Navigation – Plan du site

Anthologie de textes II (XIXe siècle)

p. 95-116

Notes de l’auteur

Le soulignage en gras est de notre fait.

Texte intégral

1. Abbé de LÉVIZAC (1797)

Emploi des temps et des modes

1Nous avons distingué dans les verbes cinq modes, l’indicatif, le conditionnel, l’impératif, le subjonctif, et l’infinitif ; et nous avons dit que c’était autant de manières de manifester l’affirmation : c’est ce que nous avons à développer dans cet article. […]

2L’indicatif est la manière d’exprimer les différents temps avec affirmation pure et simple, comme j’aime la vertu ; j’ai été fou de la chasse ; je finirai votre affaire, etc. On le nomme indicatif, parce qu’il indique ce qu’on affirme d’une chose, d’une manière directe, positive et indépendante, quel que soit le temps auquel cette affirmation se rapporte […] (p. 79).

3Le conditionnel est la manière d’exprimer l’affirmation avec dépendance d’une condition. Ce mode a deux temps, le présent et le passé. (p. 90) […]

4Le conditionnel passé marque qu’une chose aurait été, dans un temps passé, moyennant certaines conditions ; comme j’aurais dîné avant midi, si l’on n’était pas venu me détourner ; j’eusse dîné avant midi, si l’on ne fût pas venu me détourner. Les deux différentes manières de rendre le conditionnel passé ont une différence qu’on doit connaître. La première marque d’une manière plus précise l’époque où une affaire aurait été entreprise ; et la seconde celle où elle aurait été finie. J’aurais fait signifie je me serais occupé à faire, et j’eusse fait signifie l’affaire serait faite. (p. 91) […]

5L’impératif est une manière de signifier, dans les verbes, outre l’affirmation, l’action de commander, de prier ou d’exhorter. Ce mode n’a qu’un temps, qui marque le présent par rapport à l’action de commander, et un futur par rapport à la chose commandée, comme Faites cela, Ne mentez plus. Ce temps n’a pas de première personne au singulier, parce qu’on ne se commande pas à soi-même ; mais il l’a au pluriel parce que c’est alors autant à soi qu’aux autres qu’on s’adresse […].

6REMARQUE. Il y a des grammairiens qui ne donnent pas à ce mode les troisièmes personnes du singulier et du pluriel parce qu’ils pensent qu’étant toujours précédées de la conjonction que, elles appartiennent véritablement au subjonctif. Ce n’est qu’une ellipse. Qu’il aille, qu’il fasse, sont pour je veux qu’il aille, je désire qu’il fasse. Nous convenons qu’ils sont fondés ; mais néanmoins nous avons inséré ces personnes dans ce mode parce qu’il nous a paru qu’il n’y avait aucun inconvénient à se conformer en cela à l’ancienne manière de conjuguer (p. 92) […].

7Le subjonctif est une manière d’exprimer les divers temps des verbes avec l’affirmation dépendante de quelque chose qui précède. On l’appelle subjonctif ou conjonctif parce qu’on l’emploie presque toujours à la suite de la conjonction que, seule ou précédée d’un verbe et qu’il est tellement subordonné à cet antécédent qu’il ne forme plus un sens complet, du moment qu’il en est séparé. Si je dis, par exemple, je veux que vous alliez à Paris, ces mots vous alliez à Paris dépendent absolument de ceux-ci : je veux que ; et ils ne forment un sens intelligible qu’autant qu’ils y sont joints. Il y a donc deux différences principales entre l’indicatif et le subjonctif ; la première, c’est que le subjonctif n’exprime l’affirmation que d’une manière indirecte et subordonnée à quelques mots qui précèdent, au lieu que l’indicatif l’exprime absolument et indépendamment de tout autre mot qui pourrait précéder : la deuxième, que le subjonctif n’a point de sens déterminé, dès qu’il est séparé de ce qui le précède, au lieu que l’indicatif, s’il se trouve précédé de quelques mots, n’en forme pas moins un sens clair et déterminé, et par conséquent une affirmation directe (p. 95) […].

8RÈGLE. Le verbe de la proposition subordonnée doit se mettre à l’indicatif quand le verbe de la proposition principale exprime l’affirmation d’une manière directe, positive, et indépendante ; mais il doit se mettre au subjonctif quand celui de la proposition principale exprime le doute, la surprise, l’admiration ou l’incertitude, en un mot, quelque mouvement de l’âme qui la tire de son état naturel.

9Ainsi l’on dira je sais qu’il est surpris, je crois qu’il viendra, les nouveaux philosophes disent que la couleur est un sentiment de l’âme, parce que le verbe de la proposition principale n’exprime aucun mouvement de l’âme et que l’affirmation en est directe et positive ; mais on dira je doute qu’il soit surpris, je veux qu’il vienne, je désire qu’il réussisse dans son entreprise, les nouveaux philosophes veulent que la couleur soit un sentiment de l’âme, parce que dans ces phrases il y a doute, surprise, désir, volonté, etc. (p. 97). […].

10Nous verrons, dans le chapitre des conjonctions, celles qui gouvernent l’indicatif, celles qui régissent le subjonctif, et celles qui veulent à leur suite tantôt l’indicatif et tantôt le subjonctif. Il nous suffit d’en avoir fait ici l’observation (p. 98).[…].

11L’infinitif est dans les verbes une manière de signifier sans affirmation, ou de signifier l’affirmation indéfiniment. Il exprime donc l’action ou l’état général et par conséquent il n’est susceptible ni de nombre ni de personnes.

12Nous observerons, relativement à l’infinitif, qu’il est dans le génie de la langue française de préférer ce mode aux autres. En effet, il débarrasse de particules et de petits mots dont l’emploi fréquent rend la construction lâche et traînante. Voilà pourquoi l’on dit de préférence Je viens pour vous voir, ou plus simplement, Je viens vous voir, au lieu de dire Je viens pour que je vous voie.

