». Le village de Maurianac a donc très vite pour effet de rendre l’adolescent impuissant comme le prêtre jadis130 : « [Pierre] s’était mis à maigrir subitement et il commençait déjà à se décharner d’une façon satisfaisante. L’abbé Cuzenave observa avec plaisir quelques gouttes de sueur qui perlaient sur ses tempes […] Il commençait donc à se faire à l’ambiance de Maurianac, à devenir un véritable personnage maurianacien »131. De même, c’est la tendance mauriacienne à l’ambiguïté132 , parfois poussée à son paroxysme, qui est visée un peu plus loin, puisque après l’impuissance surgit la concupiscence133… Lorsque les deux jeunes gens se retrouvent, le doute n’est plus permis quant à la véritable nature de leurs retrouvailles : « Le bonheur de leurs destinées retrouvées dans la lande les a fait se rapprocher l’un de l’autre, et ils ont roulé ensemble au milieu des aiguilles de pin encore chaudes. Ils sont possédés par une volupté nouvelle qu’ils ne connaissaient pas auparavant, une sorte de mystère Maurianac qui les fait s’unir furieusement l’un à l’autre »134. Enfin, l’auteur s’attaque à cette grâce divine qui fait parfois défaut à Mauriac, lorsque, soudainement, il semble se rappeler qu’il doit écrire un roman catholique135 : « Pierre se rappelle soudain ce terrible soir à Montmartre, du temps où il s’était chargé des chaînes lourdes et inutiles de la volupté et où, saisi par une grâce passagère, il s’était arraché […] aux étreintes de la duchesse pour réciter, toute une nuit durant, les versets de la Bible ». Dans TAT, c’est à cette tendance manichéenne séparant le terroir bordelais et les soirées de la capitale que l’on s’en prend136 . Les termes employés sont donc délibérément exagérés pour accentuer le mépris : on se trouve face au « dernier égout à la mode » dans lequel on se fraye « un chemin à travers les groupes suants de jeunes fous, entassés dans l’étroit boyau », jusqu’à en arriver à « [baiser] sur la bouche deux ou trois filles à cheveux plats, à l’accoutrement masculin, déjà hagardes et dont [on] savait qu’à l’aube elles se feraient raccompagner chez elles, ivres mortes, par de jeunes brutes bouclées ». Cette tendance est également soulignée dans FMPO par Raymond Courrèges lui-même lorsqu’il s’exclame : « Et l’on parle des vices de la capitale ! Laissez-moi rire. Il me semble que Bordeaux, pour la concupiscence, ne le cède en rien à Paris. C’est bien ce qui ressort de la lecture de vos livres, n’est-ce pas, Mauriac ? »Pour achever cette étude, nous allons enfin revenir sur deux pastiches qui apparaissent comme deux cas particuliers dans le rapport mimétique entretenu avec l’hypotexte. Dans LTA, il va s’agir de montrer au grand jour ce qui se cache derrière l’œuvre, mettant à mal l’ambiguïté mauriacienne, ses non-dits et ses hésitations. D’où cette première impression que le pastiche a « raté sa cible » parce qu’il ne correspond pas vraiment à l’univers de base que l’on connaît chez cet auteur. En effet, dans LTA, le dévoilement de l’œuvre mauriacienne se fait d’une manière un peu violente, ce qui peut décontenancer le lecteur par la présence d’éléments qui semblent, de prime abord, très éloignés de l’univers mauriacien de base, de par leur relative cruauté et complaisance dans le répugnant le plus sordide : on trouve à titre d’exemples « Cette belle Eulalie [qui] souffrait d’un anthrax mal placé » et cet arrêt sur image montrant un bassin « où, dans un liquide brunâtre, nageaient noirs de sang coagulé [des] tampons d’ouate ». Cette scène ne s’arrête pas là puisque l’on nous précise que « L’odeur d’éther et d’abcès qui s’en exhalait, dissuada [le narrateur] d’amoindrir, pour une chiennerie de cinq minutes, la victoire [qu’il venait] de remporter. Au vrai, le pus de l’opulente chartronnaise ne fleurait pas moins mauvais que la tumeur gangrenée dont [… il avait] opéré une gitane […] couverte de crasse et de vermine ». L’accumulation frôle ici l’écoeurement. Comme cette précision a priori inutile à propos d’un patient quelconque : « Le gaillard n’a plus de cheveux ni de cils et l’une de mes infirmières lui a fait sauter les dents en les brossant ». Le vocabulaire est quant à lui assez familier puisque l’on retrouve, entre autres, « marchand de pinard », « âne boursouflé », « affreusement charcutée », « cocufier », « croupe fameuse », « craché le morceau », « Georges était vert ». Alors comment interpréter ce qui pourrait passer pour une dérive de l’imitation ? Le pastiche se laisserait-il emporter dans son élan parodique pour le mener jusqu’à la charge, voire au-delà ? Il semblerait bien que la réponse soit ailleurs et demande un certain degré d’analyse, aussi il convient d’expliquer précisément le mécanisme de ce pastiche particulier qui va s’attaquer aux tabous de l’écrivain, pour proclamer que le lecteur n’est définitivement pas un ignare naïf et qu’il faut cesser de vouloir lui faire « [avaler] des couleuvres » sous couvert d’un style ampoulé cherchant à noyer le poisson. Dans un premier temps, l’auteur se moque de l’ambiguïté mauriacienne en reprenant et détournant le clin d’œil appuyé à la « douce gorge » de Noémi137 qui devient ici « les seins mous et suants de Marie ». Reprenant également l’épisode fameux de la confession, il en démont[r]e au grand jour les contradictions : « Dans le désordre de son chagrin, son corsage s’était ouvert sur sa belle gorge abondante et ferme […] j’essayai de la confesser »… Puis très vite, c’est le non-dit mauriacien qui va l’intéresser138, celui-là même qui, à défaut de dire explicitement les choses, les suggère à travers un univers où règne l’ambivalence la plus charnelle, masquée sous un emploi abusif de sous-entendus et d’insinuations. C’est à cette science du langage maniant à merveille la rhétorique de l’indicible que va s’attaquer ce pastiche pour montrer l’envers du miroir mauriacien, bien peu reluisant : « Sous ces faces rasées à l’anglaise, il n’y avait rien si ce n’est vanité grotesque, cupidité, envie ou luxure, et qu’en grattant un peu on y pourrait encore découvrir l’inceste, l’éthylisme, le vol, la banqueroute frauduleuse, la syphilis, la sodomie et l’impuissance héréditaire ». Il va même très loin lorsqu’il parle de ces jeunes filles qui respirent la sensualité chez Mauriac, mais sans jamais se l’avouer vraiment : « Ces femmes, au fond, n’aiment que la brute, la cravache, la claque de lourdes mains calleuses sur leurs reins énervés par les luxures artificielles et mesquines des garçonnières écussonnées ». Parlant des amours du terroir bordelais, il en donne une image qui ne manque pas de faire frémir : « cette fille […] en dépit des soldats et des chauffeurs qui ont dû la déniaiser [conserve] je ne sais quelle bonne odeur de terre et de nature ». Et quand l’auteur s’attaque au sujet des mariages arrangés et de la virginité, il n’y va pas de main morte — et c’est le cas de le dire… Suite à la demande en mariage et au consentement que doit donner la future belle-mère de la jeune fille, celle-ci « fit ses conditions : elle voulait examiner elle-même Marie pour s’assurer de la virginité de sa future bru »139 . La proposition faite, elle s’exclame alors : « C’est à prendre ou à laisser » […] et elle leur tourna le dos pour vider un poulet ». Si, à cet instant, le lecteur fait le parallèle entre les gestes à accomplir et la position à adopter concernant la jeune fille et le poulet, l’image qui surgit correspond tout à fait à la coloration donnée à ce pastiche. Lorsqu’il s’attaque à la religion, là encore cela se fait sans équivoque : « Après sa fausse couche, elle s’est plongée dans la dévotion, elle a imaginé de sortir plusieurs fois par jour sous prétexte d’aller voir dans les ouvroirs et de visiter les pauvres. On sait tout ce que cela veut dire ! ». Le pasticheur semble même adresser à l’auteur un dernier pied-de-nez lorsqu’il fait mention de ces « milles précautions oratoires à faire crever de rire ». Enfin, la définition donnée de la littérature : « un monstre, [une] face d’auge qui recouvre un cerveau de fiel, de boue et de purin » ne laisse plus vraiment de doute sur les réelles intentions de ce pastiche si particulier140. En conclusion, si l’on se trouve d’abord décontenancé par la vulgarité de ce texte, il faut dans un deuxième temps bien voir que cette vulgarité se pose en contre point à la censure et à l’autocensure constamment présentes chez Mauriac, qui se complait pourtant à suggérer les travers humains les plus vils.

  • 141 Expression souvent utilisée dans Dieu et Mammon, chap. V, p. 816 ; dans Le Roman, chap. I, p. 751 e (...)
  • 142 Ce dernier chapitre du Baiser au lépreux a été rédigé dix ans après l’œuvre et met en avant un cara (...)
  • 143 Dans Le Baiser au lépreux, première version, le roman se termine sur le chemin de croix de Noémi, q (...)

62Dans FMPO le pasticheur a l’idée originale de mettre en scène les « fils et filles de l’esprit »141 de Mauriac et par-là même de faire référence à plusieurs romans, dans un espace « en coulisses ». Les personnages de Mauriac vont faire face à leur auteur pour lui demander des comptes et pointer du doigt certaines incohérences. La critique va donc se faire par le biais des principaux actants de la fiction : ainsi, le docteur Courrèges s’étonne d’un problème de vraisemblance dans Le Désert de l’amour : « Au reste, dix sept ans après avoir surmonté les terribles attaques que vous décrivez si bien, au cours des chapitres IX et X, il n’y a guère d’apparence que je puisse être encore du monde » ; Jean-Paul, L’Enfant chargé de chaînes, dénonce le côté versatile de l’auteur : « Cette préface à la nouvelle édition illustrée de ton premier roman ! C’est donc vrai ? Tu trouves que nous étions ridicules ? […] Quel vilain reniement, François ! Prends garde, tu vieillis, tu glisses à cette tiédeur vomie par l’Evangile… » ; l’abbé, quant à lui, s’en prend aux fins de roman parfois hasardeuses : « Par bonheur, vous ne saviez pas trop comment terminer La Chair et le sang. Vous n’étiez pas encore bien, à l’époque, en possession de votre métier de conteur. Vous m’avez donc laissé en plan » ; Noémi et Fernand ne semblent pas comprendre pourquoi le sort s’acharne sur eux : « Vous me reconnaissez bien, n’est ce pas ? Noémi d’Artiailh, à qui vous avez, par je ne sais quel sadisme, fait épouser cet horrible Jean Péloueyre » et Fernand, jeune veuf, de renchérir : « Me faire ça, à moi […] Et, en plus de ça, me faire soupçonner ma mère d’avoir laissé mourir Mathilde !... Non ! c’est trop ! ». Enfin, lorsqu’il fait intervenir Noémi d’Artiailh du Baiser au lépreux on voit qu’un choix délibéré a été fait d’avoir privilégié la Noémi du dernier chapitre142 puisque son discours est à la fois vulgaire et cruel : « Sérieusement, vous avez cru que je resterais fidèle à la mémoire de ce … de ce « lépreux » ? Alors, à quoi servirait « tout ça ? » fit-elle avec un clin d’yeux d’une indécence pénible […] Mais le soir, le bois de pins, avec sa bonne odeur de résine, fait l’alcôve rêvée. Qui donc m’y verrait avec mon petit docteur ? Et au moins, c’est un homme, celui là… Elle se mit à rire »143. Le principal atout de ce parti pris est qu’il permet de pointer directement du doigt l’incohérence mauriacienne elle-même et l’écart flagrant qui existe entre la Noémi première version et la Noémi du dernier chapitre. Qui mieux en effet que les êtres de fiction pour se faire l’avocat du diable ?

Entre hommage et outrage, la nécessité d’un juste milieu

  • 144 Jean-Louis Curtis y explique à propos du pastiche qu’il constitue « l’achèvement naturel d’une étud (...)