13Le présent marque toujours un présent relatif au verbe qui précède, comme je le vois venir, je le vis venir, je le verrai venir. […] Pour exprimer un futur relatif au verbe qui précède, il faut joindre l’infinitif du verbe devoir à celui du verbe dont il s’agit, comme je crois devoir suivre cette affaire, je croyais devoir suivre cette affaire. Ce qui est vrai pour tous les verbes, excepté les cinq suivants promettre, espérer, compter, s’attendre, menacer, parce que l’infinitif qui en est précédé désigne toujours un futur ; comme il promet de venir, il s’attend à partir, ce qui signifie il promet qu’il viendra, il s’attend qu’il partira. (p. 19)

14L’art de parler et d’écrire correctement la langue française, ou Grammaire philosophique et littéraire de cette langue, à l’usage des Français et des Étrangers qui désirent en connaître à fond les principes, les beautés et le génie, Paris.

2. LALLEMANT (1802, An XI)

15Les verbes ont trois temps et cinq modes.

16Les trois temps des verbes sont le Passé, le Présent et le Futur. J’ai aimé est le passé ; j’aime est le présent ; j’aimerai est le futur.

17Les cinq modes des verbes représentent chacun des époques différentes. On les appelle : l’Indicatif, le Conditionnel, l’Impératif, le Subjonctif et l’Infinitif. Nous allons les faire mieux connaître.

1° L’INDICATIF. Il sert à exprimer qu’une personne ou une chose a fait, a été, fait ou est, fera ou sera : j’ai chanté, il a parlé ; je chante, il est là ; je chanterai, il restera.

2° Le CONDITIONNEL. Il fait entendre qu’au moyen d’une condition, une chose serait ou aurait été : je le dirais, si j’osais. Je l’aurais dit, si j’avais osé. Je l’eusse dit, si j’y eusse pensé.

3° L’IMPÉRATIF. Il est ainsi appelé de ce que la plupart du temps il a le ton du commandement : lis, prenez patience, qu’elle n’ait pas peur.

4° Le SUBJONCTIF. Il sert à marquer le doute, la crainte, le désir ou la volonté : je crains qu’elle ne tombe, je désire qu’elle arrive, je veux que vous le disiez. Le subjonctif est toujours précédé d’un autre verbe auquel il est lié par les conjonctions que, si, afin que, etc.

5° Enfin l’INFINITIF. Il exprime simplement, et en général, l’action, l’état des personnes et des choses : être, avoir, aimer, danser, lire, apprendre, mûrir sont des infinitifs.

Notions sur la grammaire française, Paris, chez Gérard, An XI (1802)

Petit ouvrage, clair, utile et amusant, mis à la portée de toutes les personnes qui savent simplement lire, et propre à leur faire comprendre, aisément et EN UN SEUL JOUR, les véritables principes de la langue française, suivi de détails fort essentiels sur l’Orthographe, les Accents, la Ponctuation, et la Prononciation : le tout accompagné de citations et d’exemples agréables, et terminé par des moralités, des historiettes, des fables, des contes et des bons mots.

3. Auguste-François ESTARAC (1811)

Modes

  • 1 « Les huit formes que nous avons reconnues jusqu’à présent, en commençant par celles qui expriment (...)

181010. […] si nous examinons attentivement toutes ces formes1 avec leurs inflexions variées, nous nous convaincrons que toutes ces formes, dans toutes les inflexions, expriment une même vue de l’esprit, c’est-à-dire que, dans toutes, notre entendement considère l’action de labourer comme affirmative, quelles que soient d’ailleurs les idées accessoires relatives aux époques, aux personnes et aux nombres : car, dans toutes ces formes et dans toutes leurs inflexions différentes, on affirme qu’on avait labouré, […], qu’on laboure, etc. ; voilà donc un point de vue général, une vue de notre entendement qui convient également et à chacune des huit formes, et à chacune des six inflexions de chaque forme, indépendamment de l’idée fondamentale exprimée par le verbe, et des idées accessoires et relatives aux époques, aux personnes et aux nombres. Ce sont ces points de vue généraux qu’on appelle modes des verbes.

19Les modes des verbes sont donc différents points de vue sous lesquels notre entendement envisage l’action ou la situation exprimée par un verbe, indépendamment des idées accessoires relatives aux époques, aux nombres et aux personnes.

201011. Puisque les huit formes dont nous nous sommes occupés jusqu’à présent expriment toutes une affirmation positive ; dans toutes leurs inflexions, toutes ces formes appartiennent donc à un même mode, qu’on pourrait nommer mode affirmatif, afin d’indiquer par son nom le point de vue de l’esprit qui est commun à toutes les formes de ce mode : on l’appelle néanmoins le plus souvent indicatif.

21Nous verrons dans la suite (1216) que ce sont les formes de ce mode, qui, avec celles du mode conditionnel dont nous allons parler, sont seules propres à exprimer un jugement.

221012. Si je dis : « je labourerais si mes bœufs étaient en état » ; ou bien : « j’aurais labouré, ou j’eusse labouré s’il n’avait pas plu », j’affirme aussi que je suis, ou que je serai, ou que j’eusse été dans la disposition de labourer ; mais cette affirmation n’est point ici positive, absolue, indépendante, comme elle l’est dans les formes de l’affirmatif (1011), puisqu’elle dépend d’une condition, ou d’une supposition, si mes bœufs étaient en état, s’il n’avait pas plu. [Cite quatre vers d’une fable de La Fontaine].

23L’action ou la situation exprimée par le verbe est donc envisagée ici sous un point de vue différent par notre entendement […] : toutes les formes qui annoncent cette vue de l’esprit forment donc un nouveau mode, que nous appellerons conditionnel ou suppositif ; et nous allons analyser les différentes formes de ce mode.

241013. Elles sont en petit nombre, et il nous semble que cela doit être ainsi : car quand on affirme positivement qu’une chose a été, ou qu’elle est, ou qu’elle sera, on peut avoir besoin de distinguer avec une certaine précision des époques plus ou moins éloignées ; et c’est pour cela que l’affirmatif est celui de tous les modes qui a le plus de formes différentes ; mais lorsque l’affirmation est conditionnelle, on n’a pas besoin de distinguer autant d’époques. […].

251017. L’affirmation conditionnelle est donc le caractère distinctif de toutes les formes du conditionnel : nous jugeons utile d’observer que la condition n’est pas toujours explicitement énoncée ; mais elle est sous- entendue. Dans ce vers de La Fontaine, par exemple :

        On ne croirait jamais
Que ce fût la même personne.