63Ce que l’on peut noter tout d’abord, c’est une difficulté à distinguer clairement l’imitation de la parodie. Par détournement ou grossissement, le pastiche, la parodie ou le travestissement burlesque tournent tous en dérision leur hypotexte et son auteur. Or, malgré les traits ou effets communs, le pastiche gagne à être séparé de ces pratiques limitrophes, même si les performances concrètes mélangent parfois les genres. L’imitateur s’efforce de restituer, quitte à l’exagérer, la configuration des thèmes et des choix formels. Ainsi, les thèmes mauriaciens les plus souvent repris sont évidemment les plus représentatifs de cet auteur mais il ne faut pas oublier que l’excès est le maître mot des pasticheurs, c’est pourquoi lire des pastiches Mauriac équivaut à le découvrir à travers un prisme particulièrement déformant. De la forgerie parfaite à la grossière caricature, le pastiche confirme son statut de pratique ambiguë, toujours prise entre l’hommage et l’outrage144 , contestant et confirmant d’un même geste l’originalité d’un style.

Haut de page

Bibliographie

Pastiches-Mauriac

Curtis Jean-Louis (1950), « Thérèse au Tabou », (précédé de l’article critique « Le Monde de ce prince » pp. 129-152), dans Haute Ecole, René Julliard, Paris, pp. 153-161.

Gandon Yves (1930), « François Mauriac en proie aux ombres », dans Mascarades littéraires, M. P. Trémois, Paris, pp. 69-83.

Gandon Yves (1936), « La page arrachée au Mystère Frontenac », dans Usage de faux, Sorlot, Paris, pp. 52-58.

Laurent Jacques et Claude Martine (1952), « Le souffle au cœur », Dix perles de culture, Gallimard, Paris, pp. 233-248.

Masson Georges Armand (1949), « Le panier de crabes », dans A la façon de…, Pierre Ducray, Paris, pp. 122-125.

Ritter Raymond (1933), « La toile d’araignée », dans Radio-Parnasse, Albin Michel, Paris, pp. 123-148.

Scipion Robert (1946), « Le Mystère Maurianac », dans Prête moi ta plume, Gallimard, Paris, pp. 25-36.

Œuvres de référence

Le Baiser au lépreux (1922), Bernard Grasset, Paris. Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, Paris, collection Mauriac, Œuvres romanesques et théâtrales complètes, tome I, pp. 445-499.

Le dernier chapitre du Baiser au lépreux, Bibliothèque de La Pléiade, tome II, pp. 533-544.

Le Fleuve de feu (1923), Bernard Grasset, Paris. Bibliothèque de La Pléiade, tome I, pp. 501-579.

Génitrix (1924), Bernard Grasset, Paris. Bibliothèque de La Pléiade, tome I, pp. 581-644.

Le Désert de l’amour (1925), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome I, pp. 735-862.

Thérèse Desqueyroux (1927), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome II, pp. 15-106.

Le Mystère Frontenac (1933), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome II, pp. 545-673.

La Fin de la nuit (1935), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome III, pp. 75-211.

Les Anges noirs (1936), Bernard Grasset, Paris , Bibliothèque de La Pléiade, tome III, pp. 213-367.

La Pharisienne (1941), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome III, pp. 707-881.

L’Agneau (1954), Flammarion, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome IV, pp. 455-570.

Ouvrages biographiques

La Vie et la mort d’un poète (1924), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, collection Mauriac, Œuvres autobiographiques, pp. 1-62.

Souffrances et Bonheur du chrétien (1931), Bernard Grasset, Paris. Bibliothèque de La Pléiade, pp. 111-165.

Commencements d’une vie (1932), Bernard Grasset, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, pp. 63-110.

Mémoires intérieurs, Flammarion, Paris 1959, Bibliothèque de La Pléiade, pp. 367-563.

Ouvrages critiques

Le Roman (1928), L’Artisan du livre, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, collection Mauriac, Œuvres romanesques et théâtrales complètes, tome II, pp. 749-773.

Dieu et Mammon (1929), Les Editions du siècle, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome II, pp. 775-831.

Le Romancier et ses personnages (1933), Corrêa, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, tome II, pp. 837-880.

« La technique du cageot » (1956), dans Le Figaro Littéraire du 28 juillet. Genette Gérard (1982), Palimpsestes, Le Seuil, Paris.

Touzot Jean (1985), « L’Herne François Mauriac », Les Cahiers de l’Herne, n° 48, sous la direction de Constantin Tacou, l’Herne/Fayard, Paris.

Haut de page

Notes

1 Paul Reboux, dans Léon Deffoux : Le Pastiche littéraire (Delagrave, Paris, 1932), p. 9.

2 La troisième condition (« L’obligation de composer une histoire gaie par elle- même, et capable de divertir, indépendamment de l’auteur imité » ; ibidem), échappant aux problèmes de l’imitation, apparaît spécifique aux duettistes d’A la manière de…, Paul Reboux et Charles Müller.

3 Paul Reboux dans préface pour Georges-Armand Masson : A la façon de (1949), pp. 8-12.

4 Dans Mes Mémoires (Haussman, Paris, 1956, p. 186), Reboux apporte une précision dont la fin est pleine de saveur : « Inutile d’essayer de pasticher les auteurs impersonnels ou les auteurs parfaits ». Sur l’idéologie du style chez ce pastiche, voir Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, Paris, 1982, pp. 127-128.

5 Nous adoptons ici la terminologie de Gérard Genette dans Palimpsestes, p. 7 où il est question d’un « texte d’origine », base de l’imitation.

6 On trouvera les références bibliographiques complètes à la fin de l’article.

7 L’on entend par stylème, unité de style, c’est-à-dire marque visible et quantifiable permettant de définir dans sa globalité le style d’un auteur quelconque.

8 François Mitterrand, L’Herne François Mauriac, « Deux hommes politiques parlent de Mauriac », p. 373.

9 Le dernier de cette liste est un bel exemple de signature indirecte, qui vaut un contrat de pastiche (« ici, on imite Mauriac »).

10 Ainsi, l’on trouve dans L’Agneau, venant des matelas « odeur de souris morte », couplé à une « table de nuit entrouverte [qui] avait une haleine » (chap. II, p. 490), le tout rappelant cette « chambre fétide [asphyxiée] par l’odeur de fumée et d’urine » déjà vue dans Les Anges Noirs (épilogue, p. 361).

11 Le bien nommé Fleuve de feu, par exemple, fait mention des « flancs vivants de la montagne [qui] épandaient l’animale odeur des châtaigneraies quand elles fleurissent » (chap. I, p. 503).

12 L’on peut d’ores et déjà remarquer à l’aide du graissage, un certain retour de vocables dans les pastiches.

13 C’est ainsi que dans Le Baiser au lépreux, l’on ne peut échapper à l’image récurrente de Noémi qui « imprègne de son odeur de jeune fille […] un jour fauve de juillet » toutes les pièces qu’elle traverse (chap. III, p. 460).

14 Voir à ce propos l’attention particulière du narrateur mauriacien maintes fois portée sur la chaste Noémi dont le « cou, [la] douce gorge luisaient de moiteur » (Ibid., chap. II, p. 455, également pp. 463 et 475).

15 Dans Le Désert de l’amour, par exemple, la danse prend l’aspect d’un simulacre de messe noire : « Comme le jazz reprenait haleine, les hommes se détachèrent des femmes et ils battaient des mains, puis les tendaient vers les nègres, avec le geste des suppliants — comme si leur vie eût dépendu de ce vacarme » (chap. XI, p. 847).

16 Voir à ce propos La Pharisienne et Destins.

17 Dans La Pharisienne, par exemple, l’abbé Calou qui veille sur Jean de Mirbel est décrit comme un homme qui doit, en permanence, contrôler sa colère destructrice et il est également question chez lui de « la passion la plus criminelle », avec tous les sous-entendus que le terme peut comporter (chap. XIV, p. 859).

18 « Il y a souvent un vice jugulé, dominé à la source de vies admirables » dira Mauriac dans Dieu et Mammon, chap. V, p. 819.

19 On retrouve ici également le thème de l’impuissance masculine, extrêmement présent dans l’œuvre d’origine, mais non exploité dans cette étude, faute d’éléments suffisants dans les pastiches étudiés.

20 Voir à ce sujet les critiques de l’époque : l’abbé Calvet parle d’un « nouveau sensualisme trempé d’eau bénite » (D’une critique catholique, SPES, 1927, p. 234) ; Louis de Mondanon souligne un « assez bizarre amalgame de christianisme et de romantisme » (Etudes du 20 mars 1921, p. 635) ; quant à Billy, il n’hésite pas attribuer à Mauriac le titre de « romancier du crucifix dans la jarretière » (L’Europe centrale, 16 avril 1927, in Cahiers de Malagar, p. 63). Dans LMM, la scène de la prière entre les deux adolescents reprend cet ensemble de critiques à travers un exemple on ne peut plus éclairant : « Les prières étouffées et désordonnées qui gonflaient son âme égarée s’échappent d’elle, et Pierre se sent frissonner jusqu’au plus profond de sa chair, atteint par la grandeur communicative de la prière »…

21 Dans Le Baiser au lépreux, par exemple, il est fait mention de « la fraîcheur de la nef qui saisit, ce froid de fosse fraîchement ouverte qui étreint les corps vivants » (chap. XIII, p. 488).

22 Gérard Genette, Palimpsestes, p. 107.

23 Paul Croc notera ainsi sur l’ensemble de l’œuvre de Mauriac qu’elle « pourrait porter le titre que lui-même suggère pour son roman Galigaï : le désir et le dégoût » (L’Herne François Mauriac « Mauriac et Freud », p. 226 et postface Galigaï, Pléiade IV, p. 450).

24 Cette appellation de « romancier régionaliste », nous la devons à François Mitterrand dans son entretien avec Alain Duhamel (Ma part de vérité, Arthème Fayard, 1969).

25 La ville de Bourrideys apparaît en mention dans Le Fleuve de feu, chap. I, p. 505

26 Ces exemples sont d’autant plus éclairants qu’ils ont le mérite d’associer la figure de style au motif du pin, étudié peu avant dans l’analyse.

27 Le Fleuve de feu, dont le titre est déjà éclairant, fait par exemple mention des « délices douloureuses » parlant des tourments de la passion (chap. I, p. 509).

28 Cette expression apparaît dans Le Mystère Frontenac, 1ère partie, chapitre I, p. 550, parlant de Blanche Frontenac, « une mère que ses petits dévorent vivante ».

29 « Je protège mon fils contre les égarements de son âge. C’est mon devoir. Je n’agis pas par jalousie ».

30 D’ailleurs, comme pour nous mettre sur la piste de ces références, les noms dans le pastiche ne sont pas choisis au hasard puisque l’adolescent se nomme Bob et la femme Mathilde.

31 Voir à ce propos M. Jérôme dans Le Baiser au lépreux, Symphorien Desbats dans Les Anges Noirs et Brigitte Pian dans l’Agneau.

32 « Autour de lui, dans l’étrange moiteur de l’église, quelques vieilles sont enracinées, en train de prier pour les âmes, semblables à ces chênes noirs et rabougris qui parsèment la lande » et à la fin du texte « l’ombre rabougrie d’un pin qui s’étend sur eux semble protéger leur étreinte, ombre noire et rabougrie qui ressemble à l’abbé Cuzenave ».

33 Concernant Noémi, il est dit qu‘« épuisée […] elle dût enserrer un chêne rabougri […] — un chêne noir qui ressemblait à Jean Péloueyre » (Le Baiser au lépreux, fin de la version de septembre 1921, chap. XVI, p. 499).

34 Formant un amalgame entre le Raymond Courrèges du Désert de l’amour et le Jean Péloueyre du Baiser au lépreux.

35 On peut à ce titre citer les reprises suivantes : « Raymond avait toujours souhaité revoir cette Thérèse Desqueyroux » // « Pendant des années, Raymond Courrèges avait nourri l’espoir de retrouver sur sa route cette Maria Cross » (Le Désert de l’amour, chap. I, p. 737) ; « sous l’ombre du chapeau cloche qui dissimulait tout le haut du visage, les lèvres minces, décolorées remuaient » // « cette femme entra : un chapeau cloche supprimait le haut du visage » (Ibid. p. 740).