26La condition sous-entendue est : si l’on s’en tenait aux apparences. Dans cette phrase : on pourrait dire, etc. aucune condition n’est énoncée ; il y en a néanmoins une de tacitement supposée : on pourrait dire, etc. « si l’on voulait entrer dans les détails », ou « si l’on voulait se défendre », ou « s’il était permis de s’expliquer », ou, etc. selon les circonstances. […]

271019. Quelquefois on n’affirme pas ni positivement, ni moyennant une condition ; mais on ordonne, ou l’on prie de faire l’action, ou de se mettre dans la situation exprimée par un verbe ; ce nouveau point de vue sous lequel notre esprit envisage la chose constitue le mode impératif, ainsi nommé d’un mot latin qui signifie commander. Le commandement ou la demande absolue est donc le point de vue, ou l’accessoire distinctif qui caractérise les formes de l’impératif. Il en a peu, parce que les formes du commandement ne peuvent guère être variées. […]

281020. Cependant, ou l’on commande que la chose se fasse dès l’instant même de l’ordre reçu, comme laboure, qu’il laboure, labourons, labourez, qu’ils labourent, et cette forme a rapport à l’époque actuelle, c’est donc un présent ; ou bien elle exprime une chose qui doit toujours avoir lieu dans tous les instants de notre existence, et c’est encore un présent : Soyons toujours justes. Tenons-nous sur nos gardes. […]

291021. Ou l’on indique une époque avant laquelle on demande que la chose soit faite : ayez labouré tel champ, avant mon retour ; et cette forme exprime un rapport à une époque postérieure ; c’est donc un futur. […]

301022. Aucune des formes de l’impératif n’a de première personne au singulier, parce qu’ordinairement on ne se commande pas à soi-même ; on fait ce que l’on a en vue sans se le commander ; ou bien si l’on commande à soi-même, comme quand on se dit : prends courage, mon ami, on se sert de la seconde personne ; parce qu’alors on se décompose, en quelque sorte, en deux personnes, dont l’une commande et l’autre doit obéir. […]

311024. Quelquefois l’action ou la situation exprimée par un verbe dépend d’un verbe antérieur, énoncé ou sous-entendu, exprimant ou le désir, ou la crainte, ou le doute, ou quelque autre affection de l’âme, comme je doute qu’il laboure, je craignais qu’il ne labourât pas à temps, je désirais qu’il eût labouré avant telle époque, etc. Toutes les formes qui expriment cette vue particulière de l’esprit appartiennent à un autre mode appelé subjonctif, du mot latin subjungere, qui signifie joindre avec une sorte de dépendance. On l’appelle aussi optatif, du mot latin optare, qui signifie désirer, parce que les formes de ce mode expriment souvent le désir que l’on a qu’une chose se fasse, ou qu’elle se fît, ou, etc. […]

321025. Examinons les différentes formes de ce mode. Si je dis : « je doute, ou je désire qu’il laboure dans ce moment » ; « je doute, ou je désire qu’il laboure la semaine prochaine », la forme qu’il laboure, qui est la même dans les deux cas, exprime un présent dans la première proposition, et un futur dans la seconde. […]

33[Estarac identifie deux autres modes : l’infinitif (§ 1031) et l’attributif (participe présent et participe passé, §§ 1032 à 1034) ; ndlr].

341035. Quelquefois on n’affirme ni positivement (1011), ni moyennant une condition (1012, 1017), on ne commande pas (1020), on n’exprime pas le doute ou le désir (1024) relativement à l’action ou à la situation exprimée par un verbe ; on est dans l’ignorance ou dans l’incertitude à cet égard, et l’on questionne pour savoir ce qu’il en est : ce nouveau point de vue forme un nouveau mode que l’on doit naturellement appeler mode interrogatif. Il a les mêmes formes que l’affirmatif et que le conditionnel (1008, 1017), avec cette seule différence que, dans le mode interrogatif, les substantifs personnels se placent après le verbe, au lieu de se mettre devant comme dans les autres modes. […]

35[Au § 1037 Estarac propose une « Récapitulation ». Il identifie sept (7) modes, dans l’ordre suivant : infinitif, attributif, indicatif ou affirmatif, conditionnel ou suppositif, impératif, subjonctif ou optatif, interrogatif, ndlr].

Grammaire générale, pp. 126-148

4. Charles-Pierre GIRAULT-DUVIVIER (1811)

Des modes du verbe

36Le mot mode signifie manière. On a donné ce nom à diverses inflexions du verbe qui servent à exprimer les différentes manières d’affirmer. Il y a cinq modes, qui sont l’Indicatif, le Conditionnel, l’Impératif, le Subjonctif et l’Infinitif.

37L’Indicatif exprime simplement l’affirmation ; comme : Je donne, j’ai donné, je donnerai. On l’appelle indicatif parce qu’il indique l’affirmation d’une manière directe, positive, et non dépendante d’aucun autre mot, quel que soit le temps auquel cette affirmation se rapporte.

(Restaut, p. 224. — Lévizac, p. 87, t. 2)

38Le Conditionnel exprime l’affirmation avec dépendance d’une condition ; Je lirais si j’avais des livres.

39L’Impératif exprime l’affirmation sous la forme du commandement, de l’invitation ou de l’exhortation : Apprends à obéir pour commande aux autres.

40Ce mode n’a point de première personne au singulier, parce que, soit en commandant, soit en exhortant, on ne peut parler à soi-même qu’à la seconde personne, et qu’alors un homme se considère comme étant, en quelque sorte, divisé en deux parties, dont l’une commande à l’autre, la prie et l’exhorte.

(Fromant, supplément à la Gramm. de Port-Royal, p. 190)

41Voici comment s’exprime M. Lemare (p. 105 de son Cours théor., prem. Edition) : « On ne parle que pour communiquer ses pensées. Je puis bien commander à un autre qu’il lise ; c’est de l’énonciation de cet ordre que dépend cette action. Mais si je veux lire, je n’ai pas besoin de me commander par un ordre verbal, un ordre intérieur me suffit.

42Quand je dis lisons, il n’y a toujours que moi qui ordonne, et je n’ordonne que pour que les autres lisent. Si je suis compris dans l’ordre, ce n’est que par honnêteté, par accident.