36 « Il souriait, de ce sourire désarmé, puéril et tendre qui faisait dire aux dames en visite chez sa mère… » // « Elle regarda Bernard, eut ce sourire qui autrefois faisait dire aux dames de la lande »… (Thérèse Desqueyroux, chap. XIII, p. 105). Concernant la phrase « Thérèse a la propriété dans le sang », elle est directement reprise de l’œuvre éponyme (Thérèse Desqueyroux, chap. VI, p. 55).

37 François Mauriac, La Fin de la nuit, chap. VII, p. 144.

38 On trouve dans cette œuvre la réplique : « sale gosse que vous êtes » (Le Désert de l’amour, chap. IX, p. 824).

39 Lorsque Jean se retrouve dans la chambre du fils Pieuchon devant des ouvrages tels que « Aphrodite, L’Orgie latine, Le Jardin des supplices, Le Journal d’une femme de chambre et les Morceaux choisis de Nietzsche » (Le Baiser au lépreux, chap. I, p. 449).

40 Chez le grand oncle Louprat de la Sesque, tuteur de Daniel, on peut en effet découvrir « Cazanova, Restif de la Bretonne, le marquis de Sade […et] dans le coin des philosophes […] Les Facéties de Voltaire, Le Testament du curé Meslier, L’Alcoran des cordeliers, Les Jésuites criminels, L’Histoire des flagellants » (Le Fleuve de feu, chap. I, p. 508).

41 On peut également y voir une référence à ces multiples vieillards mauriaciens fragiles du cœur, tels le Symphorien Desbats des Anges Noirs.

42 Mathilde et Irène, lors de leurs agonies respectives d’incroyantes, dans leurs délires, rejoignent tout de même Dieu juste avant de rendre le dernier souffle. A noter également que la mention de « la séquestrée » dans le pastiche rappelle l’histoire de Thérèse Desqueyroux après son acquittement.

43 « Une fois de plus, elle évoquait avec terreur ce passage de l’Apocalypse qui l’avait si profondément frappée, jadis […] Il vit un panier de crabes qui sortait de la mer ».

44 Ce pastiche reprend également le thème de la cruauté, que l’on peut retrouver entre autres, dans Le Baiser au lépreux lorsqu’à la fin Noémi fait face à son beau- père, M. Jérôme : « Noémi était déchaînée […et] se vautrait dans la pensée mauvaise » (Le dernier chapitre du Baiser au lépreux, pp. 537 et 540).

45 On peut citer comme exergue mauriacien : « L’Amour infiniment tendre qui m’a fait le don du malheur… « (Simone Weil pour l’Agneau) ou « Tout ce qui est au monde est concupiscence de la chair, ou concupiscence des vœux, ou orgueil de la vie » (Saint Jean, 1ère Epître 2-16, pour Le Fleuve de feu).

46 A noter ici également une référence oblique à l’œuvre de Stendhal, Le Rouge et le Noir.

47 Liste récapitulative des titres d’ouvrages de Mauriac mentionnés : Le Fleuve de feu, L’Enfant chargé de chaînes, Le Désert de l’amour, Les Anges Noirs, La Fin de la nuit, Ce qui était perdu, Destin, Le Nœud de vipères, La Robe prétexte, Les Chemins de la mer.

48 « Je vous empoisonne. Ce mot à peine prononcé, elle sentit ses joues devenir brûlantes » (La Fin de la nuit, chap. VII, pp. 151-152).

49 L’on désigne par cette appellation le texte d’imitation, à savoir ici, le pastiche.

50 Mais l’on peut ici se poser la question de savoir de quel auteur il s’agit en vérité : François Mauriac, Raymond Ritter (LTA) ou Georges-Armand Masson (LPC) ?

51 Ceci achève de créer la confusion, puisqu’ici ce « même auteur » est en réalité le double pastichiel de François Mauriac, auteur authentique du dit Préséances.

52 François Mauriac, Commencement d’une vie, chap. I, p. 70 et Le Baiser au lépreux, chap. VI, p. 468.

53 Comme un clin d’œil appuyé, cet acte sera ensuite qualifié dans le pastiche de profondément « saugrenu ».

54 Lorsque Mauriac explique qu’il faut lire ses œuvres « sous les lunettes de Freud » (Mémoires Intérieurs, chap. I, p. 369) ou lorsqu’il fait référence à Marcel Proust, dans Le Roman par exemple, chap. V, p. 761.

55 « Un enfant espion (…) qui captait, enregistrait, retenait à son insu la vie de tous les jours dans sa complexité obscure », François Mauriac, Le Romancier et ses personnages, chap. I, p. 841.

56 François Mauriac, Souvenirs retrouvés, (Fayard INA, 1981), 13ème entretien, p. 88, pastichant le fameux adage flaubertien « Emma Bovary, c’est moi ».

57 « Je me replonge dans Baudelaire, le poète que j’ai lu avec le plus de passion durant toute ma jeunesse », François Mauriac, Bloc Notes, 1957, in Mauriac et le symbolisme, (L’Esprit du temps, 2000, p. 61).

58 C’est en effet Maurice Barrès qui a tracé la voie de Mauriac en aidant à la publication de son premier recueil poétique, Les Mains jointes, en 1909.

59 Cette phrase reprend la querelle littéraire avec Jean-Paul Sartre, tout en faisant une référence explicite à l’ouvrage Dieu et Mammon et à une citation parlant du « démon de la littérature » dans La Pharisienne (chap. III, p. 736).

60 Voir à ce propos la critique de Roger Martin du Gard : « Pour un vieil incroyant de mon genre, claquer d’une embolie avec un Mauriac entre les mains, voilà qui aurait permis quelques commentaires rassurants aux esprits charitables qui se plaisent à interpréter de façon édifiante le dernier geste des agonisants ! » (L’Herne François Mauriac, lettre du 24 août 1954, p. 210).

61 Gérard Genette, Palimpsestes, p. 40.

62 C'est-à-dire équivalent à la partie pour le tout.

63 Marcel Proust, analysant sa pratique du pastiche, dira « Je trouve aberrant extrêmement Renan. Je ne crois pas que Renan ait jamais employé le mot. Si je le trouvais dans son œuvre, cela diminuerait ma satisfaction de l’avoir inventé » (lettre à Robert Dreyfus, 23 mars 1908).

64 On trouve, pêle-mêle, « odeur âcre et moisie », « ombre moisie », « soirée atroce », « nuit atroce », « climat salutaire » et « atmosphère salutaire ».

65 Dans le même pastiche, un autre phénomène analogue peut être relevé : l’auteur commence en effet deux phrases contiguës par « Ainsi donc… » pour revenir au temps présent de la narration (« Ainsi donc la duchesse de Lanlaire et Opium n’avaient été pour lui… » / « Ainsi donc une erreur passagère l’empêcherait toujours de… »).

66 Nous adoptons ici la terminologie de Gérard Genette dans Palimpsestes.

67 Enclume, légume ou englué ? Dans tous les cas, la connotation péjorative accentue l’aspect comique, voire ridicule, du personnage religieux.

68 Nom que l’on ne peut s’empêcher de rattacher à l’expression familière « s’envoyer en l’air ».

69 On peut peut-être ici émettre l’hypothèse d’une certaine moquerie directement inspirée par certains noms réellement mauriaciens, et eux-mêmes déjà connotés, tels Alain Forcas (le prêtre « forçat » des Anges Noirs), Daniel Trasis (l’« amoureux transi » du Fleuve de feu), Xavier Dartigelongue (le prêtre non prude de L’Agneau) ou Octavie Tronche (jeune femme disgracieuse dans La Pharisienne).

70 À noter, le double intérêt de cette homonymie à tendance satanique, puisqu’elle répond également à la vision manichéenne des établissements de débauche que nous avons étudiée peu avant.

71 Avec toujours ce fameux suffixe en –ac.

72 Prêt de chez vous ou insulte cachée qui ferait fi de la lettre [I] ?

73 C’est là que le côté insidieux du pasticheur trouve toute sa place : ce nom peut paraître parodique à première vue (au même titre que le « Gastounet » dans LPC), mais il s’agit du nom réel d’une commune de Gironde…

74 Ici, la dimension parodique ne fait, par contre, plus aucun doute.

75 Les jeux de mots sont ici multiples, avec cette référence au bronze d’art, ce jeu sur les sonorités « mol / avachie » qui désignent la reine, elle-même molle et certainement avachie tandis qu’elle fait « son cinéma ».

76 Sempiternels retards ferroviaires ou vieille horloge déréglée ?

77 A remarquer ici, le double intérêt de ce processus, par l’imitation du ton oralisé chez Mauriac et par le jeu paronymique sur « Minuit, l’heure du crime ».

78 Dans le même pastiche, on trouve, du même acabit, l’hyperbole suivante : « son regard erra sur les photographies, fixées au mur et que dévoraient des punaises ».

79 Nous restons ici dans le même registre que celui adopté par nos pastiches…

80 Ce jeu de mots politique et économique est ici fameux par ce « ramollissement à droite », cette « inflation à gauche » (au lieu de l’attendue « inflammation »), pour terminer en beauté par ce « point de côté » mais « au centre »…

81 L’on peut préciser ici que Pierre l’Hermite est un auteur chrétien faisant référence aux croisades, mais ce qui est plus intéressant est ce jeu animalier sur « sardine / moule / Bernard l’[h]ermite / cafard » (à noter l’expression détournée « avoir le cafard » qui devient ici « faire le cafard »).

82 On trouve en effet dans ce pastiche : « forêts de pins », « au milieu des pins », « dur tapis d’aiguilles de pins », « dur bois de pin du confessionnal », « au milieu des aiguilles de pins », « l’ombre rabougrie d’un pin »…

83 Il y a ici un jeu sur l’homonymie : « bois dépeint » équivaut à « bois des pins » et la boucle est bouclée…

84 Le jeu est multiple : référence d’abord à l’impuissance masculine par la métaphore « boutiquiers rassis » (rapport au pain), le miracle biblique est devenu un miracle mauriacien (la « multiplication des pins ») et la parabole de la faim et de la soif est prosaïquement ramenée à la bonne chaire.

85 On ne peut s’empêcher après cela de penser immédiatement à du « pain dur ». On peut noter également, comme pour le vocable étudié, la reprise systématique de l’adjectif « dur » dans les expressions « souffle rauque et dur », « sifflement dur », « ses genoux durs », « les mains dures ».

86 A noter la référence à « la fille aînée de l’Eglise », nom communément donné à la France.

87 Dans Le Baiser au lépreux, par exemple, Jean Péloueyre est un « cloporte » (chap. I, 452), une « larve » (chap. III, p. 461), un « grillon éperdu » (chap. III, pp. 461 et 464), « plus hideux qu’un ver » (chap. V, p. 466) et un « triste faune » (chap. X, p. 475).

88 On reprend ici l’appellation graissée en note et donnée à Jean Peloueyre dans Le Baiser au lépreux.

89 Peut-on aller jusqu’à considérer Thérèse comme une « vieille chouette » ? La question est posée…

90 L’expression apparaît d’ailleurs dans Le Baiser au lépreux (« ses regards de chien battu », chap. I, p. 450 et « des yeux de chien battu », chap. IX, p. 473).

91 Le jeu homonymique sur « Beauceronne », femelle du chien Beauceron, est ici subtil puisqu’il ajoute à la connotation péjorative du personnage décrit.

92 Dans le pastiche, pour achever l’amalgame, l’adjectif « robuste » est également choisi pour désigner Pierre.

93 Cette reprise de détails peu ragoûtants rappelle certaines éructations qui apparaissent soudainement au milieu d’une description, comme dans Le Mystère Frontenac, 1ère partie, chap. II, p. 553 (« Voyait-il la nourriture qui retombait de cette bouche horrible ? Entendait-il ces éructations ? »).

94 Ainsi, Mathilde « se souvient tout à coup de la prière qu’elle a oublié de réciter. Il faudrait se relever, se mettre à genoux. Elle n’en a pas le courage et prononce à la hâte les formules sans en comprendre le sens » (Les Anges Noirs, chap. XII, p. 310) ou Noémi qui « à peine capable de méditation […] s’attachait surtout aux formules » (Le Baiser au lépreux, chap. XVI, p. 497).

95 Dans le même pastiche, on trouve également « Le Mystère Frontenac se dissolvait comme un os dans l’acide ».

96 La référence à l’univers mauriacien est ici indéniable, mais l’emploi familier et métaphorique de ces « quelques vieilles enracinées et rabougries » donne au tout une coloration parodique évidente.