43Nos Grammairiens disent : L’Impératif n’a point de première personne, parce qu’on ne peut se commander à soi-même. Et pourquoi ne se commanderait-on pas ? Ne dit-on pas tous les jours ; Cet homme sait se commander ; je sais me commander ? Au contraire, il n’y a personne à qui l’on puisse mieux commander qu’à soi-même pour être sûr de l’obéissance. Mais quand on se commande, on n’a pas besoin de se le dire ; on agit, et cela vaut mieux.

44Ainsi, il n’y a pas de première personne, non point parce qu’on ne peut se commander, mais parce qu’il est inutile d’exprimer le commandement » [ici se termine la citation de « M. Lemare » ; ndlr].

45Puisque le commandement ou la prière qui se rapporte à l’Impératif se fait souvent relativement à l’avenir, il arrive de là que ce mode exprime souvent une idée de futurition.

46Le Subjonctif exprime l’affirmation d’une manière subordonnée, et comme dépendante d’un autre verbe, auquel le verbe au subjonctif est toujours lié par le moyen d’une conjonction : Il faut que j’aille ; il fallait que j’écrivisse ; en cas que je chantasse.

47Voilà pourquoi le Subjonctif exprime toujours quelque chose d’incertain.

48L’Infinitif exprime l’affirmation d’une manière indéfinie et indéterminée, et dès lors sans aucun rapport exprimé de nombres ni de personnes ; comme : donner, lire, plaire.

(MM. de Port-Royal, pp. 165 et 175)

49Chacun de ces modes a divers temps ; excepté cependant l’Impératif, qui n’a qu’un temps.

50On trouvera, à l’article [XV] du présent chapitre, ce qu’il est nécessaire de savoir sur les modes, les temps et leur emploi.

Grammaire des grammaires, 7e édition 1830 pp. 495-497

5. Napoléon LANDAIS (1831)

Des modes

51On disait anciennement mœuf au lieu de mode. Le dernier nous paraît moins éloigné de l’analogie de notre langue et son étymologie est plus claire (moveo, je meus ; modus, manière).

52On entend par modes différentes manières de signifier l’existence d’un sujet sous un attribut ; en d’autres termes, les modes consistent en diverses formes que prennent les verbes pour exprimer l’affirmation. Il y a en français cinq modes, qui sont : l’indicatif, le conditionnel, l’impératif, le subjonctif et l’infinitif.

53On remarque dans les langues deux espèces générales de modes ; les uns sont personnels, et les autres impersonnels.

54Les modes personnels sont ceux où le verbe reçoit des terminaisons, par lesquelles il se met en concordance de personne avec le nom ou le pronom qui en exprime le sujet. Nous en comptons quatre de cette espèce ; ce sont l’indicatif, le conditionnel, l’impératif et le subjonctif.

55Les modes impersonnels sont ceux où le verbe ne reçoit aucune terminaison pour être en concordance de personne avec un sujet. Il n’y en a qu’un dans notre langue : c’est l’infinitif. Il est vrai que quelques Grammairiens, qui ont fait du participe une classe à part, ont classé cette subdivision de l’infinitif comme mode impersonnel particulier ; mais ces divisions étant dans le fait peu importantes, nous nous rangerons à l’avis du plus grand nombre des Grammairiens, qui ont raison de n’accepter que cinq modes ou manières de signifier dans les verbes.

56Il n’y a que les modes personnels qui puissent servir à énoncer des propositions, puisque c’est seulement dans ces modes que le verbe s’identifie avec le sujet par la concordance des personnes qui indiquent les relations exclusivement propres au sujet considéré comme sujet. Les modes impersonnels, au contraire, ne peuvent servir à énoncer des propositions, puisqu’ils n’ont pas la forme qui désignerait leur identification avec leur sujet considéré comme tel ; il faut y ajouter quelque chose pour avoir des propositions entières, et spécialement un verbe qui soit à un mode personnel. Par exemple :

57Venger la mort d’un père n’est point une proposition ; rien n’est affirmé ou nié sur aucun sujet ; le sujet tout au plus est énoncé ; il faut donc, pour en faire une proposition, y ajouter un verbe avec un attribut, et dire :

Venger la mort d’un père est toujours légitime (Voltaire)

58Il n’y a point de proposition non plus dans ce vers du même poète :

La Discorde à l’instant entr’ouvrant une nue,

59ce n’est que le sujet de la proposition dont le vers qui suit renferme le verbe et l’attribut :

Sur un char lumineux se présente à sa vue.

60L’infinitif venger, dans le premier exemple, est un mode impersonnel ou indéfini, de même que le participe entr’ouvrant, dans le second. […]

Mode indicatif ou affirmatif

61Puisque les huit formes dont nous nous sommes occupés jusqu’à présent expriment toutes une affirmation positive dans toutes leurs inflexions, toutes ces formes appartiennent donc à un même mode, qu’on pourrait nommer mode affirmatif, afin d’indiquer par son nom le point de vue de l’esprit qui est commun à toutes les formes de ce mode ; on l’appelle néanmoins le plus souvent indicatif.

62Nous verrons dans la suite que ce sont les formes de ce mode qui, avec celles du mode conditionnel […] sont seules propres à exprimer un jugement.

Mode conditionnel

63Si je dis : je labourerais si mes bœufs étaient en état, ou bien : j’aurais labouré, ou j’eusse labouré s’il n’avais pas plu, j’affirme aussi que je suis, ou que je serais, ou que j’eusse été dans la disposition de labourer ; mais cette affirmation n’est point ici positive, absolue, indépendante, comme elle l’est dans les formes de l’affirmatif, puisqu’ici elle dépend d’une condition ou d’une supposition : si mes bœufs étaient en état ; s’il n’avait pas plu.

64L’action ou la situation exprimée par le verbe est donc envisagée ici sous un point de vue différent par notre entendement ; ce n’est plus une affirmation absolue, indépendante ; ce n’est qu’une affirmation conditionnelle, dépendante d’une supposition. Toutes les formes qui annoncent cette vue de l’esprit forment donc un nouveau mode que nous appellerons conditionnel ; et nous allons analyser les différentes formes de ce mode.