97 On peut également, suivant cette logique, relever la remarque de Jean-Louis Curtis disant que « la moindre phrase de Mauriac, isolée de son contexte […] est immédiatement identifiée » (Le Monde de ce prince, pp. 146-147). A priori, donc, une page arrachée devrait se confondre avec un apocryphe parfaitement intégré à l’hypotexte.

98 Les Ouled-Nails mentionnés dans le pastiche sont connus pour leur très grande beauté et finesse. Leurs filles sont réputées comme étant particulièrement « soumises », notamment les jeunes filles de douze à dix-huit ans.

99 Ouvrage publié en 1933 et qui prône le modèle de la femme au foyer, soumise à ses enfants et à son mari.

100 On entend par cette appellation tous les indices indiquant clairement au lecteur que nous sommes dans un texte d’imitation en train d’imiter.

101 « Le style n’est nullement un enjolivement […] ce n’est même pas une question de technique, c’est comme la couleur chez les peintres, une qualité de la vision, une révélation de l’univers particulier que chacun de nous voit et que ne voient pas les autres » (Marcel Proust, lettre à Antoine Bibesco, novembre 1912).

102 Nous entendons par hypertexte le texte d’imitation.

103 Ainsi, l’adjectif « grugée » dans LPC prend tout son sens : « Les anges noirs, les anges rouges, l’avaient pompée, grugée, vidée jusqu’au moelles » : s’agit-il ici de nous expliquer ce que fait subir le pastiche à son hypotexte ?

104 Cette réflexion est corroborée par le fait que Mauriac a lui-même une très mauvaise opinion à propos du pastiche, auquel il accorde peu de crédit, car selon lui, « Tel est le mystère de la technique romanesque : elle doit rester le secret de celui qui l’invente et elle ne peut servir qu’une fois […] Un style, dès qu’il existe, est unique et irremplaçable […] Le génie romanesque se manifeste dans la découverte du monde dont le romancier détient la clef, mais lui seul a le droit de s’en servir » (François Mauriac, La Technique du cageot, Le Figaro Littéraire du 28 juillet 1956).

105 « Certaines de vos intonations fleurent la vigne » (TAT) / « Le pus de l’opulente chartronnaise ne fleurait pas moins mauvais » (LTA).

106 « Les grands pieds d’une de ses visiteuses » (LTA) / « Sa fille aînée qui, à seize ans, chausserait du quarante et un » (LPMF).

107 L’on voit en effet apparaît « le souffle rauque »(LPC), « il respirait de manière plus rauque » (LMM) et une « voix rauque » (TAT) ; LTA utilise l’adjectif « lymphatique » à deux reprises, de « fortes mains rouges de paysan », des « gamines rougeaudes » et « le rauque hululement », tandis qu’on retrouve dans FMPO « un jeune abbé […] à la figure rougeaude » et une « femme lymphatique » (LPMF) ; FMPO enfin signale « un visage blafard », comme TAT qui fait mention d’une « femme blafarde ».

108 « Ah ! Ne faîtes pas le bon apôtre ! » (LSC) / « Georges, toujours bon apôtre » (LTA)

109 Réalisant par là même ce que Mauriac n’a jamais réussi : son fantasme de livre unique réunissant l’ensemble de ses personnages.

110 Marcel Proust, lettre à Robert Dreyfus, 18 mars 1908.

111 Jean-Louis Curtis, article critique Le Monde de ce prince, préface, p. 127.

112 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. III, pp. 550-551.

113 « Les Péloueyre regardaient un souffle rider l’eau de la citerne, agitée de têtards autour d’une taupe morte » (Le Baiser au lépreux, chap. I, p. 454).

114 François Mauriac, Génitrix, chap. III, p. 593.

115 « Il commença de courir dans l’herbe autour de l’enfant, de se livrer à une si étrange danse macabre » (Le Fleuve de feu, pp. 536-537).

116 François Mauriac, Les Anges Noirs, chap. XI, p. 303. A noter que ce thème de la chauve-souris apparaît aussi dans Le Baiser au lépreux : « Elle eut peur comme dans une chambre où l’on sait qu’une chauve-souris est entrée et se cache » (chap. III, p. 462).

117 François Mauriac, La Pharisienne, chap. XV, p. 866.

118 Avec ce jeux fameux sur « gale / syphilis »…

119 François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1ère partie, chapitre VI, p. 579.

120 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. II, p. 537.

121 « L’œil sans cils » pour LPMF et « Le gaillard n’a plus de cheveux ni de cils » pour LTA.

122 François Mauriac, Le Fleuve de feu, chap. II, p. 530.

123 Ibid., pp. 518 et 524.

124 François Mauriac, Le Baiser au lépreux, chap. IV, p. 465.

125 On trouve ainsi dans LMM : « lourd buffet de chêne », « lourd destin d’un être », « lourd passé », « plus lourdement encore », « dans la lourde pignada », « une lourde et sauvage odeur », « chaleur épaisse et lourde », « la lourde chaleur du jour », « lourde chaleur de l’été », « chaînes lourdes ».

126 Et dans LPC : « la chambre était saturée d’une âcre odeur de vase et de pénurie », « la chambre saturée d’angoisse », « le silence de nouveau saturait les ténèbres ».

127 « Pierre sortit du presbytère en titubant. Il entra dans la lourde chaleur de l’été » puis c’est au tour de « Geneviève [qui] est sortie du presbytère. Maintenant, elle titube à travers les branches encore saturées par la chaleur du jour ». Le même phénomène se répète ensuite : Geneviève lit du Pascal « à genoux sur un dur tapis d’aiguilles de pins », comme Pierre qui « vient de heurter sa chair frémissante au dur bois de pin du confessionnal ».

128 On retrouve la même situation dans l’Agneau, à travers la remarque de Jean de Mirbel : « Un bain de jeune sang […] Les vieux qui aiment s’entourer de jeunesse, il y a du vampirisme dans leur cas » (chap. VII, p. 521)

129 L’un des meilleurs exemples à ce propos reste celui de la jeune Marie Ransinangue, enfermée au Carmel « exténuée de jeûne, amaigrie, les genoux blessés contre les carreaux » (Le Fleuve de feu, chap. I, p. 65) et dont l’image revient comme un affreux leitmotiv tout au long de l’œuvre.

130 « Tel était le climat salutaire de Maurianac, tel était son mystère qu’il se trouvait désemparé et gauche devant cette fraîche et robuste jeune fille ». Quant à la jeune fille, « elle est en train d’étouffer peu à peu sous l’atmosphère salutaire de Maurianac » : la répétition de l’antithèse ici ne laisse aucun doute sur l’intention ironique du pasticheur.

131 Ce terme de « personnage » met immédiatement à mal l’illusion de la fiction, tout en dévoilant l’envers du décor pastichiel. Une autre occurrence de ce phénomène est visible lorsqu’il est question du « mystère de ce climat si parfaitement maurianacien » : l’homonymie « mauriacien / maurianacien » nous met sur la voie.

132 En témoigne cet exemple de « paysage-prétexte » dans Le Fleuve de feu, lorsqu’il est question des « gémissements d’une scierie proche » (chap. I, p. 508).

133 On pourrait ainsi s’hasarder à dire qu ‘« impuissance et concupiscence sont les deux mamelles du François (Mauriac) ».

134 La scène finale avait été auparavant préparée par les phrases suivantes : « Ils cheminent l’un à côté de l’autre, pénétrés par la chaude volupté des pins et des genêts. Du sable qui a conservé la lourde chaleur du jour leur montent des effluves chargés d’un étrange mystère charnel […] Maintenant, ils unissent leurs prières qui se mélangent aux cris aigus des cigales et vont se perdre au loin dans le chuchotement des pins » : inversion révélatrice, puisque ce sont les cigales qui « crient » et les pins qui « chuchotent », tandis que les personnages, sagement eux, « prient »…

135 Gui Yufang parle de « l’édification religieuse voulue in extremis par Mauriac catholique » (L’Herne François Mauriac, « Mauriac à l’université de Pékin », p. 470). Le meilleur exemple de cette tendance demeure Le Fleuve de feu, roman axé sur le péché de chair qui, tout au long de ses pages, joue avec l’ambiguïté et la connivence, mais qui livre une fin trop édifiante qui cadre mal avec le reste. Jean-Louis Curtis remarque lui aussi ce phénomène : « Je ne suis point, pour ma part, toujours convaincu par ces éclairs rapides de la dernière page, où l’on nous invite à deviner l’intervention de la grâce divine […et qui] rappellent parfois ces figures ailées qui, sur les théâtres antiques, étaient chargées d’enlever vers le ciel un héros dont le poète ne savait plus que faire » (Le Monde de ce prince, p. 141).

136 Dans l’article précédent le pastiche, Jean-Louis Curtis parle de ce phénomène en ces termes : « Chaque fois que l’écrivain s’éloigne de ce qu’il connaît bien […] son coup d’œil est moins juste et le récit n’échappe pas toujours à une légère convention. Les « noceurs » parisiens de Mauriac, il faut bien le dire, ont quelque chose d’un peu pâle, d’un peu stéréotypé » (Le Monde de ce prince, p. 142).

137 Voir note 14.

138 Mauriac, en effet, s’autoproclame volontiers défenseur du roman traditionnel, qui suggère plus qu’il ne montre, qui ne tombe jamais dans la facilité des peintures graveleuses ou à tendance voyeuriste. Pourtant, son sujet de prédilection tourne vite autour d’un certain problème posé par la concupiscence et par ses dérives les plus honteuses (Claude, son propre fils aîné, a lui aussi bien perçu le problème : « Maman et moi lui faisons remarquer que les abominations dont il parle sont vraies, humaines, mais que l’accumulation qu’il en fait est exagérée » (L’Oncle Marcel, 15 septembre 1935, p. 406). D’où l’adoption pratique d’un credo librement inspiré de son père spirituel, Racine : « Unir l’extrême audace à l’extrême pudeur, c’est une question de style » (François Mauriac, Le Roman, chap. VIII, p. 766).

139 A noter tout de même l’ironie cinglante de la situation, puisque le test de virginité est associé au prénom de la Vierge Marie. D’ailleurs, pour poursuivre dans la même optique, un peu plus tard dans le pastiche, on pourra lire « par bonheur, Marie fit une fausse couche ».

140 Ici l’on s’attaque véritablement aux contradictions exprimées par Mauriac tout au long de sa vie sur sa condition d’écrivain : « Le don créateur […] prend sa source dans la part la moins noble, la moins purifiée de [l’]être, dans tout ce qui subsiste en [moi] malgré [moi] » (Le Romancier et ses personnages, p. 850).

141 Expression souvent utilisée dans Dieu et Mammon, chap. V, p. 816 ; dans Le Roman, chap. I, p. 751 et dans La Vie et la mort d’un poète, p. 43.

142 Ce dernier chapitre du Baiser au lépreux a été rédigé dix ans après l’œuvre et met en avant un caractère totalement opposé chez le personnage de Noémi, qui de douce et innocente, devient aigrie et revancharde.

143 Dans Le Baiser au lépreux, première version, le roman se termine sur le chemin de croix de Noémi, qui a définitivement renoncé à la tentation extraconjugale pour rester fidèle à la mémoire de son défunt mari.

144 Jean-Louis Curtis y explique à propos du pastiche qu’il constitue « l’achèvement naturel d’une étude critique » et « un hommage d’admiration » (Le Monde de prince, préface, p. 127). Dans son article précédant TAT, l’hommage ambigu est d’ailleurs présent dès le titre Le Monde de ce prince qui est une reprise du « Prince de ce monde », périphrase fréquemment utilisée par Mauriac (désignant le diable, Les Anges Noirs, prologue, p. 232) mais qui donne aussi une certaine tonalité ironique à l’ensemble puisque parlant d’un auteur catholique. C’est enfin une référence au « monde » mauriacien et à son « prince » c'est-à-dire l’auteur originel, connoté positivement par le vocable employé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Baldissar, « Agnos/tics ou comment douter du style de Mauriac en imitant les tics de Mauriac », Modèles linguistiques [En ligne], 61 | 2010, mis en ligne le 02 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ml.revues.org/193 ; DOI : 10.4000/ml.193

Haut de page

Auteur

Stéphanie Baldissar

Babel, EA 2649

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org