65Elles sont en petit nombre, et il nous semble que cela doit être ainsi ; car quand on affirme positivement qu’une chose a été, ou qu’elle est, ou qu’elle sera, on peut avoir besoin de distinguer avec une certaine précision des époques plus ou moins éloignées ; et c’est pour cela que l’affirmatif est celui de tous les modes qui a le plus de formes différentes ; mais lorsque l’affirmation est conditionnelle, on n’a pas besoin de distinguer autant d’époques. […]

Du mode impératif

66Quelquefois on n’affirme ni positivement, ni moyennant une condition ; mais on ordonne, ou l’on prie de faire l’action, ou de se mettre dans la situation exprimée par un verbe ; ce nouveau point de vue sous lequel notre esprit envisage la chose constitue le mode impératif, ainsi nommé d’un mot latin signifiant qui commande. Le commandement ou la demande absolue est donc le point de vue, ou l’accessoire distinctif qui caractérise les formes de l’impératif. Il en a peu, parce que les formes du commandement ne peuvent guère être variées.

67Cependant, ou l’on commande que la chose se fasse dès l’instant même de l’ordre reçu, comme : laboure, qu’il laboure, labourons, labourez, qu’ils labourent, et cette forme a rapport à l’époque actuelle, c’est donc un présent ; ou bien elle exprime une chose qui doit toujours avoir lieu dans tous les instants de notre existence, et c’est encore un présent : soyons toujours justes ; tenons-nous sur nos gardes.

68Ou l’on indique une époque avant laquelle on demande que la chose soit faite : aie labouré tel champ avant mon retour ; et cette forme exprime un rapport à une époque postérieure ; c’est donc un futur. La même forme exprime aussi bien un passé relativement à cette époque future que l’on indique ; car je demande que tel champ soit labouré avant mon retour […] ; mais, comme l’impératif n’a pas d’autre forme, nous l’appellerons simplement futur de l’impératif.

69Aucune des formes de l’impératif n’a de première personne au singulier, parce qu’ordinairement on ne se commande pas à soi-même ; on fait ce que l’on a en vue sans se le commander : ou bien si l’on commande à soi- même, comme quand on se dit : prends courage, mon ami, on se sert de la seconde personne, parce qu’alors on se décompose, en quelque sorte, en deux personnes, dont l’une commande et l’autre doit obéir.

70Les troisièmes personnes des deux formes de l’impératif sont précédées de la conjonction que, parce qu’elles sont empruntées du subjonctif […] et qu’on les suppose toujours précédées des mots je veux ou j’ordonne. […] Le commandement ne peut guère se transmettre à la troisième personne que par l’intermédiaire d’un tiers qui le reçoit directement pour le transmettre : dites-lui qu’il m’apporte mes livres […] ; qu’il m’apporte est indifféremment à l’impératif ou au subjonctif. Cette forme dépend toujours d’un verbe précédent, exprimé ou sous-entendu, comme toutes celles du subjonctif. Il en est de même de : qu’il laboure, qu’il ait labouré, qu’ils aient labouré ; et voilà pourquoi les troisièmes personnes des deux formes de l’impératif, tant au singulier qu’au pluriel, sont toujours précédées de la conjonction que.

Mode subjonctif

71Quelquefois l’action ou la situation exprimée par un verbe dépend d’un verbe antérieur, énoncé ou sous-entendu, exprimant ou le désir, ou la crainte, ou le doute, ou quelque autre affection de l’âme, comme : je doute qu’il laboure ; je craignais qu’il ne labourât pas à temps ; je désirais qu’il eût labouré avant telle époque, etc. Toutes les formes qui expriment cette vue particulière de l’esprit appartiennent à un autre mode appelé subjonctif, formé du mot latin subjungere, qui signifie : joindre avec une sorte de dépendance. On l’appelle aussi optatif, fait du mot latin optare, qui signifie désirer, parce que les formes de ce mode expriment souvent le désir que l’on a qu’une chose se fasse, ou qu’elle se fît, ou, etc. […].

Présent et futur

72Si je dis : je doute, ou je désire qu’il laboure dans ce moment ; je doute, ou je désire qu’il laboure la semaine prochaine ; la forme qu’il laboure, qui est la même dans les deux cas, exprime un présent dans la première proposition, et un futur dans la seconde. De même à ces deux questions : laboure-t-il ? labourera-t-il ? dont la première appartient au présent, et la seconde à l’avenir, on peut résoudre également : je doute, ou je ne crois pas qu’il laboure. Conséquemment cette forme est tout à la fois un présent et un futur ; nous l’appellerons donc présent et futur du subjonctif. […]

Mode infinitif

73Chaque verbe, excepté le modificatif commun être, exprime l’existence, réelle ou intellectuelle d’un sujet avec une modification déterminée. Si, par abstraction, par une vue particulière de l’esprit, on envisage comme un être déterminé cette existence d’un sujet quelconque sous une relation à telle modification, le verbe est au mode appelé infinitif. Il exprime alors une action ou un état sans aucune idée accessoire, c’est-à-dire sans aucun rapport ni aux temps, ni aux nombres, ni aux personnes. Labourer [signifie] simplement […] exister [ = être] avec la modification de labourer […] sans exprimer si c’est moi ou un autre, un seul ou plusieurs, à présent, ou dans le temps passé ou futur […].

Grammaire générale des grammaires françaises,6e édition, 1850,pp. 319-322

6. Louis-Nicolas BESCHERELLE (1852)

[Préface de Philarète Chasles]

74« L’ouvrage de MM. Bescherelle est neuf en ce qu’il n’établit pas de théories ; il montre le génie de la langue se développant sous la main de nos grands hommes. Les Bossuet et les Pascal, instituteurs que ces messieurs appellent à leur aide, valent bien les Beauzée et les Court de Gébelin. […] Sous la forme d’une compilation et sans afficher de hautes prétentions philosophiques, c’est l’œuvre la plus philosophique et la plus rationnelle dont la langue française ait été depuis longtemps l’objet.]

75C’est dans le but de régénérer la grammaire en lui donnant un nouvel aliment par l’observation de la nature et à l’aide d’une étude plus soignée des faits, que cet ouvrage a été entrepris : nous avons voulu fonder un enseignement national, en remplaçant enfin toutes ces grammaires de grammairiens par la grammaire des grands écrivains ». […] « C’est que cet ouvrage, bien différent de tous ceux qui l’avaient précédé, n’établissait pas de règles a priori […] pour la première fois, il montrait le génie de la langue se développant sous la main de nos grands hommes ; c’est qu’il était comme l’écho vivant de l’usage » (p. iii) […] « Nous avons voulu offrir à la France un ouvrage digne d’elle, un livre éminemment français, en un mot une grammaire nationale » (p. iv) […] « il restera, nous en avons l’espoir, comme le monument le plus imposant qu’on ait jamais élevé à la gloire de notre langue » (p. iv).

Grammaire nationale, 5e édition, 12e éd.

7. SOMMER (1866)

76Les modes sont différentes formes du verbe employées pour affirmer plus ou moins la chose dont on parle. Ainsi, je lis affirme que je fais l’action de lire ; que je lise n’affirme pas précisément la chose, il la suppose seulement. Chaque mode renferme un ou plusieurs temps.

8. LECOMTE & MÉNÉTRIER (1867)

77« Le mode (du latin modus, manière) est la propriété qu’ont les verbes de marquer, à l’aide de certains changements dans leurs terminaisons, de quelle manière se fait l’action dont il s’agit, c’est-à-dire si elle est faite purement et simplement, comme quand je dis : Je fais, je ferai telle chose ; - ou si elle est soumise à quelque condition, comme quand je dis : Je ferais telle chose si, etc. ; - ou si elle est commandée, comme quand je dis : Faites telle chose, etc., etc.

78Il y a six modes dans les verbes : l’indicatif, l’impératif, le conditionnel, le subjonctif, l’infinitif et le participe ».

Grammaire française

9. LITTRÉ (1874)

79Nom donné aux différentes formes du verbe employées pour exprimer les différents points de vue auxquels on considère l’existence ou l’action. Les modes sont en français l’indicatif, l’impératif, le subjonctif, le conditionnel, l’infinitif et le participe. Modes personnels, ceux qui ont des personnes. Modes impersonnels, l’infinitif et le participe.

Dictionnaire, t. II, deuxième édition

10. NOËL et CHAPSAL (1877)

Préface (extraits)

80Les ouvrages élémentaires, et particulièrement les grammaires, se sont multipliés à mesure que le goût de l’instruction est devenu plus général, et peut-être y a-t-il de la témérité à en vouloir grossir le nombre. Aussi les auteurs de ces nouveaux Éléments ne se sont pas dissimulé les difficultés de l’entreprise ; et pour les déterminer à s’y livrer, il ne fallait rien moins que le désir d’être utile à la jeunesse, dont les progrès ont été le but constant de leurs travaux. Voués par état à l’enseignement, ils ont eu plus d’une occasion de reconnaître, soit dans les écrits de leurs devanciers, soit dans une longue expérience, les imperfections des méthodes, et les moyens d’ôter à l’instruction ce qu’elle peut avoir d’épineux et de rebutant.

81Ce n’était pas assez de présenter l’analyse des meilleurs traités de grammaire : le problème à résoudre était de coordonner, sans excéder les bornes d’un livre élémentaire, les préceptes de leur application, marche indiquée par la raison, justifiée par l’expérience, et reconnue par tous les bons esprits. On avait déjà fait quelques pas heureux en ce genre, et l’on peut citer pour exemples les Leçons théoriques et pratiques de Langue grecque de M. Frémion, et la Grammaire anglaise de Murray, laquelle compte déjà quarante éditions ; mais avant MM. Noël et Chapsal, personne n’avait eu l’idée d’en faire spécialement la base d’un ouvrage sur l’enseignement de la Langue française.

  • 2 Ce on est ambigu. Qui est l’auteur de cette préface non signée ? Ne serait-ce pas N & C eux-mêmes ? (...)

82Ce livre se compose donc de deux parties distinctes. La première est la Grammaire proprement dite. On2 s’y est proposé de donner des définitions plus claires, plus précises, et par là plus faciles à retenir ; de présenter, quand on l’a cru nécessaire, les règles sous un nouveau jour ; d’expliquer la raison des choses d’une manière proportionnée à la faiblesse de l‘enfance ; de ramener les principes de la Grammaire française à ceux de la Grammaire générale, afin de préparer insensiblement l’esprit à l’étude des autres langues […]

83La seconde partie contient les Exercices […] présentant à l’élève des phrases rendues fautives, afin de lui laisser le mérite d’appliquer la règle. […]

84Ces phrases n’ont pas été prises au hasard : toutes appartiennent aux bons auteurs, et le goût le plus sévère a présidé à leur choix ; il n’en est aucune qui puisse donner des idées fausses, aucune qui ne dise quelque chose au cœur ou à l’esprit ; aucune dans laquelle un maître intelligent et zélé ne puisse trouver l’occasion d’une leçon de morale ou d’un développement instructif.

Du mode

85110. — Mode veut dire manière ; ainsi le mode est la forme que prend le verbe pour indiquer de quelle manière est présentée l’affirmation marquée par le verbe : je vais, va, que j’allasse, aller.

86111. — Il y a cinq modes : l’indicatif, le conditionnel, l’impératif, le subjonctif et l’infinitif.

87112. — L’indicatif présente l’affirmation d’une manière positive et absolue : je REMPLIS, je REMPLISSAIS, je REMPLIRAI mes devoirs.

Un mortel bienfaisant approche de Dieu même (L. Racine)

88113. — Le conditionnel la présente sous l’idée d’une condition : vous REMPLIRIEZ vos devoirs, si vous étiez raisonnable.

Je m’arrêterais sur la grandeur et la noblesse de sa maison, si sa vie avait moins d’éclat (Fléchier)

89114. — L’impératif la présente sous l’idée de la volonté, de l’exhortation, du désir : REMPLISSEZ vos devoirs.

Aimez qu’on vous conseille, et non pas qu’on vous loue (Boileau)

90115. — Le subjonctif la présente d’une manière subordonnée et dépendante : je désire que vous REMPLISSIEZ vos devoirs.

Obéis, si tu veux qu’on t’obéisse un jour.

91116. — L’infinitif la présente d’une manière vague, sans désignation de nombre ni de personne : il est doux de REMPLIR ses devoirs.

On peut être héros sans ravager la terre (Boileau)

92117. — Quatre de ces modes ; l’indicatif, le conditionnel, l’impératif et le subjonctif, étant susceptibles de la différence des personnes, sont appelés, pour cette raison, modes personnels. L’infinitif n’admettant pas cette distinction, puisqu’il exprime toujours l’action d’une manière vague, est nommé mode impersonnel.

Grammaire française sur un plan très méthodique, Paris, Maire-Nyon, Roret, Hachette, Delalain, 57e édition

11. WEBSTER (1883)

Mode

93[… from Lat modus, a measure, due or proper measure, bound, manner, form.]

1. Manner of existing or being; method; form; fashion; custom, way; style; as, the mode of speaking; the mode of dressing.

2. Prevailing popular custom [the mode]… […]

3. (Metaphysics) […] form as opposed to matter

[Citation de Locke: “Modes I call such complex ideas which, however compounded, contain not in them the condition of subsisting by themselves, but are considered as dependent on, or affecting, a substance”].

4. (Logic) The form in which the proposition connects the predicate and subject, whether by simple, contingent, or necessary assertion; the form of the syllogism, as determined by the quantity and quality of the constituent propositions; mood.

5. (Gram.) The manner of action or being, as expressed by a

difference of form in the inflection of a verb; mood.

6. (Music) […]

Mood

94[…] Manner; style; mode; logical form; musical style; grammatical form; manner of action or being. See mode, the more proper word.

Modality

1. The quality of being modal, or being in form only.

2. (Logic) According to Kant, the quality of propositions, as assertory, problematical, or apodeictic; a modal relation or quality.

Complete Dictionary of the English Language, New Edition of 1880

12. ROCHEROLLES (1884)

95Les formes du verbe qui expriment l’idée qu’on a sur une action s’appellent les modes du verbe (mode veut dire manière).

Cours Moyen de Grammaire

13. LARIVE & FLEURY (1889)

96Il y a dans les verbes six modes, c’est-à-dire six manières différentes d’exprimer l’existence, l’état ou l’action, savoir : l’indicatif, le conditionnel, l’impératif, le subjonctif, l’infinitif et le participe.

La deuxième année de Grammaire

14. Henry SWEET (1891)

97293. By the moods of a verb we understand grammatical forms expressing different relations between subject and predicate. Thus if a language has special forms to express commands as distinguished from statements, we include the forms that express command under the term ‘imperative mood.’ Thus in English come! is in the imperative mood, while the statement he comes is in the ‘indicative’ mood.

98In many grammars the term ‘mood’ is still applied to the infinitive, which is accordingly called ‘the infinitive mood,’ although the infinitive, which is a noun-verbal, has nothing in common with the mood of finite verbs.

99294. From the point of view of mood distinctions statements fall under two main divisions, according as they state something as a fact or only as a thought. Thus it is true, it is not true, I think so, are all meant to imply statement of facts as opposed to mere thoughts. Whether such statements are really true — real statements of facts — is no concern of grammar, which deals only with the meaning of the form itself. From a grammatical point of view, moreover, doubtful statements, such as perhaps it is true, are just as much statements of fact as the most positive assertions.

100295. There are various ways of stating in the form of a thought as opposed to a fact. The most unmistakeable one is by stating in the form of a hypothesis, as when the fact-statements it is true, it is not true, are made into the hypothetical clauses if it is true, if it is not true. Here both pairs of sentences offer us a subject and a predicate standing to one another in the opposite relations of affirmation and negation, but while the first two sentences express the affirmation and negation as facts, the last two merely suggest them as objects of thought. In fact, we often say supposing (that is, ‘thinking’) it is true instead of if it is true. A hypothetical clause requires a principal clause to complete the sense, the whole combination called a conditional sentence. Thus if you are right, I am wrong is a conditional sentence, I am wrong being the principal clauses. Concessive clauses, such as even it is true, although it is true, are a variety of hypothetical clauses.

101296. Another way of stating something as a thought is by stating it as a wish, as in God save the queen! and I wish it were true, where I wish states a fact, it were true expresses a wish. Clauses of purpose are a special class of wish-sentences: I wrote to him that he might know I was at home; they took away the knife lest he should cut himself.

102297. When we repeat a statement made by another person, we can do so in different ways. We can quote his very words, as in John said, ‘I am sorry.’ Here the speaker makes his own statement, namely, that John said something, and then lets John, as it were, make his own statement in his own words, so that the whole sentence contains two separate statements of facts. This way of repeating statements is called direct narration. When the speaker repeats what was said to him in his own words we have indirect narration, as in John said (that) he was sorry. Here John’s being sorry is not stated by John himself at all. Nor is it stated as a fact even by the speaker, who mentions it only as an idea suggested to him by someone else. Hence the subject of all indirect narration is a statement not of facts but of thoughts.

103298. We will now consider the expression of these different kinds of statement in language. When there are only two moods in a language to express statements, a fact-mood and a thought-mood, as is the case in Latin, French, German, and Old English, these moods are distinguished as indicative (fact-mode) and subjunctive (thought-mood). Some languages have special moods to distinguish different kinds of thought- statements. Thus Greek has, in addition to the indicative and subjunctive moods, an optative mood, used primarily to express wish, which in such languages as Latin is expressed by the subjunctive.

104299. ß the only inflectional moods are the indicative and subjunctive. But the inflections of the English verb are so scanty that we need not be surprised to find that the distinction between indicative and subjunctive is very slight. The only regular inflection by which the subjunctive is distinguished from the indicative in English is that of the third person singular present, which drops the s of he indicative (he sees) in the subjunctive (he see). In the verb to be, however, further distinctions are made: indicative I am, he is, he was, subjunctive I be, he be, he were, although in the spoken language the only distinction that is still kept up is that between was and were. Consequently the sense of the distinction in function between subjunctive and indicative has almost died out in English, and we use the subjunctive were only in combination with other mood forms (301), the other subjunctive inflections surviving only in a few special phrases and constructions, such as God save the queen!, where the subjunctive expresses wish, being thus equivalent to the Greek optative.

105300. The few distinctions that English makes between fact-statements and thought-statements are mainly expressed, not by inflections, but by auxiliaries (periphrastic moods), and by peculiar uses of tense- distinctions. The following are the auxiliary forms:

(a) The combination of should and would with the infinitive (should see, would see), when used in the principal clause of conditional sentences (295), is called the conditional mood. The conditional mood has the same form as the future preterite tense (278).

(b) The combination of may and its preterite might with the infinitive (may see, might see) is called the permissive mood, as in may you be happy! where it expresses wish, let the dog loose that he may run about a little; we let the dog loose that he might run about a little, where it expresses purpose.

(c) The combination of the finite form of the verb to be with the supine (is to see, was to see, were to see) is called the compulsive mood. This combination is so called because it primarily expresses compulsion or obligation, as in what am I to do?, what is to be done? In this sense it can hardly be considered a mood. But it is used as a pure mood in conditional sentences, as in if it were to rain, I do not know what we shall do.

106301. We use tenses to express thought-statements in the hypothetical clauses of conditional sentences, as in if I knew his address, I would write to him (291); if it were possible I would do it. In the latter example (as also in if it were to, § 300) the hypothesis is shown not only by the preterite tense, but also by the subjunctive inflection, which is really superfluous. When a thought statement is expressed by a tense in this way, we call it a tense- mood. Were in if it were is a subjunctive tense-mood.

107302. As we see, in some conditional sentences all three ways of expressing thought-statements are used — inflectional mood (subjunctive), auxiliary mood (conditional), and tense-mood (preterit). For convenience we will include all these methods of expression under the term thought- form. We understand, then, by thought form any grammatical form meant to show that a statement is of a thought as opposed to a fact.

108303. As might be expected, we find that in language the correspondence between fact-statements and thought-statements on the one hand, and fact-forms and thought-forms on the other, is not always perfectly logical. That is to say, in such languages as Latin, we do not always find fact-statements expressed by the indicative mood and thought statements expressed by the subjunctive mood, other languages showing divergences of their own, so that the details of the use of the subjunctive in different languages never entirely agree, in spite of the agreement in general principles.

109304. The mere stating of an occurrence as a thought and not as a fact need not necessarily throw any doubt on the truth of the statement. Thus when I repeat a statement made to me by someone else, and repeat it in indirect instead of direct narration (§ 297), I may do so because I doubt the truth of the statement, but I may also do so merely because I do not remember the exact words of the statement, or because I want to shorten it. Nevertheless in some cases thought-statement does almost necessarily imply that the statement is false. Thus in Latin, while a true reason is put in the indicative because the reason stated is a fact, a reason which the speaker believes to be false must necessarily be put in the subjunctive, because to him it is a statement of a thought, not of a fact. Hence the rule of Latin grammar that the subjunctive in a causal clause states a rejected reason, as in the sentence pugiles ingemiscunt, non quod doleant (subj.), sed quia profundenda voce omne corpus intenditur (indic.), “boxers groan, not because they are in pain, but because in uttering the sound the whole body is braced up.”

110305. Hence there is in all languages a tendency to use the subjunctive — or whatever thought-forms the language may possess — to imply doubt or denial as opposed to certainty or affirmation. This is especially noticeable in conditional sentences. Conditional sentences are of two kinds: (a) those which do not imply anything as to the fulfilment of the condition, such as if you are right, I am wrong, where the speaker does not let us know whether he thinks the other one to be in he right or not; (b) those which imply the rejection of the hypothesis, such as if you were right, I should be wrong, which may be expanded into if you were right — which is not the case — I should be wrong. We distinguish these two kinds of sentences as sentences of open condition and of rejected condition. Now although all conditional sentences express thought-statements as opposed to fact-statements— for even a sentence of open condition does nothing more than leave the truth of the statement open without in any way confirming it — yet as it is just as important to distinguish between open and rejected conditions as to distinguish between accepted and rejected reasons, most languages use the indicative in sentences of open condition — not to imply that the condition will be fulfilled, but merely to show that it is not rejected.

111306. In English the distinctions between thought-form and fact-form are to a great extent levelled. Thus the English verb makes no distinction between true and false reasons, or between direct and indirect narration. In fact, the whole distinction between indicative and subjunctive, as carried out by such languages as Latin, French, and German, offers great difficulties to English speakers who have not been trained in general principles of grammar and the study of inflected languages.

112307. The general principle in English is not to mark the distinction between fact-statements and thought-statements where it is superfluous, that is, where it is clearly shown by the context. Thus English does not mark the distinction between true and false reasons by any change of mood simply because the rejected reason is always unmistakably marked by the negative form of the clause (not because…,). For the same reason English finds it unnecessary to mark the distinction between direct and indirect narration by any modification of mood. Such a distinction, on the other hand, as that between open and rejected condition is not shown by the context, and being a useful one is accordingly marked by grammatical form.

A New English Grammar, logical and historical

15. Albert SECHEHAYE (1908)

113Est modal en grammaire tout ce qui exprime le mode du sujet, son attitude psychologique à l’égard de l’idée exprimée.

114Tout indique que dans l’évolution des langues vers une perfection relative, l’expression modale a toujours précédé celle des valeurs d’ordre logique et strictement intellectuelles ; les modes des verbes sont plus anciens que leurs temps ; c’est un fait bien connu.

115[…] Les idées modales sont tout entières dans l’attitude prise par le sujet à l’égard de l’objet auquel il pense : ainsi le doute, l’affirmation réservée, la concession, l’interrogation, le souhait, l’ordre catégorique, etc. en sont des exemples.

Programme et méthodes de la linguistique théorique, 1908

Haut de page

Notes

1 « Les huit formes que nous avons reconnues jusqu’à présent, en commençant par celles qui expriment l’époque la plus reculée dans le passé » : j’avais labouré, j’eus labouré, je labourai, j’ai labouré, je labourais, je laboure, je labourerai, j’aurai labouré.

2 Ce on est ambigu. Qui est l’auteur de cette préface non signée ? Ne serait-ce pas N & C eux-mêmes ? Sinon, l’auteur anonyme aurait dit les auteurs plutôt que on ;ndlr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Anthologie de textes II (XIXe siècle) », Modèles linguistiques, 63 | 2011, 95-116.

Référence électronique

« Anthologie de textes II (XIXe siècle) », Modèles linguistiques [En ligne], 63 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ml.revues.org/176 ; DOI : 10.4000/ml.176

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • Revues.org